1. //
  2. // Finale
  3. // Atlético-Real (1-1, 3 tab 5)
  4. // Billet d'humeur

Les larmes des romantiques

Le foot peut être cruel. Un samedi soir, à Milan, il l'a peut-être été plus que n'importe où en sacrant le Real Madrid de Zidane face à l'Atlético de Diego Simeone au terme d'une séance de tirs au but. Madrid a une nouvelle fois choisi ses couleurs, et pour les Colchoneros, c'est déjà la troisième fois de l'histoire. Il faut pourtant se souvenir de cette aventure.

Modififié
994 19

Le football n’a pas de sentiments. Il déteste la justice, crache sur la normalité et se plaît à retourner les cœurs. Oui, parfois, le vaincu peut être plus beau que le vainqueur. Plus que jamais, l’histoire retiendra que le 28 mai 2016, au bout de la nuit milanaise, l’amour a perdu son sens en grignotant sur une peinture blanche les espoirs d’une bande. Certainement la plus valeureuse du début de siècle et certainement aussi l’une des mieux organisées. Le sport ne jure que par le palmarès, mais il faut parfois regarder les tableaux.

Le tableau de chasse, avant tout, et celui de l’Atlético de Madrid version 2015-2016 est intouchable : le Barça étoilé en quarts de finale, le Bayern de Guardiola en demi-finales et la raison avec. Diego Simeone est un homme de mots, et quand il parle, on l’écoute : « Ici, les gens vous en voudront pour votre nonchalance ou votre manque d’ambition, jamais pour une défaite. » Certaines sont plus difficiles à avaler que d’autres. Il ne jure que par « la passion » . On le dit manipulateur, tricheur. Et si il était simplement joueur ? Le genre de joueur qui avance avec ses armes : le cœur, l’agressivité, l’intensité, la solidité. Car l’ambition, cette fois, il l’avait. Plus que jamais.

Le cœur et la raison


L’histoire retiendra aussi que l’Atlético a finalement dérapé en abordant la dernière marche de son rêve. En ratant complètement la première période de sa finale contre le Real d’abord, laissant Casemiro briller, libre de la pression ordinaire de Gabi et Augusto Fernández. Et Koke a repris progressivement l’axe, l’Atlético a accepté de se désorganiser avec l’entrée énorme de Yannick Carrasco et s’est mis doucement à revivre malgré la mort progressive d’Antoine Griezmann, qui a raté un penalty après avoir tenu pendant longtemps à lui tout seul les espoirs de son équipe. Le Français se repassera certainement pendant un moment le terrible bruit du cuir qui s’éclate contre une barre. C’est un détail du scénario, comme cette égalisation de Carrasco, le bisou à madame et le match héroïque livré par les hommes de Simeone à l’image du visage déchiré de Juanfran à la fin de la rencontre. Le football peut être moche, la victoire aussi, et ce sacre du Real Madrid de Zidane entre dans cette catégorie. C’est comme ça, c’est difficile, mais bravo à ZZ, car une finale n’est belle que quand on la gagne.


Reste que cette campagne de l’Atlético laisse un goût d’inachevé. Et si, pour une fois, le romantisme pouvait être plus fort que le pragmatisme ? Et si le cœur pouvait gagner sur la raison ? On aurait aimé, on aurait tant aimé. Pour ne pas voir Griezmann finir en larmes dans le costume serré de Diego Simeone, pour ne pas voir l’entraîneur argentin s’agiter dans le vide, pour ne pas que tout ce travail s’effondre sur une séance de tirs au but qui laisse un sentiment final assez dégueulasse. Alors oui, on ne retient que les vainqueurs, mais ce soir, il faut statufier les perdants.

Cet Atlético était un éloge contre la pensée dominante, le supporter, c'était accepter de souffrir et se lever contre la domination outrancière. Il y a quelques mois, dans un entretien donné à So Foot, Koke avait les mots justes : « L’individualisme est l’antithèse de l’Atlético. » L’été dernier, Simeone avait accepté de travailler sur sa personne et ses idées pour faire avancer son groupe. Il y est arrivé, plus que jamais, malgré les larmes. Le football doit se souvenir de cet Atlético. Pour que les romantiques ne s’éteignent pas. Car Atlético, « tu es laid, et tu ne connais pas ta chance : au moins, si on t’aime, c’est pour une autre raison. »

Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Note : -2
L'Histoire ne retient que les vainqueurs. Le point positif de ce match c'est que les pseudos-journalistes vont arrêter de survendre Griezmann. Pour peu il serait devenu l'égale d'un Zidane s'il avait transformé son penalty.
Note : -2
Belle abnégation de joueurs individuellement assez moyens, mais qui en groupe font des miracles, y a Griezman qui essaie de faire illusion, mais perso je préfère voir jouer Marcelo Modric et Benzema !
Cepseudonymeestdéjàpris Niveau : Loisir
Ces dernières années, seule Chelsea a réussi a remporté une LdC avec le statut d'outsider.
Top-player Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par Cepseudonymeestdéjàpris
Ces dernières années, seule Chelsea a réussi a remporté une LdC avec le statut d'outsider.


Et l'Inter
Mangeclous Niveau : CFA2
Note : 1
Il n'est pas élégant d'abuser de la malchance ; certains individus, comme certains peuples, s'y complaisent tant, qu'ils déshonorent la tragédie.

Cioran
Charles K'est bourré Niveau : DHR
C'est quoi cette vague de vautours qui s'abat sur l'Atletico après une défaite (ok au pire moment), alors que les gars n'ont pas démérité de toute la saison que cela soit en championnat ou bien sûr en C1.
J'ai l'impression aujourd'hui, tout les jugements pour dans les extrêmes et se base sur l'immédiat, il n'y a plus aucun recul plus d'analyse de fond. Un jour t'es le meilleur le roi du monde, tu as le malheur de perdre, t'es qu'une ex-hype, un nobody, un mec surcoté qui n'a jamais rien valu.

Quand je lis certains mecs, j'ai l'impression que l'Atletico c'était juste une hype à la Angers...
Griezmann est peut être pas le meilleur attaquant du monde, mais faut arrêter de le réduire un énième surcôté parachuté sur devant de la scène après 10 buts en ligue 1 (dédicasse à Dembélé), il lui reste des choses à prouver mais il a déjà démontrer dans le temps que c'était un très bon joueur.

Bon en revenir à la brève, j'ai presque envie de verser une larme pour ces losers magnifiques (normal je suis fan d'Arsenal), ils auront pas démérités...
Je suis content pour Zidane et Benzema, mais voir le Real (équipe bâtie à coup de centaines de millions) gagner après leur parcours (niveau europa ligue), ça me laisse un petit goût amer. Mais bon ça fait parti du foot, l'incertitude puis la fin tragique, c'est presque beau !
L'histoire retiendra une victoire du real mais les vrai seront que l'atletico a ete resplendisante en defense comme a son habitude, Torres a la rue dans ces deplacements et Griezman jamais dans son costume de heros de dark night,casemiro a fait le boulot que Simeone attendait un futur vrai du football le gars mais a la fin un but sur hors jeu,des cartons rouge surement mais non siffles un match qui avait l'air d'un braquage de bank,bravo le real a l'annee prochaine pour une nouvelle saison la bande a Simeone vous attendra au coins de la rue
Des rires et Deschamps Niveau : District
J'ai vraiment de la compassion pour cet Atlético. Les supporters ont su rester dignes, comme en 2014. Non seulement ils sont passionnés mais ils arrivent à garder la tête haute. Ils méritent le respect.

Comme mon OM, ce club est un club de loosers malheureusement. En espérant que la roue finira un jour par tourner.
J'espère juste que Griezmann ne va pas trop gamberger sur ce penalty raté. Il doit s'en vouloir à mort mais ceci n'enlève rien à ce qu'il a fait pendant toute la saison, sans oublier qu'en première mi-temps il était seul à tenter des trucs côté Atletico.
Incroyable ce métier qu'a le Real en finale, ils ne se ratent jamais...en 2000 ils étaient annoncés perdants et on a vu le résultat...impressionnant (en mettant de côté les considérations justifiées sur leur parcours facile et l'arbitrage qui épargne Ramos & Pepe à chaque tour)
Je rappelle que l'atletico cette année c'est zéro trophée. Les journalistes français qui ont mené une propagande indécente pour donner de la valeur au joueur Griezmann n'ont plus aucun crédibilité tellement leur groupisme était excessif. Pas de demi-mesure, à force de vociférer que Griezmann était meilleur que Neymar et Ronaldo cette année, ils sont responsable de la désillusion des moutons qui ce sont trouvés au fond du précipice de leur c*nnerie. Le pire est à venir, l'euro c'est pour bientôt.
Message posté par Jaromil
Je rappelle que l'atletico cette année c'est zéro trophée. Les journalistes français qui ont mené une propagande indécente pour donner de la valeur au joueur Griezmann n'ont plus aucun crédibilité tellement leur groupisme était excessif. Pas de demi-mesure, à force de vociférer que Griezmann était meilleur que Neymar et Ronaldo cette année, ils sont responsable de la désillusion des moutons qui ce sont trouvés au fond du précipice de leur c*nnerie. Le pire est à venir, l'euro c'est pour bientôt.


tu es idiot ou juste bete ?
@jaromil T'es sérieux mec? Griezmann fait une saison magnifique et il ne faudrait pas le souligner? Je sais pas ce qu'en disent les journalistes français, je vis pas en France, mais ici en Espagne ils l'encensent également. Ronaldo (j'ai rien contre lui je précise) on l'a pas vu du match hier, fait une saison très moyenne selon moi mais a la chance d'être là au bon moment, marquer le dernier péno, et c'est tout ce qu'on retiendra... Fait chier sérieux
Message posté par jikze
tu es idiot ou juste bete ?


Attention tu vas griller tes deux neurones si tu te poses trop de questions à la fois. Sinon à part ça ? Quelque chose d'intelligent à dire ?
Message posté par lafouine
Ronaldo (j'ai rien contre lui je précise) on l'a pas vu du match hier, fait une saison très moyenne selon moi mais a la chance d'être là au bon moment, marquer le dernier péno, et c'est tout ce qu'on retiendra... Fait chier sérieux


Moi j'ai jamais pu l'encadrer et ça me fait plus que chier ^^
Il est clair que l'Atletico a raté la marche avec ces deux finales.

Maintenant des grands clubs ont perdu des finales, seuls les très grands n'ont jamais renoncé.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
994 19