En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Arsenal/Tottenham (5-2)

Les Gunners pilonnent les Spurs

Dans un match totalement fou, Arsenal est allé chercher une victoire aussi belle qu’inattendue face à son ennemi intime (5-2). Grâce à cette victoire homérique dans le North London Derby, les Gunners sortent de la sinistrose dans laquelle ils étaient plongés depuis deux semaines.

Modififié
Arsenal - Tottenham : 5-2

Buts : Sagna, Van Persie, Rosicky et Walcott (2x) pour Arsenal. Saha et Adebayor pour Tottenham

Au fond du trou depuis deux matchs, Arsenal est sorti de l’enfer dans lequel il était plongé depuis deux semaines. Dans une rencontre complètement folle, les Gunners ont montré qu’ils étaient taillés pour la guerre. Menées 2 buts à 0 au bout d’une demi-heure de jeu, les troupes d’Arsène Wenger ont mis leurs tripes sur la table pour faire exploser les Spurs de Tottenham (5-2). En 25 minutes, les Gunners marquent cinq buts et prouvent encore une fois à quel point cette équipe est capable de tout. Habitués au pire depuis deux semaines et deux défaites affligeantes face à Milan et à Sunderland, les spectateurs de l’Emirates Stadium ont vu cet après-midi leur équipe produire leur meilleur football. Comble de la jouissance, la culbute intervient face à l’ennemi intime, supérieur depuis le début de la saison.

Pourtant, dès le coup d’envoi, ça sent la fessée pour Arsenal. En défense, la paire Koscielny-Vermaelen est dépassée dès que le ballon arrive dans les quarante derniers mètres. Plus en jambes, les Spurs ouvrent le score dès la 8ème minute. Adebayor balade la défense des Gunners et envoie Saha au paradis. Vermaelen contre la frappe de Ptit Louis et lobe Szczesny (1-0). Toute la différence entre une équipe en plein doute et une team en pleine bourre se résume sur ce but. Tout au long du premier acte, les Spurs profitent de la fébrilité déconcertante de la défense des Gunners et envoient des banderilles en contre. A la baguette, Modric joue les métronomes. Parker, ratisseur en chef, joue le videur de boîte intransigeant : «  T’as un maillot d’Arsenal ? Tu rentres pas » . Et dans le rôle du perturbateur, Gareth Bale. Bien lancé par Modric, le Gallois va beaucoup plus vite que Kieran Gibbs et est crocheté par Szczesny. Adebayor transforme, serein (2-0).

Van Persie, c'est Zorro


En face, Arsenal est maître du jeu, mais ses attaques sont trop brouillonnes pour être vraiment dangereuses. Seulement voilà, cette année, les Gunners ont leur Zorro. Il est Hollandais, joue avant-centre et s’appelle Robin Van Persie. Malheureux face au portier des Lilywhites, l’international néerlandais bouffe d’abord la feuille sur une volée à bout-portant à côté (15ème minute). Il est ensuite maudit sur une frappe soudaine détournée (21ème). C’est pourtant lui qui apporte le grain de folie salvateur en fin de première période. A la 42ème minute, sa frappe dans la surface trouve le poteau. Arteta récupère le cuir et sert le latéral droit français Bacary Sagna qui marque d’une tête rageuse. Deux minutes plus tard, il remet les deux équipes à égalité sur un amour de frappe enroulée (42ème, 2-2).

La seconde période est totalement à l’avantage d’Arsenal. Les cannoniers repartent pied au plancher et les hommes d’Harry Redknapp sont acculés. Autour de Van Persie, Arteta, Rosicky et Walcott combinent bien et jouent à 100 à l’heure. Le but du Tchèque n’est que le point de départ d’un pilonnage en règle du but du vétéran Fiedel. Dans le rôle de l’artificier cette fois, Théo Walcott. Par deux fois, la fusée londonienne crucifie Kaboul et sa bande. A la 65ème minute, l’international anglais est lancé plein axe et marque d’une balle piquée (4-2, 65ème). Trois minutes plus tard, il remet ça d’une frappe croisée dans le petit filet (5-2, 68ème). Les Hortspurs ne comprennent pas ce qui leur arrivent et prennent l’eau de tous les côtés. Incapable de réagir face à l’ouragan rouge et blanc, l’autre club de Londres ne se montre à peine dangereux que sur une mine contrée de Sandro à la 71ème et sur une frappe sans conviction de Parker (75ème). Malgré cette déculottée aussi douloureuse qu’inattendue, les Spurs conservent la troisième place, et ont toujours sept points d’avance sur Arsenal. Mais aujourd’hui, les hommes d’Harry Redknapp ont perdu une belle occasion de prouver à tout le monde que le patron à Londres réside à White Hart Lane.

Par Romain Leroux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 4
il y a 5 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur le Classico 1 Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 29
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 21 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 16