Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs Europe
  3. // France-Bulgarie

Les gardiens de la paix

Si on parle le plus souvent des joueurs offensifs ou des derniers forfaits en charnière centrale, les gardiens n'en sont pas moins un rouage essentiel de l'équipe de France. Car il s'agit du seul poste où Didier Deschamps jouit d'une vraie stabilité. Revue d'effectif.

Modififié

Hugo Lloris, le taulier


Il vient de sortir une grosse performance dans un gros match avec Tottenham contre Manchester City. Nouvelle preuve, s'il était besoin d'en rajouter, que l'actuel titulaire chez les Bleus aime les grands rendez-vous. À bientôt trente ans, il apparaît un cran au-dessus de ses concurrents et en a encore suffisamment dans le moteur pour pousser jusqu'au Mondial 2018, une certitude, probablement jusqu'à l'Euro 2020. Voire plus s'il imite Gianluigi Buffon, qui est encore titulaire dans les cages italiennes à quarante piges. À la seule différence qu'Alphonse Areola pointe le bout de son nez au PSG et affiche aujourd'hui un potentiel à même d'accélérer la fin de carrière internationale du titulaire depuis 2008. Mais pas à court terme.


Steve Mandanda, le plan B


À trente et un ans, il sait que le plus gros de sa carrière est derrière lui, même si un gardien peut durer. Il s'est remis en question cet été en quittant ses certitudes marseillaises pour les joutes engagées de Premier League. Premier signal positif, Alan Pardew l'a installé comme titulaire à Crystal Palace devant Wayne Hennessey, ce qui n'était pas forcément une certitude en août après le très bon Euro du Gallois. En septembre, Mandanda a assuré dignement l'intérim en l'absence de Lloris, mais si sa marge reste importante pour la seconde place, un retour comme titulaire dans les bois français semble désormais utopique. Pas faute d'avoir toujours été bon et constant, mais il a perdu au tirage en étant de la même génération que Lloris. Une excellente alternative, mais pas l'avenir du poste.


Alphonse Areola, l'héritier


Adoubé par son capitaine au PSG Thiago Silva après le match de Ligue des champions à Sofia contre Ludogorets, il est dans une situation idéale. « Il donne beaucoup de confiance aux joueurs parce qu’il est très bon avec le pied et les mains. J’espère qu’il va continuer comme ça, car c’est le prochain gardien de l’équipe de France » , avait alors déclaré le Brésilien. Vu son âge, il apparaît comme le grand gagnant du futur changement de génération, et vu sa progression, il pourrait même monter en grade avant les retraits volontaires de Lloris et Mandanda. Après un prêt concluant à Villarreal la saison passée qui a achevé de prouver l'étendue de son potentiel, il est désormais en passe de confirmer à Paris. Alors que le début de saison tendait à le placer comme doublure de Kevin Trapp. Ce qui n'a pas échappé au sélectionneur : « Il a eu un début de saison où il n'a pas beaucoup joué, mais depuis, il a enchaîné cinq matchs avec Paris, où il est très performant. Il dégage beaucoup de sérénité, de tranquillité. » Des qualités que le Parisien a toujours démontré, quelle que soit la catégorie d'âge, mais qui, appliquées en Ligue des champions, font de lui un international en puissance.


Benoît Costil, l'irréprochable


Son absence de la liste peut être perçue comme un crève-cœur pour ceux qui ont conscience de tous les efforts qu'il a fournis avec l'équipe de France. Car il a toujours défendu avec ferveur son rôle de troisième gardien, et donné l'impression qu'il pouvait venir aux rassemblements à la nage si nécessaire. À vingt-neuf ans, il a encore le temps d'égrener une première sélection qu'il mérite sur le principe, mais l'éclosion d'Areola conjuguée à sa différence d'âge minime avec Lloris et Mandanda réduisent quasiment à néant ses chances d'être un jour « officiellement » international A. Au moins, il est officiellement finaliste de l'Euro 2016...



Stéphane Ruffier, le téléspectateur


Sans son retrait volontaire, Benoît Costil n'aurait pas goûté aux Bleus. Car lors du dernier derby entre Lyon et Saint-Étienne, il a encore prouvé qu'il était un gardien de grande qualité, sûr de ses capacités. Mais qui est aujourd'hui un cran en dessous du trio Lloris/Mandanda/Areola, la faute entre autres à une carrière qui s'éternise dans le Forez alors qu'on aurait aimé le voir un cran au-dessus. Foutu marché des gardiens, jamais très fluide. Au moins, désormais il n'a plus à regarder les matchs depuis le banc des Bleus, mais bien confortablement installé devant son écran plat. Sauf que s'il y avait une épidémie de gastro-entérite chez les quatre autres portiers, on serait bien content de le voir revenir pour une pige. Après avoir vécu le Mondial 2014 comme numéro 2, aurait-il l'âme d'un sauveur de la nation ?


Lafont, Didillon, Cardinale : où en est la relève ?


Il n'y a pas qu'Areola qui postule la même confrérie que Bruno Martini ou Bernard Lama. Mais l'avenir est encore difficile à lire. Chez les espoirs actuels, seul Thomas Didillon est aujourd'hui titulaire en Ligue 1 avec le FC Metz. L'autre talent réellement précoce étant Alban Lafont, titulaire et très performant à Toulouse, mais laissé à disposition des U18 nationaux. D'autres prodiges annoncés comme Paul Nardi ou Paul Bernardoni sont quant à eux dans le dur : le Monégasque, prêté à Rennes, devrait faire toute la saison comme doublure de Costil quand l'ancien Troyen est devenu numéro trois à Bordeaux. Et dans tout le contingent des bons gardiens de Ligue 1 qui ne sont plus sélectionnables en jeunes, seul aujourd'hui Yoan Cardinale sort des performances susceptibles un jour de l'amener jusqu'à la sélection A. Mais c'est encore loin.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:41 NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! Hier à 18:07 Le but contre son camp lunaire d'un Russe en finale de futsal aux JOJ 22 Hier à 09:42 OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
Hier à 15:02 Un coin de pelouse du Mondial 1998 mis aux enchères 15
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:25 Enzo Zidane rate un tir au but, son équipe éliminée 29