Les Gay Gooners, c'est canon !

Au Royaume-Uni, des associations de supporters LGBT (Lesbien, Gaby, Bisexuels et Trans) voient le jour depuis trois ans pour combattre les préjugés dans le monde du foot. La première du genre fut fondée en 2013 dans le Nord de Londres, et s’appelle les Gay Gooners.

Modififié
355 0
Collectif de supporters d’Arsenal, les Gay Gooners, ce groupe de bénévoles qui «  aime le football et déteste l’homophobie  » , ont un agenda bien précis. Dave Raval, le président de l’association, explique : «  On sait aujourd’hui qu’il y a beaucoup de joueurs, de managers et d’arbitres qui sont homosexuels et ne sont pas prêts à faire leur coming-out. Nous avons décidé de poser le problème différemment : quand est-ce que les fans vont faire leur coming-out ?  » Pour cet entrepreneur de 36 ans, c’est aux supporters, par essence plus nombreux, de faire le premier pas. «  L’objectif est de gagner en visibilité, poursuit Dave. On est dans fans normaux. On va voir des matchs de football, on regarde des matchs de football et on aime parler de football. Le but, c’est de normaliser cette vision, jusqu’à ce que les gens se disent "Ouais, ils sont gay, et alors ?" À ce moment-là, les joueurs pourront faire leur coming-out.  »

En tant que supporter et ancien arbitre semi-professionnel, Dave a pu entendre tous les propos homophobes possibles. Selon lui, les choses sont cependant en voie d’amélioration : «  À l’Emirates, on entend encore des insultes. Que ce soit raciste ou homophobe. Quand ça arrive, les stewards arrivent vite pour sortir la personne du stade. Mais la plupart du temps, bien avant ça on entendra les autres fans dire « Mais, tu fais quoi? Pourquoi tu dis ça ? » Et pareil sur Twitter. On reçoit un tweet homophobe et quelqu’un d’autre nous défendra.  » Ce soutien populaire, cette acceptation par tous, c’est le combat des Gay Gooners. Évidemment, l’association qui compte maintenant 500 membres, ne se limite pas aux personnes homosexuelles. Dave en rit : «  Ce serait le comble si on commençait à exclure des gens ! Nous organisons beaucoup d’événements et tout le monde est la bienvenue. Du coup, c’est une minorité, mais certains des nôtres sont hétérosexuels. Et certains ne sont pas sûrs de ce qu’ils sont. La seule chose dont tout le monde est certain, c’est qu’on aime le football et qu’on aime Arsenal.  »

Cet amour pour les Gunners fut récompensé dès février 2013 avec une intronisation officiel du club. Mieux encore, Arsenal lançait un an plus tard une vidéo visant à tacler l’homophobie, dans laquelle le capitaine Mikel Arteta nouait fièrement ses crampons aux lacets couleur arc-en-ciel. Depuis, les Gay Gooners se sont associés à d’autres groupes de supporters LGBT dans tout le royaume. Dave se félicite : «  Il y a aujourd’hui 25 associations dans le pays. La moitié des clubs de Premier League en a une. Et même Tottenham Hotspurs…  » Pour éliminer l’homophobie du monde du football, les Gay Gooners ont même accepté de faire ami-ami avec leurs ennemis héréditaires. Le groupe a ainsi accepté d’affronter les Proud Lillywhites, des rivaux Spurs, soutenus par la présence de l’ancien international allemand Steffen Freud. Cet été, les deux équipes ont prévu se retrouver pour regarder les matchs de l'Angleterre tous ensemble.




Par Thomas Andrei
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
355 0