1. //
  2. // Quart de finale retour
  3. // Barcelone/PSG (1-1)

Les leçons tactiques de Barça-PSG

Ce fut cruel, mais beau. Mais cruel. Mais beau quand même. Le PSG est éliminé, mais dans le jeu, « là où ça compte » pour les Barcelonais, Paris a été supérieur et plus séduisant que son adversaire. S'il fallait tomber face à la « plus belle équipe au monde » , il était écrit que le PSG le ferait par manque de réalisme. Cruel, mais beau.

Modififié
258 87
Ancelotti ose Verratti et Motta, et le PSG déroule

On commençait à croire que Beckham allait jouer tous les grands matchs de ce PSG. En l'absence de Matuidi, le fait qu'Ancelotti conserve le même système en 4-2-2-2 et aligne ses deux meilleurs milieux en valeur absolue montre le niveau collectif atteint par ce PSG. Thiago Motta, le grand, le calme, l'intelligence et la classe. Marco Verratti, le petit, le fou, le talent sans limite. Et surtout leur immense orgueil. La différence se fait déjà là : Motta s'est toujours cru meilleur que Busquets, Verratti se croit certainement plus fort que Xavi et Iniesta. On retrouve ici l'ADN du PSG : un club aussi jeune qu'insouciant, capable de perdre contre les plus petits, mais qui n'a jamais eu peur de personne.

D'entrée, le PSG s'applique, construit, ne perd pas le ballon, Busquets en vient à dégager le ballon en panique. Le pressing de Lavezzi et la position axiale de Pastore mettent mal à l'aise les Blaugranas. Motta fait tourner, il connaît. Il a déjà lu le livre. C'est lui qui donne la passe en retrait supplémentaire qui permet à Paris de respirer et de maintenir sa possession entre 35 et 40%. Et puis il y a de la variation. Après des phases de contre-attaques où on tente de construire au sol avec Lucas et Lavezzi, les Blancs tentent la profondeur : Verratti, Motta et Pastore cherchent les trous d'une défense dont le placement aura été meilleur que prévu. Même Alex trouve à plusieurs reprises Ibra en plein cœur du milieu barcelonais : le Barça joue bas, le Barça recule. Le numéro de Lucas à la 42e minute marque la suprématie du PSG en première mi-temps.

C'est ça, le Barça de Vilanova ?

Une première mi-temps à droite, puis le premier quart d'heure de la seconde à gauche. Comme à l'aller, sans Messi, le Barça n'y arrive pas. Après environ neuf mois de gestation, on croit enfin reconnaître les traits du Barça de Vilanova. Plus conservateur que la Pep Team, moins magique, aussi. Encore une fois hier, Alba et Busquets avaient la consigne de ne faire qu'observer la construction offensive, formée de seulement six joueurs (Alves, Xavi, Iniesta, Pedro, Villa, Cesc). Loin de la folie artistique de Guardiola. C'est à la 38e minute que l'on voit enfin Alba arriver dans la surface parisienne… Le contraste est flagrant avec la dernière demi-heure, où Alba et Busquets jouaient vingt mètres plus haut.

A droite, l'absence de Messi se fait ressentir. On force, on insiste, mais Alves n'arrive pas à combiner, que ce soit avec Cesc, Villa, Xavi ou Iniesta. Au bout de dix minutes, le Brésilien préfère même centrer immédiatement à la réception du ballon. Le Barça perd la gonfle plus rapidement, tente des frappes lointaines, joue avec les armes d'une équipe ordinaire. Le danger vient donc des renversements sur Pedro, mais Jallet tient bon. Tout se résume par le match de Xavi : quand le capitaine réussit 92 passes sur 92, pas une seule ne vient mettre un joueur en position dangereuse. Le paradoxe est là : le Barça craint de perdre le ballon, mais anticipe déjà qu'il va être perdu en gardant du monde derrière.

Le PSG aurait-il pu faire mieux ?

En dehors de mettre au fond ses occasions (Lavezzi…), d'éviter quelques imprécisions et de faire de Lucas un joueur plus concret, le PSG aurait-il pu tenter autre chose ? C'est facile à dire le lendemain, mais on peut avoir deux interrogations. Premièrement, pourquoi ne pas réagir à l'entrée de Messi en rajoutant un milieu axial comme Chantôme ou Beckham ? Deuxièmement, en tenant compte de la facilité d'Ibra pour lancer ses « assistants » et la mauvaise soirée de Lavezzi, pourquoi ne pas lâcher plus tôt Gameiro ?

Javier Pastore, cette délicatesse

Pied gauche, pied droit, pied droit, pied gauche. 0-1. Comme ce merveilleux but, la trajectoire de Javier Pastore au PSG fait l'équilibriste. On l'a dit nonchalant, maladroit, mou et même pas assez bon. On lui a préféré Nenê ou Ménez. Cela fait presque deux ans qu'une grande partie de la France du football aime répéter que l'Argentin ne vaut pas les 42 millions investis. Qu'il vient d'un autre football, loin de la Ligue 1, un football ancien, un football mort. Et aujourd'hui ? Après un but et une assist à Valence, Pastore porte à nouveau le PSG à l'extérieur en C1.

Présent en phase défensive sur son côté gauche, il a couru. Non, il ne sait pas défendre, mais il fait ce qu'il peut. En phase offensive, El Flaco est princier. Plus axial qu'à l'aller, Javier a désorienté le repli barcelonais, à la manière d'Özil avec le Real. Hier, Pastore était plus intense, plus dense, et aussi brillant que d'habitude. Quand Lucas et Lavezzi sont déjà des joueurs techniques, on aurait dit des bolides de Nascar à côté d'une élégante Formule 1. Il avait séduit les romantiques et les artistes dès son arrivée, quand les sceptiques ne pouvaient s'empêcher de chercher une faille à ce corps maigre soi-disant plus fort que toute la Ligue 1. Après ce match au Camp Nou, on a envie de dire : si t'aimes le football, t'aimes Pastore.

Ibrahimovic à la baguette

Ibra, ce type que l'on dit toujours nul en C1, vient donc de sortir un but et deux passes décisives en quart contre le Barça. Comme avec le Milan en 2011, Ibracadabra a une nouvelle fois dessiné les offensives dangereuses de sa formation dans une position plus reculée, avec le jeu devant les yeux. Cette passe parfaite qui amène le duel Lavezzi-Valdès, ce centre au deuxième poteau pour la tête de Lucas, la passe décisive pour Pastore, l'autre service qui met Pastore en position de tir à l'entrée de la surface, ou encore ce centre dangereux pour Lavezzi... Après le but d'opportuniste et la déviation d'avant-centre à l'aller, Ibra a fait du « numéro dix » ce mercredi soir. Tout passait par lui.

L'effet Messi

A peine les filets ont tremblé qu'il a déjà les yeux fixés sur le sol, les mains sur ses lacets, et la tête qui chauffe. Leo se lève et on croirait voir un Général s'élever contre une nation envahissante. Un pur moment d'héroïsme. Si jamais ce stade arrivait à faire du bruit, on entendrait les cris des chœurs barcelonais appeler à l'aide leur sauveur. Messi entre, trottine, touche un, deux ballons, puis accélère. Verratti effacé, Motta vient l'empêcher de se mettre sur son pied gauche. Crochet. Passe. Villa et Pedro font le reste. Messi peut célébrer l'action comme s'il avait marqué.

Le savoir-faire barcelonais

Une sixième demi-finale de C1 d'affilée. Les dirigeants blaugranas peuvent faire tous les discours du monde sur le beau jeu et la paix universelle, leur équipe sait avant tout gagner des matchs de football. Ou plutôt ne pas les perdre. Le dernier quart d'heure est un modèle de gestion. Le temps effectif passé à jouer ne doit pas dépasser les dix minutes. Le Barça obtient des fautes, dribble quand il le faut (Iniesta…), monte un jeu en triangle en l'espace d'une demi-seconde, et fait passer le temps. Pas une frayeur, ou presque, face à un PSG qui n'aura cessé de le tutoyer aussi bien techniquement que tactiquement.


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

cantona-forever Niveau : Loisir
je sais pas vous, mais dès que je vais en bas de page pour poster un comm, je tombe sur la tronche messi sur le numero so foot... et ça coupe u peu l'envie de dire a quel point il est enorme mais bon...

tout de même, EFFET MESSI, je valide.

espérons qu'il soit la pour les demi !
Note : 1
Bah tactiquement le PSG a été meilleur.
Bon enfin une personne qui pointe la bonne perf d'Ibrahimovic , il était dans tout les bon coup hier !!
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Je pense à tête reposé, que le barca a bien mieux jouer le coup. On sent qu'ils ont plus l'expérience du haut niveau et de la gestion du score que Paris. Au final ils n'ont vraiment accélérer le jeu qu'après le but parisien et on finalement assez facilement marqué.
Même si évidement le PSG a fait plus que mérité, sur les 2 matchs Barcelone a bien mieux géré.
Et j'ai envie de dire qu'avec Tito le Barca est beaucoup plus calculateur. La rentrée de A. Song pour gérer le score est juste impensable pour une équipe comme le Barca à Domicile. Je pense qu'au fil des ans le Barca va régresser si ils continuent à avoir cette approche même si ils ont Messi dans l'équipe, ca va être très intéressant de voir cette équipe contre le Bayern ou Dortmund.
cantona-forever Niveau : Loisir
je rajoute que c'est vrai, Paris a été exeptionnel hier soir, et ça n'aurait pas été scandaleux qu'ils gagnent.

Je me questionne juste sur le paradoxe de cette équipe qui est capable de sortir un match comme hier au camp nou et aller perdre a sochaux ou je ne sais ou, en faisant des matchs plus que moyens en ligue 1.

C'est étonnant, j'ai pas l'impression que ça arrive aux grosses équipes des championnats européens (en tous cas, on sent moins de fébrilité contre les petites équipes)

je conclue que (a l'image de Dortmund), Paris joue mieux en tant qu'outsider, il faut maintenant apprendre a developper son jeu, d'assumer leur statut, c'est comme ça uniquement qu'il pourront prétendre a gagner une C1.
Messi est un seigneur. Il a suffit qu'il apparaisse sur le champ de bataille pour métamorphoser cette équipe jusque là pas vraiment dans son assiette. J'ai rarement vu un mec rentrer et avoir autant d'influence, en en faisant au final pas tant que ça. Impressionnant pour un mec dont le charisme n'est pas la qualité principale.

Sinon, Ibra a distribué les galettes hier soir, très très fort le bougre.
Oui difficile de critiquer les choix de Carlo, peut être son timing dans les changements, un peu tardifs tant certains joueurs étaient dans le rouge. Mais à sa décharge, pas de super sub sur le banc.

Un match qui montre surtout le très bon travail du coach qui a réussi a trouver la formule (4-4-2)
la plus adapté aux qualités de son groupe. Et comme le souligne le malicieux Mister, la continuité (plus 2-3 recrues) est la meilleur arme pour encore franchir un palier.
merci à l'auteur du papier qui fait toujours réfléchir par ces propos.
modestement, j'ai simplement noté que mettre gameiro eut été un peu difficile car il n'a qu'un impact physique limité, sa grande force étant son placement près de la cage et là, à 1-1, ça se jouait pas sur ça.
pour le milieu def, si carlo n'a pas changé, c'est à mon sens car il n'avait pas assez confiance dans les remplaçants pour cela (et ça laisse augurer d'un peu de mouvement cet été quant à l'arrière banc à mon sens).
reste une interrogation sur menez, s'il avait été là, carlo l'aurait sans doute lancé pour 20 minutes et là, si on était tombé sur un menez bien luné, ça aurait pu apporter le peps qu'on n'avait plu.
m'enfin ça fait pas mal de "si"...dur sinon avec lavezzi, pas tant ce papier, mais dures sont les réactions pour ce gars en général.
c'est pas la finition de cavani mais ça on le savait, pour le reste ce qu'il a à faire il le fait très bien.
reste qu'en tout état de cause, on ne pointe pas assez le fait que paris joue sans un véritable tueur (ok ok je sais combien ibra a mis de buts, mais c'est pas ça un "killer").
Message posté par cantona-forever
je rajoute que c'est vrai, Paris a été exeptionnel hier soir, et ça n'aurait pas été scandaleux qu'ils gagnent.

Je me questionne juste sur le paradoxe de cette équipe qui est capable de sortir un match comme hier au camp nou et aller perdre a sochaux ou je ne sais ou, en faisant des matchs plus que moyens en ligue 1.

C'est étonnant, j'ai pas l'impression que ça arrive aux grosses équipes des championnats européens (en tous cas, on sent moins de fébrilité contre les petites équipes)

je conclue que (a l'image de Dortmund), Paris joue mieux en tant qu'outsider, il faut maintenant apprendre a developper son jeu, d'assumer leur statut, c'est comme ça uniquement qu'il pourront prétendre a gagner une C1.


c'est pas de la fébrilité. juste du mépris particulièrement mal placé à vrai dire au vu du palmarès de paris en championnat. et pour mémoire, j'ai tjs vu paris (depuis 20 ans) agir plus ou moins de la sorte. c'est un peu notre "adn" (quelle expression foi.reuse mais bon...).
vinceletah Niveau : CFA
Note : 7
La premiere et plus importante lecon tactique, c'est quand meme qu'on leur a un peu rentre dedans... Combien j'ai entendu de gens ici defendre Chelsea ou Madrid quand ils jouait a 10 derriere avec des equipes qui ont coutes encore bien plus cher que Paris, et qui ont un vecu ensemble bien plus consequent...
Ils posaient le bus et jouaient la faute tactique, la perte de temps, en esperant dans le meme temps une bonne dose de reussite sur quelques contres!
Hier, Paris a montre qu'on peut bousculer ces salopards* sans refuser le jeu.
Et au final, ce sont les Barcelonais qui en ont ete reduits a jouer la montre, simuler des fautes, et pleurer aupres de l'arbitre (plus que la normale ce qui n'est pas une mince affaire)!
Ce match rentre dans le top 3 de la saison avec le match aller a Valence et le match a domicile contre Porto!

Merci de rétablir la vérité au sujet de la performance d'Ibra, à qui la sale note de 5/10 a été attribuée dans votre article sur la notation des joueurs.
Je suis d'accord aussi pour dire que le coaching d'Ancelotti pose question.
Pas de réponse à l'entrée de Messi.
Gameiro qui rentre bien tard alors qu'on ne voyait plus Lavezzi depuis un moment.
Idem pour Lucas et dans une moindre mesure les 2 récupérateurs qui avaient beaucoup donné.
Aujourd'hui, le PSG peut se féliciter de son bon (et couteux)recrutement, mais il semble que cette équipe manque encore de profondeur de banc (là c'est toute la Ligue 1 qui s'etouffe devant mon affirmation).
Toujours excellents ces articles de Markus Kaufmann.

On en redemande !
le rapprochement entre Javier et Ozil est pertinent. Sa capacité à jouer entre les lignes à été un vrai plus pour l'équipe.
Le seul vrai regret qu'on puisse avoir est le manque de réalisme d'El Pocho. Franchement, ça me déçoit de le voir vendanger autant mais bon, il compense avec sa hargne.
Bon, je retourne à ma dépression moi...
Message posté par vinceletah
La premiere et plus importante lecon tactique, c'est quand meme qu'on leur a un peu rentre dedans... Combien j'ai entendu de gens ici defendre Chelsea ou Madrid quand ils jouait a 10 derriere avec des equipes qui ont coutes encore bien plus cher que Paris, et qui ont un vecu ensemble bien plus consequent...
Ils posaient le bus et jouaient la faute tactique, la perte de temps, en esperant dans le meme temps une bonne dose de reussite sur quelques contres!
Hier, Paris a montre qu'on peut bousculer ces salopards* sans refuser le jeu.
Et au final, ce sont les Barcelonais qui en ont ete reduits a jouer la montre, simuler des fautes, et pleurer aupres de l'arbitre (plus que la normale ce qui n'est pas une mince affaire)!
Ce match rentre dans le top 3 de la saison avec le match aller a Valence et le match a domicile contre Porto!



Entièrement d'accord avec toi ! C'est la grande différence d'avec les équipes qui ont battu le Barça (je sais PSG est éliminé) c'est que Paris ne s'est pas contenté de défendre à 10 pour essayer de claquer un contre, mais Paris a bel et bien proposé du jeux !!!
Dans ce sens, je pense que Paris hier a ouvert une voie aux autres écuries européennes et j'espère également aux sélections dans leur futures confrontations avec l'Espagne. Personnellement je regrette encore que DD n'est pas mis en place un 4-4-2 ....
Moi au delà de la tactique pure,j'aei envie de poursser un coup de gueule sur un truc qui m'a sevèrement soulé hier (et là j'harangue la foule d'un doigt accusateur pour donner du volume à un plaidoyer qui s'annonce dantesque).

Je veux parler d'un fléau(Messi?) qui pourrit notre foot moderne, je veux parler de ces joueurs qui au moindre contact en profitent pour rester par terre et gagner du temps. Je ne vise pas particulièrement le barça, je vise toutes les équipes, mais le cinéma de Alba hier était pitoyable. Le grand barça n'a pas besoin de ça.

Pourquoi la fifa ne pose pas un règle obligeant l'arbitre à sortir un joueur restant plus de 20 secondes par terre, pour recevoir un soin, et lequel joueur ne pourra faire son retour qu'après être resté au minimum 2 minutes sur la touche. Son équipe jouera ainsi en infériorité, c'est peut être radical et con* mais je n'en peux plus de cette "tactique" qui saccade le match et casse le rythme à chaque fois. Et ça obligera les joueurs à ne rester par terre que lorsqu'ils ont vraiment mal et lorsqu'ils ont vraiment besoin d'un soin

Voilà
benbecker
Message posté par one_of_the_amoks
merci à l'auteur du papier qui fait toujours réfléchir par ces propos.
modestement, j'ai simplement noté que mettre gameiro eut été un peu difficile car il n'a qu'un impact physique limité, sa grande force étant son placement près de la cage et là, à 1-1, ça se jouait pas sur ça.
pour le milieu def, si carlo n'a pas changé, c'est à mon sens car il n'avait pas assez confiance dans les remplaçants pour cela (et ça laisse augurer d'un peu de mouvement cet été quant à l'arrière banc à mon sens).
reste une interrogation sur menez, s'il avait été là, carlo l'aurait sans doute lancé pour 20 minutes et là, si on était tombé sur un menez bien luné, ça aurait pu apporter le peps qu'on n'avait plu.
m'enfin ça fait pas mal de "si"...dur sinon avec lavezzi, pas tant ce papier, mais dures sont les réactions pour ce gars en général.
c'est pas la finition de cavani mais ça on le savait, pour le reste ce qu'il a à faire il le fait très bien.
reste qu'en tout état de cause, on ne pointe pas assez le fait que paris joue sans un véritable tueur (ok ok je sais combien ibra a mis de buts, mais c'est pas ça un "killer").


Alors toi t'es comme ça! tu claques de l'imparfait conditionnel 2ème forme!
sandro l'obèse Niveau : Ligue 1
Note : 3
Comme d'hab très bonne analyse Markus.

Quand même Ancelotti a montré toutes ses qualités sur ce match. C'est le seul entraîneur avec Mourinho à avoir construit son jeu face au Barça. J'ai halluciné devant la télé du bar, aucun dégagement en catastrophe, peu de long ballons. Et finalement une construction du jeu au sol qui a bien emmerdé le Barça. C'est là que l'apport de Veratti et Thiago Motta a payé. Je pense que Beckham et Matuidi auraient été moins sereins, moins insouciants. Il auraient assuré en jouant loin, tandis que Verrati tente des louches et des relances plus propres et donc plus risquées. Combiens d'équipes ont montré ça face au Barça?
Très bon choix d'Ancelotti au final que ce milieu Veratti/Motta/Pastore.
Bon match d'Ibra aussi. Très juste techniquement, il aurait pu faire 3 passes décisives. Je l'ai trouvé Benzema-like sur le coup, dans le rôle de l'avant-centre qui recule pour faire jouer ses partenaires autour. Pas vous ?
Quant à Pastore, quelle classe. Un vrai Redondo celui-là. Vraiment interessant.
Suis-je le seul à trouver Lucas un peu surévalué? Certes une très bonne qualité de perforation mais on le voit très peu dans le match. Et à chaque fois une Ben Arfa sur la fin. C'est à dire une perte de balle après avoir éliminé trois joueurs. Mais des qualités intrinsèques indéniables. Il faut qu'il progresse.
En défense : On a trop peu vu Maxwell par rapport à Jallet, alors que lui ne devait pas se taper un ailier de métier comme Pedro. J'ai trouvé Alex très bon, aussi serein que TS. Thiago Silva, un mec qui parle beaucoup sur le terrain, c'est un bon capitaine.


Côté Barça je m'interroge sur Busquets. Il est pas bon depuis quelque temps et j'ai l'impression que la fébrilité de Barcelone dans sa moitié de terrain vient de là. Il perd pas mal de ballons et rate des passe. Inhabituel.
Incroyable aussi comment Messi a renversé le match. Peut être que la dramaturgie de l'évènement était accentuée par les 658 gros plans de Leo se ronge les ongles, Leo inquiet, Leo se cure le nez etc...
But de Pastore. Gros plan sur Messi. Messi se lève, lace ses chausseures et commence à s'échauffer. Ca y est, l'Empereur Vilanova envoit Dark Vador sur le front pour calmer les rebelles et motiver les troupes de l'empire Rouge et bleu. Magnifique tout de même cette transformation.

Belle mise en place de Carlo. En phase défensive, Paris a joué haut, mais ne s'est pas jeté. Cela demande un très gros effort physique et le PSG a les joueurs pour.
En phase offensive un placemement en 3-3-3-1. Avec un apport de Jallet à droite, une ligne Zlatan-Pastore-Lucas et El pocho en pointe qui faisait du Gameiro. Pastore et Zlatan ont bien plus emmerdé le FCB par leur placement entre les lignes que Lucas avec ses 2 perforations.


Peu de regrets pour Paris quand même, ils ont fait le match qu'il fallait. L'Europe va-t-elle se rappeller de ce match ? Un peu certainement. Mais ce qui fera peur aux futurs adversaires du PSG, c'est bien la feuille de match, pas le parcours en LDC.
"si t’aimes le football, t’aimes Pastore"

putain*, ça fait du bien de lire ça

je croyais que le football allait devenir un sport pauvre réservé aux athlètes et autres fourmis atomiques

merci Javier
Message posté par vinceletah
La premiere et plus importante lecon tactique, c'est quand meme qu'on leur a un peu rentre dedans... Combien j'ai entendu de gens ici defendre Chelsea ou Madrid quand ils jouait a 10 derriere avec des equipes qui ont coutes encore bien plus cher que Paris, et qui ont un vecu ensemble bien plus consequent...
Ils posaient le bus et jouaient la faute tactique, la perte de temps, en esperant dans le meme temps une bonne dose de reussite sur quelques contres!
Hier, Paris a montre qu'on peut bousculer ces salopards* sans refuser le jeu.
Et au final, ce sont les Barcelonais qui en ont ete reduits a jouer la montre, simuler des fautes, et pleurer aupres de l'arbitre (plus que la normale ce qui n'est pas une mince affaire)!
Ce match rentre dans le top 3 de la saison avec le match aller a Valence et le match a domicile contre Porto!


Alléluia, merci pour ce commentaire plein de bon sens, je n'ai jamais compris comment on pouvait parler de performance footballistiques l'anti jeu le plus primaire avec des équipes qui ont couté des MILLIARDS d'euros. Le barça d'hier comme les barças d'avant sont prenables si on joue mieux au ballon qu'eux, c'est dur mais Paris a montré la voie.
"si t’aimes le football, t’aimes Pastore"

putain*, ça fait du bien de lire ça

je croyais le football partit pour devenir un sport pauvre réservé aux athlètes et autres fourmis atomiques

merci Javier
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L’Orient Express
258 87