En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe d'Asie des nations
  3. // Iran/Émirats arabes unis

Les Émirats arabes unis, surprise de l'autre CAN

Des Émirats arabes unis, on retient surtout du pognon et vieilles gloires du foot. Mais depuis peu, ils ont aussi une équipe nationale. Déjà qualifiée pour les ¼ de finale, elle pourrait même constituer une fameuse surprise de cette Coupe d'Asie.

Modififié
George Weah, Phillip Cocu, Fabio Cannavaro ou encore Jorge Valdivia… En général, quand on lie le mot « football » aux Émirats arabes unis, on pense plus facilement à ces gaillards venus terminer leur carrière tranquillou au soleil plutôt qu'aux résultats de l'équipe nationale. À la limite, certains se souviennent que les EAU ont participé à une Coupe du monde, en 1990. Bilan : trois défaites, 11 buts encaissés avec quatre Mubarak dans l'équipe et surtout Adnan Al-Talyani, futur recordman de sélections (164) et meilleur buteur (53) des Faucons. Six ans plus tard, il est d'ailleurs encore un des cadres de l'équipe qui atteindra la finale de la Coupe d'Asie perdue aux tirs au but face à l'Arabie saoudite. Mais à côté de ça, rien. Ah si, une petite Kirin Cup remportée en 2005 contre le Japon et le Pérou. Depuis lors, les EAU n'ont inscrit que quatre buts pour cinq points en trois Coupes d'Asie. Mais cette année, c'est différent, après deux victoires synonymes de qualification pour les quarts de finale, les Al Sukoor espèrent réaliser un beau coup en Australie, et ça reste envisageable…

Invaincus en AFC depuis huit matchs


Sortis premiers sans aucun problème des éliminatoires, les Émirats ont commencé de la plus belle des manières leur compétition, en éclatant le Qatar 4-1. Guidés par le gardien-capitaine Majed Naser, les hommes de Mahdi Ali ont laissé l'honneur à leur adversaire d'ouvrir le score avant de renverser la tendance. Ahmed Khalil prenant à son compte les deux premiers buts – un ridicule du torse sur un ballon dégagé, l'autre superbe sur coup franc – avant que Fahad Al Hajeri n'y aille également de son doublé. Sélectionné depuis seulement 2012, l'attaquant de 24 ans a déjà planté 23 buts en une trentaine de sélections. Tellement fulgurant qu'il est parvenu à éclipser de l'équipe l'emblématique capitaine et joueur d'Al-Whada, Ismail Matar. Quatre jours après ses exploits qataris, Al Hajeri a d'ailleurs remis le couvert face au Bahreïn après une quinzaine de secondes, et ses Faucons l'ont emporté – plus difficilement – 1-2 face à des Bahreïniens du coup éliminés.

Outre le buteur Al Hajeri, ces deux victoires initiales possèdent également quelques points communs. Le plus important s'écrit clairement en quatre lettres : Omar. Virevoltant, technique, toujours au bon endroit, le petit milieu offensif a distribué les caviars durant 180 minutes. Lui qui n'a pas - encore - été un cadre important d'Al Ain depuis ses débuts en 2008 s'est montré en revanche indispensable avec sa sélection, malgré sa touffe et sa tête improbable. Autre point commun : les gardiens adverses. Que ça soit Burhan (Qatar) ou Jaffar (Bahreïn), les deux se sont montrés par moments bien ridicules, ce qui a permis aux Faucons de déjà inscrire 6 buts. Le dernier point commun, c'est justement la consistance du gardien émirati, Majed Naser. Le portier de Al-Ahli, qui se retrouve régulièrement troisième gardien en club, prend paradoxalement la place de son N+1 à Al-Ahli, Yussuf, dans les cages nationales. Pas toujours très orthodoxe, il est la plupart du temps solide, même si les plus tatillons trouveront à redire sur sa sortie sur le corner victorieux du Bahreïn, mais bon…

La route tracée vers la demi-finale ?


Dans le groupe C, l'Iran partait favori, il a confirmé en ne prenant aucun but jusqu'à maintenant et en étant également déjà qualifié. Mais les coéquipiers de Dejagah n'ont pas encore vraiment épaté la galerie, d'où la possibilité pour les EAU de croire en une première place qu'un simple match nul assurerait. De là, les Émiratis éviteraient probablement le Japon en quart de finale, adversaire autrement plus coriace que le seraient l'Iraq, la Jordanie voire, en cas d'exploit, la Palestine. Imaginons l'étape passée, cela se corserait plus avec la Corée du Sud ou l'Ouzbékistan en demi-finale. Mais là où les Émirats arabes unis possèdent la créativité et l'efficacité devant le but, c'est au niveau du physique qu'il faudra passer le cran supérieur. Avoir plus de consistance dans les duels, dans les courses pour pouvoir réellement concurrencer les nations au top en Asie, telles le Japon, l'Austalie, la Corée du Sud…


Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 8 il y a 4 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41