1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale- Espagne/France (2-0)

Les leçons tactiques d’Espagne-France

Parler d’envie ? De motivation ? D’un manque de courage ? Il y a quelques jours, l’Irlande et la Croatie se faisaient aussi éliminer par l’Espagne. Ils n’étaient tout simplement pas assez bons. Hier, en quart de finale, l’exploit n’a pas eu lieu et c’était au tour de l’équipe de France de rentrer à la maison. Tactiquement, cela aurait-il vraiment pu être mieux ?

Modififié
17 33
Une défense bien pensée, mais trop faible

Quand une équipe affronte un adversaire supérieur, l’impératif est de marquer en premier ou, du moins, de ne jamais être mené au score. Laurent Blanc l’a dit, arriver à 0-0 à la mi-temps aurait offert un tout autre match. Le défi était double : courir suffisamment devant la possession infernale espagnole et résister aux accélérations ponctuelles de la Roja. Pour cela, les Blancs formaient un 4-5-1 occupant toute la largeur, Ribéry se sacrifiant en second arrière gauche et M’Vila-Malouda-Cabaye formant le fameux trivote anti-tiki-taka. La principale préoccupation de Blanc était, à raison, le côté gauche. D’où le duo Debuchy-Réveillère. Et par moments, on a bien cru voir une individuelle de Réveillère sur le divin Iniesta, à tel point que le Français se fit aspirer loin de ses buts à plusieurs reprises. En haut du trivote, l’infatigable Cabaye venait chatouiller les chevilles des Espagnols. La Roja jouant sans numéro 9, la mission de la charnière Rami-Koscielny était inhabituelle : garder les lignes serrées lors de la construction de l’action et rester attentive sur les centres où deux ou trois Espagnols venaient s’insérer dans la surface (le plus souvent Xavi, Cesc et Silva).

Mais la France n’avait pas une défense suffisamment solide pour résister aux assauts des Rouges, et ce n’est finalement une surprise pour personne. Après tout, Réveillère n’est pas Maicon et Clichy n’est pas Ashley Cole. Derrière aussi, la qualité est cruciale, surtout face à l’Espagne. Sur le but, Réveillère semble hésiter à monter sur Iniesta, qui a tout son temps pour le prendre à défaut. Xabi Alonso est absolument tout seul, tandis que M’Vila est aux vingt mètres. Clichy se prend pour le gardien et cache la vue de Lloris. À partir de là, comment en vouloir à un entraîneur qui avait tout fait pour éviter ce genre de situations sur le côté gauche ?

Le jeu : la défaite de Blanc ?

Sur le papier, la formation est défensive, mais dans les faits, les Blancs ont souvent réussi à garder le ballon avec cette composition pouvant passer au 4-3-3 (Debuchy à droite, Ribéry à gauche) en un clin d’œil. Les incursions verticales de Cabaye et surtout de Malouda étaient bonnes, et les Bleus pouvaient rapidement élargir le jeu sur les côtés. Certes, les approximations de Lloris ou même Rami à la relance ont pénalisé une équipe qui n’avait pas besoin d’abandonner le ballon. Oui, Blanc a refusé d’aller prendre les Espagnols à la gorge dès les premières minutes et il aurait été beau de tester la vitesse de Ménez, la technique de Nasri ou la taille de Giroud. Mais avec ce système « défensif » , à 1-0, les hommes de Blanc ont réussi à avancer dans le terrain et à jouer suffisamment haut pour gêner la relance espagnole. Dès la demi-heure de jeu, un faux-rythme s’installe, des deux côtés. Les Bleus ne sont ni ultra-défensifs ni frileux, et l’Espagne ne termine qu’avec 55% de possession de balle. Les choses ont mal tourné avec ce but à la 19e minute, mais si les Bleus avaient réussi à ouvrir le score… Cette formation était certainement le meilleur compromis, la plus adaptable, la plus polyvalente tactiquement.

En revanche, quand les Bleus s’emparent du ballon à l’heure de jeu et prennent plusieurs minutes à se rapprocher du but adverse, l’incohérence est terrible. Surclassés, trop lents, trop approximatifs, les Français peinent. En construisant, la France faisait face à une défense placée composée de deux des tout meilleurs centraux au monde et d'une doublette Xabi Alonso-Busquets quasiment imprenable. L’Espagne, maître du monde tactique, ne s’en plaint pas. Les Ibériques sont bien placés pour savoir qu’après tout, la possession n’est qu’une autre façon de défendre. S’il n’est jamais bien vu d’attendre l’adversaire avec une formation défensive, il n’a jamais été prouvé qu’il existe une manière plus efficace que l’autre pour se rapprocher du but adverse dans les meilleures conditions. D’ailleurs, les changements offensifs n’apportent aucun danger supplémentaire.

Et si…?

Évidemment, on peut croire que les Bleus auraient pu tenter plus. Mais si les Espagnols avaient eu à accélérer plus tôt ? L’entrée de Pedro a montré un jeu autrement plus déséquilibrant, et la France en a terriblement souffert (n’est-ce pas, Rami ?). La Roja a été aussi loin d’être flamboyante que proche d’être invincible. Injouable plutôt, trop solide, trop sérieuse, à l’image du match de Xabi Alonso, proche de la perfection. Pour gagner ce match, la France aurait peut-être dû dépasser le cadre rationnel afin de ne pas avoir à jouer contre la meilleure équipe au monde « à la régulière » . Cela aurait pu être interprété par un système exagérément offensif, certes. Ou par un antijeu destructeur contraire à la philosophie voulue par la fédération.

Mais surtout, cela aurait pu être incarné par un homme qui n’a que faire de la raison depuis le début de sa carrière : David Trezeguet. L’homme aux buts en or. L’homme qui, symboliquement, a marqué hier soir un doublé décisif pour River. Un mec qui aurait pu la mettre au fond, seul et contre tous, même au duel contre Ramos et même sur un centre de Réveillère. Une absence éternellement regrettable : il était là, le manque de courage de Blanc. Néanmoins, l’Euro reste une réussite pour les Bleus. Sans Zlatan, une demi-finale aurait été envisageable. Il y a eu du jeu, il y a eu des espoirs, il y a eu un énorme Ribéry et des confirmations. Surtout, la France est à nouveau devenue une équipe comme les autres, dont on peut parler de la tactique et de la performance sur le terrain. 2012 restera un tremplin pour 2014 et 2016. Il fallait passer par là.

Par Markus Kaufmann et Ruggero Lambertini

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Personnellement, je trouve que LB a montré ses limites tactiques durant tout l'Euro.

Entre ses changements hyper tardif s(Angleterre, Suède), inappropriés (Nasri hier alors qu'il fallait accélérer le jeu) et sa frilosité contre l'Espagne (association Debuchy-reveillere), il a prouvé ce qui le sépare encore du haut niveau. Et là, je ne parle pas de son management...

Bref, il ne faut pas refaire la même erreur qu'avec Domenech. Cette EDF n'a pas besoin de continuité, elle a besoin d'électrochoc. Maintenir LB conforterait encore et toujours le leardership de certaines racailles qui prennent le pouvoir dans cette EDF et la tire vers le bas
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Par contre, il faudrait que So Foot arrête de porter en gloire Trezeguet en l'imaginant encore sauveur de l'EDF. Trezeguet joue en D2 argentine...
Dans un match comme celui-ci, ou la France n'a pas approché la surface de réparation, Trezeguet aurait touché 2 ou 3 ballons, coup d'envoi compris.

Avec vous, les absents ont toujours raison...
une équipe comme les autres ? les matchs les plus chiant de l'euro, c'est aussi la france... alors apres l'afrique du sud, tout est mieux, mais l'attitude d'une partie du groupe france reste vraiment pathétique...
waynerooney Niveau : CFA
http://choualbox*.com/Dswm


Enlevez l'étoile entre le x et le .

< Voila la vraie leçon tactique du match...
Mais quelqu'un peut m'expliquer pourquoi Blanc s'est focalisé sur la possession de balle des Espagnols? 55% ca a rien d'extraordinaire, c'est très loin des chiffres du Barça (75%). Il me semble qu'il a complètement confondu les deux.
Une compo avec un côté renforcé ca aurait pu marcher mais sa tactique "atteindre la mi-temps à 0-0" c'est juste ridicule, digne d'une CFA2 face à une L1 en coupe.
Sans aller jusqu'à réclamer Trezegoal (dont je suis totalement partisan), incroyable que LB ait été aussi un en coaching, on aurait dit du Domenech des grands jours (ah, les rentrées de govou à la 75e). Il sort Malouda Debuchy (pourquoi pas RVR???) pile au moment ou on commence à mettre le pied sur le ballon. Le pire c'est qu'il fait même pas rentrer Giroud pour apporter du poids devant mais Nasri, Bref.
Une défaite tactique de plus pour Blanc qui n'a pas su bonifier la relation Ribenz. Il a du leur demander de jouer ensemble mais franchement hier ils étaient pitoyables à tout le temps se chercher et jamais se trouver. Le footsall a ses limites.

Pas mal de choses à changer dans cette EDF que je ne suivrais plus tant qu'elle sera aussi incohérente et vivra à l'heure de ses joueurs melonités (Nasri, Mvilla, Benz, Menez, HBA en particulier). Et de son coach, toujours aussi incapable de changer le cours d'un match (vous allez me dire, 10 ans qu'on a ça, je devrais être habitué...)
PAs de fonction édit?
"aussi nul" > "aussi un"
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 2
Je ne pense pas que la France jouait avec le frein à main ou quoi que ce soit. Elle était juste trop limitée, et l'Espagne juste trop forte, un point c'est tout. Et puis, faut arrêter avec les "sans Zlatan". Bah ouais, sans Zlatan, on aurait joué l'Italie. Bah ouais,mais jusqu'à preuve du contraire,les équipes qui vont en demi sont capables de battre le dernier de leur groupe, ou au moins de ne pas perdre. Voilà ce qui fait la différence actuelle entre la France et le Portugal, la France et l'Allemagne etc.
Le prince des ténèbres, en effet, les absents ont souvent raison, surtout en EDF. Mais Trezeguet est de la classe des Renards, ces joueurs qui, à l'image des Gomez, des Klose, des Inzaghi, des Van Nisterloy, ne touchent que très peu de ballons, mais quels ballons... leurs stats ballons touchés/balles de buts doivent faire pâlir des Benzema, des Torres. Attention, je ne dis pas qu'il ne faut pas que Benzema n'y soit pas, mais je crois plus en un Benzema passeur, que buteur. J'attends de Giroud qu'il soit ce joueur. Je ne le connais pas si bien, je ne connais pas ses caractéristiques. Mais c'était encore un peu tôt. Avec Trezeguet, la France aurait ce joueur d'expérience, qui connait la gagne, qui a cette envie, cette joie du football.
Certes, 35 ans et la D2 argentine ne sont pas vraiment des infos qui plaident en sa faveur, mais ce mec respire le but, il a ça en lui, tu ne peux pas le nier.
waynerooney Niveau : CFA
Même moi j'ai envie de me battre pour mon vulgaire club de district. Et là les mecs sont en EDF, et tu vois Malouda qui voit X. Alonso partir devant lui et ne même pas essayer de le suivre, ça dégoûte...
j'en ai un peu marre de cette fixation sur Reveillere. Il a ete plutot bon. Si Debuchy ne se fait pas manger par Alba sur le premier but, on en parlerais peut etre pas. La faute sur le penalty est legere et il cherche a rattrapper l'erreur monumental a ce niveau là de Rami
Et sinon, est-ce qu'on a pensé à proposer une petite pige durant l'Euro à Zidane et Djorkaeff ?
Ouais enfin il a été plutôt bon parce qu'il avait un autre défenseur devant lui et que donc son travail était divisé par 2. Je l'ai pas vu se montrer très efficace lors de ses montées...
Tout le monde sait que c'est Evra qui tire les ficelles derrière tout ça. C'est toujours lui!
Le_Touriste Niveau : DHR
L analyse elle est simple . La France a cru que l Espagne allait jouer à 100% en attaquant partout donc Laurent a mis en place une tactique défensive sauf que les Espagnols sont un peu des mecs superstitieux , la France ne les a jamais réussi . Alors ils ont décidé d attendre sans trop attaquer et de profiter du moindre espace en calculant les risques pris en cas de contre attaque et une fois à 1-0 on conserve le ballon en espérant que la France passe à l'attaque sauf que la France n a jamais vraiment voulu attaquer . Donc un tactique défensive face à une équipe qui attaque au minimum ça sert à rien d ou le match en plastique . C'est aussi Simple
avait-il le droit de monter ?
Katapulta Niveau : CFA
''Laurent Blanc l’a dit, arriver à 0-0 à la mi-temps aurait offert un tout autre match’’…Avec des ‘’si’’ la France serait en finale…
L’Espagne n’a pas été flamboyante,il n’y en avait pas le besoin pour affronter les bleus…!
Le problème est bien général,il suffit de lire les articles de ‘So Foot’ avant le match,et lire ceux après…Sérieux!Les Bleus ont été nuls,face a l’une des meilleurs équipes du monde,c’est tout.C’est si dur que ça de le reconnaître?
Après ont vient nous dire que,si ceci,si celà...c’est n’imp!!!
Mauvais perdants en plus!!!Aucun panache,aucune humilité,c’est tout juste si on ne nous dit pas que L’Espagne n’a pas mérité de gagner et qu’ils ont été mauvais…Mais ça a bien suffit parbleu!!!
C’est bien fait,pour les journalistes qui ont tendance a vendre la peau de l’ours,avant même de savoir si il y en a un…!
Ça aurait encore été mieux avec une note encore plus salée…!
General Delacroix Niveau : District
Je ne sais pas trop quel genre de leçons tactiques on peut tirer dans un match qui se joue sans se jouer. J'ai entendu plusieurs fois des journalistes dire qu'on avait bien contenu les espagnols. Mais les espagnols n'ont pas joué. C'est ça le drame. Ils n'ont même pas eu besoin de jouer. Il n'y avait rien à contenir puisqu'ils n'ont même pas eu besoin d'attaquer. Laurent Blanc nous a dit, avec le discours typique de loser qui caractérise les sélectionneurs français, que les espagnols avaient marqué sur leur seule occasion. Oui, c'est vrai. Mais il ne se demande pourquoi ils n'ont pas eu besoin d'avoir d'autres occasions. Peut-être parce que nous-même avons eu un seul tir cadré dans toute la partie, un coup franc qui plus est il me semble.

Hier soir, Zidane, Cantona et Papin aurait pu jouer sans problèmes, personne n'aurait vu la différence d'âge.
Epictète Niveau : CFA
A mon sens, il n'y a qu'une seule leçon à tirer de ce match de gagne-petit : Laurent Blanc a craqué. Je ne sais pas à quel moment il a décidé d'aligner cette compo dégueulasse, mais c'est - pour moi - une erreur plus que grossière.

26 matchs (amicaux, qualifs + Euro) a bâtir une équipe de ballon, qui essaie d'imposer son jeu, qui construit toujours vers l'avant, pour la renier à l'heure d'un quart de finale contre les champions du monde en titre. Connerie* ! Le manque de lucidité est effrayant.

Sans compter les "surprises" de dernière minute : sortir A. Diarra au moment où le mec vient d'aligner sa meilleure série de match en Bleu, mettre Réveillère d'entrée alors qu'il n'a eu que des miettes de matchs ces dernières semaines, avancer Debuchy tandis qu'il commence juste à s'imposer en EdF, titulariser M'Vila qui a fait son retour sur un 0-2 contre la Suède...etc. Mais quoi ! Mais quoi ??

Je crois franchement qu'on ne partait pas vaincus. La France n'était plus celle de Domenech, et nous avait donné de sérieux gages de solidité, malgré une défense constamment déstabilisée (blessure de Mexès, maladie d'Abidal, blessure de Sagna). De son côté, l'Espagne n'est plus tout à fait aussi forte qu'en 2008/2011. Villa n'est pas là, Puyol non plus, Torres n'est plus que l'ombre du monstre de Liverpool, Xavi est sans doute usé physiquement, Piqué sort d'une saisons médiocre. A mon sens, il fallait jouer, jouer. Coller la compo et la tactique habituelle dès le coup d'envoi et faire le taf. Je suis convaincu qu'on n'aurait pas fait pire que ce 0-2 frustrant et triste à crever.

Je suis vraiment gavé par Blanc, sur ce coup. C'est une grosse déception pour moi.

"mais si les Bleus avaient réussi à ouvrir le score" => c'est une blague ? Quand Benz ou Ribéry choppaient la gonfle à 40 mètres des cages, ils se retrouvaient seuls face à 5 ou 6 Espagnols bien en place, et le coéquipier le plus proche d'eux était 10 mètres derrière...

Trézéguet ? => deuxième blague ? Vous savez sans doute qu'il a arrêté l'EdF voici 4 ans ? Que depuis, il a joué deux saisons largement amputées à la Juve, une à Alicante, quatre matchs aux Émirats Arabes et qu'il évolue aujourd'hui en D2 argentine ?

J'ai tellement la blase.
La leçon de ce match c'est que si t'aligne des joueurs de ligue 1 face à une équipe où tout les joueurs jouent au plus haut niveau,t'as de fortes chances que tes adversaires se sentent insultés par ce manque de respect.
Bon article, plutôt raisonné sur le match d'hier - au lieu de hurler avec les loups. Blanc a fait un vrai choix tactique. S'il s'était avéré payant, on aurait crié au génie. Mais voilà, ça n'a pas fonctionné. L'équipe est encore en construction, et trop peu mature sans doute. En face, les Espagnols ont su maîtriser le match, et ont intelligemment sapé toute dynamique/révolte française (un peu à la mode italienne des grandes années: passe à 10, fautes tactiques, prise temps aux sorties de jeu, changements de joueurs au compte goutte). Les Français n'ont pas eu l'agressivité et la détermination nécessaire pour renverser et emballer la partie. Il aurait fallu un ou deux bons gueulards d'expérience parmi eux, que ne sont pas Malouda ou Ribéry.

Contrairement à beaucoup sur Sofoot, même si je trouve le bilan de cet Euro mitigé (1 seule victoire), je retiens surtout un bon travail au long court de Blanc. Faut voir d'où il partait le type - on perdait contre la Chine b0rdel!!
J'espère vraiment qu'il va rester.

Par contre, faut arrêter avec Trezegué. A une époque c'était Cissé le sauveur de l'attaque française (qui scorait alors en Grèce, bon).
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
17 33