1. //
  2. //
  3. // Anniversaire

Les dix dates de Laurent Blanc

Ce jeudi 19 novembre, Laurent Blanc fête ses 50 ans. Un demi-siècle dont une large partie a été consacrée au football. Retour sur les dix dates clés du champion du monde 1998.

Modififié
1k 11
  • 12 octobre 1988 : le premier titre international

    Ce jour marque le début de la belle histoire en Bleu pour Laurent Blanc. Alors joueur de Montpellier, il remporte le championnat d'Europe Espoirs à Besançon, contre la Grèce. Victoire 3-0. Et surtout, parmi Angloma, Casoni, Galtier, Guérin, Sauzée et Cantona, c'est bien Lolo qui occupe le poste de meneur de jeu. Le tout avec une âme de capitaine qui commence déjà à se dessiner.


  • 10 février 1991 : le défenseur buteur

    En trois ans, le rôle de Laurent Blanc à Montpellier a bien changé. Repositionné en libéro par Michel Mézy pour pallier la méforme défensive du club, Lolo a trouvé sa vocation. Mais il ne perd pas pour autant ses bons réflexes en phase offensive. Le 10 février 1991, il inscrit son quatorzième but de la saison en championnat contre le Sporting Toulon (1-1). Il finit meilleur buteur du club et troisième meilleur buteur du championnat. Coups francs, penaltys, têtes victorieuses. Cristiano Ronaldo, quoi.


  • 11 mai 1996 : retour gagnant avec l'AJA

    En 1991, il quitte la France pour l'Italie et Naples, sans vraiment de succès. Il revient tout de suite en France, à Nîmes, puis Saint-Étienne. Malheureusement pour lui, les résultats des deux clubs ne sont pas au beau fixe. Le premier descend en deuxième division, tandis que le deuxième évite la relégation de très peu. Guy Roux vient donc le chercher. Bingo. Quelques mois plus tard, le 4 mai, Auxerre décroche la Coupe de France. Une semaine, après, le 11, l'AJA est sacré champion de France pour la première fois de son histoire, en obtenant le nul cotre Guingamp. Le tout, une journée avant la fin du championnat. Opération réussie.



  • 28 juin 1998 : le but en or blanc

    Huitièmes de finale de la Coupe du monde, stade Félix-Bollaert, France. Le Bleus sont tenus en échec par le Paraguay. Djorkaeff, Diomède, Henry, Trezeguet et tous les Tricolores butent sur Chilavert depuis 113 minutes. Jusqu'à ce moment où Robert Pirès déborde côté droit. Il centre pour David Trezeguet. Ce dernier remet de la tête pour Laurent Blanc, devenu le « Président » depuis un an. Il fusille le gardien paraguayen à bout portant. But. La France est qualifiée pour les quarts de finale, et se met définitivement en route vers la finale de son Mondial. Une finale remportée, à laquelle Blanc ne participera pas, expulsé en demi-finale après une provocation de Bilić. De toute façon, il a déjà écrit l'histoire ce 28 juin 1998.


  • 2 juillet 2000 : l'adieu au sommet

    Si sa carrière en club bat un peu de l'aile avec une erreur en finale de la Coupe de l'UEFA en 1999 avec Marseille contre Parme, et un passage mitigé à Barcelone, la belle histoire avec l'équipe de France continue. Pourtant, son âge et son manque de vitesse sont parfois pointés du doigt juste avant l'Euro. Finalement, il tient parfaitement son rang pendant la compétition et figure même dans l'équipe type du tournoi. Le 2 juillet, David Trezeguet donne le titre à la France, d'un autre but en or. Le moment parfait pour prendre sa retraite internationale, en même temps que Didier Deschamps. Les deux capitaines s'en vont. Les titres avec.


  • 18 septembre 2001 : les premiers pas en Ligue des champions

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, à 36 ans, le Président n'a toujours pas goûté à la plus prestigieuse des compétitions de club. Le 18 septembre 2001, c'est chose faite. Avec Manchester United, qu'il vient de rejoindre en partie pour retrouver son pote Fabien Barthez, il dispute son premier match en Ligue des champions, contre Lille. Une courte victoire 1-0 grâce à un but de David Beckham dans les arrêts de jeu. Quelques mois plus tard, il inscrit son premier but contre Boavista. Là encore, Laurent Blanc soigne sa sortie, en arrêtant sa carrière professionnelle sur un titre de champion d'Angleterre en 2003. La boucle est bouclée.



  • 4 août 2007 : Touillette party

    Ce 4 août 2007 marque la première journée du championnat de Ligue 1, et l'entrée en bourse des Girondins de Bordeaux dans l'industrie du plastique. En devenant entraîneur, Laurent Blanc va pouvoir s'adonner à son autre passe-temps favori : le machouillage. Depuis qu'il est passé du carré vert au banc de touche, le « Président » est obligé de défouler son stress sur un petit bout de plastique. Attaché à sa touillette comme au crâne de Fabien Barthez, Laurent Blanc ne s'en sépare pas jusqu'à sa nomination au poste de sélectionneur des Bleus. Elle laissera place au chewing-gum, plus classe, avant de faire son grand retour sur le banc du Paris Saint-Germain en 2013.


  • 31 mai 2009 : le Président détrône le Grand Lyon

    Un coach est né. En 2007, il prend les commandes des Girondins de Bordeaux qui lui offrent son premier poste d'entraîneur. Après avoir terminé second lors de sa première saison, il arrive à faire mieux la fois d'après. Le 31 mai 2009, Bordeaux est au coude-à-coude avec l'OM pour le titre de champion de France. Mais les Girondins ne tremblent pas et s'imposent à Caen. Laurent Blanc remporte la Ligue 1 et peut inaugurer son palmarès en tant qu'entraîneur. Le règne de l'OL est terminé.


  • 19 juin 2012 : le début du désamour

    Fin de série. Ce jour-là, la France, coachée par Laurent Blanc, est battue par la Suède de Zlatan Ibrahimović après avoir pris quatre points lors de ses deux premiers matchs de l'Euro. Le géant suédois claque un ciseau de malade et prépare son arrivée en France. Pour Lolo, c'est le début des emmerdes. Cette défaite signe la fin d'une série de 23 matchs sans perdre. Derrière, il se fait sortir par l'Espagne en quarts de finale et annonce quelques jours plus tard qu'il arrête d'entraîner les Bleus et se prend une petite année sabbatique.


  • 30 mai 2015 : Blanc force 4

    Quadruplé historique. En battant Auxerre en finale de la Coupe de France ce jour-là, Laurent Blanc réalise un exploit en faisant ce qu'aucun autre club n'était parvenu à faire jusqu'à ce jour : remporter les quatre compétitions nationales. Un Trophée des champions en début de saison, un titre de champion de France remporté quelques jours plus tôt, une finale de Coupe de la Ligue gagnée et une Coupe de France en prime, face à Auxerre. Derrière ses lunettes et sa touillette.


    Par Kevin Charnay et Benjamin Asseraf
  • Modifié

    Dans cet article

    got_feu_dami Niveau : CFA
    merci pour la photo avec le petit cheval de manège ^^
    didier gomis Niveau : CFA
    Vous auriez pu mettre la date au OM - Montpellier (5-4) au cours duquel Marseille remonte 4 buts et Lolo qui claque le 5ème sur pénalty. Le match le plus fou de l'histoire du championnat (oui, sans sourciller)
    Incroyable qu'un joueur de sa trempe ne joue son premier match de C1 à 36 ans !
    Quand on voit la qualité de ceux qui y participe régulièrement voir même la remporte (cf djimi traoré), c'est encore plus comique.
    HS: Swann Borselino, qui avait donné son adresse mail sur "l'article" concernant le nouveau Sofoot, m'a enfin répondu au bout du troisième mail, et, me dit-il, "un système de notation est en cours d'étude, il devrait arriver très vite".
    Ca pouvait peut-être vous intéresser...
    La bise
    souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
    Moi il m'a répondu le jour d'après au premier mail, eh ouais !!! D'ailleurs j'ai fait encadrer sa réponse
    manouche1990 Niveau : District
    J'ai voulu mettre +1 à cette bonne nouvelle et puis non.
    @Mcfly

    C'est normal, dans les années 90, disputer la LDC n'était pas une obsession pour les joueurs. La C2 et la C3 étaient des compétitions internationales majeures.
    Djorkaeff par exemple, c'est 16 matchs de C1 sur 2 participations ( Monaco en 94 et l'Inter en 99) ou Baggio c'est 11 matchs en 2 participations également.

    La coupe de l'UEFA était vraiment très prestigieuse. La Coupe des coupes un peu moins, mais c'était une ligne importante dans un palmares, bien mieux qu'un championnat par exemple.
    bandinidakar Niveau : CFA2
    Bon je veux bien que le site vous emmerde, moi aussi... Mais c'est bon, on pourrait arrêter de se taper des commentaires dessus à chaque article, ça devient lassant... Sinon Lolo doit être un des rares à jouer pro en 10 puis en def central. Le libéro technique à la belle relance... C'est pas du Mamad !!!
    Une sorte de Bodmer avant l'heure... Avec le palmarès en plus
    souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
    Test
    Lothar Matthäus. Pas dégueulasse non plus.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    1k 11