1. //
  2. //
  3. // Wolfsburg-Stuttgart

Les larmes de Großkreutz

Le week-end dernier, Kevin Großkreutz a pleuré sur un terrain de football. Des larmes de tristesse pour son club, aux portes de la deuxième division. Kevin Großkreutz est le dernier grand romantique du football – et le nouveau grand loser de sa génération.

Modififié
2k 12
« Tous peuvent partir. » Tous sauf un : Kevin Großkreutz. Parmi les joueurs du VfB Stuttgart, les supporters descendus sur la pelouse pour exprimer leur mécontentement ne retiennent qu'un seul nom et ce n'est pas celui de Christian Gentner, ni Alexandru Maxim et encore moins Daniel Didavi – en partance pour Wolfsburg. Non. En quelques mois et dix matchs de Bundesliga sous les couleurs du VfB, Kevin Großkreutz est devenu le joueur à part dans le cœur des supporters. Ce n'est pas un hasard : quelques jours plus tôt, l'ex de la Südtribune avait confirmé qu'il serait encore là après la descente, si descente il y avait. Quelques secondes après la défaite terrible contre Mayence à domicile, Großkreutz est prostré, assis au milieu de la pelouse, pleurant un résultat qui condamne presque à coup sûr sa nouvelle équipe. Großkreutz est l'homme d'un autre football et il vient de prendre un sacré coup de poignard. C'est surtout un joueur qui vit les échecs les plus terribles après avoir presque tout gagné dans le club de son cœur. Un joueur qui jongle entre larmes et dingueries depuis trois ans.

Larmes de crocodile


Pendant quatre mois, Großkreutz a tout donné pour la Mercedes-Benz Arena et à l'extérieur. Son arrivée correspond d'ailleurs à un coup de mieux pour Stuttgart. Sur les quatre premiers matchs, le VfB s'impose lors de confrontations difficiles à manœuvrer. Que ce soit à Cologne ou en recevant le Hertha – alors 3e de Buli –, c'est une victoire à la clé. Großkreutz prend place sur le côté droit de la défense, son meilleur poste depuis qu'il a remplacé au pied levé Piszczek avec Dortmund. Son nouveau club est alors 10e, la relégation n'est plus vraiment une problématique. Le matelas est même confortable : douze points d'avance sur la première place de relégation directe. C'est à peine si l'Europe ne commence pas à être évoquée. Seulement, ses performances rentrent doucement dans le rang, et la défense de Stuttgart est toujours aussi poreuse, pour ne pas dire flippante. Quatre buts pris contre Gladbach. Trois contre Ingolstadt. Un seul match avec un clean-sheet sur ces neuf premières rencontres. Et la tuile : une blessure. Stuttgart était onzième : Großkreutz revient, le club n'est plus que quinzième. En son absence, un seul point a été grappillé – un 2-2 laborieux face à Darmstadt. Pire, Stuttgart vient de prendre une leçon par le Werder et joue sa survie en recevant Mayence. Großkreutz fait son retour et un match mitigé. C'est une nouvelle défaite au bout – et la perspective d'une descente directe de plus en plus prononcée, sauf miracle. Großkreutz est à terre. En pleurs, quelques minutes encore après à la télévision : « Je suis désolé – encore pour aujourd'hui. J'ai fait des erreurs. C'est la faute de tout un chacun dans l'équipe, et personne d'autre. » Pourtant, avant le match, son entraîneur Jürgen Kramny avait loué son jeu et « sa haine pour la défaite » . Une haine si forte qu'elle le fait craquer après le match contre Mayence. Kevin Großkreutz pleure aussi parce qu'il le sait : sa carrière vient de lui passer sous le nez, en quelques mois. Le football a été cruel.

De champion du monde à la D2


Olaf Thon a été tout aussi cruel que le jeu, après le match, sur le plateau de Sport 1 : « Auprès des fans, il est certainement très apprécié, mais son comportement sur le deuxième but encaissé, c'est un travail défensif catastrophique. […] Großkreutz a montré de terribles faiblesses défensives. » Ce constat – certes assez justifié – est le climax d'une longue descente aux enfers pour l'ancien enfant du Westfalenstadion. Avec Jürgen Klopp, Großkreutz avait appris un nouveau poste qui lui avait permis de s'assurer à l'arrachée une place dans l'équipe victorieuse à la Coupe du monde 2014. Seulement depuis, plus rien ne tourne rond. Großkreutz ne semble plus convenir où que ce soit, n'être jamais pleinement à sa place, autant sur le terrain que dans les clubs où il se trouve. Ainsi, cet hiver, Großkreutz sort de six mois sans rien à se mettre sous le pied. Son transfert à Galatasaray est un échec sur toute la ligne. Dans un premier temps, KG est interdit de terrain à cause d'un retard à l'allumage dans son transfert qui empêche l'homologation de son contrat par la FIFA. Dans un second temps, le timing devient plus que critique : Großkreutz se retrouve dans un club où l'entraîneur ne compte de toute façon déjà plus sur lui. Il passe plus de temps à Dortmund qu'en Turquie, pour voir ses potes et prévoit d'ouvrir un restaurant. Les problèmes extrasportifs, les atermoiements d'un homme fragile commencent à lui coûter cher. Pour remédier à cela, il revient à Stuttgart. Mais c'est trop tard. Joachim Löw ne compte plus sur lui. Stuttgart se précipite vers la 2. Bundesliga. Kevin Großkreutz peut pleurer, il a tout perdu en deux ans. Tout est à refaire. Tout est à reconstruire. Heureusement, les fans du VfB Stuttgart semblent décidés à l'aider à repartir d'un meilleur pied, dès ce samedi. Il reste un match pour espérer, avant de pleurer.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

 //  09:38  //  Amateur de Dijon
Note : 1
Pendant plusieurs saisons, ça aura été un des joueurs les plus "chanceux" du monde. Champion du monde, champion d'Allemagne, finale de Champions League, alors qu'il n'était doué en rien à part courir longtemps. Pas assez doué avec le ballon pour rester attaquant, pas assez doué défensivement pour s'installer derrière. Le bouche-trou parfait. Tu l'as sur le banc, à lui seul il couvre 5-6 postes.
Il faisait illusion dans le football de Klopp, fait de pressing énorme et de courses dans tous les sens, mais ses lacunes sont trop grandes pour jouer ailleurs.
Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
Message posté par AlexMinot
Pendant plusieurs saisons, ça aura été un des joueurs les plus "chanceux" du monde. Champion du monde, champion d'Allemagne, finale de Champions League, alors qu'il n'était doué en rien à part courir longtemps. Pas assez doué avec le ballon pour rester attaquant, pas assez doué défensivement pour s'installer derrière. Le bouche-trou parfait. Tu l'as sur le banc, à lui seul il couvre 5-6 postes.
Il faisait illusion dans le football de Klopp, fait de pressing énorme et de courses dans tous les sens, mais ses lacunes sont trop grandes pour jouer ailleurs.


Tout à fait d'accord avec toi. On dirait un joueur fait pour Sainté.
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Non mais sous Klopp il avait bien progressé Großkreutz, c'est pas un joueur nul, certes pas le plus doué techniquement mais il compense par son travail et sa grinta, on peut pas me convaincre que dans le Stuttgart actuel le mec n'a pas sa place, il devrait même jouer un cran devant comme lors de ses meilleurs années en jaune et noir.

J'ai de la peine pour lui, il est tout le temps exemplaire malgré le fait qu'il ne soit pas une star ni le joueur le plus talentueux, son départ du BVB est très mal acté et surtout très en retard, il aurait pu trouver mieux s'ils l'avaient mis plutôt sur le marché, et si je me rappelle bien il sortait d'une saison blanche post coupe du monde, dommage pour lui.

De toutes façon avec leur défense actuelle le Vfl ne peut pas se faire d'illusion, dommage pour eux et leurs supporters, mais peut être une descente peut leur permettre de mieux repartir vers l'avant.
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Désolé pour le double post, mais SVP ne nous sortez pas la blague avec Quaresma, merci.
Helmut Rahn Niveau : CFA
Message posté par AlexMinot
Pendant plusieurs saisons, ça aura été un des joueurs les plus "chanceux" du monde. Champion du monde, champion d'Allemagne, finale de Champions League, alors qu'il n'était doué en rien à part courir longtemps. Pas assez doué avec le ballon pour rester attaquant, pas assez doué défensivement pour s'installer derrière. Le bouche-trou parfait. Tu l'as sur le banc, à lui seul il couvre 5-6 postes.
Il faisait illusion dans le football de Klopp, fait de pressing énorme et de courses dans tous les sens, mais ses lacunes sont trop grandes pour jouer ailleurs.


Ouais dont GK visiblement ^^ : https://www.youtube.com/watch?v=FLG4HSE52hg

En même temps gagner un match avec Felipe Santana dans ton équipe, hormis contre Malaga c'est chaud ^^
Message posté par Jacquietmichelderzakarian
Tout à fait d'accord avec toi. On dirait un joueur fait pour Sainté.


Merci du compliment
N'empêche que mon maillot du BvB favori, c'est celui ou j'ai floqué son nom... Juste pour son kebab
Le ARbeloa allemand!
Manque de qualités techniques mais il se bat sur chaque ballon , et ça, c'est (très) louable de nos jours...
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
Message posté par Ahmed-Gooner
Désolé pour le double post, mais SVP ne nous sortez pas la blague avec Quaresma, merci.


C'est quoi l'histoire avec Quaresma?
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  15:37  //  Passionné de la Jamaïque
Message posté par Eomer fils d'Eomund
C'est quoi l'histoire avec Quaresma?


Tu ne connais pas l'histoire de Quaresma - Groskreutz ?!
Merci pour l'allusion et le rire
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 12