Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Les Gavroches du PSG

Mamadou Sakho et Clément Chantôme, deux produits de la formation parisienne, agitent la case transferts du mercato. La donnée la plus importante de l'équation étant, bien entendu, le fait que le PSG arrive à façonner des joueurs de football. Ou comment, après avoir été pendant très longtemps la risée de la formation française, le PSG s'est découvert une âme de formateur.

Modififié
Un mec du quartier de la Goutte-d'Or capitaine du PSG, ça a de la gueule, mine de rien. C'est un peu l'histoire de Mamadou Sakho, un titi parisien comme les aimait Thierry Roland, feu le commentateur sportif au verbatim à la Audiard. Dans le sillage du grand Mamad', Clément Chantôme, moins en phase avec le quartier de Sakho et de la Scred Connexion, a également fait ses gammes au sein du club de la capitale. Deux blases que l'Olympique Lyonnais aimeraient coucher sur son effectif en cet été 2012. Deux produits de la formation parisienne. À ces deux joueurs, on peut ajouter les jeunes Neeskens Kebano, Loïck Landre et Jean-Christophe Bahebeck, qui ont commencé à traîner leurs guêtres avec les pros du PSG l'an dernier. Un refrain qui devient à la mode.

Actuellement en stage en Autriche, le PSG de QSI a emmené dans ses bagages une pléthore de jeunes issus du cru : Mike Maignan, Adrien Rabiot, Abdallah Yaisien, Jordan Ikoko, Alvin Arrondel et Younes El Baillal. Preuve que le PSG mise sur la formation. Et ça, c'est une nouveauté. L'arrivée de QSI n'a pas bouleversé cette donnée. Les Qataris ont d'ailleurs réaffirmé par le biais de Nasser Al-Khelaïfi, le président du club, que la formation faisait partie des priorités. « En venant à Paris, on savait que l’argent ne ferait pas tout, opinait-il dans L'Équipe. On n’est pas venus juste avec l’idée d’investir des millions et des millions. (…) Mais je suis convaincu qu’on peut trouver le nouveau Messi à Paris ou autour de Paris. Ce sera l’une des missions de notre centre de formation. »

Les rendez-vous manqués : Diaby et Évra

Car, avouons-le sans sourciller, pendant très longtemps, la formation parisienne s’approchait du néant. Le seul Nicolas Anelka ne pouvait occulter un gouffre sidéral en matière de formation et, surtout, de détection, notamment dans la liste des joueurs que le club francilien avait raté : Diaby ou Évra, pour ne citer qu'eux. Le déclic a eu lieu avec la génération Chantôme. Une promotion dans laquelle se trouvait également Youssouf Mulumbu, qui s'amuse aujourd'hui en Premier League, Larrys Mabiala (porté disparu en Turquie) ou encore Loris Arnaud (toujours au club). C'est le début de quelque chose. D'une prise de conscience sans doute. Depuis, Paname s'est efforcé de lancer chaque année ses meilleurs jeunes dans le grand bain (Sankharé, Ngoyi, Makonda, N'Gog, Sakho), tout en continuant à en rater certains, malgré une présence, en jeunes, au sein de la formation parisienne. C'est notamment le cas de Steven N'Zonzi (Blackburn), Johan Martial (Brest) ou Brice Dja Djédjé (Évian). Rien ni personne n'est parfait.

Areola, Rabiot et Ongenda, les crackinettes

Quoi qu'il en soit, le PSG s'efforce de ratisser l'Île-de-France autant que faire se peut. Un vivier de douze millions d'habitants où tous les autres clubs du pays, et même d'ailleurs, ont des bases avancées. Alors oui, il faut jouer des coudes. Et oui, le PSG a raté des jeunes et en ratera encore. Mais il y a un mieux. Notamment dans l'esprit. Il suffit de regarder les différentes sélections de France, des U15 aux U19, pour s’apercevoir de l'avancée francilienne en ce domaine. Paname fournit les sélections. Un postulat nouveau. Inédit. Révélateur. Dans les prochaines pépites, on peut d'ores et déjà citer Alphonse Areola, le grand gardien originaire des Philippines (comme Billy Crawford, aucun rapport), actuellement à l'Euro des U19 avec Jean-Christophe Bahebeck. En privé, le portier - une montagne - impressionne. Encore trop tendre pour être lancé dans le grand bain (19 piges), il fait partie des espoirs à surveiller au sein du club. Un mec que l'on couve.


Pierpoljak avec les pieds de Bodmer

Un peu comme la dernière trouvaille, Adrien Rabiot. Le grand échalas affole les scouts européens depuis sa puberté (à 13 ans, il a été recruté par l’académie de Manchester City avant de quitter l'Angleterre au bout de six mois, Ndlr). À seulement 17 ans, le PSG vient de lui faire signer son premier contrat pro et place de gros espoirs en lui. Un milieu élancé, chevelu et raffiné. Pierpoljak avec les pieds de Bodmer. Enfin, reste la petit merveille du millésime 1995 : Hervin Ongenda. Un buffle tout en muscles qui a mené (avec Rabiot, Arrondel et Yaisien) les U19 de David Bechkoura à une troisième finale en trois ans dans la catégorie (champions en 2010 et 2011, finalistes cette saison contre l'AJ Auxerre). Une manière d'attaquer l'avenir sereinement.

Rien ne dit que les jeunes cracks feront tous carrière. Mais la matière est plus sexy qu'il y a peu. On est bien loin des Gaël Hiroux, Fabrice Kelban ou Sébastien Vaugeois. Au PSG, le virage du pognon a été pris. Avec fracas. Celui de la formation a été négocié dans la discrétion et les premières récoltes sont plutôt bonnes. Que Sakho ou Chantôme restent au club, ce n'est pas le fond du problème - si problème il y a -, cela montre avant tout que le club francilien a rationalisé son vivier. Si même le PSG se met à former des joueurs, où va-t-on ?

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3