En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 1re journée

Les deux Manchester au rendez-vous, Arsenal déraille d'entrée

Avec 30 buts inscrits en journée d'ouverture, la Premier League a fait honneur à ses standards habituels pour la reprise. Si United, City et Liverpool n'ont pas raté leur rentrée des classes, Chelsea et Arsenal, eux, font grise mine. Sinon, Mourinho a gueulé, Payet s'est déjà intégré et Cabaye ne fait plus banquette.

Modififié

L'équipe de la journée : Crystal Palace


Fort d'une deuxième partie de saison dernière réussie au cours de laquelle Crystal Palace a finalement obtenu son maintien dans l'élite haut la main (11e du championnat), Alan Pardew n'avait pas caché sa satisfaction dans un entretien accordé à L'Équipe Mag ce week-end : « Jamais le club, né en 1905, n'a été dans une telle situation » . Et, au regard de la victoire inaugurale de sa formation contre Norwich (1-3), le sourire carnassier du manager anglais n'est pas près de disparaître. Portés par un Yohan Cabaye retrouvé et buteur au pays de Sa Majesté, les Eagles ont offert une prestation solide et se sont adjugés un succès logique, bien aidés par des Canaries apathiques pour leur retour en première division. « Les supporters savent où nous en sommes, a toutefois tempéré Pardew au sortir de la rencontre. Ils savourent ce succès et je les laisse profiter. Je ne tiens pas à doucher d'entrée leur enthousiasme » . Enjoué, mais circonspect aussi l'ancien boss de Newcastle. L'expérience des déconvenues vite arrivées, sans doute.

Le joueur de la journée : Dimitri Payet


Quand Dimitri Payet a débarqué à West Ham (12e du dernier exercice de Premier League), c'est un vent de scepticisme et d'incrédulité provenant de la cité phocéenne qui a soufflé sur Londres. Des doutes accentuées par l'élimination précoce des Hammers lors du 3e tour préliminaire de Ligue Europa. Mais, ce week-end, l'international tricolore a mis tout le monde d'accord et a été élu Man of the match face à Arsenal (0-2). À l'Emirates Stadium, l'ex-Marseillais a étrenné sa nouvelle tunique de la plus belles des manières : finesse technique, élégance balle au pied, justesse et assist délivré. Très en verve, il s'est même permis d'humilier Oxlade-Chamberlain et Koscielny en les mettant sur le cul. Devant leur public, sans forcer. Autant dire que l'acclimatation de celui qui « a tout » et rend « les autres joueurs meilleurs qu'ils ne le sont » selon son manager Slaven Bilić se déroule dans la quiétude. « J'ai été surpris quand on a marqué, j'ai cru qu'on était à domicile tellement il y avait du bruit !. C'est vraiment un kif de jouer ici » , s'est-il réjoui dans les colonnes de L'Équipe. Première journée et les strass sont déjà de sortie pour Payet. Pourvu que ça dure…

Le but de la journée : Philippe Coutinho


De ce Stoke City-Liverpool dimanche, il n'y a pas grand-chose qui a accouché. Un match passablement fastidieux, des recrues liverpuldiennes discrètes pour leur première et, donc, une très mauvais publicité pour la Premier League. Puis il y a eu une lueur. Une seule. Venue du pied droit de Philippe Coutinho. À quatre minutes du terme du match, le magicien brésilien a sorti ses coéquipiers d'une confondante léthargie en claquant une merveille de frappe aux vingt-cinq mètres que Butland n'a pu qu'effleurer du bout des doigts. Déjà habitué à squatter le classement des tops buts la saison précédente, l'ex-Nerazzurro entame cette cuvée 2014/2015 sur les mêmes bases. « Vous devez garder Coutinho sur le terrain aussi longtemps que possible car il a ce genre de moments » , a confié Brendan Rodgers à son sujet. Qu'on se le dise, le frisson de Liverpool reste Coutinho. Sterling ou pas.

La déclaration de la journée


« Je n'étais pas content avec mon staff médical parce que quand vous êtes un docteur, vous devez comprendre le jeu. Si vous allez sur le terrain pour soigner un joueur, vous devez être sûr que le joueur a un problème sérieux. J'étais sûr qu'Eden n'avait rien de sérieux. Il a reçu un coup et était très fatigué. Mon département médical m'a laissé avec huit joueurs de champ sur une contre-attaque et nous étions inquiets parce qu'il ne nous en restait pas assez »

Si José Mourinho est réputé pour protéger son groupe contre vents et marées, il est aussi capable, par moments, de prendre en grippe publiquement l'un des siens en cas de contrariété. Samedi, c'est la délicate Eva Carneiro, médecin de l'équipe première de Chelsea, qui a fait les frais de l'ire du Special One. Irrité par la physionomie du match face à Swansea (2-2) qui a vu les Blues réduits à dix après l'expulsion de Courtois, le Mou n'a guère apprécié voir le médecin accourir vers Hazard sur la pelouse dans le temps additionnel. Visiblement touchée par cette sortie médiatique, madame Carneiro a tenu à remercier via Facebook le soutien des fans après cette polémique.

I would like to thank the general public for their overwhelming support. Really very much appreciated.

Posted by Eva Carneiro on dimanche 9 août 2015

L'analyse définitive : Arsenal manque encore d'arguments pour être un favori à la couronne


Pour sa prestation immaculée contre Chelsea lors du Community Shield (1-0), Arsenal avait éveillé une nouvelle fois les espoirs les plus fous. Les médias britanniques n'ont alors pas hésité à ériger l'escouade de Tonton Wenger comme l'une des favorites pour le trône du Royaume. Mais le revers essuyé, à domicile, face à West Ham, a rapidement douché cet enthousiasme béat. Les Gunners ont étalé des lacunes trop souvent aperçues ces précédentes saisons. À savoir une naïveté presque maladive et la nécessité de recruter encore un attaquant, un numéro 6, voire un défenseur central et un latéral gauche. Quelque peu sonné par cette déconvenue, Arsène a parlé d'une « défaite difficilement inexplicable » . Un accident de parcours sans lendemain ? Sans doute. Reste que c'est le genre de rencontre mal négociée qui empêche encore l'équipe londonienne de devenir un prétendant crédible sur la durée d'une saison.

Vous avez raté Leicester-Sunderland , et vous n'auriez pas dû


Décollage immédiat pour Leicester. Après avoir flirté longuement l'année passée avec la zone de relégation, les Foxes ne veulent pas voir l'histoire se répéter. Et ont donc démarré tambour battant le championnat anglais. Dans l'enceinte de King Power Stadium, les hommes de Claudio Ranieri n'ont pas traîné et plié le match en même pas une demi-heure. Dès la 25e minute, Vardy et un doublé de Mahrez portaient déjà le score à 3-0. Si Defoe et Fletcher ont réduit la marque, Albrighton est venu corser un peu plus la note finale (4-2). Une performance débridée, enivrante qui devra en appeler d'autres si l'ancien promu entend s'installer dans le ventre mou de Premier League. Quant à la formation de Dick Advocaat, elle a toujours la gueule d'un probable relégué. À cette allure-là, cette cuvée sera aussi pénible que la dernière…

La polémique autour de la théière : Louis van Gaal va-t-il supporter longtemps la situation de De Gea ?


C'est un feuilleton incessant qui ne laisse personne indifférent à Manchester United. Surtout pas Louis van Gaal. Annoncé au Real Madrid depuis l'ouverture du mercato estival, David de Gea n'a toujours pas quitté Old Trafford, faute d'une proposition satisfaisante de la part des dirigeants madrilènes. Plus vraiment le même aux entraînements et la tête ailleurs, le portier espagnol n'a pas été inscrit sur la feuille de match par le manager néerlandais, estimant que son joueur n'était pas dans les meilleures dispositions pour jouer. Du coup, Sergio Romero a été titularisé et De Gea envoyé dans les tribunes d'Old Trafford lors de la réception de Tottenham (1-0). Impuissant, agacé, le boss mancunien espère une issue dans les prochains jours pour éventuellement se retourner en cas de départ de celui qui a été élu Player of the year ces deux dernières saisons : « C'est au joueur de régler cette situation. Il faut que la situation soit réglée avant le 1er septembre, qu'une décision soit prise pour que, nous, nous puissions gérer la suite en conséquence. Là, nous devons observer et attendre. Je suis la victime, les joueurs sont victimes, le club est la victime » .

La stat inutile : 2


Avec Steven Naismith, Bafétimbi Gomis est l'un des deux buteurs contre Arsenal, Chelsea, Manchester United et City lors des deux dernières saisons de Premier League. Une panthère noire qui aime griffer lors des rendez-vous de gala, donc.

What else ?


- Manchester City a giflé West Brom (0-3) et n'a plus perdu lors d'un premier match de saison depuis 2009-2009.

- Sur ces cinq derniers matchs de Premier League à l'Emirates, Arsenal n'a pas réussi à marquer lors de quatre rencontres.

- Seul Kevin De Bruyne a délivré plus de passes décisives (20) que Dimitri Payet (18) depuis la saison dernière dans les cinq grands championnats européens.

- Sur les sept dernières saisons, Manchester United a gagné à cinq reprises son match d'ouverture en championnat.

- 67,1 comme le pourcentage de victoires de Manuel Pellegrini à Manchester City, soit le meilleur pourcentage pour un manager des Citizens dans l'histoire de la Premier League.

- Everton-Watford (2-2) et Newcastle-Southampton (2-2) se sont quittés dos à dos.

- Aston Villa a accueilli comme il se devait le promu Bournemouth. Par une défaite (0-1) et un but de Rudy Gestede, ex-tricard de Metz.


Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 jeudi 22 février Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs