1. // Féminines
  2. // Japon/USA (2-2; 3-1 tab)

Les Japonaises championnes du monde

Dans un match complètement fou, les Japonaises, menées deux fois au score, l'emportent finalement devant les favorites américaines.

Modififié
0 3
Finale: Japon-Etats-Unis: 2-2 ( 3-1 tab


Buts: Miyama (82e) et Sawa (116e) pour le Japon. Morgan (69e) et Wambach (104e) pour les Etats-Unis.



20H45. Commerzbank-Arena, Francfort. Les Américaines démarrent très fort. En 10 minutes, le duo Lauren Cheney - Abby Wambach aurait déjà pu mettre quatre buts. Les Japonaises sont ultra dominées physiquement et peinent à lancer leur toque Nadeshiko (nom de la sélection japonaise). Ou l'impression de voir des cadettes qui surclassent des moins de 15. A la 28ème minute, Abby Wambach toujours elle, excentrée dans la surface, lâche une frappe hors-norme et touche la barre. Puis Homare Sawa la joue comme Iniesta et lance parfaitement Kozue Ando, l'attaquante de Duisbourg entre deux défenseuses américaines qui bute sur Hope Solo. Quelques frissons donc dans une finale ne qui demande qu'à se décoincer. La ligne directrice est toujours la même. Les Japonaises posent la balle, récitent enfin leur texte et cherchent des décalages quand le jeu très direct des Américaines les amène plus vite devant le but d'Ayumi Kahori. A la mi-temps, les joueuses de Pia Sundhage ont alors tiré douze fois au but. Sans jamais cadrer.

La deuxième mi-temps est un bis-repetita. Les états-uniennes démarrent fort et Alex Morgan touche le poteau. Les Japonaises cherchent toujours à jouer juste sans se presser ni se stresser et défendent bien, en attendant leur chance alors que Wambach n'est pas loin de planter sur une tête. On précisera qu'elle rend 19 centimètres à la joueuse qui la marque. Ohno part seul au but dans le dos de la défense mais est sifflée hors-jeu. Elle ne l'était pas. Comme un symbole, c'est peu après et sur un contre que la situation se débloque. Les Japonaises s'oublient un peu en défense pour tenter un coup et s'installer dans le camp adverse. Ballon perdu, ouverture en profondeur et Alex Morgan libère d'une frappe croisée les Américaines qui capitalisent enfin leur domination structurelle. 1-0. Mérité. Menée, la sélection japonaise a du mal à renverser la tendance. Hope Solo est tranquille, le titre approche. Mais non, dans le money-time, la charnière centrale américaine se troue complètement et offre sur un plateau l'égalisation à Miyama qui n'en demandait pas tant. 1-1. Invraisemblable à 10 minutes d'un sacre mondial. Les Japonaises sont toujours là.


Prolongations. Les Américaines dominent toujours sans tuer le match. Wambach et Morgan n'y arrivent pas, tandis que les Japonaises tiennent en défendant intelligemment avec un quadrillage très rodé et des gestes justes. Mais Wambach (encore et toujours) est récompensée de ses efforts à la 103ème minute et marque enfin de la tête après plusieurs tentatives avec Morgan, à la passe dè sur un centre tendu. 2-1. Pour autant, les Japonaises restent fidèles à leur fil directeur et continuent de poser le jeu, dans l'attente d'une ouverture. Une étonnante sincérité et une sacrée croyance en leurs principes à ce moment donné d'une finale. Elles manquent d'ailleurs l'égalisation de peu à la 113ème sur une sortie folklore de Solo. Et comme une évidence, à la 116ème minute, sur un corner, Sawa égalise d'une superbe aile de pigeon... Quel scénario ! Un rouge sévère pour Iwashimizu et un bon coup-franc offert aux Américains n'y changent rien. Cette finale exceptionnelle se termine aux pénos. Les Américaines ratent leur trois premiers tirs aux buts. Les Japonaises n'en loupent qu'un. Elles sont donc championnes du monde. Trois mois après le désastre de Fukushima. Elle est là, la belle histoire de ce Mondial.


Antoine Mestres

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Enième réitération du cliché, mais grave exemple d'humilité et de sacrifice collectif de la part des Japonaises. Quoique dominées, elles n'avaient rien à envier en technicité et rapidité aux amérloques. Ajoutez à ça un jeu à l'arrache pour chaque balle et un peu de bol et les gonzesses banlieusardes wasp rentrent bredouilles.
Un vrai beau match. Je l'ai déjà dit au début de la compétition et, sans aucune condescendance, je le redis : le football féminin a vraiment énormément évolué et progressé. C'est devenu super agréable de suivre les matches, et les joueuses sont rapides et techniques. C'est un plaisir de voir des filles comme Morgan et Wambach devant le but ou la technique de passe des japonaises.

Et bien que je haïsse profondément l'idée de comparer systématiquement ( comme c'est d'usage dans le football ) un sport féminin avec son équivalent masculin, je me permettrai quand même d'avouer que c'est vraiment merveilleux de regarder des matches de football pendant lesquels les joueurs ne contestent pas agressivement la moindre décision de l'arbitre, ne simulent pas à chaque contact et ont l'air d'être sincèrement déçus quand ils perdent.

En plus c'est pas désagréable de regarder des meufs comme Louisa Necib, Alex Morgan ou Lira Bajramaj quand on est habitué à se taper à l'année les gueules de Messi, Rooney ou Ribéry tous les week ends.
100% d'accord avec le Général.
Le foot féminin gagnerait à être connu. La LDC m'avait agréablement surpris; la WC a fini de me convaincre. C'est quand mm beau le foot sans bouchers, sans comédiens et sans truands. Et bravo aux Japonaises pour le titre mondial!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3