En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe du monde féminine
  3. // Demi-finale
  4. // USA/Allemagne (2-0)

Les États-Unis sont en finale du Mondial !

Au terme d'une rencontre qu'ils auront nettement dominée, les États-Unis sont parvenus à éliminer l'Allemagne (2-0). Comme il y a quatre ans, les USA accèdent à nouveau à la finale de la Coupe du monde.

Modififié

USA 2-0 Allemagne

Buts : Carli Lloyd (69e) et Kelley O'Hara (84e) pour les USA

Alors qu'elle parvient enfin à poser des problèmes à l'équipe américaine, la Mannschaft profite d'une énorme bévue de Julie Johnson à l'heure de jeu et obtient un penalty inespéré. Célia Šašić s'empare du cuir. L'Allemande est une spécialiste de l'exercice, la France peut le confirmer. En face d'elle, Hope Solo, sereine comme à son habitude, prend son temps pour prendre place dans ses cages. On se dit que le coup de la déstabilisation n'aura pas raison du sang-froid de la joueuse d'outre-Rhin. Que nenni. Šašić ne regarde pas un instant la meilleure portière du monde, s'élance et envoie le ballon hors du cadre. L'attaquante de Francfort l'ignore à ce moment-là, mais Carli Lloyd réussira un penalty quelques minutes après son échec. L'histoire retiendra que cette demi-finale s'est jouée sur deux penaltys et qu'à la fin, c'est l'Allemagne qui a perdu.

Angerer, encore et toujours


La première nation mondiale contre la deuxième. La meilleure attaque de la compétition (vingt buts marqués) contre la meilleure défense (un but encaissé). Bref, il faut être devin pour trouver le vainqueur de cet Allemagne-États-Unis. Les premières minutes de jeu confirment le statut de meilleures équipes du monde des deux formations. Les contacts sont rugueux, le rythme intense et les espaces béants. Le round d'observation est zappé par les 22 actrices et les deux gardiennes, Hope Solo et Nadine Angerer, sont obligées de faire parler leur talent de manière précoce (6e, 7e). Face à la possession de balle des États-Unis, les Allemandes la jouent façon Blitzkrieg avec des récupérations hautes et des attaques rapides. Mais la Mannschaft confond vitesse et précipitation, à l'image d'une Anja Mittag énergique, mais atteinte du syndrome Lavezzi (12e, 15e, 40e, 41e). L'armada américaine s'appuie quant à elle sur son jeu aérien et sur son impressionnante maîtrise technique pour bombarder l'arrière-garde germanique. Sans une immense Angerer (14e) et la précipitation de Morgan (25e), le score serait à l'avantage de la bannière étoilée. La fin du premier acte est donc à l'avantage des Stars And Stripes, mais à l'image du quart de finale des Bleues, la précision leur fait défaut (44e). L'Allemagne a essuyé un feu nourri, mais a su résister. La mi-temps est sifflée sur ce score nul.

Une histoire de pénos


La seconde période redémarre sur la même intensité. Les deux équipes continuent de se livrer et le spectacle proposé fait plaisir à voir. Certainement vexé par ses 45 premières minutes, l'Allemagne opère sa contre-offensive en posant davantage le pied sur le cuir. Alors que les débats s'équilibrent, le match prend une tournure folle. À l'heure de jeu, la défenseure américaine Julie Johnston est coupable d'une faute stupide sur Popp après un long ballon, et provoque donc un penalty pour l'Allemagne. Hope Solo joue l'intox face à Célia Šašić qui ne cadre pas son tir au but (63e) et poursuit son opération maladresse. L'Allemagne vient de gaspiller une énorme munition. Une poignée de minutes après ce fait de jeu, c'est au tour des USA d'obtenir le sacro-saint penalty après une intervention illicite d'Annike Krahn sur Morgan. La faute est réelle, mais en dehors de la surface de réparation. Malgré les complaintes allemandes, le pied droit de Carli Lloyd ne tremble pas et donne l'avantage aux États-Unis (69e). L'Allemagne est sonnée, consciente que sa chance est passée. Les minutes qui suivent confirment l'apathie des Allemandes, incapables de trouver une solution face au bloc ressoudé des Américaines (77e, 81e). Dans les derniers instants du match, les USA achèvent la Mannschaft par l'intermédiaire de Kelley O'Hara (84e), entrée en jeu quelque temps auparavant. Le score n'évoluera plus. Les États-Unis accèdent à leur quatrième finale de la Coupe du monde. L'Allemagne, elle, devra patienter pour connaître un nouveau sacre mondial. La France est vengée. Merci Obama.

Par Lhadi Messaouden
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3