En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Nutrition
  2. // Noël

Les footeux et le repas de Noël : l'aile ou la cuisse ?

Pendant que les Français terminent leurs emplettes de Noël et s’extasient déjà à l’idée d’envoyer sur les réseaux sociaux leurs photos des tablées et sapins, le monde du football, lui aussi, va dignement fêter la chose. Avec un bémol : ne pas revenir affuté comme un tonneau.

Modififié
Il y a deux écoles dans la vie. Ceux qui ouvrent leurs cadeaux de Noël le 24 décembre au soir et ceux, comme Kevin McCallister et sa famille, qui préfèrent attendre le 25 décembre au matin. Dans les deux cas, un point commun : le 24 au soir, on mange. Et personne ne fait exception. De Zlatan Ibrahimović à Cédric Fauré en passant par André-Pierre Gignac et Grégory Malicki, tous vont passer Noël en famille. On va s’échanger des cadeaux, parler de la vie, refaire le monde, oublier un peu le terrain pendant quelques jours avant de retrouver le froid de l’entraînement peu de temps avant la Saint-Sylvestre.

Qu’on le veuille ou non, un footballeur reste un homme avant tout. Et un homme a des besoins primaires : faire l’amour, dormir et manger. Et à Noël, on mange. Et plutôt bien. En France, on n’a plus beaucoup d’argent, mais on a des spécialités culinaires. Des plats qui engendrent forcément des gourmands. Comme Manu Imorou, le latéral clermontois que l’on peut facilement ranger dans la catégorie « épicurien » . « À Noël, je prends tout ce qui vient. J’aime tout et surtout le foie gras, détaille l’international béninois. Je pourrais en manger au petit déjeuner, à midi, au goûter et le soir sans problème. C’est mon péché mignon. Ensuite, je me régale des classiques de Noël : dinde, chapon, saumon. Je sais me faire plaisir et je ne me prive pas sur les quantités. » Tous n’ont pas les papilles gustatives aussi développées que Manu. Pour Pierre Bouby, solide milieu de Nîmes, on est plutôt dans le soft. « Je n’aime pas le chocolat ni le foie gras, alors durant les fêtes, je carbure plutôt aux poissons et aux fruits de mer. Pour la ligne, c’est idéal, même si avec le temps – Bouby affiche 30 piges – je commence à parfaitement connaître mon corps. J’ai pas mal de vécu et j’ai eu la chance de jouer à Annecy où tu pouvais facilement te faire avoir par une raclette. Mais très vite, tu te rends compte que tu n’avances plus avec des repas comme ça. » Parce que oui, qui dit fête, dit orgie culinaire. Et parfois, le corps morfle. Pas grave, les clubs sont parés. Certains – notamment dans les grandes institutions – ont même un diététicien attitré. Pour les autres, c’est à l’ancienne.

À Clermont, les « gros » passent à la caisse

Imorou encore : « On a tous un poids de forme déterminé en début de saison. Au retour des fêtes, on a le droit de le dépasser de deux kilos. Au-dessus, pour chaque 100 grammes en trop, c’est une amende. Je n’ai pas à me plaindre, car j’engloutis tout ce qui passe devant ma bouche et je ne prends pas un seul gramme.  » Ce qui n’est visiblement pas le cas de tous. Imorou toujours : « On sait que certains ont plus de mal avec la nourriture que d’autres, après, c’est chacun sa merde, j’ai envie de dire. Le pire, ce sont les Brésiliens, je me souviens d’un retour de trêve où certains Sud-Américains étaient retournés au pays avec une folle envie de se faire plaisir. À leur retour, ils avaient explosés la balance. C’est de plus en plus rare, mais ça marque les esprits.  »


Quoi qu’il en soit, ce moment des fêtes est avant tout bénéfique pour Escota et Mappy. Les footeux passent leurs vacances sur la route. Quittant une table pour une autre. « J’ai trois repas de prévu, entre ma famille et celle de ma femme, on va faire des kilomètres. C’est toujours comme ça à Noël, on fait le tour des régions en mangeant, mais attention, on a quand même un petit programme de remise en forme durant les fêtes, principalement des footings. Ça me va bien, car je n’aime pas rester inactif. »

C’est bien beau de rester à table tout en déboutonnant son pantalon petit à petit, mais derrière, il faut retourner au turbin, et en vitesse. «  Honnêtement, la trève de Noël fait très mal. Tu passes une semaine en famille, tu oublies tout et hop, en moins de deux, tu te retrouves sur un terrain gelé fin décembre pour la reprise, alors que tu viens de passer une semaine à faire le vide en famille. Il fait -5 et t’es mal. Moralement, c’est dur. Je préfèrerais ne pas avoir de trêve et jouer durant les fêtes, histoire de terminer la saison plus tôt.  » Bouby, de son côté, a plus de hauteur sur la reprise : « La reprise n’est pas trop dure en soi, car je ne suis pas trop sentimentaliste par rapport à la famille. Je passe vite à autre chose. L’important, c’est le jeu. On a quand même la chance de faire le plus beau métier du monde. » Certes, mais Pierre Bouby n’aime pas le foie gras. Un produit qui affiche 462 calories pour 100 grammes. Le paradis sur terre.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 1 heure Coentrão casse le banc des remplaçants 1
Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 3 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17