1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Barcelone-Milan AC (4-0)

Les leçons tactiques de Barça-Milan

Enfin, après tant d'échecs, le Barça a réussi son exploit. La fameuse remuntada. Ou alors le Milan a encore manqué le sien, après l'élimination de l'édition précédente. Analyse tactique de la métamorphose barcelonaise et d'une nouvelle défaite d'Allegri au plus haut niveau.

Modififié
322 42
La première erreur tactique est à mettre sur le compte du club blaugrana : communiquer autour de la #Remuntada pour finalement tenter d'effrayer l'adversaire en lui rappelant simplement que «  nous sommes une équipe  » , c'est plutôt osé. Comme à son habitude, le Camp Nou se remplit vers 20h35 et on entend même les « Forza Milan » des Rossoneri. L'électricité se trouve donc plutôt sur la pelouse qu'en tribunes. Et même plus précisément du côté des bancs de touche, sur la ligne SMS Roura-Vilanova. Après le match aller et les défaites contre Madrid, le Barça devait changer quelque chose. Remonter, grandir, se dépasser. Mais où ? Quand ? Et à quel point ?

Enfin, le Barça joue avec un vrai numéro 9 !

Vilanova (si c'est bien lui) a été chirurgical : quatre changements, tous majeurs. D'une, la position de David Villa change tout. L'Asturien vient s'installer entre Zapata et Mexès, et ne quitte plus le fauteuil. Pesant, fatigant, irritant, il reste là, fait les appels qu'il faut, et occupe les esprits de la défense. Après vingt minutes, sans avoir touché un seul ballon, Villa a bouleversé le match : Mexès et Zapata ne peuvent plus « voir venir » . À Milan, tout venait de devant. Là, il y en a un peu à leur droite, beaucoup à leur gauche, mais aussi dans leur dos. De deux, on a revu Messi toucher beaucoup de ballons, comme s'il était libéré par la position fixe de Villa à droite, dans l'axe, au milieu, il redevient imprévisible car il oublie d' « occuper l'axe » .

De trois, la distribution de Xavi. Alors qu'on a connu l'Espagnol plutôt calculateur et prudent, hier Xavi prend rapidement le risque de la longue transversale. À chacune de ses prises de balle lors des cinq premières minutes, le menton est haut et les yeux cherchent la faille au loin. Vers Villa, vers Alves. De quatre, Jordi Alba a la consigne de veiller derrière, c'est-à-dire de faire du Abidal. On ne parlera jamais assez de l'importance des longs compas du Français dans l'assise défensive du Barça de Pep. Face à Abate et Boateng, Alba laisse le côté gauche à Iniesta-Pedro. Du côté des Milanais, vêtus du même blanc qu'en 1994, on attendait le même système qu'à l'aller, son double rideau, son milieu à trois, et ses trois contre-attaquants. Le problème, c'est que Roura et Vilanova étaient prévenus.

Intensité, physique, pressing

Le Barça, lui, a une recette. On écarte le plus possible, et on contourne le bloc axial milanais. Le 4-3-3 n'est plus : 3 défenseurs, la seule paire Busquets-Xavi au nettoyage, et les associations Messi-Alves et Iniesta-Pedro. Avec Villa planté devant et un joueur en moins à la construction, on pourrait croire que le Barça perdrait en qualité d'élaboration de l'action, mais l'absence de Villa donne en fait plus d'espaces aux incursions de Xavi-Iniesta-Messi entre les deux lignes. Par moments, on retrouve le Barça intraitable de 2009-2011 et son adversaire étouffé qui bégaye son football. Dani Alves a de la dynamite dans les jambes, Busquets est un mur, le replacement de Xavi est intelligent. L'intensité des dix premières minutes était capitale. À Milan, le Diavolo avait gagné une partie de son match là-dessus. À Barcelone, il a suffi de cinq minutes pour faire comprendre que toute attaque milanaise deviendrait une mission commando vouée à l'échec.

Trois buts indignes d'une italienne

5e minute. Busquets, toujours plus intelligent que tous les autres, tombe sur un contact avec Boateng. Quand Milan se déconcentre, Sergio joue vite. Lucarne. Le deuxième but vient immédiatement après le poteau de Niang. Nouvelle déconcentration, perte de balle d'Ambrosini. Messi, encore. Et quelle vitesse d'exécution : il est là, le vrai spectacle du Barça. La même vitesse que l'on retrouve sur le troisième but : interception incroyable de Mascherano, jusqu'à que Xavi projette une passe à 55km/h vers Villa. Constant n'est qu'un courant d'air pour le 7. 3-0.

Trois buts qu'une équipe italienne ne « devrait » pas prendre, que le Grande Milan n'aurait jamais encaissé. Où est passé cet art de contrôler les différents moments d'un match, le rythme des fautes, les temps morts ? Et si ce Milan n'avait tout simplement pas le niveau ? Ambrosini n'a jamais été Gattuso, Constant découvre presque le poste de défenseur, Boateng ne sera jamais un trequartista et Robinho n'a même pas l'intelligence de jouer dans la surface un coup franc à la 91e minute. Enfin, comment Messi peut-il réussir une remise de la tête dans la surface milanaise ? Lúcio et Samuel ont dû bien se marrer.

Et pourtant, le Milan y croira jusqu'au bout…

Si la position de Villa libère des espaces, elle enlève une arme défensive au Barça. Tout au long du match, le Barça contrôle le jeu, mais n'a pas d'assurance défensive. À chaque montée d'Alba, Roura transpire. Aurait-on imaginé ces dégagements de Mascherano et Piqué il y a deux ans ? Le Milan a toujours eu la place, mais n'a pas été assez bon pour en profiter. Même Montolivo, qu'on aurait pu imaginer en sauveur, se noie. On croit revoir la prestation de Pirlo en finale de l'Euro. Chaque brèche est l'occasion d'un nouvel échec. Et puis il y a ce manqué de Niang…

« Le football se joue sur quelques centimètres » , dira Allegri. Sur des choix tactiques aussi, Massimiliano. Ramires avait réussi son piqué, lui. Robinho ou Bojan l'auraient peut-être mis, personne ne le saura jamais. Mais Allegri aurait-il pu changer de plan en cours de match ? Après La Corogne et Liverpool, le Diavolo démontre une fois de plus cette incapacité étonnante à tenir un score extrêmement favorable. Finalement, Mourinho et Di Matteo n'étaient peut-être pas si nuls…

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 5
"Même Montolivo, qu’on aurait pu imaginer en sauveur, se noie. On croit revoir la prestation de Pirlo en finale de l’Euro"

l'article est excellent mais dire que Pirlo s'est noyé lors de la finale de l'Euro, c'est simplement faux... à la 57ème minute(quand Motta sort sur blessure et laisse ses coéquipiers à 10) la possession de balle était de 54% pour l'Italie... Rien à voir avec ce qui s'est passé hier soir... Pirlo était d'ailleurs l'un des rares joueurs à surnager lors de cette défaite.


Pour le reste je suis d'accord, ces 3 buts sont indignes d'une défense italienne. A part Abate, les autres défenseurs ont complètement coulé! surtout Constant. On ne peut pas aligner des mecs comme Constant, Mexes et Zapata quand on est le Milan, c'est indigent! D'autant plus, quand tu as De Sciglio sur le banc, tu ne peux pas aligner Constant dans ce cas là... Elle est là la vraie erreur d'Allegri, parce que de toute façon pour Mexes et Zapata, il n'a pas mieux en stock.
Note : 6
" Lucio et Samuel ont dû bien se marrer."

Pas Vidic ni Ferdinand...
La clé du match c'était le pressing, ils étaient asphyxiés, sans ce gros pressing du Barça le Milan aurait pu poser le jeu comme à San Siro... un excellent article sur le match d'hier soir sur le site "chroniquestactiques" !
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 2
sinon ce qui s'est passé sur le 4ème but barcelonais est juste hallucinant. Milan a un bon coup franc à jouer, tout le monde peut monter pour essayer de marquer le but de la qualif de la tête(connaissant les défenseures barcelonais, rien d'infaisable) et bah non, ils font une passe à l'adversaire et toute molle en plus pour être certain que le barcelonais contrôle bien la balle et amorce une belle contre attaque pendant que toute la défense n'est plus là...

ça c'était affligeant!
Peut-être aussi souligner que sur le 2ème but du Barça, Messi est hors-jeu...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par Toto Riina
La clé du match c'était le pressing, ils étaient asphyxiés, sans ce gros pressing du Barça le Milan aurait pu poser le jeu comme à San Siro... un excellent article sur le match d'hier soir sur le site "chroniquestactiques" !



moi j'ai vraiment l'impression que la lenteur excessive d'Ambrosini et les passes constamment ratées de Constant et de Niang ont eu une influence énorme sur le match, puisque ça a permis au Barça de récupérer très facilement la balle.

Tu mets Robinho à la place de Niang, la balle ressort déjà plus proprement, tu mets De Sciglio à la place de Constant tu peux être certain que les passes arrivent dans les pieds. Quant à Ambrosini difficile de s'en priver, c'est le capitaine et le seul joueur d'expérience sur le champ, mais à la mi-temps il aurait dû le sortir. d'ailleurs à partir de l'entrée de Muntari et Robinho la Milan a beaucoup mieux joué et la possession de balle est remontée assez rapidement de 30 à 40%, ce qui n'est pas négligeable.
Très bon article, qui met bien en avant les différences entre ce Barca et celui de la semaine dernière. J'espère que le barca en tirera les leçons.
Si la défense à 3 n'est pas toujours viable et était plus du à la nécéssité de remonter, les autres enseignements me semblent capitaux :
- Le retour de la pression sur le porteur du ballon diretement après la perte de balle, depuis toutes les lignes. Même Messi si est remis. On avait vraiment l'impression de revoir le Barca de Guardiola en ça. - L'importance du vrai 9. Villa devrait toujours jouer. Non seulement il offre plus d'espace à Messi en occupant les centraux, mais il diversifie l'origine du danger. Il peut te faire un match très moyen; puis, à la premièr occase qu'il aura, la mettre. - Iniesta au milieu, pas comme ailier. Désolé Cesc, tu joueras quand Xavi soufflera. - Justement donc, faire souffler "les vieux" Xavi et Puyol. Une semaine de repos et ça repart. - Et puis, ils défendaient à trois, mais Alba se cantonnait à son role de défenseur. Et ça change tout. Combien de fois on voit Alves et Alba faire les Mongoles là en hsut à jouer aux ailiers ensemble, en laissant Puyol et Pique défendre tout seuls. Regarder les match contre Madrid : Contre attaque par les flancs, Alba et Alves en Promenade en même temps, Pique et puyol débordé et donc ou faute et Pénaltys ou Cagada de las buenas.
C'est surtout que le Barça a joué dans un schéma différent de d'habitude et bien plus "Guardiolesque". Trois défenseurs, quatre milieux, un electron libre et deux attaquants. L'expérimentation de la fin de l'ère du Pep au final. Mais surtout ils ont joués à trois derrière et Alves au milieu ce qui n'est souligné par personne..
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
je me pose quand même la question de savoir si ce pressing asphyxiant sera suffisant face à une grosse défense et un milieu plus technique. si ça a lieu sur les deux matchs, certainement, mais si ils refont le même coup que face à Milan ils sortiront de la compétition. D'autant plus que le milan a eu plein d'occasions de les contrer et n'a pas réussi à le faire à cause de la faiblesse des passes des milieux milanais.

un milieu un peu plus technique aurait trouvé El Shaarawy sans trop de problème, vu le nombre de très bons appels qu'il a fait et des boulevards qu'il mettait aux défenseurs...
la solution contre ce pressing asphyxiant c'est 1 voir 2 touche de balle et pas beaucoup d'équipe en Europe peuvent se permettre de faire ça sans perdre le ballon...
joeystarr Niveau : DHR
enfin des avis constructifs et objectifs (dans les commentaires j'entends)

Certes la reformation du barca "de guardiola" aura eu un effet réel, mais désolé pour les fans, non le barca n'a pas récupéré son vrai niveau, les 3buts viennent de relance incroyablement mauvaise du milan (lesdites relances qu'au moins 3 ou 4 équipes en europe ne ferait pas face au barca), qui contre le barca se paient cash.

Pas ou trés peu de un contre un, ils n'ont quasiment jamais déstabilisé le milan par les ailes ou aux abord de la surface, et ont compté sur deux coup de gachettes de dingue de messi, et une tendresse manifeste de la ligne avant du milan.

Le milan pas au niveau tout simplement, et pourtant je deteste justifier une victoire par le niveau faible d'une des équipes, mais là c'était abusé, et évident.
LibidoPostToxico Niveau : National
Note : 3
Je dis que la clé du match c'est un mec qui en 2 frappes mets 2 buts, dont le premier qui arrivant assez rapidement fout les jettons aux milanais !
En gros, une equipe extraordinaire avec un joueur fabuleux !
Pour redire ce que je disais sur un autre article : le pressing asphyxiant tout au long du match, le sprint de malade d'Alba à la 90e sans avoir l'air le moins du monde fatigué malgré un match à faire des aller-retour, etc... Ca ne pose de questions à personne?

Autant la maîtrise technique catalane est clairement impressionnante, et ça personne ne pourra rien trouver à y redire (au delà d'une question de goût pour le style adopté, qui plaît ou non), autant il faut vraiment ne pas vouloir voir pour ne pas "s'interroger" (a minima) sur les performances physiques de mecs qui enchaînent entre 60 et 70 matchs par saison depuis 5 an. Surtout quand on voit la tournure du procès Fuentès, et les performances globales des espagnols dans de (très) nombreux sports.
Alors oui tactiquement, techniquement et collectivement c'est impressionnant, mais quand il y a un tel physique cela devient forcément plus facile (sans l'être pour autant, encore une fois tout le monde s'accordera là dessus)
Vincent Chase Niveau : DHR
C'est le 5ème article sur ce match depuis hier soir 23h.
Il y en a eu un seul sur la qualification du Galatasaray, changez de disque.
Message posté par Cefca
Pour redire ce que je disais sur un autre article : le pressing asphyxiant tout au long du match, le sprint de malade d'Alba à la 90e sans avoir l'air le moins du monde fatigué malgré un match à faire des aller-retour, etc... Ca ne pose de questions à personne?

Autant la maîtrise technique catalane est clairement impressionnante, et ça personne ne pourra rien trouver à y redire (au delà d'une question de goût pour le style adopté, qui plaît ou non), autant il faut vraiment ne pas vouloir voir pour ne pas "s'interroger" (a minima) sur les performances physiques de mecs qui enchaînent entre 60 et 70 matchs par saison depuis 5 an. Surtout quand on voit la tournure du procès Fuentès, et les performances globales des espagnols dans de (très) nombreux sports.


Le pressing qu’exerce le Barça est beaucoup moins fatiguant que le pressing classique de courir derrière le porteur du ballon pendant 90 minutes sans réellement être un danger pour lui. Javier Zanetti qui claque autant d'aller-retour que Jordi Alba moins rapide je suis d'accord mais a 39 ans ça te pose des questions là ?

Je me pose plus de questions en NBA que sur le foot, ils enchainent des matchs a haute intensité(même si en basket il y a beaucoup de temps-morts) tout les 2 jours a travers le pays, des joueurs comme LeBron James ne se repose jamais ça ne pose de questions à personne non plus...
Spikelee92 Niveau : CFA2
@ cefca ecoute con nard y'en a marre de parler dopage a chaque fois du barca ta déjà jouer au foot hein entre presser 5 seconde a la perte de balles et courir derrière la balle pendant 85 min qui doit etre le plus fatiguer?
Bale et cr7 mais même un joueur lambda etc a la 90eme sont pas capable de sprinter.
Espece de minable arrete de saouler avec ca si t'en a marre de cette equipe bah tu les regardes pas et puis c'est tout.
Je dis pas que le dopage n'existe pas au barca ou ailleurs dans le foot mais putain faut etre aveugle pour invoquer le dopage quand s'etale le talent d'iniesta xavi messi busquets etc au yeux du monde depuis 5 ans
marcplanus Niveau : DHR
L'article m'aura surtout appris que Dalglish est toujours l'entraîneur de Livpool et que c'est United qui a été champion la saison dernière.Les mecs, quitte à foutre un lien vers la fiche du club, profitez-en pour la relire..
Pourquoi le poteau de Niang ça aurait tout changé, mais le ballon repoussé sur la barre suite à un tir d'Iniesta, non ?
Ok, y'a eu parade du gardien, mais y'a des poteaux plus importants que d'autres ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
322 42