1. // Anniversaire de Frédéric Née
  2. // Interview

« Les joueurs de Knysna n'auraient jamais dû être repris »

Avant de devenir adjoint de Montanier et de s’occuper des attaquants du Stade rennais, Frédéric Née a fréquenté l’équipe de France, le temps d’une Coupe des confédérations remportée en 2001. Du haut de sa seule sélection, l’ancien buteur, qui fête aujourd’hui ses 42 ans, revient sur cette période et n’oublie pas d’évoquer l’EDF actuelle.

Modififié
1k 27
Quand on regarde votre carrière, on s’aperçoit que votre passage en équipe de France est un bon indicateur. Il survient en juin 2001 et se situe pile poil quand vous êtes au top, à 26 ans. Cinq ans après vos débuts en professionnel et cinq ans avant la fin.
Oui, c’est un peu le pic de ma carrière, c’est vrai. À l’époque, j’avais fait une très bonne saison (17 buts, ndlr), et la Coupe des confédérations tombait bien. C’était un moment assez spécial, car il y avait pas mal d’absents, beaucoup des joueurs qui évoluaient en Serie A n’étaient pas là, donc c’était l’occasion parfaite pour en profiter et les remplacer.


Vous aviez déjà été convoqué auparavant ?
J’avais déjà quelques sélections en A', mais je n’avais jamais été appelé en A. Je me souviens quand je l’ai appris. Avec mon ami Pierre-Yves André, on avait tous les deux reçu des pré-convocations. On avait suivi la liste et on n’était pas dedans. Bon. Puis arrive la fin du championnat. Moi, j’avais programmé des vacances avec des amis. Et deux jours après la dernière journée de Division 1, je reçois un coup de fil d’Henri Émile pour me dire que Thierry Henry est indisponible. C’est moi qui étais choisi plutôt que Pierre-Yves. J’ai tout de suite appelé mes parents pour leur annoncer la bonne nouvelle. C’était assez fort sur le plan émotionnel.

« Je me souviens surtout de mon but refusé alors qu’il aurait dû être validé, à 0-0. Wiltord n’était pas du tout hors jeu. J’y ai cru deux secondes, quand même... C’est un gros regret »

Vous sauriez expliquer pourquoi ?
Parce que j’avais fait toutes les catégories de jeunes en équipe de France et il ne me manquait que celle-là. C’était important pour moi de décrocher ce fameux sésame. En plus, ça récompensait ma bonne saison et celles de mes partenaires à Bastia.

Face à l’Australie le 1er juin 2001, lors de la deuxième rencontre de groupe de la Coupe des confédérations qui se déroulait en Corée du Sud et au Japon, vous êtes donc titulaire et vous jouez 70 minutes avant de laisser votre place à Anelka. Ce qui sera l’unique sélection de votre carrière.
Oui. Je n’étais pas un titulaire habituel, mais le sélectionneur nous avait dit qu’il ferait sûrement tourner pendant les trois matchs de poule. Donc on sentait que nous, les remplaçants, on allait jouer le second pour que les titulaires puissent disputer le premier et le dernier.

Porter ce maillot, ça vous a fait quoi ?
C’était une fierté, mais j’avais déjà joué avec l’équipe de France en espoir, en A’… Donc entendre la Marseillaise, jouer sous les couleurs des Bleus, j’étais habitué. Non, ce qui change, c’est l’encadrement, la manière dont tu es préparé. Tu sens que tu n’es pas n’importe où, que c’est important... C’est le niveau au-dessus, quoi. Après, concernant la rencontre en elle-même, je me souviens surtout de mon but refusé alors qu’il aurait dû être validé, à 0-0. Wiltord n’était pas du tout hors jeu. J’y ai cru deux secondes, quand même... C’est un gros regret. Sinon, sur le but encaissé, je n’y peux rien, je ne suis même pas dans le mur !

Youtube

Et les 44 000 supporters présents dans le stade ?
Ouais… (Pas emballé) C’était spécial parce que le continent asiatique commençait juste à suivre le football et à s’intéresser au ballon rond. Quand j’ai joué un peu plus tard au Camp Nou avec Lyon en C1, là c’était le must. À Gerland en Ligue des champions, pareil.

Vous avez été bien accueilli chez les Bleus ?
Ce n’était pas du tout bling bling et il n’y avait absolument pas de clan. Personne n’était à l’écart. On était six ou sept nouveaux, certains avaient une relation particulière parce qu’ils se connaissaient depuis longtemps, mais on a été très bien reçus. Non, ce qui m’a marqué, c’est le professionnalisme des mecs. En dehors des rencontres, c’était tranquille, il n’y avait pas de pression. Mais dès qu’un match approchait, les joueurs se mettaient en mode concentration. Et ça, ça change tout. Il y avait une envie de gagner dans ce groupe… C’était un peu dingue.

« Quand on représente un pays, il faut oublier ses états d’âme. C’est pas un club quoi, c’est un pays ! C’est totalement différent. »

Quels joueurs moteurs vous ont fait forte impression ?
Je dirais Youri Djorkaeff, Bixente Lizarazu… Willy Sagnol aussi. Il parlait beaucoup avec nous, les nouveaux.

Mais la Coupe des confédérations, c’était pas un peu les vacances ?
Ah non, on l’a prise très au sérieux ! C’était une belle aventure, le Japon est un beau pays, mais on ne sortait pas en boîte entre les rencontres.

Même quand vous avez remporté la finale ?
Je ne sais pas ce qu’ont fait les autres, mais moi, je suis resté tout seul dans ma chambre.

Lilian Laslandes disait qu’il était bien conscient que lorsqu’il venait en EDF, c’était pour remplacer et faire souffler les meilleurs. Et qu’il n’avait pas forcément le niveau pour concurrencer Henry ou Trezeguet. Vous étiez dans la même optique ?
Ouais. Moi aussi, j’étais derrière eux. Chez les jeunes, c’était déjà le cas. Donc je savais, et c’était logique, qu’après la compétition, ils reprendraient leurs places. J’étais un ton en dessous. J’ai ensuite fait le choix de partir à Lyon pour me rapprocher de leur niveau, mais j’ai eu pas mal de pépins physiques. J’aurais aimé ne pas connaître ces histoires de blessures pour montrer que je valais plus que ça.


Vous croyez que vous auriez pu faire partie intégrante du groupe France ?
Je pense, oui. J’avais des talents de buteur, j’étais régulier dans ce que je faisais, j’avais le bon état d’esprit et le tempérament pour m’accrocher, j’étais jeune, en pleine possession de mes moyens… J’ai toujours eu envie d’y retourner en tout cas. Parce que représenter la France, c’est quelque chose d’important.

Justement, l’équipe de France a connu quelques problèmes depuis. Knysna et le reste… Ça vous a déçu ?
Complètement. Je ne m’attendais absolument pas à toutes ces malheureuses polémiques. Je trouve ça très dommageable. Quel message on a fait passer aux jeunes et aux supporters ? Pour moi, les sanctions ont d’ailleurs été trop légères. Les joueurs impliqués n’auraient jamais dû être repris. Quand on représente un pays, il faut oublier ses états d’âme. C’est pas un club quoi, c’est un pays ! C’est totalement différent. On ne doit rien laisser passer. C’est une chose qui n’aurait pas pu se passer avec la génération que j’ai connue.

C’est-à-dire ?
À l’époque, il y avait une envie collective qui prédominait largement sur les bénéfices personnels. Depuis, chacun joue un peu sa carte, notamment par rapport aux médias, et on a perdu cette identité collective. Bon, Deschamps a ramené cette notion de groupe, cette volonté de gagner, cette discipline. Il a bien fait comprendre que le collectif devait passer avant tout.

« La France est favorite. Les derniers matchs ont montré qu’on avait un fort potentiel offensif. Il y a certes quelques lacunes derrière, mais au moins, on attaque, ce qui n’était pas forcément le cas ces dernières années. »

Elle vous plaît, cette équipe ?
Certains joueurs apportent de la fraîcheur et bougent un peu la hiérarchie. Encore une fois, l’expérience de Deschamps lui permet de transmettre sa gagne. Les nouveaux qui arrivent adhèrent au discours, montrent de l’envie et ça, ça fait plaisir.

Laurent Blanc avait aussi ce profil d’ancien obnubilé par la victoire et l’ordre. Il n’a pourtant pas franchement réussi avec la sélection…
C’est également une histoire de générations de joueurs. S’il est tombé sur certains caractériels, ce n’est pas non plus sa faute. Peut-être aussi que les jeunes sont aujourd’hui sensibilisés par les médias qui pointent très souvent l’importance du comportement et de l’exemplarité.

L’Euro, vous le voyez comment ?
La France est favorite. Les derniers matchs ont montré qu’on avait un fort potentiel offensif. Il y a certes quelques lacunes derrière, mais au moins, on attaque, ce qui n’était pas forcément le cas ces dernières années. On est offensifs, on a des occasions et on est toujours en position de marquer. Gignac a faim, Griezmann va faire mal s’il n’est pas trop fatigué, Coman est très utile quand il entre… On sent que les jeunes ont la dalle, qu’ils vont découvrir une compétition et qu’ils veulent en faire quelque chose. Il y a une dynamique qui fait plaisir à voir.

Propos recueillis par Florian Cadu
Modifié

Dans cet article

MYSTIKALITO Niveau : CFA2
Note : 1
ca fait plaisir d'entendre parler de ce type à nouveau ^^ et il a totalement raison. toutes les merdes qui ne sont pas descendus du bus n'auraient jamais du rejouer en edf
Frenchies Niveau : CFA
Note : -1
mais nooooooooooooooooon
les français aiment trop le 2 poids 2 mesures voyons !!!

surtout avec celui qui s’appelle karim (même 1 tiers des gens, c'est trop)
Note : 4
Oui oui, Lloris, Ribéry, Gourcuff, Carrasso, Abidal, Malouda, Gignac, Valbuena, Diaby, etc. n'auraient pas du être repris. Déjà qu'on a perdu un Toulalan, qu'un Gourcuff ne s'en est pas remis, donc on aurait à peu près ces 23 là qui ne seraient jamais allé à l'euro :

Mandanda, Costil, Ruffier (qui y était, mais pas sanctionné)

Méxes, Rami, Matthieu, Trémoulinas, Kaboul, Fanni, Debuchy

Nasri, Mavuba, Matuidi, Lass Diarra, M'Vila, N'Zogbia, Sissokho

Benzema, Ben Arfa, Menez, Briand, Hoarau, Rémy


Donc du pas dégueux, mais rien d'expérimenté, et puis, que des joueurs exemplaires, hein...

Des sanctions plus lourdes, oui. Des joueurs tous lourdés, non. Et qu'on arrête de parler du devoir d'exemplarité, c'est du vent, ça sert une récupération politique nauséabonde. Le politique et le sportif n'ont pas à être mêlés. Et on a le droit d'apprendre de ses erreurs et de les réparer.

Et donc quand Griezmann va en boîte juste avant un match avec les espoirs (qui nous coûte la qualif), l'opinion oublie, mais si Nasri dit 3 mlots de travers à un journaliste ça le poursuit. Je peux faire 3000 exemples, mais il est clair que si un joueur est maghrébin il a encore moins le droit de déraper.

Donc oui, les 5 espoirs dont Griezmann ont eu une sanction lourde (disproportionnée par rapport à celles de Knysna), mais la plupart des médias et l'opinion publique ont leurs têtes.

Les vrais coupables en 2010 :

- Domenech : tactiques frileuses, sélection incohérente, joueurs au mauvais poste, Ribéry qui choisit où il veut jouer, aucun fond de jeu...et c'était déjà le cas en 2006, les matchs contre l'Espagne et le Brésil cachent la misère.

- Thiriez, Le Graët : absents en Afrique, ou quasi, ont reconduit Raymond la science en 2008 malgré le pire euro de notre histoire, sabordent le niveau de notre championnat, surchargent le calendrier, délocalisent des matchs au Zanzibar, font du copinage, etc. Liste trop longue.

- Le journal l'équipe : titres tapageurs et propos qui n'auraient pas du sortir du vestiaire, acharnement sur certains joueurs (et pas d'autres), informations erronées et sans objectivité...

J'arrive à pardonner à des joueurs d'avoir fait une grosse connerie, s'ils montrent le plaisir de la réparer et un remord sincère (ce n'est pas le cas de tous, je l'accorde), mais des dirigeants dans la force de l'âge, voir ayant une grosse expérience, incapables d'admettre leur part de responsabilité, ça je ne le pardonnerai jamais.

Ni a des journalistes qui déforment des faits et qui déclenchent une petite bombe, qui a nuit à notre maillot pendant des années, et qui nuit encore, juste pour vendre plus de leur torche-boule.

Parce que si ça n'était pas sorti dans la presse, il ne se serait pas passé grand chose (on aurait sûrement été éliminés quand même vu notre jeu abyssal).

Bref, y en a qui ont plus sali la maillot que d'autres et on ne tape pas sur les bons
Note : 1
Message posté par Frenchies
mais nooooooooooooooooon
les français aiment trop le 2 poids 2 mesures voyons !!!

surtout avec celui qui s’appelle karim (même 1 tiers des gens, c'est trop)


Théorie de l'arabe fragile. Qui sert encore plus à le discréditer qu'autre chose.
"s'ils montrent le plaisir de la réparer"

Le désir, pas le plaisir
Note : 1
D'ailleurs la seule compétition internationale à laquelle Benzema n'a pas participé avec l'edf depuis le début de sa carrière il y a eu...Knysna! Et ce n'est pas tout KARIM compte 5 lettres et BENZEMA 7, 57 soit le nombre exact de sélections que comptait Evra au moment où il lance le sifflet de Duverne...et inversé, 75 le nombre de sélections que devrait avoir le même Evra au début de l'Euro! Hasard? Coincidence? Je ne crois pas. De plus, cette année comme en 2010, l'équipe de france voyagera...en bus et pendant les entrainements DD aura...un sifflet, ben voyons! Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas!
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Ceux qui croient encore que Griezmann et Ben Yedder étaient en boîte de nuit avant le barrage...Il n'y avait que M'vila, M.Niang et Mavinga.Vous avez vu leurs gueules d'enfants (et encore, en 2012, ils devaient ressembler à des nourrissons) ? Qu'auraient-ils été faire dans ce type d'endroits pour adultes comme le sont les trois derniers nommés ?
Balibalibalo Niveau : District
Note : 1
Message posté par outah
Oui oui, Lloris, Ribéry, Gourcuff, Carrasso, Abidal, Malouda, Gignac, Valbuena, Diaby, etc. n'auraient pas du être repris. Déjà qu'on a perdu un Toulalan, qu'un Gourcuff ne s'en est pas remis, donc on aurait à peu près ces 23 là qui ne seraient jamais allé à l'euro :

Mandanda, Costil, Ruffier (qui y était, mais pas sanctionné)

Méxes, Rami, Matthieu, Trémoulinas, Kaboul, Fanni, Debuchy

Nasri, Mavuba, Matuidi, Lass Diarra, M'Vila, N'Zogbia, Sissokho

Benzema, Ben Arfa, Menez, Briand, Hoarau, Rémy


Donc du pas dégueux, mais rien d'expérimenté, et puis, que des joueurs exemplaires, hein...

Des sanctions plus lourdes, oui. Des joueurs tous lourdés, non. Et qu'on arrête de parler du devoir d'exemplarité, c'est du vent, ça sert une récupération politique nauséabonde. Le politique et le sportif n'ont pas à être mêlés. Et on a le droit d'apprendre de ses erreurs et de les réparer.

Et donc quand Griezmann va en boîte juste avant un match avec les espoirs (qui nous coûte la qualif), l'opinion oublie, mais si Nasri dit 3 mlots de travers à un journaliste ça le poursuit. Je peux faire 3000 exemples, mais il est clair que si un joueur est maghrébin il a encore moins le droit de déraper.

Donc oui, les 5 espoirs dont Griezmann ont eu une sanction lourde (disproportionnée par rapport à celles de Knysna), mais la plupart des médias et l'opinion publique ont leurs têtes.

Les vrais coupables en 2010 :

- Domenech : tactiques frileuses, sélection incohérente, joueurs au mauvais poste, Ribéry qui choisit où il veut jouer, aucun fond de jeu...et c'était déjà le cas en 2006, les matchs contre l'Espagne et le Brésil cachent la misère.

- Thiriez, Le Graët : absents en Afrique, ou quasi, ont reconduit Raymond la science en 2008 malgré le pire euro de notre histoire, sabordent le niveau de notre championnat, surchargent le calendrier, délocalisent des matchs au Zanzibar, font du copinage, etc. Liste trop longue.

- Le journal l'équipe : titres tapageurs et propos qui n'auraient pas du sortir du vestiaire, acharnement sur certains joueurs (et pas d'autres), informations erronées et sans objectivité...

J'arrive à pardonner à des joueurs d'avoir fait une grosse connerie, s'ils montrent le plaisir de la réparer et un remord sincère (ce n'est pas le cas de tous, je l'accorde), mais des dirigeants dans la force de l'âge, voir ayant une grosse expérience, incapables d'admettre leur part de responsabilité, ça je ne le pardonnerai jamais.

Ni a des journalistes qui déforment des faits et qui déclenchent une petite bombe, qui a nuit à notre maillot pendant des années, et qui nuit encore, juste pour vendre plus de leur torche-boule.

Parce que si ça n'était pas sorti dans la presse, il ne se serait pas passé grand chose (on aurait sûrement été éliminés quand même vu notre jeu abyssal).

Bref, y en a qui ont plus sali la maillot que d'autres et on ne tape pas sur les bons


Griezmann a été une fois en boite, avec les espoirs. Il a été sanctionné (très lourdement comme tu l'as fait remarqué) et n'a pas recommencé. Deschamps reproche à Nasri son comportement sur le long terme. Ses perf' en EdF étaient déjà critiquées (il a majoritairement été fantomatique et se plaignait en plus de sortir, même quand il était mauvais, ce qui ne changeait rien pour le match d'après). L'épisode des insultes et de son comportement a servi à justifier ses non-sélections, parce que s'il est vrai que " si un joueur est maghrébin il a encore moins le droit de déraper", il est aussi difficile de le jeter quand il fait de la merde sous peine de "juste parce que c'est un maghrébin, et que les français ne les aiment pas"(suffit de voir les commentaires sur l'éviction de Nasri et de Benzema).

Et puis taper sur Domenech pour Knysna, je trouve ça trop facile. Son groupe, entre des p'tits cons finis (Evra, Ribéry, Anelka...) et des mecs qui n'ont rien dans le slip (Lloris qui dit après que oui, il aurait du sortir, il voulait mais il sais pas pourquoi il l'a pas fait...), je ne suis même pas sur que Sir Alex, Mourinho ou Guardiola aurait pu en faire quoique ce soit.

Pour ce qui est du journal l'équipe, de la même manière c'est pas le problème. Certes, ils ont fait de la merde, mais ça existe d'ou (a part au PSG) un joueur qui insulte son entraineur et qui reste légitime dans le groupe?

Pour reprendre ta conclusion, tous on sali le maillot de la même manière, seuls certains ont été sanctionnés, je suis d'accord. Et je suis d'accord avec Née, porter le maillot du pays, ça devrait être un privilège qui donne des responsabilités notamment sur le plan moral. D'ou le fait que je sois également d'accord pour dire que les mecs auraient jamais du remettre les pieds en EdF.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Message posté par ofwgkta
D'ailleurs la seule compétition internationale à laquelle Benzema n'a pas participé avec l'edf depuis le début de sa carrière il y a eu...Knysna! Et ce n'est pas tout KARIM compte 5 lettres et BENZEMA 7, 57 soit le nombre exact de sélections que comptait Evra au moment où il lance le sifflet de Duverne...et inversé, 75 le nombre de sélections que devrait avoir le même Evra au début de l'Euro! Hasard? Coincidence? Je ne crois pas. De plus, cette année comme en 2010, l'équipe de france voyagera...en bus et pendant les entrainements DD aura...un sifflet, ben voyons! Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas!


Rien à foutre, cette fois Monsieur Lassana Diarra ne sera pas forfait pour drépanocytose et prendra les choses en pieds à un contre onze s'il le faut.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Encore un robinet d'eau tiède de merde.Abstenez-vous si c'est pour proposer "ça", Sofoot (avec en plus une faute d'orthographe niveau cours moyen dès la seconde question, bons à rien que vous êtes).Tout le monde est gentil sauf les méchants qui ne sont pas sympas.Très intéressant, j'en redemande.
Message posté par MYSTIKALITO
ca fait plaisir d'entendre parler de ce type à nouveau ^^ et il a totalement raison. toutes les merdes qui ne sont pas descendus du bus n'auraient jamais du rejouer en edf


Politiquement correcte, professionellement a chier... Desole
Note : -1
Le gars fait partie des entraîneurs du stade rennais et se permet de la ramener ? C'est cocasse.
spacieux_rituel Niveau : DHR
Message posté par MYSTIKALITO
ca fait plaisir d'entendre parler de ce type à nouveau ^^ et il a totalement raison. toutes les merdes qui ne sont pas descendus du bus n'auraient jamais du rejouer en edf


Cool au mois on aurait toujours Benzema en EDF
Note : 1
"Je ne sais pas ce qu’ont fait les autres, mais moi, je suis resté tout seul dans ma chambre."

Putain la tristesse du mec quoi...
wallotexas Niveau : CFA
Les Bleus ne devaient même pas aller en AfSud, alors... Ceci dit, je pense que tout le monde a droit à une deuxième chance...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 27