1. // Mondial 2010
  2. //

"Les Grévistes" vus d'ailleurs

« Je vous assure qu'à Manchester, mes coéquipiers respectent l'équipe de France. Personne n'a envie de tomber contre nous » . Paroles de Patrice Evra, lors du début de l'imposture à Tignes. Aujourd'hui, l'Europe se moque et elle a bien raison.

Modififié
0 1
On pensait en avoir fait le tour : “les Sombres Héros”, “les Imposteurs” ou encore “les Insupportables”. Mais la journée de dimanche aura finalement été la plus pathétique. Comment ne pas rester tristement médusé devant cette parodie de prise d'otages d'entraînement, agrémentée d'une négociation dans un bus aux rideaux fermés, et d'une lecture des doléances du délégué de classe par le négociateur Domenech ? “Les Grévistes” ou “les Pathétiques” sont nés. Ou comment se foutre encore plus la honte après une qualification déjà honteuse face à l'Irlande.


Toute la presse européenne a naturellement relaté le film improbable de ce dimanche, comme un mauvais « soap-opera à la Française : entre disputes, insultes, trahisons et larmes » pour le Corriere della Sera tandis que Tuttosport et La Reppublica peuvent jubiler avec cette « France dans le chaos » .

En Allemagne, l'épisode a laissé un peu de répit à la Nationalmannschaft, en proie aux doutes après la défaite contre la Serbie et les saillies de Klaus Allofs contre Joachim Löw. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung entame son papier simplement : « La sélection française dépérit en Afrique du Sud lors d'un sketch pitoyable » et rappelle à tous les Teutons en manque de clichés que la France se met une nouvelle fois « en grève... même à l'entraînement » . Bande de fainéants.

Si la France est « en ruines » pour le Bild, die Welt reste plutôt estomaqué en titrant : “Les caprices des stars du football français sont démesurés”, prenant même pitié pour tous les Français vivant « un drame national après le succès d'un groupe multiculturel “Black-Blanc-Beur” en 1998 » . Ah oui, on l'avait presque oublié cet autre sketch de notre nation arc-en-ciel...


En Angleterre, les fines plumes d'Outre-Manche se délectent de cet épisode sauce grenouille, comme une bribe d'échos aux déclarations de défiance vis-à-vis du système Capello dénoncé en conférence de presse par John Terry.

Fidèle à sa ligne éditoriale mesurée, The Sun voit les turbulences françaises comme le remake d'un épisode phare de notre Histoire : “La Révolution Française 2”. Ce chapitre historique trouve son prolongement dans les colonnes de The Independent, par l'éditorialiste Dom Joly, qui imagine une conversation téléphonique entre Domenech et le « miniscule Sarkozy [...] qui prépare la guillotine » . Insultant notre accent de french-kisseur, Dom Joly s'amuse : « Je suis désolé de vous déranger mais madame la Présidente n'est pas dans la meilleure des humeurs et je suis en train d'errer autour du Bois de Boulogne jusqu'à ce qu'elle se calme un peu. Je n'ai pas été autorisé à regarder la télé... si vous voyez ce que je veux dire... Combien de buts avons-nous marqués aux Mexicains ? » demande Sarko. « Hummm, nous avons perdu Monsieur le Président » rétorque Ray. « Quoi ? Vous blaguez ? Il n'y a pas moyen que notre grande et si belle nation se soit fait battre par des marchands de sieste en sombreros, c'est impossible, non ? » s'emporte le petit Nicolas. Le reste n'est qu'une succession de situations fictives n'illustrant finalement que le ridicule dans lequel cette équipe de France vient de plonger tout le pays.


Pour une fois, toute l'Europe est d'accord. Quand le Daily Mail parle de “L'Anelka-Gate” ou de “la farce des Bleus”, le Guardian soupire surtout devant « l'humiliation ultime » subie par un Raymond Domenech « laissé pour compte dans l'un des jours les plus noirs de l'histoire du football de ce pays » .

The Independent pensait pourtant que le punching-ball Domenech était, avant le Mondial, arrivé au summum de la distribution de coups : « En France, il y a un jeu vidéo dans lequel on peut envoyer un ballon de foot dans les boules de Domenech. Et si vous réussissez, la prostituée au centre du scandale sexuel impliquant Ribéry et Govou enlève un vêtement. Mais hier, c'était l'ultime humiliation » .

Ne manquerait plus en effet qu'une partie de jambes en l'air dans une piscine devant la face du monde pour que le tableau soit complet. Au fait, Secret Story commence le 16 juillet...



Ronan BOSCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Super, que la presse fustige l'équipe de France, soit, mais que les torchons qui représentent une part de celle-ci assimilent la France au sens large à une action qui est quasi-unanimement dénoncé comme étant lamentable par les Français, c'est vraiment du populisme à la con saupoudré d'une malhonnêteté intellectuelle qui m'énerve au possible. Au bout d'un moment, au lieu de se laisser taper dessus, il va falloir envoyer un signal à une certaine presse étrangère (et notamment européenne) francophobe au possible: fermez bien bien vos gueules et allez vous faire enculer (oui, c'est fait exprès, l'important avec les gros-mots c'est de les sortir quand c'est justifié). Les journaux comme le Sun sont au journalisme ce que la merde est à la gastronomie: soit ce qu'Anelka est au football.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Corée du Nord atomisée
0 1