1. //
  2. // Match Amical
  3. // Turquie/Brésil

Le(s) jour(s) où la Turquie a failli battre le Brésil en Coupe du monde

D'un côté, la caïpirinha. De l'autre, l'ayran. À la première gorgée, le Brésil et la Turquie ne sont pas vraiment des nations cousines. Mais les deux pays ont quelques points communs. La taille et le prestige qui va avec, d'abord. Deux capitales anonymes, avec Brasilia et Ankara. Deux cités mythiques, avec Rio de Janeiro et Istanbul. Et surtout, la Coupe du monde 2002, avec une équipe de Turquie qui a eu par deux fois l'occasion de mettre de sacrées barres de fer dans les roues brésiliennes et par là écrire une des plus belles pages de son histoire.

Modififié
37 18
D'un point de vue ballon rond, la Turquie cultive un certain côté brésilien. Un don pour le toucher de balle, mais aussi un recul qui semble parfois collectif par rapport à la discipline et au goût de l'entraînement. Après six mois de vie stambouliote, Roberto Mancini racontait : « Les joueurs turcs, on va dire qu'ils se contentent trop vite de ce qu'ils savent déjà faire. Du point de vue de leur professionnalisme, de leur discipline, ils peuvent faire bien plus. Parce qu'ils ont de la qualité ! Les Turcs sont forts, mais ne croient pas qu'ils pourraient être encore plus forts. C'est une question de mentalité » (So Foot Junior n°1). En clair, des milieux de terrain au talent divin, mais à la carrière mortelle. Et si le Brésil et la Turquie ont donné naissance à des meneurs géniaux, ils ont logiquement aussi formé des défenseurs féroces, élevés face à la menace constante d'une l'humiliation. Des Emre et des Denilson, des Alpay et des Pepe (Portugais de sélection certes, mais bel et bien élevé au Brésil).

Hasan Şas et Rivaldo, deux artistes


Lorsque la Turquie se pointe en Asie, l'équipe de Şenol Güneş surfe sur la vague des Euros 96 et 2000, et s'appuie sur des joueurs qui se fréquentent depuis le début des années 90. Et elle a faim, cette équipe : la dernière fois que des Ottomans ont été vus sur l'échiquier mondial, c'était en 1954, en Suisse. Et beaucoup de cadres de l'époque, comme le défenseur Bülent Korkmaz ou l'attaquant et capitaine Hakan Şükür, savent que ce sera leur premier et leur dernier tournoi en mondovision. Alors il faut tout donner. Pour eux-mêmes. Pour le drapeau, la nation, le peuple turc. Et l'aventure nippo-coréenne débute le 3 juin 2002, face au Brésil, à Ulsan. Un Brésil qui, pendant que la Turquie cherchait (en vain) à valider son ticket pour la grande fête du globe, a eu le temps de soulever le trophée à quatre reprises. Un Brésil qui aborde ce tournoi avec deux visages : le rire de Ronaldo, Roberto Carlos et Roque Júnior, et le sérieux de Rivaldo, Cafu et Lúcio. Il y a aussi Kaká, qui passe sa compétition aux côtés de Vampeta, c'est-à-dire sur le banc, et bien sûr Ronaldinho le Parisien. Enfin, Luisão a des airs de Fred version 2014, sauf qu'il ne joue quasiment pas. Un Brésil qui a eu le temps de coudre quatre étoiles sur son maillot là où la Turquie n'en a qu'une seule, entourée par le croissant de lune que constitue son drapeau (et écusson). « C'était notre premier match de Coupe du monde » , se rappelle Reçber Rüstü. « On jouait la plus forte équipe du Brésil depuis 20 ans. On ne pensait pas gagner. On se disait que peut-être avec un peu de chance, ça pourrait passer, mais c'est tout. » Mais comme dans le football, ce n'est pas à celui qui pisse le plus d'étoiles, la Turquie joue crânement sa chance. Un contrôle de la poitrine négligé par Lúcio, une mauvaise réception par Juninho, et Yıldıray Baştürk, numéro 10, envoie Hasan Şaş ouvrir le score avant la mi-temps. À la reprise, Rivaldo, numéro 10 aussi, envoie un centre magnifiquement courbé sur le bout du pied de Ronaldo. Au ralenti, le saut du numéro 9 est digne du grand retour qu'il implique. La seconde mi-temps est l'occasion de voir Hasan Şaş jouer au Zizou dans le milieu brésilien. Le Brésil a chaud, et va s'en sortir de manière presque miraculeuse. À cinq minutes de la fin, Alpay tire un peu trop le maillot de Luisão qui filait au but. Carton rouge justifié pour le futur bodybuilder, mais décision injustifiée : l'arbitre donne penalty alors que la faute a démarré en dehors de la surface. Face aux larges épaules de Rivaldo, même les marques noires sous les yeux de Rüştü ne peuvent rien faire. 2-1.

Youtube

Le buteur décisif qui jouera même avec les nerfs turcs, provoquant l'expulsion de Hakan Ünsal au terme d'une incroyable performance artistique. « Pendant la rencontre, on n'a pas vraiment compris. Après la rencontre, on s'est dit que les arbitres avaient été "piégés" par le nom de Rivaldo. Et puis lui... Il était prêt à tout pour gagner » , raconte un Rüstü Reçber encore amer aujourd'hui.

Youtube

Les retrouvailles du 26 juin


La Turquie renoue avec le Mondial en commençant avec une défaite, mais a laissé entrevoir de belles choses pour la suite. Après un nul contre le Costa Rica, elle s'impose 3-0 contre la Chine et se qualifie à la différence de buts avec 4 points de montée en puissance : défaite, nul, victoire. Lors des matchs suivants, deux ans avant la Grèce au Portugal, la Milli Takım sortira le bateau pirate pour aller conquérir l'Extrême-Orient. Un but sur corner contre le Japon en 8es, et un but en or contre le Sénégal en quarts suffiront pour en faire un demi-finaliste convaincant dans ce Mondial des surprises. En demies, le Brésil est différent. Arrivée pleine de doutes, l'équipe de Scolari est maintenant lancée derrière les 10 buts marqués par le duo Ronaldo-Rivaldo. C'est l'époque de la renaissance du Fenomeno, mais c'est aussi celle où le pied gauche de Rivaldo était encore un fouet fascinant, pouvant dessiner des trajectoires improbables. Dans un monde du football juste, ce match se serait soldé par un match nul : un enchaînement digne du plus grand Ronaldo pour le Brésil – l'un des plus beaux pointus de l'histoire – et la roulette légendaire de Mansız au-dessus de Roberto Carlos pour la Turquie (qui lui aurait valu la note maximale en patinage artistique). Pour le tableau d'affichage du stade Saitama, ça reste 1-0. Quand les arrêts de jeu approchent, Denilson s'empare du ballon et va dribbler la planète entière en attendant le coup de sifflet libérateur près du poteau de corner. L'aventure s'arrête ici pour une nation qui y aura cru jusqu'au bout. « C'était un match difficile pour nous, mais aussi pour eux, parce qu'ils savaient à quel point nous pouvions être forts. Nous avons tout fait pour gagner, nous étions très confiants. Je voyais Scolari sur le bord du terrain qui avait l'air inquiet. Mais ce Brésil-là était vraiment très fort. Ils déjouaient tous nos plans. Après la rencontre, nous n'étions pas décus. Mais d'autre part, nous étions convaincus que si nous avions gagné contre le Brésil, nous serions devenus champions du monde » , analyse Reçber Rüstü.

Youtube

Le paradoxe Hakan Şükür


Éliminée à une marche de la finale, la Turquie se vengera sur son hôte dans la finale de classement. Arrivée en Asie avec un joueur à la renommée plus importante que les autres (Hakan Şükür), la Turquie repartira avec une vraie équipe. « Nous sommes très heureux, parce que nous avons joué ce tournoi de manière très propre et avec beaucoup d'honneur » , déclarera le sélectionneur Şenol Güneş à l'issue du match pour la 3e place. « Nous sommes arrivés avec beaucoup de fierté et nous rentrons également très fiers. Le peuple turc aime mon équipe et mon équipe aime le peuple turc. Je pense que demain, [quand nous arriverons en Turquie], ce sera comme un rendez-vous entre deux amoureux. » Et de l'amour, il y en a eu pour les innombrables arrêts de Rüstu, le crâne de Hasan Şaş, la coupe de cheveux avant-gardiste d'Ümit Davala, les crochets du gauche d'Emre Belözoğlu, les tacles du Goliath Alpay, les buts imprévus de Mansız... « Quand nous avons atterri à Istanbul, nous avons mis trois heures à arriver jusque sur la place Taksim, à cause de la foule. C'était indescriptible. Et sur Taksim même, il y avait des milliers de gens qui nous attendaient » , se rappelle Rüstü Reçber.

De l'amour, il y en a aussi eu pour les ratés de Hakan Şükür. Car paradoxalement, plus le « Taureau du Bosphore » se foirait devant les buts, et plus l'équipe faisait bloc derrière lui. Et paradoxalement, c'est lui qui entrera dans l'histoire en marquant le but le plus rapide de la Coupe du monde (après 10,8 secondes contre la Corée du Sud lors de la petite finale). Une troisième place qui restera le dernier frisson du football turc jusqu'au doublé de Nihat contre Petr Čech à l'Euro 2008. Une troisième place qui prouve que l'histoire peut se répéter : en 1994, le Brésil avait joué la Suède en poules avant d'éliminer l'équipe de Tomas Brolin en demies, et finalement soulever le trophée suprême. Du coup, le Brésil ne pouvait que gagner cette Coupe du monde 2002.

Youtube


Par Markus Kaufmann et Ali Farhat, avec Hakan Ateşler
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kit Fisteur Niveau : Loisir
Ah la simulation dégueulasse de Rivaldo en demi... après ça je n'ai plus jamais réussi à la considérer comme un grand monsieur. En arriver là pour pouvoir éliminer la Turquie, surtout venant du Brésil... la dernière demi-finale de coupe du monde n'en devient que plus savoureuse !
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 7
Ce numéro de cirque de Rivaldo reste comme une des choses les plus ridicules jamais vues sur un terrain: bien qu'étant un grand joueur, il lui aurait fallu une quinzaine de matches de suspension !

Et cette coupe du monde dégueulasse, à l'image de la coiffure de son meilleur buteur...
ouh lalala la nostalgie de cette coupe du monde folle !
Belle description de cette équipe turque incroyable.
ah la comparaison Luizao/ Fred pas mal. D'ailleurs ce Luizao il a fallu mettre un but de dingue, je crois que c'est dans cette demie, une reprise de volée aérienne qui finit au dessus.
Ce Brésil qui alignait Rivaldo (un tournoi XXL le meilleur de cette coupe du monde), Ronaldo et Ronaldinho, un trio de malade quand on y repense c'était autre chose de tout de même.
didier gomis Niveau : CFA
Le jour où j'ai compris que le foot n'était pas qu'une histoire de joga bonito

Rivaldo, l'un des meilleurs joueurs (selon moi le meilleur de la coupe du monde 2002) de l'époque qui te sort une grotesque simulation... vraiment, j'ai eu mal pour la Turquie mais en même temps, Rival10 a tellement envoyé du rêve pendant la compétition qu'on ne pouvait pas lui en vouloir fondamentalement.

Paie ta dégaine de champion du monde !
didier gomis Niveau : CFA
Message posté par didier gomis
Le jour où j'ai compris que le foot n'était pas qu'une histoire de joga bonito

Rivaldo, l'un des meilleurs joueurs (selon moi le meilleur de la coupe du monde 2002) de l'époque qui te sort une grotesque simulation... vraiment, j'ai eu mal pour la Turquie mais en même temps, Rival10 a tellement envoyé du rêve pendant la compétition qu'on ne pouvait pas lui en vouloir fondamentalement.

Paie ta dégaine de champion du monde !




http://fmgranderio.com.br/wp-content/up … doelf9.jpg
C'est vrai que la simulation est ridicule mais il est quand même victime d'une agression. Il tire fort et vise clairement Rivaldo => carton rouge.
C'est à partir de là que j'ai commencé à détester Rivaldo! Putain de match en tout cas!
Puree si la Turquie serait passer, on aurait eu droit à une finale Allemagne-Turquie.. J'imagine même pas le bordel qu'il y aurait eu Outre-Rhin !

Sinon, que de nostalgie ! Basturk était un sacré meneur de jeu ; le joueur turc qui m'a fait le plus kiffer.
Message posté par ceddamil
Puree si la Turquie serait passer, on aurait eu droit à une finale Allemagne-Turquie.. J'imagine même pas le bordel qu'il y aurait eu Outre-Rhin !

Sinon, que de nostalgie ! Basturk était un sacré meneur de jeu ; le joueur turc qui m'a fait le plus kiffer.


Comme tout le monde je me souviens de la simulation de Rivaldo (quel tournoi quand même) mais surtout de la conservation de balle de Denilson à la fin du match.

https://www.youtube.com/watch?v=zNAnvtUnofs

A un moment j'ai cru qu'il pouvait pointer le but mais en fait nan. Lui son kiff ça a toujours été d'être pourchassé par un essaim, comme Winnie l'Ourson.
Message posté par samotraki


Comme tout le monde je me souviens de la simulation de Rivaldo (quel tournoi quand même) mais surtout de la conservation de balle de Denilson à la fin du match.

https://www.youtube.com/watch?v=zNAnvtUnofs

A un moment j'ai cru qu'il pouvait pointer le but mais en fait nan. Lui son kiff ça a toujours été d'être pourchassé par un essaim, comme Winnie l'Ourson.


A la fin de la demifinale donc pour Denilson.
La simulation de Rivaldo intervient pendant le premier match, pas pdt la demi. Malgré tout le niveau auquel il a évolué pdt cette coupe du monde était impressionnant, en 8e et en quart c'est lui qui montre la voie en marquant les premiers buts de la seleção alors que ça n'allait pas. De loin le joueur le plus important pour le Brésil dans cette compétition
DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
Puisqu'on parle des plus beaux pointus de l'histoire du foot, j'ai ressorti celui-ci de ma boite à souvenirs :

http://www.youtube.com/watch?v=9O3otJu2FWE
space_ritual Niveau : DHR
J'avais 9 ans mais malgré l'élimination des bleus au premier tour (et mes darons qui avaient oublié d'enregistrer France Danemark pour moi...) ça reste jusqu'à présent ma CDM préférée, et je pense que dans mon esprit ça le restera un bout de temps. Je bouffais tous les guides CDM de l'époque, je connaissais tous les joueurs, tous les matchs, toutes les villes, alors avec le temps c'est un peu parti mais heureusement il me reste quelques souvenirs :)

Et dire que j'étais parti pisser juste au coup d'envoi de Turquie/Corée du Sud putain ! "bwah c'est le début du match y aura pas but" ahha..
joker7523 Niveau : CFA
Je me souviens je revenais du collège pour voir ce match.

J'avoue Rivaldo à fait très fort dans le palmarès des simulations ridicules. Malgré tout c'était un monstre et le genre de joueur qui en à fait rêver plus d'un par sa qualité technique et surtout ce pied gauche...

Je garde plutôt un bon souvenir de cette coupe du monde même si j'ai été incroyablement surpris par l'élimination de pas mal de gros et en particulier de la France et surtout de l'Argentine qui avait exploser les éliminatoires sud Américain et en voyant L'équipe sur le papier c'était impressionnant.

En dehors des deux matchs ( Corée du Sud Italie et Corée du Sud Espagne) scandaleux au niveau de l'arbitrage et d'autres erreurs que j'ai surement oublié, j'ai trouver le niveau plutôt bon.

Et puis cet équipe du Brésil (Roberto Carlos, Ronaldinho à 22 piges, Rivaldo, Ronaldo, Cafu... Rien quand citant ces 5 gars je trouve ça étincelant.

Au final c'est la dernière équipe du Brésil qui m'as enchanté et rien que pour Ronaldo ( qui revenait de loin ) j'étais content qu'ils la remportent.
Ce cirque de Rivaldo en demie, lui la fierté et l'honneur il en a rien à foutre. Ça a été la 1ere grande injustice que j'ai pu connaître dans le foot en mon âme et conscience, les turcs avec rustu Arif sukur belozoglu basturk Hasan sas. Ces mecs là se connaissaient depuis les équipes de jeunes et ça se ressentait sur le terrain.
Quand je pense qu'on est passés à pas grand-chose de voir une 1/2 Brésil-Sénégal et la perspective de duels entre Ferdinand Coly et Ronaldo... "Brazil All Stars vs RC Lens" haha
Pour en revenir à la Turquie, j'avais vraiment kiffé Hasan Sas et Emre, dont je n'ai jamais vraiment compris qu'ils ne parviennent pas à s'exporter avec succès (surtout Emre à l'Inter)
Sinon je rejoins la plupart des commentateurs (les plus agés?), que cette CdM fut laide...
RobertoBaggio Niveau : DHR
La France et l'Argentine qui se font sortir dès les poules, les Pays-Bas non qualifiés, l'Italie qui se fait arnaquer sévère sur l'arbitrage, des surprises comme la Turquie, le Sénégal, les Etats Unis... Même la Belgique et l'Irlande qui se font battre en 8èmes mais avec des matches intéressants (ouverture du score refusée pour Wilmots je crois et séance de pénos pour l'Irlande).

C'était un peu n'importe quoi ce mondial, mais c'est aussi pour ça que c'est cool la CdM, j'espère qu'on aura pas toujours un dernier carré "prévisible" comme cette année à chaque édition future.

Et j'ai l'impression que le parcours du Brésil éclipse totalement celui de l'Allemagne qui tranquilou (en passant 7 ou 8 buts à l'Arabie Saoudite quand même histoire de dire) arrive à la finale avec un Ballack énorme mais suspendu au pire moment.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
37 18