1. // Copa America 2011

Les joueurs à suivre

Parce que la Copa America, ce n'est pas que Lionel Messi, Carlos Tevez, Edinson Cavani, Pato, Daniel Alves, Diego Forlan, Luis Suarez ou Alexis Sanchez.

0 2
1 - Marcos Rojo (Argentine)

A peine 20 ans et déjà un transfert vers l'Europe validé. Certes, le latéral gauche a atterri au Spartak Moscou, mais son potentiel a séduit de nombreux scouts européens. Dans la lignée des latéraux argentins type Sorin ou Zanetti, Rojo a quatre poumons et, plutôt sympa pour un arrière, il sait centrer et apporter le danger. Un perle rare en effet.

2 - Lucas (Brésil)

18 piges et déjà une clause libératoire à 80 plaques. Le milieu de terrain de Sao Paulo a déjà tout l'équipement de disponible : dribble, sens du placement, expression collective au-dessus de la moyenne. Le tout, sans une once de "je me la raconte à faire 65 grigris inutiles". Le PSG made in Leonardo est sur le coup. Suffit de prendre un ticket et de faire la queue. Le minot en a sous la semelle.

3 - Mauricio Isla (Chili)

Si l'Udinese a tout démâté sur son passage en Serie A, ce n'est pas uniquement par la grâce conjuguée du duo Di Natale/Sanchez. Le milieu offensif droit (il peut aussi jouer latéral) a donné de sa personne et couru des kilomètres sur les prés italiens. Joueur de devoir, Mauricio incarne parfaitement la folie chilienne : courir toujours, partout.

4 - Bryan Ruiz (Costa Rica)

A l'instar de Ryan Giggs, le milieu de terrain a eu la mauvaise idée d'avoir une nationalité de merde. Roi du pétrole dans son club de Twente, le milieu de terrain valide par l'absurde en sélection le fait d'être entouré de cabochards. Il est systématiquement au four et au moulin et s'épuise à briller dans le vide.

5 - Abel Hernandez (Uruguay)

Il a grandi dans l'ombre de Cavani tout en rêvant du départ de son compatriote pour Naples pour exploser. Loin d'être dégueulasse la chique au pied, Abel Hernandez aime placer son front où il faut dans la surface de réparation. Véritable feu follet, l'avant-centre de Palerme mérite d'être vu dans la lumière.

6 -Christian Benitez (Equateur)

En 2009, il débarque à Birmingham pour plus de 9 millions d'euros. Sauf qu'un hic apparaît à la visite médicale et il arrive uniquement en prêt pour une saison. Une année moisie plus tard (3 buts), Benitez et son corps à la Jean-Claude Darcheville retournent au Mexique (à Santos Laguna) et enfilent les buts comme des kebabs (20 buts cette saison). Avec Antonio Valencia en pourvoyeur de galette, le petit cube peut se régaler.

7 - Yohandry Orozco (Venezuela)

Il ne dépasse pas le mètre soixante-cinq, pèse 35 kilos en crampons mais les observateurs vénézuéliens ne parlent que lui. Un jeu de jambe à faire rougir les danseuses de joropo. Wolfsburg avait senti le coup avant tout le monde et enrôlé le loustic dès janvier. On ne sait jamais, si le milieu de poche décide de briller durant la compétition, c'est toujours quelques millions d'économisés.

8 - Juan Cuadrado (Colombie)

Même s'il a eu du mal à s'imposer à Udine (3 titularisations, une douzaine de matches jouée), le jeune Colombien en a sous le capot. Rapide et technique, ce droitier peut s'installer sur tout la longueur du terrain. Même s'il n'est pas encore une pièce incontournable du puzzle colombien, il se fait les dents petit à petit. Un mec qui aime galoper le long de la ligne blanche, ça n'a pas de prix en Colombie.

9 - Marco Urena (Costa Rica)

Il a compris que le salut de son âme footballistique passait par la case Europe. A 21 ans, l'attaquant du Costa Rica a posé ses guêtres au FC kuban Krasnodar en Russie. Une école de la vie diront certains. Un choix de merde pour les autres. Quoi qu'il en soit, Marco se familiarise avec le football made in Vieux Continent et récitera sa leçon sur les pelouses argentines.

10 - Gary Medel (Chili)

Membre de la squad chilienne troisième du mondial des U20 en 2007, Gary Medel a parcouru du chemin depuis la belle époque. Après s'être formé aux attaquants bourrins du championnat argentin sous la liquette de Boca, le défenseur central a débarqué à Séville l'hiver dernier avec comme objectif de foutre Escudé sur le banc. Le pire, c'est qu'il est capable de le faire.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"Un jeu de jambe à faire rougir les danseuses de joropo" voilà la preuve que l'auteur a fait des recherches et s'interesse à son sujet, je dis tout simplement BRAVO
Seul Bielsa avait fait de Medel un titulaire en defense centrale.
A Boca il jouait milieu def ou lateral droit. A Seville comme en selection aujourd hui il joue milieu def.

Isla est juste enorme, ce mec est infatigable et a un sens du collectif incroyable.
Le systeme Borghi en 3-4-1-2 n ayant qu un joueur dans chaque couloir, devant jouer a la fois lateral, milieu et ailier, Isla est surement la piece la plus importante du chili avec Beausejour a gauche.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La France franchit la Côte
0 2