En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Arsenal-Barcelone (0-2)

Les leçons tactiques d’Arsenal-Barça

Après 70 minutes combattues qui semblaient pouvoir accoucher d’un 0-0 capable de contenter aussi bien un Barça en manque de contrôle qu’un Arsenal sans finition, les hommes de Wenger ont finalement laissé filer le trident sud-américain au pire moment. C’est-à-dire à celui où ils semblaient réussir à capitaliser sur leur discipline défensive. Sans avoir eu besoin d’élaborer un jeu sophistiqué, le Barça de Luis Enrique a une nouvelle fois démontré qu’il maîtrise tous les registres. Malgré un plan de jeu concret et bien réalisé, Wenger et Arsenal ont connu une nouvelle nuit frustrante.

Modififié
Highbury, le 12 mars 1974. À l’occasion d’une exhibition organisée en l’honneur de George Armstrong, tous les yeux sont braqués sur un Johan Cruyff flamboyant alors que le Barça éblouit l’Angleterre par son football futuriste : 1-3. Plus de quarante années plus tard, le talent des Blaugrana est toujours l’attraction de ses déplacements outre-Manche. En conférence de presse, Wenger parle même d’une « équipe presque parfaite » . Presque, parce qu’après 44 matchs, l’escouade de Luis Enrique a déjà encaissé 28 buts, soit le total de la saison passée en 60 rencontres. L’espoir est donc permis, malgré la raison. Tout Londres est persuadé d’avoir déjà vu le film, mais tout Londres y retourne avec le même enthousiasme naïf. Parce que si Wenger et Arsenal n’ont jamais éliminé le Barça, ce dernier n’a jamais gagné à l’Emirates. Et aussi parce que mardi, l’orgueil british n’a pas arrêté de se répéter que Messi n’a jamais réussi à marquer contre Petr Čech.

Mais si le décor est similaire, les acteurs ont (un peu) changé. En 2016, Arsenal assume parfaitement son aisance dans un football de transition décomplexé.
Si le Barça parvient à aller au bout de la compétition – ce qui serait historique – ce sera avec exactement le même onze que l'an dernier.
Fini les prétentions ibériques, le 4-2-3-1 qu’annonce Wenger est bâti pour les sorties de balles vives de Ramsey, la vitesse d’Alexis et Oxlade, le pilotage savoureux d’Özil et les remises de Giroud. Sans Cazorla, Arteta et bien évidemment Wilshere, le plan de jeu exige une discipline défensive irréprochable qui semble pouvoir se reposer sur la grande saison de Koscielny et le jeune retour (un mois) de Coquelin. Du coté du Barça, Luis Enrique pose ses pions avec la même confiance que la saison dernière. Si son équipe parvient à aller au bout de la compétition – ce qui serait historique – ce sera avec exactement le même onze.

Le film d’un premier acte ouvert


Mais s’ils connaissent leur texte par cœur, le début de match des Catalans est fait de maladresses et d’hésitations. Le pressing conservateur d’Arsenal – celui activé uniquement par Alexis, Giroud et Özil – est suffisant pour faire reculer Mascherano et Piqué. Et si les Gunners ne récupèrent pas le ballon en zone dangereuse, la moindre maladresse du Barça offre aux hommes de Wenger l’occasion de multiplier les démonstrations de sorties de balles. Après dix minutes brouillonnes faites d’intensité plus que de jeu, Masche se retrouve forcé à dégager le ballon au loin, Suárez, Rakitić et Alba ratent inhabituellement leurs transmissions, et ni Neymar ni Messi ne parviennent à trouver une prise pour transformer la possession barcelonaise en contrôle territorial.
Après 30 minutes, Arsenal a touché 11 ballons dans la surface adverse contre 2 pour les visiteurs.
Derrière, Koscielny gagne tous ses duels, Alexis bloque une percée axiale de Messi et il faut attendre la 15e minute pour voir Iniesta libre de dialoguer avec son trident. Dans sa zone technique, Luis Enrique s’agite et pousse ses défenseurs à ne pas reculer pour dessiner enfin une longue possession dans le camp adverse. Alors que la protection de balle patiente de Giroud et la vision instinctive d’Özil les mènent facilement à la surface adverse, les paroles d’Henry résonnent silencieusement dans l’Emirates : « Aujourd’hui Arsenal n’a plus besoin d’avoir le ballon pour gagner des matchs de football.  » Après 30 minutes, Arsenal a touché 11 ballons dans la surface adverse contre 2 pour les visiteurs. C’est finalement par l’attaque directe que Luis Enrique parvient à faire définitivement reculer les Gunners.
Si Messi ne passe pas – sous les « Paie tes impôts ! » du public – et si Neymar n’est jamais dans les bonnes conditions pour accélérer (bon travail de Bellerín et Oxlade), Piqué trouve très facilement Alves dans le dos de Monreal. Et quand les Gunners repoussent ces tentatives de jeu direct, ils se retrouvent vite assiégés par la conquête des seconds ballons d’Iniesta et Rakitić, et la science de Busquets. Tant pis si Neymar et Suárez ne peuvent porter le danger, Super Busquets prend de l’avance sur ses devoirs et épuise déjà Özil et Alexis. Au bout d’une demi-heure, Arsenal montre d’ailleurs des premiers signes de fatigue, et ils n’ont pas réussi à marquer. Car avec le ballon, les canonniers se montrent inefficaces : les mauvais tirs de Ramsey (8e), Bellerín et Oxalde (22e) font grimper la frustration dans le nord de Londres. À la 37e, l’ultime menace de sprint d’Oxlade est anéantie par un tacle guerrier du chef Mascherano. Alors que Pep Guardiola est en train d’orchestrer une démonstration de domination territoriale à Turin, Luis Enrique utilise la possession pour faire souffler les siens et épuiser l’adversaire, sans danger ni élaboration.

Fatigue et faute tactique


Mais ça fonctionne. Mis à part un coup de casque de Giroud, les 5 dernières minutes de la première période et les 25 premières minutes de la seconde sont largement barcelonaises.
En première période, face à une équipe entièrement regroupée dans son camp, nous avons réussi à les fatiguer et à provoquer une énorme dépense d’énergie. Luis Enrique
À la suite d’une répétition de corners, Piqué se permet même de rester aux avants postes durant quelques minutes, avec Jordi Alba en libéro de secours. Arsenal n’a plus le rythme pour accompagner les chevauchées d’Alexis ni la force pour donner du soutien à Giroud (puis Welbeck). Özil a beau réaliser quelques miracles de son coup de talon magique, ces quelques décalages ne suffisent pas. En conférence de presse post match, alors que la qualité de jeu de ses hommes est remise en question, Luis Enrique répond ainsi : «  Je suis très, très content de notre prestation. En première période, face à une équipe entièrement regroupée dans son camp, nous avons réussi à les fatiguer et à provoquer une énorme dépense d’énergie. En seconde période, on savait que cette gestion nous offrirait plus d’espaces et de solutions. Et ça a été le cas. »
Effectivement, le Barça monte d’un cran dès la 40e minute et Suárez passe tout près de l’ouverture du score avant la mi-temps. Et si le film du match pouvait nous laisser croire qu’Arsenal avait encore son destin entre les pieds après 70 minutes de jeu, les chiffres donnent raison à Lucho. D’une part, le Barça a tenu le ballon deux fois plus longtemps que les Gunners (41’30’’ contre 22’08’’) et a tiré plus de deux fois plus (16 tirs à 7). D’autre part, en seconde période, la domination est sans partage : 10 tirs à 3, 5 corners à 0, et enfin 10 fautes commises à 5. Un chiffre insignifiant ?
On a eu deux ou trois opportunités pour les empêcher de développer l’action du premier but, et aucun de mes joueurs ne les a saisies.Arsène Wenger
Il est crucial. Sur l’action du premier but espagnol et cette construction Iniesta-Neymar-Suárez-Neymar-Messi, l’Atlético de Simeone, le Bayern d’Heynckes, le Chelsea de Di Matteo ou l’Inter de Mourinho – les derniers à avoir éliminé les Blaugrana – auraient trouvé l’énergie ou l’intelligence de réussir une faute tactique sur Neymar. Wenger voulait des musiciens en permanence « collectifs, résilients, solidaires, intelligents. » Il a obtenu les trois premiers adjectifs, mais il a manqué le tout dernier, le temps de quelques secondes. Alors que Piqué trouvera la lucidité pour aller chercher un jaune blanchissant à 0-1, les Gunners ont manqué de discipline (ou d’expérience ?) et c’est bien le gros regret qu’avance Wenger : « On a eu deux ou trois opportunités pour les empêcher de développer l’action du premier but, et aucun de mes joueurs ne les a saisies. »

Patience et vitesse


Le second regret de Wenger doit concerner le second but : une erreur technique de Mertesacker puis une erreur de jugement de Flamini (à peine entré en jeu) ont enterré tout espoir de miracle au retour. Enfin, le manager Français a un dernier regret moins ponctuel mais au moins aussi important : « On a manqué de patience à des moments inattendus. On a eu beaucoup trop de pertes de balles non provoquées par le pressing barcelonais » . Finalement, la seule composante où Arsenal a été régulier tout au long du match est celle du pourcentage de passes réussies : seulement 75% en première période et 76% en seconde. Un manque de maturité technique ? L’absence cruciale de Cazorla ? La dépense d’énergie qu’évoque Luis Enrique ? Ou alors l’énergie culturelle (et parfois négative) de ce public anglais poussant à aller toujours vers l’avant ?
Quelques secondes avant l’ouverture du score de Messi, alors qu’Arsenal développe un jeu de position, le stade gronde et pousse à l’attaque.
Si le jeu catalan n’est plus aussi poussé que sous le règne de Pep, personne n’a encore trouvé les moyens de l’empêcher de gagner.
Un centre pressé plus tard, les Anglais se font cueillir par El Tridente qui part signer un chef-d’œuvre de contre sous la banderole « Football should be an art » coiffée du visage de Wenger. Comme une fourchette géante, ce trident n’a pas besoin d’être aiguisé pour embrocher ses proies. Et si le jeu catalan n’est plus aussi poussé que sous le règne de Pep, personne n’a encore trouvé les moyens de l’empêcher de gagner. « Dans le football, on sait tous qu’il faut savoir dominer tous les registres…  » , dira Luis Enrique pour refermer le faux-débat d’un Barça maître du contre. En 1974, le Times écrivait que « le jeu des Azulgrana a produit du vertige par la vitesse de son initiative » . Hier soir, l’Emirates a chaviré une seule fois. Et cela a suffi pour faire couler le navire.

La différence Luis Suárez


Observer Luis Suárez au stade a toujours été un spectacle à part entière, pour des raisons artistiques évidentes. Parce qu’il est toujours fascinant de voir un homme se livrer corps et âme au nom d’un combat. Parce que la brutalité du sport est belle et captivante.
Quand Messi marque sur penalty, Suárez bondit et frappe à nouveau le ballon dans les cages de Čech. Le Barça mène 2-0, mais ce n’est pas assez pour Suárez.
Et parce que l’intelligence instinctive de ses déplacements est un chef-d’œuvre permanent déguisé sous le costume d’une répétition d’initiatives spontanées. Suárez court partout. Suárez part se coller aux quatre défenseurs de l’équipe adverse. Sur chaque remise en jeu adverse, Suárez agite ses bras et crie sur ses coéquipiers pour exiger un pressing aussi agressif que possible. Suárez se plaint de l’arbitrage à chaque instant, fixe le public droit dans les yeux et a toujours un mot pour ses adversaires directs. Quand Messi marque sur penalty, Suárez bondit et frappe à nouveau le ballon dans les cages de Čech. Le Barça mène deux à zéro, mais ce n’est pas assez pour Suárez. Parce que ce n’est jamais assez. Une énergie contagieuse, la générosité de Samuel Eto’o, l’humilité de David Villa et une soif de victoires inimitable. Si Suárez est discret dans le jeu barcelonais et contribue à la baisse d’élaboration de la possession blaugrana, l’Uruguayen a démontré hier soir à Londres qu’il est aussi l’élément perturbateur qui nourrit discrètement l’ambition d’un groupe qui, sans lui, serait peut-être trop habitué à gagner.

Par Markus Kaufmann, à l’Emirates Stadium À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:13 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon Hier à 22:39 L'UEFA crée "la Ligue des Nations" 55 Hier à 15:00 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1
mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 3 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 21 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 16
mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 8 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 34 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ? jeudi 31 août Accord Benfica-OM pour Mítroglou 92