Les fans de Portsmouth tentent tout

Modififié
0 8
Relégué en troisième division pour problèmes financiers, le club de Portsmouth va mal, très mal. Une situation que ne supportent plus les fans du club, qui en appellent à la responsabilité des joueurs pour sauver ce qui peut encore l'être.

Dans une lettre ouverte, le collectif SOS Portsmouth demande aux joueurs de ne plus toucher leurs salaires pour sauver le club. Les fans désespérés assurent aux joueurs qu'ils ont « l'occasion de marquer l'histoire du club (...) et de démontrer que les footballeurs ne sont pas les gars superficiels et égoïstes décrits dans la presse. »

Le défenseur israëlien Tal Ben Haïm, l'un des plus gros salaires du club, a répondu que les joueurs n'étaient pas responsables de la situation actuelle du club. « Nous signons des contrats de bonne foi pour essayer de jouer au football. Mais nous voulons aider le club à se sauver » , a-t-il ajouté. Autre gros poisson présent au club, Nwankwo Kanu ne semble pas non plus avoir d'états d'âme. Le Nigérian réclame trois millions d'arriérés de salaires pour pouvoir quitter le club.

Interrogé ce week-end sur ESPN, l'administrateur du club Trevor Birch a déclaré que le club serait en faillite d'ici deux semaines si un accord n'intervenait pas avec les joueurs. Et pour bien motiver les joueurs à rester, la Fédération anglaise a sanctionné Portsmouth de 10 points de pénalité avant même que la saison ne commence. Si elle commence, bien sûr.
YC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

belle intiative mais la réaction de ces deux joueurs ne m'étonne pas plus que ca ....

à croire qu'ils ont du mal à finir le mois et des credits pour le lave vaisselle et la télé
@apache

Ce n'est absolument pas aux joueurs de payer pour les erreurs de la direction, surtout aux joueurs qui n'ont pas quitté le navire (même si BenHaime a été prêté l'an dernier) lors du naufrage.
Peut importe leur niveau de salaire, ce sont des employés comme les autres qui, au final, ne recouvreront certainement jamais leurs dus (ou très tardivement) malgré le super-privilèges des salaires en cas de Banqueroute (les salariés étant payé en priorité à la liquidation).
C'est typiquement français ça, on défend les salariés mais seulement quand ils sont au SMIC, sinon dans le même sac que les "patrons" (autre terme qui fleure bon le muguet et les discours de Marchais le collabo).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8