« Les joueurs sont payés pour dormir »

Modififié
6 10
Avec une série de neuf matchs à jouer d’ici la trêve hivernale, les Girondins vont devoir assurer, histoire de ne pas recommencer à dégringoler au classement. Mais se qualifier en Europa League et en Coupe de la Ligue sont aussi des objectifs. Donc, il faut premièrement se bouger le cul sur le terrain, et deuxièmement bien gérer l’entraînement invisible. Sous-entendu : éviter de se mettre des mines en boîte de nuit ou au bar tendance du coin.

« Quand on est entraîneur, ce sont des paramètres qu’on ne peut pas maîtriser, explique Francis Gillot. Après, on leur fait confiance. Donc s’ils veulent être performants et jouer, ils sont obligés de passer par-là… »

Va pour la théorie, mais quid de la pratique ? « On ne peut pas surveiller… Nous, on les voit entre trois et six heures par jour, durant les entraînements, mais après, il y a une vingtaine d’heures qu’on ne maîtrise pas ; j’espère qu’ils feront les choses correctement » , ajoute le coach.

Parce que vu l’image délétère du footeux français actuellement, mieux vaut faire passer le message. « Mon boulot, c’est de les prévenir ; ensuite, ils font par rapport à leur conscience et leur professionnalisme, précise J-Lo. Ils sont payés pour dormir et pour bien manger… je trouve que c’est quand même sympa ! S’ils ne le font pas, ils vont se blesser, sortir de l’équipe et se pénaliseront eux-mêmes. »

Pourtant, à Bordeaux, on en a connu d’autres capables de se la coller les veilles de match et de terminer la saison champions de France

LB, à Bordeaux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 22
En réalité, ce serait plutôt "Les joueurs (de Bordeaux) sont payés pour faire dormir".
Canal étant le marchand sable.
Bordeaux essaye de se qualifier pour l'Europa League pour ne pas la jouer sérieusement la saison prochaine parce qu'ils n'ont pas l'effectif pour cela. Et ainsi de suite.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 10