En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Arsenal-Barcelone (0-2)

Les leçons tactiques d’Arsenal-Barça

Après 70 minutes combattues qui semblaient pouvoir accoucher d’un 0-0 capable de contenter aussi bien un Barça en manque de contrôle qu’un Arsenal sans finition, les hommes de Wenger ont finalement laissé filer le trident sud-américain au pire moment. C’est-à-dire à celui où ils semblaient réussir à capitaliser sur leur discipline défensive. Sans avoir eu besoin d’élaborer un jeu sophistiqué, le Barça de Luis Enrique a une nouvelle fois démontré qu’il maîtrise tous les registres. Malgré un plan de jeu concret et bien réalisé, Wenger et Arsenal ont connu une nouvelle nuit frustrante.

Modififié
Highbury, le 12 mars 1974. À l’occasion d’une exhibition organisée en l’honneur de George Armstrong, tous les yeux sont braqués sur un Johan Cruyff flamboyant alors que le Barça éblouit l’Angleterre par son football futuriste : 1-3. Plus de quarante années plus tard, le talent des Blaugrana est toujours l’attraction de ses déplacements outre-Manche. En conférence de presse, Wenger parle même d’une « équipe presque parfaite » . Presque, parce qu’après 44 matchs, l’escouade de Luis Enrique a déjà encaissé 28 buts, soit le total de la saison passée en 60 rencontres. L’espoir est donc permis, malgré la raison. Tout Londres est persuadé d’avoir déjà vu le film, mais tout Londres y retourne avec le même enthousiasme naïf. Parce que si Wenger et Arsenal n’ont jamais éliminé le Barça, ce dernier n’a jamais gagné à l’Emirates. Et aussi parce que mardi, l’orgueil british n’a pas arrêté de se répéter que Messi n’a jamais réussi à marquer contre Petr Čech.

Mais si le décor est similaire, les acteurs ont (un peu) changé. En 2016, Arsenal assume parfaitement son aisance dans un football de transition décomplexé.
Si le Barça parvient à aller au bout de la compétition – ce qui serait historique – ce sera avec exactement le même onze que l'an dernier.
Fini les prétentions ibériques, le 4-2-3-1 qu’annonce Wenger est bâti pour les sorties de balles vives de Ramsey, la vitesse d’Alexis et Oxlade, le pilotage savoureux d’Özil et les remises de Giroud. Sans Cazorla, Arteta et bien évidemment Wilshere, le plan de jeu exige une discipline défensive irréprochable qui semble pouvoir se reposer sur la grande saison de Koscielny et le jeune retour (un mois) de Coquelin. Du coté du Barça, Luis Enrique pose ses pions avec la même confiance que la saison dernière. Si son équipe parvient à aller au bout de la compétition – ce qui serait historique – ce sera avec exactement le même onze.

Le film d’un premier acte ouvert


Mais s’ils connaissent leur texte par cœur, le début de match des Catalans est fait de maladresses et d’hésitations. Le pressing conservateur d’Arsenal – celui activé uniquement par Alexis, Giroud et Özil – est suffisant pour faire reculer Mascherano et Piqué. Et si les Gunners ne récupèrent pas le ballon en zone dangereuse, la moindre maladresse du Barça offre aux hommes de Wenger l’occasion de multiplier les démonstrations de sorties de balles. Après dix minutes brouillonnes faites d’intensité plus que de jeu, Masche se retrouve forcé à dégager le ballon au loin, Suárez, Rakitić et Alba ratent inhabituellement leurs transmissions, et ni Neymar ni Messi ne parviennent à trouver une prise pour transformer la possession barcelonaise en contrôle territorial.
Après 30 minutes, Arsenal a touché 11 ballons dans la surface adverse contre 2 pour les visiteurs.
Derrière, Koscielny gagne tous ses duels, Alexis bloque une percée axiale de Messi et il faut attendre la 15e minute pour voir Iniesta libre de dialoguer avec son trident. Dans sa zone technique, Luis Enrique s’agite et pousse ses défenseurs à ne pas reculer pour dessiner enfin une longue possession dans le camp adverse. Alors que la protection de balle patiente de Giroud et la vision instinctive d’Özil les mènent facilement à la surface adverse, les paroles d’Henry résonnent silencieusement dans l’Emirates : « Aujourd’hui Arsenal n’a plus besoin d’avoir le ballon pour gagner des matchs de football.  » Après 30 minutes, Arsenal a touché 11 ballons dans la surface adverse contre 2 pour les visiteurs. C’est finalement par l’attaque directe que Luis Enrique parvient à faire définitivement reculer les Gunners.
Si Messi ne passe pas – sous les « Paie tes impôts ! » du public – et si Neymar n’est jamais dans les bonnes conditions pour accélérer (bon travail de Bellerín et Oxlade), Piqué trouve très facilement Alves dans le dos de Monreal. Et quand les Gunners repoussent ces tentatives de jeu direct, ils se retrouvent vite assiégés par la conquête des seconds ballons d’Iniesta et Rakitić, et la science de Busquets. Tant pis si Neymar et Suárez ne peuvent porter le danger, Super Busquets prend de l’avance sur ses devoirs et épuise déjà Özil et Alexis. Au bout d’une demi-heure, Arsenal montre d’ailleurs des premiers signes de fatigue, et ils n’ont pas réussi à marquer. Car avec le ballon, les canonniers se montrent inefficaces : les mauvais tirs de Ramsey (8e), Bellerín et Oxalde (22e) font grimper la frustration dans le nord de Londres. À la 37e, l’ultime menace de sprint d’Oxlade est anéantie par un tacle guerrier du chef Mascherano. Alors que Pep Guardiola est en train d’orchestrer une démonstration de domination territoriale à Turin, Luis Enrique utilise la possession pour faire souffler les siens et épuiser l’adversaire, sans danger ni élaboration.

Fatigue et faute tactique


Mais ça fonctionne. Mis à part un coup de casque de Giroud, les 5 dernières minutes de la première période et les 25 premières minutes de la seconde sont largement barcelonaises.
En première période, face à une équipe entièrement regroupée dans son camp, nous avons réussi à les fatiguer et à provoquer une énorme dépense d’énergie. Luis Enrique
À la suite d’une répétition de corners, Piqué se permet même de rester aux avants postes durant quelques minutes, avec Jordi Alba en libéro de secours. Arsenal n’a plus le rythme pour accompagner les chevauchées d’Alexis ni la force pour donner du soutien à Giroud (puis Welbeck). Özil a beau réaliser quelques miracles de son coup de talon magique, ces quelques décalages ne suffisent pas. En conférence de presse post match, alors que la qualité de jeu de ses hommes est remise en question, Luis Enrique répond ainsi : «  Je suis très, très content de notre prestation. En première période, face à une équipe entièrement regroupée dans son camp, nous avons réussi à les fatiguer et à provoquer une énorme dépense d’énergie. En seconde période, on savait que cette gestion nous offrirait plus d’espaces et de solutions. Et ça a été le cas. »
Effectivement, le Barça monte d’un cran dès la 40e minute et Suárez passe tout près de l’ouverture du score avant la mi-temps. Et si le film du match pouvait nous laisser croire qu’Arsenal avait encore son destin entre les pieds après 70 minutes de jeu, les chiffres donnent raison à Lucho. D’une part, le Barça a tenu le ballon deux fois plus longtemps que les Gunners (41’30’’ contre 22’08’’) et a tiré plus de deux fois plus (16 tirs à 7). D’autre part, en seconde période, la domination est sans partage : 10 tirs à 3, 5 corners à 0, et enfin 10 fautes commises à 5. Un chiffre insignifiant ?
On a eu deux ou trois opportunités pour les empêcher de développer l’action du premier but, et aucun de mes joueurs ne les a saisies.Arsène Wenger
Il est crucial. Sur l’action du premier but espagnol et cette construction Iniesta-Neymar-Suárez-Neymar-Messi, l’Atlético de Simeone, le Bayern d’Heynckes, le Chelsea de Di Matteo ou l’Inter de Mourinho – les derniers à avoir éliminé les Blaugrana – auraient trouvé l’énergie ou l’intelligence de réussir une faute tactique sur Neymar. Wenger voulait des musiciens en permanence « collectifs, résilients, solidaires, intelligents. » Il a obtenu les trois premiers adjectifs, mais il a manqué le tout dernier, le temps de quelques secondes. Alors que Piqué trouvera la lucidité pour aller chercher un jaune blanchissant à 0-1, les Gunners ont manqué de discipline (ou d’expérience ?) et c’est bien le gros regret qu’avance Wenger : « On a eu deux ou trois opportunités pour les empêcher de développer l’action du premier but, et aucun de mes joueurs ne les a saisies. »

Patience et vitesse


Le second regret de Wenger doit concerner le second but : une erreur technique de Mertesacker puis une erreur de jugement de Flamini (à peine entré en jeu) ont enterré tout espoir de miracle au retour. Enfin, le manager Français a un dernier regret moins ponctuel mais au moins aussi important : « On a manqué de patience à des moments inattendus. On a eu beaucoup trop de pertes de balles non provoquées par le pressing barcelonais » . Finalement, la seule composante où Arsenal a été régulier tout au long du match est celle du pourcentage de passes réussies : seulement 75% en première période et 76% en seconde. Un manque de maturité technique ? L’absence cruciale de Cazorla ? La dépense d’énergie qu’évoque Luis Enrique ? Ou alors l’énergie culturelle (et parfois négative) de ce public anglais poussant à aller toujours vers l’avant ?
Quelques secondes avant l’ouverture du score de Messi, alors qu’Arsenal développe un jeu de position, le stade gronde et pousse à l’attaque.
Si le jeu catalan n’est plus aussi poussé que sous le règne de Pep, personne n’a encore trouvé les moyens de l’empêcher de gagner.
Un centre pressé plus tard, les Anglais se font cueillir par El Tridente qui part signer un chef-d’œuvre de contre sous la banderole « Football should be an art » coiffée du visage de Wenger. Comme une fourchette géante, ce trident n’a pas besoin d’être aiguisé pour embrocher ses proies. Et si le jeu catalan n’est plus aussi poussé que sous le règne de Pep, personne n’a encore trouvé les moyens de l’empêcher de gagner. « Dans le football, on sait tous qu’il faut savoir dominer tous les registres…  » , dira Luis Enrique pour refermer le faux-débat d’un Barça maître du contre. En 1974, le Times écrivait que « le jeu des Azulgrana a produit du vertige par la vitesse de son initiative » . Hier soir, l’Emirates a chaviré une seule fois. Et cela a suffi pour faire couler le navire.

La différence Luis Suárez


Observer Luis Suárez au stade a toujours été un spectacle à part entière, pour des raisons artistiques évidentes. Parce qu’il est toujours fascinant de voir un homme se livrer corps et âme au nom d’un combat. Parce que la brutalité du sport est belle et captivante.
Quand Messi marque sur penalty, Suárez bondit et frappe à nouveau le ballon dans les cages de Čech. Le Barça mène 2-0, mais ce n’est pas assez pour Suárez.
Et parce que l’intelligence instinctive de ses déplacements est un chef-d’œuvre permanent déguisé sous le costume d’une répétition d’initiatives spontanées. Suárez court partout. Suárez part se coller aux quatre défenseurs de l’équipe adverse. Sur chaque remise en jeu adverse, Suárez agite ses bras et crie sur ses coéquipiers pour exiger un pressing aussi agressif que possible. Suárez se plaint de l’arbitrage à chaque instant, fixe le public droit dans les yeux et a toujours un mot pour ses adversaires directs. Quand Messi marque sur penalty, Suárez bondit et frappe à nouveau le ballon dans les cages de Čech. Le Barça mène deux à zéro, mais ce n’est pas assez pour Suárez. Parce que ce n’est jamais assez. Une énergie contagieuse, la générosité de Samuel Eto’o, l’humilité de David Villa et une soif de victoires inimitable. Si Suárez est discret dans le jeu barcelonais et contribue à la baisse d’élaboration de la possession blaugrana, l’Uruguayen a démontré hier soir à Londres qu’il est aussi l’élément perturbateur qui nourrit discrètement l’ambition d’un groupe qui, sans lui, serait peut-être trop habitué à gagner.

Par Markus Kaufmann, à l’Emirates Stadium À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! il y a 1 heure Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 25 il y a 6 heures 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina
il y a 4 heures Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 20 il y a 4 heures Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) il y a 6 heures Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 18
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 21:22 Le très joli but d'Olivier Giroud 35 Hier à 11:57 Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 Hier à 08:59 Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport) jeudi 28 septembre 258€ à gagner avec Arsenal, Lazio & Torino 2 jeudi 28 septembre 177 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! 1