Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es retour

Les grandes oreilles de la Ligue 1

Peu nombreux sont les vainqueurs de la Ligue des champions qui évoluent actuellement en France. S’ils ne jouent pas tous au PSG, leur visage sont pourtant bien connus.

Modififié
  • Ricardo Carvalho (Porto, 2004)

    Le dinosaure. Forcément, la bête a tout bouffé, qu’importe l'environnement. Coupe de l’UEFA, championnats et coupes du Portugal, d’Angleterre et d’Espagne, et évidemment une Ligue des champions remportée lors de ses premières années professionnelles avec le Porto de Mourinho. Heureusement, car le défenseur n’en remportera qu’une, échouant de très peu avec Chelsea en 2008 en finale contre Manchester United aux tirs au but. Si ce titre révéla le Special One, il aura aussi permis à l’arrière central de se faire une bonne réputation et d’attirer les plus gros clubs de la planète. Monaco se souvient encore de cette finale (0-3) où le Portugais fut impérial. Du coup, le club français l’a récupéré… dix ans plus tard.

  • Maxwell (Barcelone, 2011)

    Ibra ne l’a pas (encore ?) eue, lui si. Même si son CV ressemble beaucoup à celui du géant suédois, Maxwell a un avantage considérable sur son pote : arrivé en même temps que lui au Barça en provenance de l’Inter, le latéral gauche a eu la bonne idée de rester plus qu’une année. Du coup, il a participé à l’épopée 2011 du club catalan en Europe, où Messi & Compagnie ont (facilement) décroché le titre suprême. Le tout sans être titulaire cette saison-là. Et même pas dans le groupe en finale face à Manchester United.

  • Thiago Motta (Barcelone, 2006 et Inter Milan, 2010)

    Un doublé pour lui. Vainqueur de la C1 en 2006 avec le Barcelone de Rijkaard et Ronaldinho, Motta a surtout gagné celle de 2010 sous les ordres de Mourinho. Sa présence et son importance dans le cœur du jeu interiste en font alors un élément indispensable de l’équipe du Portugais. C’est d’ailleurs ce dernier qui l’a fait venir à Milan, misant sur ses qualités techniques et sa vision de jeu. Malheureusement, Motta est privé de finale en raison d’un carton rouge sévère en demi-finale contre… Barcelone, son ancienne team. Merci Busquets.

    Vidéo

  • Yoann Gourcuff (Milan AC, 2007)

    Oui, oui, Gourcuff a bien gagné la coupe aux grandes oreilles. C’était en 2007, alors que le jeune Yoann, à peine 21 printemps, semblait aux prémices de sa carrière. À l’époque, pas de blessure ou autre problème mental pour l’actuel Rennais, mais huit rencontres de Coupe d'Europe avec les Rossoneri. Maldini a beau dire des années plus tard que « Gourcuff a tout raté à Milan, à 100 % » , le club italien a tout de même laissé une belle ligne sur le palmarès du champion de France 2009. Et ça, toutes les moqueries ne pourront l’effacer.

  • David Luiz (Chelsea, 2012)

    Qu’elle fut belle. La Ligue Desch’ remportée par Tahiti Bob est peut-être la plus surprenante, mais sûrement pas la moins émouvante. Guidés par Lampard, Drogba et Terry, leurs cadres vieillissants, les Blues activent le mode auto-gestion après le départ de Villas-Boas et dépassent leurs limites pour aller au bout, défiant tous pronostics. Leur mot d’ordre ? Solidarité... et chance. Résultat : David Luiz est couronné après les pénos contre le Bayern Munich, balançant le sien en pleine lunette. Serein. En milieu défensif ou en charnière centrale, le chevelu a mérité son trophée. D’autant qu’il était blessé lors de cette finale : « Je me suis sacrifié pour l'équipe. J'ai senti des douleurs à la cuisse dès la 15e minute de jeu. Je pensais que je n'arriverais pas à finir le match. J'ai joué pour Ramires et les Brésiliens. » Un peu pour les Londoniens, aussi.

    Vidéo

  • Ángel Di María (Real Madrid, 2014)

    La fameuse Décima. Porté par Ancelotti, le Real a raflé sa tant attendue dixième coupe aux grandes oreilles. Dans ses rangs, un homme au talent brut capable de s’adapter à tous les besoins. D’abord placé sur l’aile, l’Ange évoluera la majeure partie de la compétition en milieu relayeur. C’est d’ailleurs à ce poste que l’Argentin, auteur de six passes décisives et trois pions, est élu homme du match lors de la finale contre le rival de l’Atlético. Seul Van Gaal a le secret pour faire de ce garçon un mauvais footballeur.


    Vidéo

  • Fábio Coentrão (Real Madrid, 2014)

    Avec Di María, c’est le dernier joueur de Ligue 1 à avoir empoché la C1. Lui aussi était titulaire dans le onze de Carlo, en lieu et place de Marcelo, sur le banc. Mais son influence a été moindre, puisque le défenseur gauche n’a disputé que six rencontres dans la compétition. Un coup de chatte pour celui qui est maintenant à Monaco et qui n’a pas effectué une seule saison pleine en Espagne ? Peut-être. Mais lui a atteint les sommets de l’Europe. Pas comme cette pipe de Ronaldo.

  • Diego Contento (Bayern Munich, 2013)

    La troisième fut la bonne. Certes, le Girondin n’a participé qu’à onze matchs de Ligue des champions en cinq saisons à Munich. Toujours est-il que son palmarès indique les deux choses suivantes : finaliste des champions de l’UEFA en 2010 et 2012 ; vainqueur en 2013. Sauf que le joueur était dans le groupe pour les deux premières dates (remplaçant en 2010 contre l’Inter, titulaire en 2012 contre Chelsea) et pas pour la dernière (2013 contre Dortmund). Chat noir ? Pas franchement une question d’actualité pour Bordeaux.

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
    jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25