1. //
  2. // 8es
  3. // Arsenal-Barcelone (0-2)

Les leçons tactiques d’Arsenal-Barça

Après 70 minutes combattues qui semblaient pouvoir accoucher d’un 0-0 capable de contenter aussi bien un Barça en manque de contrôle qu’un Arsenal sans finition, les hommes de Wenger ont finalement laissé filer le trident sud-américain au pire moment. C’est-à-dire à celui où ils semblaient réussir à capitaliser sur leur discipline défensive. Sans avoir eu besoin d’élaborer un jeu sophistiqué, le Barça de Luis Enrique a une nouvelle fois démontré qu’il maîtrise tous les registres. Malgré un plan de jeu concret et bien réalisé, Wenger et Arsenal ont connu une nouvelle nuit frustrante.

Highbury, le 12 mars 1974. À l’occasion d’une exhibition organisée en l’honneur de George Armstrong, tous les yeux sont braqués sur un Johan Cruyff flamboyant alors que le Barça éblouit l’Angleterre par son football futuriste : 1-3. Plus de quarante années plus tard, le talent des Blaugrana est toujours l’attraction de ses déplacements outre-Manche. En conférence de presse, Wenger parle même d’une « équipe presque parfaite » . Presque, parce qu’après 44 matchs, l’escouade de Luis Enrique a déjà encaissé 28 buts, soit le total de la saison passée en 60 rencontres. L’espoir est donc permis, malgré la raison. Tout Londres est persuadé d’avoir déjà vu le film, mais tout Londres y retourne avec le même enthousiasme naïf. Parce que si Wenger et Arsenal n’ont jamais éliminé le Barça, ce dernier n’a jamais gagné à l’Emirates. Et aussi parce que mardi, l’orgueil british n’a pas arrêté de se répéter que Messi n’a jamais réussi à marquer contre Petr Čech.

Mais si le décor est similaire, les acteurs ont (un peu) changé. En 2016, Arsenal assume parfaitement son aisance dans un football de transition décomplexé.
Si le Barça parvient à aller au bout de la compétition – ce qui serait historique – ce sera avec exactement le même onze que l'an dernier.
Fini les prétentions ibériques, le 4-2-3-1 qu’annonce Wenger est bâti pour les sorties de balles vives de Ramsey, la vitesse d’Alexis et Oxlade, le pilotage savoureux d’Özil et les remises de Giroud. Sans Cazorla, Arteta et bien évidemment Wilshere, le plan de jeu exige une discipline défensive irréprochable qui semble pouvoir se reposer sur la grande saison de Koscielny et le jeune retour (un mois) de Coquelin. Du coté du Barça, Luis Enrique pose ses pions avec la même confiance que la saison dernière. Si son équipe parvient à aller au bout de la compétition – ce qui serait historique – ce sera avec exactement le même onze.

Le film d’un premier acte ouvert


Mais s’ils connaissent leur texte par cœur, le début de match des Catalans est fait de maladresses et d’hésitations. Le pressing conservateur d’Arsenal – celui activé uniquement par Alexis, Giroud et Özil – est suffisant pour faire reculer Mascherano et Piqué. Et si les Gunners ne récupèrent pas le ballon en zone dangereuse, la moindre maladresse du Barça offre aux hommes de Wenger l’occasion de multiplier les démonstrations de sorties de balles. Après dix minutes brouillonnes faites d’intensité plus que de jeu, Masche se retrouve forcé à dégager le ballon au loin, Suárez, Rakitić et Alba ratent inhabituellement leurs transmissions, et ni Neymar ni Messi ne parviennent à trouver une prise pour transformer la possession barcelonaise en contrôle territorial.
Après 30 minutes, Arsenal a touché 11 ballons dans la surface adverse contre 2 pour les visiteurs.
Derrière, Koscielny gagne tous ses duels, Alexis bloque une percée axiale de Messi et il faut attendre la 15e minute pour voir Iniesta libre de dialoguer avec son trident. Dans sa zone technique, Luis Enrique s’agite et pousse ses défenseurs à ne pas reculer pour dessiner enfin une longue possession dans le camp adverse. Alors que la protection de balle patiente de Giroud et la vision instinctive d’Özil les mènent facilement à la surface adverse, les paroles d’Henry résonnent silencieusement dans l’Emirates : « Aujourd’hui Arsenal n’a plus besoin d’avoir le ballon pour gagner des matchs de football.  » Après 30 minutes, Arsenal a touché 11 ballons dans la surface adverse contre 2 pour les visiteurs. C’est finalement par l’attaque directe que Luis Enrique parvient à faire définitivement reculer les Gunners.
Si Messi ne passe pas – sous les « Paie tes impôts ! » du public – et si Neymar n’est jamais dans les bonnes conditions pour accélérer (bon travail de Bellerín et Oxlade), Piqué trouve très facilement Alves dans le dos de Monreal. Et quand les Gunners repoussent ces tentatives de jeu direct, ils se retrouvent vite assiégés par la conquête des seconds ballons d’Iniesta et Rakitić, et la science de Busquets. Tant pis si Neymar et Suárez ne peuvent porter le danger, Super Busquets prend de l’avance sur ses devoirs et épuise déjà Özil et Alexis. Au bout d’une demi-heure, Arsenal montre d’ailleurs des premiers signes de fatigue, et ils n’ont pas réussi à marquer. Car avec le ballon, les canonniers se montrent inefficaces : les mauvais tirs de Ramsey (8e), Bellerín et Oxalde (22e) font grimper la frustration dans le nord de Londres. À la 37e, l’ultime menace de sprint d’Oxlade est anéantie par un tacle guerrier du chef Mascherano. Alors que Pep Guardiola est en train d’orchestrer une démonstration de domination territoriale à Turin, Luis Enrique utilise la possession pour faire souffler les siens et épuiser l’adversaire, sans danger ni élaboration.

Fatigue et faute tactique


Mais ça fonctionne. Mis à part un coup de casque de Giroud, les 5 dernières minutes de la première période et les 25 premières minutes de la seconde sont largement barcelonaises.
En première période, face à une équipe entièrement regroupée dans son camp, nous avons réussi à les fatiguer et à provoquer une énorme dépense d’énergie. Luis Enrique
À la suite d’une répétition de corners, Piqué se permet même de rester aux avants postes durant quelques minutes, avec Jordi Alba en libéro de secours. Arsenal n’a plus le rythme pour accompagner les chevauchées d’Alexis ni la force pour donner du soutien à Giroud (puis Welbeck). Özil a beau réaliser quelques miracles de son coup de talon magique, ces quelques décalages ne suffisent pas. En conférence de presse post match, alors que la qualité de jeu de ses hommes est remise en question, Luis Enrique répond ainsi : «  Je suis très, très content de notre prestation. En première période, face à une équipe entièrement regroupée dans son camp, nous avons réussi à les fatiguer et à provoquer une énorme dépense d’énergie. En seconde période, on savait que cette gestion nous offrirait plus d’espaces et de solutions. Et ça a été le cas. »
Effectivement, le Barça monte d’un cran dès la 40e minute et Suárez passe tout près de l’ouverture du score avant la mi-temps. Et si le film du match pouvait nous laisser croire qu’Arsenal avait encore son destin entre les pieds après 70 minutes de jeu, les chiffres donnent raison à Lucho. D’une part, le Barça a tenu le ballon deux fois plus longtemps que les Gunners (41’30’’ contre 22’08’’) et a tiré plus de deux fois plus (16 tirs à 7). D’autre part, en seconde période, la domination est sans partage : 10 tirs à 3, 5 corners à 0, et enfin 10 fautes commises à 5. Un chiffre insignifiant ?
On a eu deux ou trois opportunités pour les empêcher de développer l’action du premier but, et aucun de mes joueurs ne les a saisies.Arsène Wenger
Il est crucial. Sur l’action du premier but espagnol et cette construction Iniesta-Neymar-Suárez-Neymar-Messi, l’Atlético de Simeone, le Bayern d’Heynckes, le Chelsea de Di Matteo ou l’Inter de Mourinho – les derniers à avoir éliminé les Blaugrana – auraient trouvé l’énergie ou l’intelligence de réussir une faute tactique sur Neymar. Wenger voulait des musiciens en permanence « collectifs, résilients, solidaires, intelligents. » Il a obtenu les trois premiers adjectifs, mais il a manqué le tout dernier, le temps de quelques secondes. Alors que Piqué trouvera la lucidité pour aller chercher un jaune blanchissant à 0-1, les Gunners ont manqué de discipline (ou d’expérience ?) et c’est bien le gros regret qu’avance Wenger : « On a eu deux ou trois opportunités pour les empêcher de développer l’action du premier but, et aucun de mes joueurs ne les a saisies. »

Patience et vitesse


Le second regret de Wenger doit concerner le second but : une erreur technique de Mertesacker puis une erreur de jugement de Flamini (à peine entré en jeu) ont enterré tout espoir de miracle au retour. Enfin, le manager Français a un dernier regret moins ponctuel mais au moins aussi important : « On a manqué de patience à des moments inattendus. On a eu beaucoup trop de pertes de balles non provoquées par le pressing barcelonais » . Finalement, la seule composante où Arsenal a été régulier tout au long du match est celle du pourcentage de passes réussies : seulement 75% en première période et 76% en seconde. Un manque de maturité technique ? L’absence cruciale de Cazorla ? La dépense d’énergie qu’évoque Luis Enrique ? Ou alors l’énergie culturelle (et parfois négative) de ce public anglais poussant à aller toujours vers l’avant ?
Quelques secondes avant l’ouverture du score de Messi, alors qu’Arsenal développe un jeu de position, le stade gronde et pousse à l’attaque.
Si le jeu catalan n’est plus aussi poussé que sous le règne de Pep, personne n’a encore trouvé les moyens de l’empêcher de gagner.
Un centre pressé plus tard, les Anglais se font cueillir par El Tridente qui part signer un chef-d’œuvre de contre sous la banderole « Football should be an art » coiffée du visage de Wenger. Comme une fourchette géante, ce trident n’a pas besoin d’être aiguisé pour embrocher ses proies. Et si le jeu catalan n’est plus aussi poussé que sous le règne de Pep, personne n’a encore trouvé les moyens de l’empêcher de gagner. « Dans le football, on sait tous qu’il faut savoir dominer tous les registres…  » , dira Luis Enrique pour refermer le faux-débat d’un Barça maître du contre. En 1974, le Times écrivait que « le jeu des Azulgrana a produit du vertige par la vitesse de son initiative » . Hier soir, l’Emirates a chaviré une seule fois. Et cela a suffi pour faire couler le navire.

La différence Luis Suárez


Observer Luis Suárez au stade a toujours été un spectacle à part entière, pour des raisons artistiques évidentes. Parce qu’il est toujours fascinant de voir un homme se livrer corps et âme au nom d’un combat. Parce que la brutalité du sport est belle et captivante.
Quand Messi marque sur penalty, Suárez bondit et frappe à nouveau le ballon dans les cages de Čech. Le Barça mène 2-0, mais ce n’est pas assez pour Suárez.
Et parce que l’intelligence instinctive de ses déplacements est un chef-d’œuvre permanent déguisé sous le costume d’une répétition d’initiatives spontanées. Suárez court partout. Suárez part se coller aux quatre défenseurs de l’équipe adverse. Sur chaque remise en jeu adverse, Suárez agite ses bras et crie sur ses coéquipiers pour exiger un pressing aussi agressif que possible. Suárez se plaint de l’arbitrage à chaque instant, fixe le public droit dans les yeux et a toujours un mot pour ses adversaires directs. Quand Messi marque sur penalty, Suárez bondit et frappe à nouveau le ballon dans les cages de Čech. Le Barça mène deux à zéro, mais ce n’est pas assez pour Suárez. Parce que ce n’est jamais assez. Une énergie contagieuse, la générosité de Samuel Eto’o, l’humilité de David Villa et une soif de victoires inimitable. Si Suárez est discret dans le jeu barcelonais et contribue à la baisse d’élaboration de la possession blaugrana, l’Uruguayen a démontré hier soir à Londres qu’il est aussi l’élément perturbateur qui nourrit discrètement l’ambition d’un groupe qui, sans lui, serait peut-être trop habitué à gagner.

Par Markus Kaufmann, à l’Emirates Stadium À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

tacle_tibia Niveau : Ligue 1
Super article.
mais pour un Suarez possédant "l' humilité de David Villa" on repassera.
Ce gars pue l'arrogance par tous les pores de sa vilaine peau.
Ah? C'est marrant je trouve pas du tout moi. Il transpire plutôt la gagne, comme un Tevez, et un peu la roublardise aussi, mais pas l'arrogance. En dehors des terrains il a l'air très calme, très posé.
read my mind Niveau : National
Note : -1
David villa humble? Dans un univers paralléle surement ,l'un des trés rares joueurs ayant réussi à enerver ozil en prononçant des paroles islamophobes.

L'un des grands animateurs de "la loge des fourbes" avec alba et busquets.
Tout est dit par Luis Enrique et Messi dans son interview d'après match : Arsenal a dépensé trop d'énergie en première période.

La qualif se joue sur 180 minutes, les Blaugranas ont su gérer tranquillement et faire mal quand il fallait tandis que les gunners ont tout donné dans la première demi-heure.
Note : 2
Désagréable impression que le Barca ne prenait pas son adversaire au sérieux dans ce match, comme si ils s'en foutaient d'en prendre 1 ou 2 à Londres car de toute façon ils auraient mis une fessée au retour. C'est peut-être cette arrogance qui leur coutera une élimination dans les prochains tours d'ailleurs, attention au péché d'orgueil.
Message posté par Rouflette
Désagréable impression que le Barca ne prenait pas son adversaire au sérieux dans ce match, comme si ils s'en foutaient d'en prendre 1 ou 2 à Londres car de toute façon ils auraient mis une fessée au retour. C'est peut-être cette arrogance qui leur coutera une élimination dans les prochains tours d'ailleurs, attention au péché d'orgueil.


Non non rien à voir. Si tu regardais le Barça plus souvent tu saurais que l'équipe commence toujours ses matchs de la même manière, pour monter en régime au fil des minutes.
Je sais bien, un match n'est pas l'autre, etc. mais Lewandowki à la place de Giroud sur la tête et Douglas Costa/Robben à la place d'Oxlade Chamberlain quand il a l'occasion ou vient s'encastrer comme un idiot sur Mascherano alors qu'ils sont à 4 contre 2 ou 3, c'est but neuf fois sur dix...
¡Buena análisis del partido!
Message posté par Elessar
Non non rien à voir. Si tu regardais le Barça plus souvent tu saurais que l'équipe commence toujours ses matchs de la même manière, pour monter en régime au fil des minutes.


Contre City l'année dernière j'ai pas souvenir d'un trio de devant qui s'amusait à se faire des passes dé au lieu de privilégier l'efficacité. Ils ont sonné la fin de la récrée en 2ème MT mais leur début de match ressemblait à une séance d'entrainement.
Message posté par Remo
Je sais bien, un match n'est pas l'autre, etc. mais Lewandowki à la place de Giroud sur la tête et Douglas Costa/Robben à la place d'Oxlade Chamberlain quand il a l'occasion ou vient s'encastrer comme un idiot sur Mascherano alors qu'ils sont à 4 contre 2 ou 3, c'est but neuf fois sur dix...


Avec des "si", on peut evidemment refaire le match, ca sert pas a grand chose mais ca fait toujours plaisir on dirait!
Effectivement, la victoire a peut-être été aussi tactique. J'ai vraiment repensé au match de la demi-finale aller de l'an passé contre le Bayern, où les Allemands ont tenu la dragée haute pendant 75 minutes, avec une énorme occase d'ouvrir la marque par Lewandowski. Et puis sur une erreur de Bernat, Messi les punit, et derrière entre la fatigue et les espaces laissés pour revenir au score, le Barça en plante encore 2.
Luis Enrique est impressionnant sur les matchs aller-retour. Deux finales de Copa del Rey, et toujours pas de défaite en dehors de celle, anecdotique, à l'Allianz Arena l'année dernière. Et cette capacité à "tuer" les éliminatoires dès le match aller (à l'Ettihad Stadium, au Parc, à l'Emirates...)
Bonne comparaison avec le 3-0 contre le Bayern l'année derniere, vraiment 2 matchs super similaires.

Gros effort du Bayern et d'Arsenal et punition de La Pulga.
Traitons le d'arnaque, d'opportuniste ou de surfeur de vague, mais s'il ya une chose qu'on n'enlèvera jamais à Enrique, c'est d'avoir su et pu inclure cette verticalité qu'on ne décrit plus.

Hier sous Martino les catalans auraient probablement craqué, je crois qu'en première demi heure la transmission la plus effectuée devait être Masche/Pique, les gunners defendaient parfaitement leur territoire.

Le pire c'est que même avec un manque de talent évident sur une telle confrontation ( ces passes longues mon Dieu.. ) la marche etait accessible, et c'est à ce moment là que le Barça se mit en mode vertical.
Ahmed-Gooner Niveau : National
Message posté par Remo
Je sais bien, un match n'est pas l'autre, etc. mais Lewandowki à la place de Giroud sur la tête et Douglas Costa/Robben à la place d'Oxlade Chamberlain quand il a l'occasion ou vient s'encastrer comme un idiot sur Mascherano alors qu'ils sont à 4 contre 2 ou 3, c'est but neuf fois sur dix...


Pas d'accord pour la tête de Giroud car Ter-Stegen fait un superbe arrêt, mais pour Ox je pense que même Bellerin ou Campbell auraient fait mieux,il a été précieux défensivement Ox car sa sortie a déséquilibré le bloc (quelle idée de faire rentrée Walcott lorsqu'il faut défendre sur Neymar/Alba/Iniesta), mais offensivement le mec il est au fond du trou, tu sens sur l'occase qu'il manque ou il fait la passe dans bras de Ter-Stegen que le type a un manque cruel de confiance, sa réaction en est la preuve, j'ai eu pitié pour lui malgré la frustration, il a besoin d'un nouveau départ carrément.
Note : 1
On peut aussi noter cette chatte incroyable du Barca avec les blessures qui leur permet d'aligner leur équipe type dans tous les matchs importants depuis la saison dernière.
Mouais bon article, mais je suis loin d'être aussi catégorique quant à la victoire du Barça.

Pour moi la première mi-temps était clairement pour Arsenal. Ils ont eu beaucoup plus d'occasions franches. La possession non, mais on s'en fou, Neymar et Messi étaient quasi invisibles en 1e MT. Si Giroud avait été dans un bon jour, ça faisait 1-0 pour Arsenal.

En tout cas Arsenal défend très bien dans l'ensemble. Koscienly a effacé Messi pendant plus d'une heure, et n'est pas coupable sur le but. Bellerin a complètement empêché Neymar de faire quoique ce soit.
Monreal et Bellerin deux super latéraux en tout cas. Koscielny toujours énorme. Mertesacker pas mal ce soir.
Voilà j'insiste là dessus parce que parler que de la MSN qui n'a presque rien fait du match c'est mal choisir ses priorités.
frednorthlondon Niveau : DHR
Mouais. Wenger aurait du y aller avec le plan B comme contre City, c'est la son erreur. Le but est l'illustration tout de même d'une philosophie. Les joueurs des gunners perdent la balle au poteau de corner du barça et ils sont ou 7 ou 8 joueurs de champs dans la moitié de terrain barcelonaise. Ballon perdu, une passe élimine plus de la moitié de l'équipe et derrière si tu touches Neymar c'est carton rouge. Manque du lucidité et de jugement de tous s'être dévoués à l'attaque. Fatigue? possible. Surtout le Barça t'amène dans ce piège. Hors sur la tête de Giroud et sur la frappe de AOC ils n'ont pas été inquiété du fait de leur possession et même bas ils ressortent sans balancer. Voila ce qu'Arsène appelle l'équipe "presque parfaite" car elle ne défend qu'à 7 et malgré cela elle fait très mal.

Pour les battre cela prends du pressing très très haut (et donc risqué car tu laisse 50 m derrières toi) et physique en mettant des petits coups et en multipliant les fautes.

Le Bayern de Heynckes, un Inter version Mourinho, voire un ManU de SAF pourrait battre cette équipe. Personne d'autre. surtout sur 2 matches.

À noter: Flamini vient de signer la fin de son contrat, Walcott et AOC doivent descendre derrière Welbeck et Campbell, et Coquelin est un 6 de BPL, mais pas plus. En regardant le match ce soir Deschamps se dira que ce n'est pas nécessaire de le sélectionner, il a des joueurs plus intelligents au même poste (Diarra, Cabaye).

Pour info quand on critique les choix de 6 de Deschamps, ne pas oublier que c'était son poste...
Message posté par Bloky91
Bonne comparaison avec le 3-0 contre le Bayern l'année derniere, vraiment 2 matchs super similaires.

Gros effort du Bayern et d'Arsenal et punition de La Pulga.


En fait ce qu'on oublie un peu c'est que avant l'endormissement sauvé pas Leo, Suarez et et Neymar ont manqué d'énormes occasions ( si ce n'est l'immanquable ).

Contre le Bayern, Suarez rate un face à face ( au moment où Pep avait tenté la defense individuelle avant de prendre peur suite à ca ); puis Neymar qui glisse au moment de reprendre une passe/centre de Luis.

Tout comme hier le gringalet rate ce Caviar millesime 1781 ( n'importe quoi je sais ) d'Andres, et luisito qui aurait mise au fond cette balle à angle impossible avant de la passer à Leo.
Bel article!

Je suis d'accord avec un forumeur plus haut. Attention à la trop grande facilité du Barça!

Face au Bayern, ça ne passera pas.

Suarez, l'élément qui pousse le groupe? Oui. Messi et Neymar n'ont pas sa niak.
il y a 33 minutes Pogba marque en dabant 1
il y a 4 heures Crivelli à Angers 11 Hier à 22:21 City remporte le derby de New York 6
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:50 Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 10
vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 18 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8