Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Inter-Juventus

Les destins croisés de Ranocchia et Bonucci

L’un fait partie des meilleurs défenseurs du monde et collectionne les trophées, pendant que l’autre cire les bancs d’une équipe à la recherche de sa gloire perdue. Si Bonucci et Ranocchia ont des statuts très différents aujourd’hui, fut un temps où ils illuminaient côte à côte le stade San Nicola de Bari avec leur talent et leur jeu si prometteur.

Modififié
Comme toujours, et quelle que soit la forme des équipes, le derby d’Italia reste un incontournable de la Serie A. Cette rencontre entre l’Inter et la Juventus est le théâtre de la mauvaise foi, de petites piques gratuites, mais surtout d’émotions doublement plus intenses. En revanche, pour certains, c’est l’occasion de se remémorer de bons souvenirs en dehors de toute cette atmosphère de rivalité exacerbée. Ainsi, depuis maintenant six ans, Leonardo Bonucci et Andrea Ranocchia se retrouvent pour une accolade pleine de nostalgie, qui sent bon les cartellate comme si c’était à chaque fois Noël. Si aujourd’hui, ils se sont tous les deux imposés dans le paysage du football italien, à des niveaux différents, les deux défenseurs centraux ont d’abord fait leurs classes ensemble dans la séduisante équipe de Bari entraînée par Giampiero Ventura lors de la saison 2009-2010.


Ranocchia fait alors déjà partie de l’effectif puisqu’il a contribué au titre de champion en Serie B l’année précédente sous Antonio Conte, en révélant son talent en deuxième partie d’exercice. Bonucci débarque, lui, dans les valises de Ventura, qui prend déjà goût à récupérer une équipe de Conte. « Le jeu de Ventura est assez proche de celui de Conte et il avait besoin d’un certain profil de défenseur, capable de distribuer des ballons et d’effectuer de longues passes en avant. Donc, il a ramené Bonucci qu’il a découvert à Pise » , explique Giorgio Perinetti, ancien directeur sportif de Bari, désormais au Venezia.

Des débuts en fanfare


Fraîchement promu en Serie A, Bari affronte d’entrée de jeu l’impressionnante Inter de Mourinho, tenante du titre.
« On les a mis devant Eto’o et Milito dans le but de voir comment ils allaient s’en sortir et ils ont finalement pris leurs responsabilités et fait un grand match. » Giorgio Perinetti
Mais les noms qui composent le onze nerazzurro ne font pas trembler d’un poil Ventura et ses troupes, même si la partie s’annonce très compliquée. Au coup de sifflet final, les Galletti créent la surprise en arrachant un match nul (1-1) bien mené à San Siro. « Ce n’était pas forcément prévu que Bonucci et Ranocchia forment tous les deux le duo titulaire toute la saison, continue Perinetti. On les a mis devant Eto’o et Milito dans le but de voir un peu comment ils allaient s’en sortir et ils ont finalement pris leurs responsabilités et fait un grand match. On ne s’attendait pas à faire un résultat contre l’Inter, donc c’était un peu un test pour ces deux jeunes. »

Vidéo

Et Riccardo Allegretti, leur ancien équipier, de compléter par ses souvenirs : « Toute l’équipe avait très bien joué, mais surtout la défense, car on n’a encaissé qu’un but et c’était sur penalty. C’était vraiment une belle partie. Ventura avait simplement dit de continuer comme ça après notre bonne préparation et de ne pas trop s’en faire. Au final, ça s’est bien passé. » La machine est dès lors lancée et la nouvelle fait rapidement le tour de la Botte. Apparemment, deux jeunes de vingt et un et vingt-deux ans blinderaient la défense pugliese… « Au début, ils n’étaient pas encore considérés comme le futur de la défense italienne, précise Allegretti. C’était une nouvelle expérience pour les deux, même si Ranocchia avait un peu d’avance sur Bonucci. Il était plus considéré, déjà quelques clubs s’intéressaient à lui. Mais ils étaient très jeunes et il leur restait encore à faire leurs preuves, ce qu’ils ont fait avec le temps. »

La montée en puissance


Les matchs passent, et le groupe de Ventura est en train de bluffer tout le monde, effectuant un très bon championnat pour un promu. Et comme si solidement garder la défense ne semble pas suffire, Bonucci se met aussi à marquer des buts. Son premier en Serie A est d’ailleurs un véritable chef-d’œuvre, entre la reprise de volée et le retourné, qui a permis aux siens de prendre l’avantage dans une rencontre remportée largement contre Palermo (4-2). « Je m’en souviens très bien, c’est même moi qui fais la passe décisive sur corner, se souvient Allegretti. C’était vraiment un but magnifique. Évidemment, il était très content, c’était son premier but en Serie A. En plus, on avait remporté le match, donc c’était beaucoup de bonheur ce jour-là. »

Vidéo

Bien sûr, il n’en faut pas plus pour que les grosses écuries italiennes ne se penchent sur ces deux talentueux jeunes.
« Ranocchia était très bon de la tête, avec un grand physique et il savait toujours rester calme et sûr de lui. C’était un jeune Nesta. » Giorgio Perinetti
L’Inter est la première à manifester son intérêt, elle qui a vu le petit Leo fréquenter son équipe de jeunes et même les pros à l’occasion de quelques parties en Coupe d’Italie. À ce moment, il ne fait plus de doutes, Ranocchia et Bonucci seront le futur de la défense italienne, même si les comparaisons sont parfois un peu exagérées. « Ranocchia était plus fort que Bonucci. Il était le meilleur jeune défenseur d’Italie, affirme l’ancien directeur sportif de Bari. Il avait ce qu’il fallait pour percer : il était très bon de la tête, avec un grand physique et il savait toujours rester calme et sûr de lui. C’était un jeune Nesta. Bonucci faisait parfois quelques erreurs à cause d’un manque de vigilance, il pouvait se lancer un peu trop. Ils étaient destinés à faire une grande carrière ensemble. »


Et leur ancien équipier, Allegretti, de confirmer : « Ranocchia est très bon en marquage, ne laisse aucun espace à son homme et bénéficie de grandes caractéristiques physiques. Bonucci a un autre profil en défense, avec un très bon pied, très intelligent et capable de relancer directement les attaquants. Ils étaient vraiment différents dans leur façon de jouer, mais l’un aussi bon que l’autre. Je dirais même qu’ils étaient complémentaires et c’est justement l’association de leurs caractéristiques qui faisait que ça marchait aussi bien. »

Les oiseaux quittent le nid


Comme s’il s’agissait là d’un présage, le reste de l’exercice ne se passe pas comme prévu pour les deux partenaires. À la mi-saison, Ranocchia se blesse au genou et est contraint d’abandonner Bonucci pour l’infirmerie, jusqu’à la fin du championnat. Ce dernier continue tout de même sur sa lancée et la Juventus lui fait des avances. En juillet, après une saison bien remplie, conclue à la 10e place, et malgré ses nombreuses déclarations où il dit vouloir retourner à l’Inter, Bonucci s’envole pour Turin. En guise de bonus, il est même appelé par Lippi pour être le 23e homme de l’Italie pour le Mondial en Afrique du Sud. Quant à Ranocchia, ce sont bien les Nerazzurri qui le recrutent, mais le laissent encore six mois au Genoa qui en avait la copropriété avec Bari.


« Bonucci avait quelques défauts, mais il est parvenu à les corriger avec le temps, une grande volonté et de l’entraînement. » Giorgio Perinetti
« Ranocchia semblait vraiment être destiné à un grand futur. Mais Ventura a aussi toujours dit que Bonucci ferait de grandes choses, déclare Perinetti. Bonucci avait quelques défauts, mais il est parvenu à les corriger avec le temps, une grande volonté et de l’entraînement. Aujourd’hui, il fait partie des meilleurs défenseurs du monde. » Les temps ont bien changé, puisque Ranocchia est aujourd’hui remplaçant dans l’équipe de Frank de Boer, après avoir porté le brassard de capitaine et tenté de rebondir à la Sampdoria en janvier passé, alors que Bonucci s’est révélé indispensable, aussi bien chez les Bianconeri qu’en sélection nationale. La tension est grande entre leurs clubs, mais le souvenir de leur saison avec le maillot biancorosso maintiendra à jamais leur complicité. Et puis, il n’est pas encore trop tard pour les voir se retrouver dans la nouvelle défense de Giampiero Ventura. Comme au bon vieux temps.

Par Giuliano Depasquale
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE