1. //
  2. // Chelsea/Arsenal

Les Gunners comme des grands ?

Chelsea-Arsenal, le choc de la septième journée de Premier League est alléchant. Pas sûr qu'il le soit sur le terrain tant les rois d'Angleterre maîtrisent leur(s) sujet(s). Pour ce derby, les faveurs des pronostics iront une nouvelle fois aux hommes d'Ancelotti. L'occasion pour les Gunners, qui devront en outre palier de nombreuses absences, de se débarrasser des complexes ?

Modififié
0 0
L'occasion est vraiment belle. Manchester United qui ne ramène pas les 3 points d'un voyage à Sunderland, ce n'est pas un cadeau qui tombe tous les jours : la dernière défaite des Red Devils face aux Black Cats remonte à la saison 1996-1997. Reste à savoir qui de Chelsea ou Arsenal va profiter de ce nouveau faux-pas des hommes de sir Alex Ferguson, qui ont enchaîné un quatrième nul consécutif en déplacement samedi après-midi.

En début de saison, Arsène Wenger avait promis : « Mes joueurs n'auront plus l'excuse de l'inexpérience » , argument trop souvent rabâché pour expliquer les naufrages systématiques des Baby Gunners face à leurs adversaires directs. La fameuse sentence signée Patrice Evra ( « Ce soir on a vu onze hommes contre onze enfants » ) entonnée après la demi-finale retour de C1 2009 n'était pas que du trashtalking. Le latéral mancunien avait bien sûr vexé les ouailles de Wenger, tout simplement parce que derrière cette attaque en apparence déplacée, il y avait un peu de vrai. Cela s'est d'ailleurs vérifié dans les mois qui ont suivi. L'an passé, les Gunners se sont fait fesser par leurs deux principaux concurrents à l'aller comme au retour. Question : peut-on ambitionner le titre en Premier League avec un bilan des confrontations directes aussi déficitaire ? Non, évidemment. Le manager alsacien, qui semble l'avoir compris, a certainement transmis le message à ses joueurs. C'est bien beau d'en coller six à Bolton, mais mieux vaut garder ses forces pour les gros matchs. Les pensionnaires de l'Emirates ont pris la consigne au pied de la lettre et ont offert la semaine dernière une prestation d'une rare indigence, soldée par une défaite logique à domicile face à West Bromwich Albion. Inquiétant et inhabituel pour des Gunners, qui d'ordinaire cartonnent ce genre d'adversaires faiblards pour mieux se planter face aux gros.

La donne a-t-elle changé ? Premiers éléments de réponse aux alentours de 19h, ce dimanche, lors du coup de sifflet final à Stamford Bridge. Le champion contre le troisième, cet énième derby londonien promet, du moins en apparence. Mais rien ne dit qu'il sera équilibré. Chelsea a certes perdu à City la semaine dernière, mais ni Arsenal ni Manchester United n'ont su tirer partie de ce faux-pas, qui avait tout l'air du simple accident de parcours. Les Blues sont au-dessus du lot en ce début de saison et marchent littéralement sur leurs adversaires le samedi comme en semaine (n'est-ce pas Marseille ?). Seul point noir, la profondeur de banc des leaders du championnat. C'est à vrai dire la seule chose qui pourrait les freiner dans leur quête d'un second titre consécutif. Car quand Ferguson fait appel à un ancien Ballon d'Or pour compenser la mauvaise période de Rooney, Ancelotti doit composer avec des joueurs de 17 piges. Heureusement, sur ce point, le coach italien est plutôt verni, à la différence de son homologue français. Depuis le début de saison, Arsenal accumule les blessés. Pour le choc de la semaine, les Canonniers devront faire sans Theo Walcott, Robin Van Persie, Thomas Vermaelen ou encore Manuel Almunia, tous à l'infirmerie. Sans parler de leur capitaine Cesc Fabregas, qui se plaint toujours de la cuisse ; il sera d'ailleurs à nouveau forfait. Va donc falloir aller chercher des points sur la pelouse du champion en guerriers. En costauds. En adultes.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
MU presque châtié
0 0