1. // Les restes du monde
  2. // MLS

Les Frenchies font le spectacle

Alors que le football est à l'arrêt de ce côté-ci de l'Atlantique, la saison bat son plein en Amérique du Nord. La MLS se poursuit à un rythme effréné, malgré l'organisation de la Gold Cup en parallèle.

0 0
En l'absence de nombreux joueurs du continent, retenus avec leurs sélections, les Français font parler d'eux. Premier d'entre eux bien sûr, Thierry Henry, auteur lundi de sa huitième réalisation de la saison, ce qui lui permet de rejoindre Landon Donovan en tête du classement des buteurs. Son équipe, les New York Red Bulls, reste en tête de la Conférence Est malgré quelques contre-performances et des résultats nuls à répétition. En l'absence de sa charnière défensive habituellement titulaire composée de Rafael Marquez et Tim Ream, retenus respectivement par les sélections du Mexique et des États-Unis, les buts encaissés s'accumulent depuis plusieurs semaines. Exemple lundi avec ce 3-3 concédé sur la pelouse de Portland. Un résultat arraché à l'ultime minute du temps additionnel, alors qu'Henry venait de se faire connement expulser pour une très légère tape d'énervement sur l'épaule d'un adversaire. Le retour des participants à la Gold Cup – Marquez et Ream, donc, mais aussi Dane Richards, Juan Agudelo et Dwayne De Rosario – devrait permettre aux hommes de Hans Backe de se remettre à gagner en série.

Derrière, le Philadelphie Union de Seb Le Toux n'en profite pas, malgré le bon travail offensif de l'ancien Rennais. Aucune équipe d'ailleurs ne parvient à faire preuve de régularité depuis quelques semaines. La seule équipe à aligner en ce moment une série de deux victoires de rang est... la lanterne rouge de la Conférence Est, le Sporting Kansas City d'Aurélien Collin (buteur ce mois-ci) et Stéphane Auvray (de l'aventure de la Guadeloupe à la Gold Cup), brillant vainqueur d'un déplacement à Dallas puis de la réception des San Jose Earthquakes. Toujours à l'Est, le surplace est à la mode, qu'il s'agisse de DC United (malgré Charlie Davies), de Chicago (qui a déjà fait sauter un entraîneur) ou des New England Revolution (avec Domi et Dabo régulièrement titulaires).

Le buzz Hassli

A l'Ouest, ce n'est pas tellement plus lisible. Le Los Angeles Galaxy fait assez largement la course en tête, mais compte jusqu'à cinq matchs d'avance sur ses adversaires. Un semblant de hiérarchie semble néanmoins se dessiner, avec la présence aux avant-postes de tous les prétendants aux play-offs annoncés en début de saison : Beckham et les siens, donc, mais aussi le finaliste 2010, Dallas, la solide formation de Seattle, Real Salt Lake, récent finaliste de la Concacaf, ainsi que les tenants du titre, Colorado Rapids. En bas de tableau, on retrouve logiquement deux formations californiennes en retrait – San Jose Earthquakes et Chivas USA – ainsi que les deux nouvelles franchises débarquées cette saison : Portland Timbers, qui stagne depuis un mois après un début d'exercice intéressant, et les Vancouver Whitecaps des tricolores Mouloud Akloul et Eric Hassli.

Pour sa première expérience outre-Atlantique, l'ancien Messin ne passe pas inaperçu. Son imposante stature y est pour quelque chose, mais ce sont surtout ses stats qui étonnent : en dix matchs disputés, il a scoré six fois et récolté trois cartons rouges ! Son dernier but tourne en boucle sur le net depuis qu'il a été inscrit le 12 juin dernier (2-2 à Seattle). Et pour cause, il s'agit d'une inspiration de génie sur un ballon chipé à la défense adverse qui va se loger, d'un angle impossible, dans la lucarne opposée. Même s'il a reconnu par la suite modestement ne pas avoir fait exprès, ce but lui a définitivement permis d'être adopté par les fans canadiens. C'est également le même Hassli qui pensait offrir à sa nouvelle équipe le titre de champion du Canada le 25 mai, mais la finale retour, disputée à Toronto, a dû être arrêtée en raison des intempéries. Vancouver menait 1-0, but du Français (1-1 à l'aller à Vancouver). Le match sera rejoué samedi 2 juillet.

Restons au Canada pour terminer, pour prendre des nouvelles de l'Impact de Montréal. Alors qu'il sait depuis déjà plus d'un an qu'il évoluera en MLS la saison prochaine, le porte-drapeau du soccer québécois a toutes les peines du monde à s'intéresser à son ultime effort dans la peu glamour NASL, sorte de D2 locale. Les nombreuses recrues arrivées à l'intersaison souffrent à former une équipe compétitive et les contre-performances s'accumulent. Avec seulement deux victoires en onze rencontres, l'Impact n'est pour l'instant classé que septième (sur huit) et a récemment résilié le contrat du défenseur parisien Kevin Hatchi. Vivement 2012.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0