1. //
  2. // Groupe F
  3. //
  4. // Barcelone/PSG (3-1)

Les leçons tactiques de Barcelone-PSG

Alors que le Barça est en plein chantier, Luis Enrique a décidé d'innover en prenant des risques. Après tout, s'il n'arrive pas à équilibrer sa propre équipe, autant tout faire pour déséquilibrer au maximum son adversaire. Une stratégie payante symbolisée par le « coup d'État tactique » de Neymar. En face, Laurent Blanc pouvait compter sur un équilibre déjà tout trouvé. Mais comme à Stamford Bridge au printemps dernier, le technicien français n'a pas réussi à le conserver, cédant à la tentation de (dé)jouer bas et d'attendre.

Modififié
176 70

Le schéma blaugrana et le courage de Luis Enrique


Quand il était joueur, Luis Enrique pouvait commencer un match avant-centre et le finir en latéral droit. Alors, quand les compositions officielles annoncent que Pedro pourrait jouer défenseur, l'effet de surprise fait sourire : si Luis Enrique ne fera jamais de cette équipe une formation guardiolesque, il est peut-être en train de réussir à en faire un groupe à son image. Offensif, un peu fou, déséquilibré, mais confiant. Courageux, le Mister ne titularise ni Xavi ni Jordi Alba. Sans parler de la position de Leo Messi, la composition laisse imaginer tous les schémas possibles : une paire Mascherano-Busquets au milieu et une défense à trois Bartra-Piqué-Mathieu, ou alors une défense à quatre avec la charnière Mascherano-Piqué, et un milieu Iniesta-Busquets-Pedro.

Finalement, dès les premiers mouvements, Bartra et Mathieu écartent au maximum une défense à trois protégée par un Mascherano qui joue les pompiers devant un Piqué très reculé. Schématiquement, il est difficile de dire s'il s'agit plutôt d'un 1-3 à l'ancienne ou d'un 3-1, mais le rôle de Masche est à part : ni défenseur ni milieu. Au milieu justement, Busquets et Iniesta jouent le rôle classique de milieux intérieurs, ce qui ne va pas bien au grand Sergio. Sur les côtés, Neymar écarte à gauche, Pedro à droite (avec un rôle plus défensif), tandis que Suárez joue comme un avant-centre sur la dernière ligne parisienne, et que Messi se balade derrière l'Uruguayen. S'il faut des chiffres, il faudrait dessiner un 3-5-1-1, ou plus précisément un 3-1-4-1-1.

Un nouveau Stamford Bridge pour Laurent Blanc


En visiteur et avec un point d'avance, Laurent Blanc refait le coup de Stamford Bridge : abandon de la possession (et de Javier Pastore), bloc bas et confiance aveugle en « la vitesse des contres » de Lucas et Cavani. Finalement, le 4-3-3 se transforme en 4-4-2 avec Verratti-Motta devant la défense, Lucas dans le couloir droit, Matuidi à gauche, et le duo Zlatan-Cavani en liberté dans l'axe. Cette défaite sonne comme une confirmation : le jeu rapide et vertical, c'est aussi une « philosophie » à part entière, et non l'absence d'idées de jeu. Non, on ne peut pas transformer une équipe construite pour contrôler le jeu en une équipe de contre du jour au lendemain en fonction des joueurs alignés.

Ainsi, Paris évolue d'emblée très bas, et attend pas moins de huit minutes pour sortir vraiment de son camp. Avec Ibra et Cavani dans la zone de Mascherano, Paris s'appuie sur cette supériorité numérique pour respirer et lancer ses ailiers Matuidi et Lucas. Mais même face à un Barça en chantier, c'est toujours difficile de se créer des occasions avec seulement quatre joueurs à vocation offensive, dont Matuidi et Cavani, peu à l'aise dans le jeu rapide en transition, et un Lucas peu concret. Derrière, entre la facilité géniale de Verratti, la lecture du jeu de Motta et les bons pieds de ses deux centraux brésiliens, le PSG semble a priori très résistant. A priori, seulement, comme à Londres…

Le coup d'État tactique de Neymar


Côté catalan, les premières minutes sont une belle représentation de la mort du « système barcelonais » . Auparavant, l'animation offensive blaugrana était un cocktail magique de mouvements incessants et d'habileté déconcertante à une touche de balle, le tout orchestré par deux cerveaux capables de prendre du recul face aux milieux défensifs les plus agressifs au monde. Oui, Iniesta et Xavi semblaient parfois « arrêter le temps » quand, face à un trafic monstrueux, ils trouvaient un joueur démarqué dans un timing parfait, alors que les défenseurs adverses regardaient dans tous les sens en essayant de conserver plus ou moins leur position. Mais si les milieux savaient arrêter le temps pour mieux dessiner le jeu, aujourd'hui les attaquants arrêtent le jeu pour mieux prendre leur temps.

Alors que le Barça faisait la différence sur le mouvement, il est devenu dangereux sur les dribbles virtuoses de ses génies offensifs. Alors que la création était la responsabilité de l'axe Xavi-Iniesta, et de Messi et Dani Alves quand les deux premiers étaient pris au piège, elle est tombée entre les mains très dangereuses de l'axe Neymar-Messi (151 ballons touchés à eux deux, presque autant que les 159 de Busquets-Iniesta/Xavi). D'une part, l'attaque a repris le pouvoir face au milieu, et la domination est donc logiquement moins constante. Alors que Busquets aura évolué au poste de milieu intérieur droit, celui de Xavi, il aura été le Barcelonais à toucher le moins de ballons après une première mi-temps de domination. D'autre part, Messi et Neymar n'évoluent pas dans la même zone, et la création est donc divisée, et non plus partagée. Hier soir, le Barça aura évolué dans une composition qui aurait dû lui permettre de profiter de sa supériorité numérique sur les côtés (Mathieu-Iniesta-Neymar face à Lucas-Van der Wiel et Bartra-Busquets-Pedro face à Matuidi-Maxwell). Mais à la place de créer du mouvement dans les couloirs, la caractéristique de ses joueurs les plus influents (Neymar hier) l'a forcé à miser sur une série improbable d'exploits dans l'axe. Après quatre mois de travail, le Barça de Luis Enrique n'est pas encore une équipe, mais plutôt l'association de quelques joueurs exceptionnels. Mascherano derrière, le trio devant. Un Barça moins réfléchi, plus précipité, plus ponctuel.

Un plan de jeu parisien inadapté à ses hommes


En voyant tourner en boucle les trois buts barcelonais, il est facile d'accabler les défenseurs centraux parisiens. Thiago Silva se fait avoir par Suárez, David Luiz ne suit pas Messi, personne ne monte sur Neymar, et puis David Luiz perd de nouveaux duels contre Suárez, encore. Certes. Mais à l'heure d'affronter trois Ballons d'or en puissance, cette charnière n'a pas été aidée par le plan de jeu de son entraîneur. En Ligue 1 cette saison, Thiago Silva et David Luiz réalisent en moyenne 69 et 62 passes par match. Hier soir, la mentalité tactique de l'équipe était si inhabituelle que les deux Brésiliens n'ont eu le droit qu'à 46 et 36 passes chacun. Défendant vingt mètres plus bas que d'habitude, ils ont perdu dans leur surface, se battant avec des armes qu'ils n'utilisent jamais. Comme contre Chelsea, le PSG a montré ses limites avec un bloc bas. Et ce n'est pas étonnant : Silva et Luiz sont loin d'être de mauvais centraux, mais ils ont été engagés pour jouer dans une défense conquérante, loin de leurs buts. Pour jouer bas, le PSG aurait mieux fait de conserver Alex, faire venir un Walter Samuel en fin de contrat, ou envoyer 50 millions d'euros sur Gary Cahill.

Mais alors, Blanc voulait-il vraiment défendre ainsi ? Ou a-t-il tout simplement été pris de vitesse par les premières offensives barcelonaises, qui ont forcé le camp parisien à reculer ? À la fin du match, le technicien a analysé le match de façon paradoxale. D'une part, il a admis ses erreurs : « Je pense que nous avons perdu tactiquement. » D'autre part, il a mis les buts barcelonais sur le compte d'un manque de « rigueur » : « Si défensivement nous avions été meilleurs, il y aurait eu la place pour faire un résultat positif. Nous sommes déçus car, avec un peu plus de rigueur, nous aurions pu obtenir un meilleur résultat. » Surtout, il a écarté la thèse qui avait été présentée après l'élimination contre Chelsea, à savoir celle d'une équipe parisienne qui joue contre sa volonté, recule, recule, recule et s'incline inévitablement. Après le match contre Chelsea, Thiago Silva avait déclaré : « Paris a fait un match non reconnaissable. Nous n'avons pas fait ce que nous faisons normalement : presser et jouer un bon football. » Hier, Blanc a dit : « Nous avons fait le match auquel nous nous attendions. »

Un plan de jeu parisien inadapté à son adversaire


Ainsi, le PSG n'a pas eu le ballon, et quand les Parisiens l'ont eu, il a été utilisé pour souffler plutôt que pour faire souffrir. Malgré les prouesses insolentes de Marco Verratti, le PSG n'a pas osé tester ses forces hier soir et s'est contenté de tenter des coups. En fait, Laurent Blanc a joué comme s'il avait l'ancien Barça en face de lui. Pourtant, les déséquilibres du schéma blaugrana étaient nombreux. Comme souvent, le duo Matuidi-Lucas a montré de belles choses, mais a aussi rappelé son incapacité totale à jouer avec du recul, que ce soit par un long ballon ou un renversement. Et la seule fois où Lucas est parvenu à lever la tête et jouer un long ballon décent, Ibrahimović a été injustement signalé hors-jeu. Et si Pastore avait été là pour insister ? Les espaces dans le dos de Bartra et Mathieu ne demandaient que ça.

En deuxième mi-temps, alors que le PSG devait aller chercher un but pour obtenir la première place du groupe, les idées ont changé. Mais qu'il est difficile de changer de plan en cours de match : les défenseurs sont déjà entrés dans une certaine zone de confort face à leurs vis-à-vis, les déplacements sont déjà calculés, il faut réordonner tous les marquages... Or, ce PSG n'est pas un caméléon mourinhesque, malgré la capacité d'adaptation impressionnante d'Ibra et Cavani. Enfin, quand Blanc décide de faire sortir le joueur le plus brillant de la rencontre – Marco Verratti – à l'heure de jeu, il a le malheur d'aller trop loin et de rompre un nouvel équilibre : le 4-1-3-2 n'a pas fait long feu. Luis Enrique n'en demandait pas tant.

⇒ Le compte-rendu du match

⇒ Les notes de la rencontre

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

JustinBieber Niveau : Loisir
Intéressant le passage sur Cahill : je pense que quel que soit le plan de défense adpoté, Cahill est cent fois meilleur que David Luiz. Malheureusement, le PSG est une entreprise à but lucratif et non un club de sport, David Luiz rapportera bien plus en termes d'images de produits dérivés que Gary Cahill. Néanmoins, le PSG pourra toujours se consoler avec la Ligue 1, c'est bien la Ligue 1 non ?
Message posté par JustinBieber
Intéressant le passage sur Cahill : je pense que quel que soit le plan de défense adpoté, Cahill est cent fois meilleur que David Luiz. Malheureusement, le PSG est une entreprise à but lucratif et non un club de sport, David Luiz rapportera bien plus en termes d'images de produits dérivés que Gary Cahill. Néanmoins, le PSG pourra toujours se consoler avec la Ligue 1, c'est bien la Ligue 1 non ?


Si tu lis bien la phrase, le rédacteur parle d'un jeu bas. Paris joue bas cette saison? Non, donc ton comm est HS. Cahill est un super def, mais Luiz est un monstre même s'il comment quelques erreurs, c'est certain. Il le prouvera.

Merci de ne pas troller pour le reste, on a déjà ce qu'il faut en terme de parasites... Et oui la Ligue 1 c'est pas mal, même si ce n'est pas le sujet ici.
Note : 3
Sans parler de la prestation de Silva (j'ai vu le match par bribes au taf donc je peux pas juger) j'ai quand même l'impression que Marquinhos aurait été plus adapté face à un tel adversaire. Depuis la coupe du monde Silva est beaucoup trop fébril, et justement cette coupe du monde a montré que cette defense était pas du tout adaptée face à des adversaires rapides et percutants devant et qui cherchent souvent le un contre un (contre le Chili ou la Colombie) par exemple.
Du coup je trouve ça un peu dommage d'avoir mis le Marquis au placard alors qu'il a enchainé les grosses perf en début de saison (genre, le match aller contre le Barça tiens tiens...) pour remettre Silva qui semble ne plus mettre un pied devant l'autre.
Quant à l'absence de Pastore et la sortie de Verratti... Pff je comprends plus rien j'ai l'impression de revoir Domenech faire ses changements à la con à la 85ème.
Et la decla de Nasser qui dit que la ldc, ça sera peut être pour l'année prochaine, c'est dire ... qui pourrait on trouver comme entraîneur de grande classe qui donnerait à cette équipe sa vrai valeur
Parasites? Et les parasites qui pululaient sur ce site après le match aller qui voyaient déja leur club tout la haut et promettaient l'enfer au barca pour ce match retour? Bizarrement ceux la ils ne te derangeaient pas! Tu dois pas encore t'etre remis du match d'hier ce qui est normal vu les espoirs totalement fous que les supp parisiens (et canal) avaient mais vous etes a votre place et qualifiés! c'est pas parce qu'on dit que vous avez un budget de 500 millions pour gagner la l1 qu'on est un parasite vu que c'est ce qui risque encore d'arriver cette année!
Sinon l'excuse du gros menez qui melange clauses liberatoires de joueurs formés au club et couts de transferts de MSN pour justifier la defaite en oubliant que la totalité des joueurs utilisés par blanc a ete achetée des millions c'etait la cerise sur la gateau! Bon parasite lui!
laurentlp Niveau : CFA
Note : 3
"Un entraineur inadapté à gérer ce genre d'équipe"
Dans le jeu, la possession, la domination territoriale la maîtrise collective et la capacité à presser haut, Paris aura donc été dévoré les 4 mi-temps par le Barça, et 3 mi-temps sur 4 par l'Ajax. Idem en première MT contre l'OM, de très loin la meilleure équipe de foot au Parc en L1. La régression est abyssale pour une équipe dont on louait - à juste titre - le fond de jeu la saison passée.
Note : 2
Message posté par ofwgkta
Parasites? Et les parasites qui pululaient sur ce site après le match aller qui voyaient déja leur club tout la haut et promettaient l'enfer au barca pour ce match retour? Bizarrement ceux la ils ne te derangeaient pas! Tu dois pas encore t'etre remis du match d'hier ce qui est normal vu les espoirs totalement fous que les supp parisiens (et canal) avaient mais vous etes a votre place et qualifiés! c'est pas parce qu'on dit que vous avez un budget de 500 millions pour gagner la l1 qu'on est un parasite vu que c'est ce qui risque encore d'arriver cette année!
Sinon l'excuse du gros menez qui melange clauses liberatoires de joueurs formés au club et couts de transferts de MSN pour justifier la defaite en oubliant que la totalité des joueurs utilisés par blanc a ete achetée des millions c'etait la cerise sur la gateau! Bon parasite lui!



Je suis supporter du Barca, mais pourquoi tu parles d'espoir fou?
Le Barca n'a pas été ultra dominateur hier, c'est encore une équipe en reconstruction et qui concède beaucoup trop d'occasions, ou au moins de situations dangereuses. Le PSG pouvait clairement viser le nul mais ils n'ont pas été à la hauteur.

Après je pense également que le FCB pouvait jouer à un niveau 1 ou 2 crans plus haut, là OK ça aurait été presque utopique pour le PSG, mais pas hier.
Master of footix Niveau : Loisir
Message posté par fullgrinta


Si tu lis bien la phrase, le rédacteur parle d'un jeu bas. Paris joue bas cette saison? Non, donc ton comm est HS. Cahill est un super def, mais Luiz est un monstre même s'il comment quelques erreurs, c'est certain. Il le prouvera.

Merci de ne pas troller pour le reste, on a déjà ce qu'il faut en terme de parasites... Et oui la Ligue 1 c'est pas mal, même si ce n'est pas le sujet ici.


Père la morale !
Message posté par Panasonix
Et la decla de Nasser qui dit que la ldc, ça sera peut être pour l'année prochaine, c'est dire ... qui pourrait on trouver comme entraîneur de grande classe qui donnerait à cette équipe sa vrai valeur


La valeur d'une équipe dépend aussi de l'expérience, la réalité du PSG c'est 4 ou 6 gros matchs de L1 par saison, mais qu'on peut pas situer comme des oppositions de top niveau, et pour l'instant sur leurs premières saisons de LdC, c'est à peine 2 matchs de top niveau (à la rigueur 4 en grattant un peu), c'est peu en expérience.
De plus si on regarde les joueurs qui ont un bagage réel et important du top niveau: Ibrahimovic, T. Motta, Maxwell et David Luiz... (T. Silva n'a jamais fait mieux que les 1/4, malgré tout son aisance tactique et technique...). Au final c'est pas énorme.

Je pense réellement que c'est une bonne chose que la direction du PSG ait pris conscience de la nécessité que l'objectif sacré va prendre du temps (*), à moins d'un coup de chance, mais on en a pas vu depuis quelque temps déjà, surtout que Chelsea, le Real, et le Bayern affiche une grosse stabilité.

Une communication du style atteindre les demis finales est l'objectif, pour faire mieux que l'an passé à mon avis, d'une part serait plus sérieuse et réaliste (après il te reste trois matchs pour avoir de la réussite) et d'autre part enlèverait à mon avis un peu de pression médiatique, et mettrait les joueurs dans une vision plus réaliste et un peu plus objective de leur niveau. A les entendre ils font déjà partie des meilleurs, sauf que la réalité, c'est qu'ils n'ont pas encore gagné un top match dans l'adversité, ou dans la nécessité de le gagner.

Pour moi cet effectif a encore beaucoup d'expérience à engranger, et apprendre à comprendre les ressources mentales, qui permettent de faire tourner les petits détails en leur faveur, comme savent le faire le Real, Chelsea, le Bayern même Dortmund (qui a connu des premières campagnes très médiocre).

Après ça reste du foot, et on a déjà vu des parcours avec de la réussite ou une transcendance mentale et physique (le Bayern 2010 notamment c'était un truc au mental, mais même de ce point de vue là ce PSG ne me semble pas particulièrement fort mentalement (c'est ma perception).


(*): perso je me demande si une équipe de L1 peut l'atteindre, tant que le niveau n'évolue pas (bon faut voir si l'embellie actuelle est une réelle tendance), et je crois que les Qataris en ont conscience, vu ce qu'a prévu de raquer Be In Sport pour les droits de la L1 à l'étranger dès 2018 (un bon Dumping (c'est sûr qu'ils achètent les droits à perte) qui contourne le FPF astucieusement)).
C'est vrai que la charnière Thiago Silva - David Luiz (ou Marquinhos), est un pilier important du jeu de possession du PSG, et le prédestine un peu à évoluer ainsi. Mais sans se focaliser sur ce morceau, le PSG a quand même les joueurs pour faire une équipe redoutable en contre. Cavani et Lucas, par exemple, sont dix fois meilleurs dans ce registre (Cavani tournerait à 40 buts/saisons minimum en 9 d'une équipe de contre). Thiago Motta et Verratti ont la capacité de jouer rapidement vers l'avant. Van der Wiel et Matuidi ont un double profil (défense/projection rapide) adapté, etc.

En somme, ça nous renvoie au 4-4-2 Ibra-Cavani, qu'on aurait pu voir si Ancelotti était resté. Je suis persuadé qu'il aurait pu être redoutable...
Message posté par Panasonix
Et la decla de Nasser qui dit que la ldc, ça sera peut être pour l'année prochaine, c'est dire ... qui pourrait on trouver comme entraîneur de grande classe qui donnerait à cette équipe sa vrai valeur


Encore faut il que cet "entraîneur de grande classe" ait son mot à dire sur les joueurs à venir et les joueurs partants. Car niveau "entraîneur de classe", Ancelotti était une excellente pioche et on a vu la triste conclusion de son histoire avec le PSG ...
Frenchies Niveau : CFA
PS: Luis Enrique avait utilisé le même schéma tactique 10 jours plus tôt contre Valence (70ème - Rakitic remplace Mathieu).

la différence étant que Valence contre attaque bien moins vite que Paris et notamment après une heure de jeu ...

là c'est surtout la suspension d'Alves + l'obligation de gagner qui a fait démarrer avec ce schéma ... mais tu fais ça contre Madrid, tu te fais exploser la rondelle hein


Mais hier je considère que le Barca a eu chaud !
(heureusement ibra/cavani ont été transparents ou presque).

au final y a 11 tirs du barca, 9 de paris ... autant de corner et de coups francs de chaque côté, alors qu'une équipe était à domicile et DEVAIT gagner on est loin du 3-1 qui aurait pu être 5-1 !!

le résultat final reflète pas trop la physionomie du match je trouve.

Quand david luiz sort que c'est juste le réalisme qui a fait pencher la balance, au début j'ai pouffé en disant que c'était surtout blanc puis avec du recul ... "que" 5 tirs cadrés du barca > 3 buts effectivement, ils sont pas aussi souvent efficaces !
Note : 1
Plus de 100 lignes pour dire que Blanc est un tocard surcoté, juste bon à entraîner une équipe de CFA2 !
Bravo pour cette analyse, ça fait plaisir à lire des gens qui savent de quoi ils parlent.

Très intéressant le paragraphe sur le passage des clés du jeu passées de Xavi/Iniesta à Messi/Neymar, et finalement une équipe du Barca qui devient plus classique, avec un jeu basé sur des individualités et non un collectif, avant éteindre Messi ne servait à rien, parce qu'il fallait éteindre en même temps Xavi, Iniesta Busquets Pedro...

Aujourd'hui le jeu est bien plus individuel, ça marche, mais je les vois pas rivaliser avec la puissance défensive d'un Real, Chelsea ou Bayern.

Luis Enrique fait du bon travail, il a des couilles et ça doit être un plaisir pour des supporters d'avoir un tel coach, surtout pour nous parisiens, qui avons mister calme à la tête de notre équipe, mais je pense que même avec l'attaque MSN, le Barca de Luis Enrique restera loin derrière les 3 géants d'Europe qui sont Real Bayern Chelsea.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Plutôt que parler des coaches ce qui m'a frappé c'est l'impression que dans le trio d'attaque du PSG chacun doit lever la tête pour trouver son partenaire alors pour que le trio d'attaque en face, même pas besoin d'un coup d'oeil, c'est celui qui va recevoir le ballon qui anticipe.

J'en viens presque à penser que c'était bénéfique pour le Barça la suspension de Suarez, comme ça ils ont pu travailler des heures à l'entraînement mais les adversaires vont être dans le flou face au trio magique pendant longtemps, c'est sur le PSG que ça tombe aujourd'hui
Méléagant Niveau : DHR
Merci Markus.
Loin d'être un adepte du Blanc-bashing et du bashing en général, je ne m'en remets pas de cette 62 ème minute et de la sortie du hibou.

Si on fait le total :
- Le choix de Matuidi à la place de Pastore, face à une défense à 3, est une hérésie. Qui mieux que Javier pouvait créer du décalage et supléer Verratti? Okay Blaise fait un bon match offensivement avec de l'impact, mais sur les phases de replis les culés ont fait joujou avec ses reins.

- le Barça mène 2 - 1, Paris est dans un temps fort. Pastore pour Verrati. Je regardais le match sur la chaine Espagnole, je peux vous dire que les commentateurs n'en revenaient pas et ont remercié chaudement Lolo. Il y avait mieux à faire, comme changer un Motta en mode sénateur, ou sortir un latéral pour jouer à 4 au milieu.

- cherry on the cake, la sortie de Matuidi pour Lavezzi, laissant Motta seul à la récup'. Coaching gagnant : 3 minutes après le Barça met le troisième.

En fait j'ai l'impression que Blanc a voulu faire ce que Mourinho lui a fait en fin de match au retour du quart de l'année dernière : empiler les joueurs offensifs et balancer devant. Encore faut-il avoir le ballon.

Bref, je crois que bon, je suis trop saoulé.
Guardinho Niveau : CFA2
Message posté par TheFifthBeatle
C'est vrai que la charnière Thiago Silva - David Luiz (ou Marquinhos), est un pilier important du jeu de possession du PSG, et le prédestine un peu à évoluer ainsi. Mais sans se focaliser sur ce morceau, le PSG a quand même les joueurs pour faire une équipe redoutable en contre. Cavani et Lucas, par exemple, sont dix fois meilleurs dans ce registre (Cavani tournerait à 40 buts/saisons minimum en 9 d'une équipe de contre). Thiago Motta et Verratti ont la capacité de jouer rapidement vers l'avant. Van der Wiel et Matuidi ont un double profil (défense/projection rapide) adapté, etc.

En somme, ça nous renvoie au 4-4-2 Ibra-Cavani, qu'on aurait pu voir si Ancelotti était resté. Je suis persuadé qu'il aurait pu être redoutable...



C'est clair, le jeu de possession est pas forcément dans l'ADN de cette équipe.
Mais je crois que tout le monde a déjà oublié l'époque Ancelotti.
Stan Key Lubric Niveau : CFA
Pour moi, les problèmes du PSG sont très simples:

- Silva en plein doute qui joue trop bas et du coup a tendance à faire jouer bas tout le bloc parisien.

- Motta pas au niveau. Faut le reposer le pépère.

- Cavani toujours en manque de confiance. Il fait trop de mauvais choix. Sa reprise de volée est typique de l'attaquant qui doute, le garçon a sur-dosé de peur que le ballon s'envole.

- Ibra: j'ai remarqué qu'à chaque fois ou presque qu'il perd un ballon au milieu de terrain, c'est danger de but immédiat, comme s'il aspirait ses coéquipiers dans la mauvaise direction.

- Blanc: On peut écrire des pages de prose sur sa tactique et ses changements à postériori, mais pour moi, le seul souci c'est qu'il a tendance à considérer les matches comme des blocs. Il pose sa tactique et son plan de jeu dès le départ, prévoit les changements dès le début, et ne prend aucun compte du contexte et du déroulement de la rencontre. Je suis sur que si Paris avait mené 2-1 à la 60e, il aurait fait les mêmes changements avec peut-être en plus l'entrée de Marquinhos à la place de Lucas.

Pour terminer, vu la forme actuelle de Neymar-Messi-Suarez, je vois pas beaucoup d'équipes qui en auraient pris moins de trois au Nou Camp. Le problème, c'est qu'ils en ont mis qu'un, et le pire dans ce problème, c'est qu'ils ont eu les occases pour en mettre deux de plus au moins.
Guardinho Niveau : CFA2
Message posté par footixIer




Après je pense également que le FCB pouvait jouer à un niveau 1 ou 2 crans plus haut, là OK ça aurait été presque utopique pour le PSG, mais pas hier.


Je pense que tu t'emballes un peu, Tyler :)

J'ai quasiment jamais vu Neymar jouer mieux que ce qu'il a fait hier, Messi est stable depuis 2 ans, et Suarez continuera de courir de façon désordonnée comme Chabat dans Didier.

Pour le reste, tant que Busquets sera au milieu à la place de (ou en même temps que) Masche, l'équipe ne progressera plus, vu que visiblement Iniesta et Xavi ne sont plus les moteurs qu'ils étaient encore récemment.

Et la défense, ben RAS. Pourquoi tu voudrais que les joueurs se subliment ? Ce qu'ils ont montré hier est raccord avec leur niveau.

Non, vraiment, je crois que le Barca est à sa place, là. Très bon, mais avec moins de magie que sous Guardiola. Mais c'est cyclique, ça va revenir dans quelques années.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
176 70