1. //
  2. // Lingerie Football League

Les dessous de la Lingerie Football League

Officiellement lancée le 23 décembre dernier à Manchester, la Lingerie Football League fait beaucoup parler d'elle outre-Manche. Créée avec un but précis – pointer du doigt les inégalités homme/femme dans le football et les combattre – elle est aujourd'hui accusée de sexisme et de contre-productivité.

Modififié
747 40
À l'évocation du mot « lingerie » , que même les novices en anglais peuvent traduire assez facilement, beaucoup d'oreilles deviennent plus attentives. Oui, quelque part en Angleterre, des femmes jouent au football en sous-vêtements. Mais elles ne le font pas pour permettre à quelques curieux de se rincer l'œil. Bien au contraire, elles le font pour défendre une cause et parce qu'elles sont toutes intimement persuadées que personne ne devrait avoir le droit de les en empêcher. Lorsque Gemma Hughes, une jeune femme de Manchester de seulement 23 ans, a lancé la Lingerie Football League, elle ne s'attendait pas à un tel succès. Elle s'attendait, en revanche, à devoir faire face à de nombreuses critiques. Mais elle affirme aujourd'hui être prête à les affronter, chacune d'entre elles. Uniquement guidée par sa foi dans son grand projet, elle explique simplement et sans détour comment une telle idée lui est venue à l'esprit. Ambitieuse, elle espère qu'à l'avenir, son initiative fera évoluer, ne serait-ce qu'un peu, les mœurs du football anglais.

Sexy pour la bonne cause


« J'ai toujours été fan de football. Je suis de Wigan, et mes meilleurs souvenirs d'enfance sont au stade, avec ma famille et ma part de tarte » , raconte Gemma Hughes, blogueuse lingerie et fondatrice de la LFL. « En Angleterre comme ailleurs, les footballeurs sont mieux payés que leurs homologues féminines. Pourquoi ? Parce que le football féminin manque de publicité, d'investisseur et de couverture médiatique. » Choquée par une parité inexistante dans le monde du football, et inspirée par la Lingerie Football League américaine (ligue de football américaine, ndlr), Gemma a décidé d'investir toutes ses économies dans ce grand projet. « Je me suis dit que c'était le moment de booster le football féminin, de le faire passer à la télévision, de lui apporter un nouveau public, de faire parler de lui » , explique-t-elle, pleine d'entrain. Le but à long terme est aussi simple qu'ambitieux : révolutionner le football féminin en Grande-Bretagne. « Je suis une activiste, je ne pouvais pas rester là les bras croisés. »

Cette ligue, assure Gemma Hughes, est aussi un exutoire nécessaire pour de nombreuses femmes encore entravées par le poids des préjugés. « Les filles avec qui je joue pratiquaient le football avant, mais elles étaient systématiquement harcelées, traitées de garçons manqués ou de lesbiennes » , raconte-t-elle, amère. Au-delà de la parité qu'elle rêve de voir s'imposer, elle veut aussi créer un football vraiment féminin. « Je veux casser ces barrières. Non, le football n'est pas un sport de garçons. Nous ne sommes pas douces et faibles, nous nous entraînons dur, nous sommes dévouées ! » Ce qui embête Gemma, entre autres choses, c'est que le football féminin est actuellement basé sur les codes du football masculin, à commencer par les codes vestimentaires. « Pourquoi ne pourrait-on pas jouer au football comme on le souhaite ? Pourquoi ne pourrait-on pas jouer au football dans une tenue féminine ? » Bien évidemment, le terme lingerie ne désigne pas ici des porte-jarretelles en dentelle, mais simplement des brassières et des shorts moulants.

Des débuts remarqués et controversés


Si le championnat ne débutera qu'au mois de mars avec huit équipes, la LFL a déjà entamé sa tournée médiatique. Le 23 décembre dernier, Gemma et ses amies disputaient un match à Manchester, après une présentation dans l'hôtel détenu par Gary Neville, Phil Neville, Ryan Giggs, Paul Scholes et Nicky Butt. « Nous continuerons d'organiser ce genre d'événements jusqu'en mars. Les buts sont simples : dénicher des sponsors, faire parler de nous et accueillir de nouvelles femmes » , détaille la fondatrice. Une première qui a fait grand bruit outre-Manche, après que Tony Farmer, la figure forte de l'équipe féminine de Chelsea, a lancé une pétition pour faire annuler l'événement, accusant la LFL de promouvoir le sexisme et de faire reculer la cause des femmes dans le football de 25 ans. « C'est une réaction à laquelle nous nous attendions. Mais si vous réfléchissez, on ne promeut absolument pas des valeurs sexistes. Tout ce que nous voulons, c'est que les femmes jouent au football tout en restant des femmes. Nous donnons au football féminin sa propre apparence esthétique » , se défend la jeune femme derrière l'idée de la Lingerie Football League. « Au tennis, les femmes ne portent pas les tenues des hommes, si ? »

Certes, les critiques à l'encontre de la LFL ne se tairont pas du jour au lendemain, et il est certain que Gemma Hughes devra faire face à d'autres pétitions, mais elle s'interdit formellement de baisser les bras. « Deux équipes basées à Londres viennent de rejoindre la LFL. Je continue à démarcher les femmes dans tout le pays pour les inviter à nous rejoindre » , explique-t-elle, ravie et déterminée. Bien au-delà du football, c'est à un grand problème sociétal que s'attaque la jeune mancunienne : le problème du genre, qui agite toutes les sociétés occidentales depuis quelques années. Un problème dont elle mesure pleinement l'immensité et la complexité, sans en être effrayée pour autant. « Pourquoi devrait-on laisser la société expliquer aux filles que le football est un sport réservé aux garçons, aux garçons manqués ou aux lesbiennes ? La Lingerie Football League va faire changer tout ça, et nous allons devenir des modèles pour les filles de tout le pays. »


Par Gabriel Cnudde
Modifié

Ca aurait pu être intéressant de parler des origines de la LFL, qui est au départ une affaire de Football Américain outre atlantique.
Nous dire l'accueil que cela avait reçu à l'époque et les retombées actuelles.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Note : 1
Donc en gros la demoiselle n est pas une activiste, juste une sombre blogeuse comme il y en a des milliers et qui cherchent à se mettre en valeur en mettant des nanas à poil.

Pathetique.

Le foot feminin existe déjà et a autant de mediatisation qu'il suscite d intérêt auprès du public. On peut le regretter mais c est ainsi.

Suivant son raisonnement on devrait créer des championnats de gym rythmique masculin nu pour rétablir la parité....

Epoque de merde.
Manitas de la Bitas Niveau : CFA2
C'est la McDo partner de Gignac a gauche?
Note : 2
Message posté par roberto-larcos
Donc en gros la demoiselle n est pas une activiste, juste une sombre blogeuse comme il y en a des milliers et qui cherchent à se mettre en valeur en mettant des nanas à poil.

Pathetique.

Le foot feminin existe déjà et a autant de mediatisation qu'il suscite d intérêt auprès du public. On peut le regretter mais c est ainsi.

Suivant son raisonnement on devrait créer des championnats de gym rythmique masculin nu pour rétablir la parité....

Epoque de merde.


Si elles échangeaient leurs maillots à la fin du match comme tout le monde on aurait pas eu besoin de créer une lingerie ligue. C'est toujours pareil avec ces minorités soit disant opprimées, elles créent la matrice de leur infortune et vous la reproche ensuite.
read my mind Niveau : National
Note : 2
Beaucoup d'hypocrisie comme d'habitude.Le beurre l'argent du beurre et le cul de la crémière.

Volonté d'hypersexualiser et dans le même temps ne pas vouloir être considéré comme des objets sexuels.

Quand on voit l'évolution des maillots de volley ball (indoor) pour soi disant promouvoir dieu sait quoi.

J'avais lu un article qui évoquait l'évolution "porno chic" des photos de mode avec des références ultra lourdes,l'hypersexualisation est un phénomène trans culturel (musique, cinéma, vie de tous les jours etc..).

Ce qui est triste ,c'est que l'on est juste face à des démarches mercantiles sans une once d'humour ou de volonté de réellement réveiller les consciences.

Pour moi ça correspond à l'expression d'une société dans laquelle l'individualisme fait que l'on exagère des caractéristiques de genre, ethniques , religieuses pour sur-exister.

Emanation suprême d'un culte du moi ultra libéral.
P'tit Filet Niveau : CFA
Je ne vois pas ce qu'il y a de lingeresque ou de féminin dans ces tenues, honnêtement.

Pour mener réellement le combat, je propose de lancer la Football Body Paint League.

Et comme je ne suis pas sexiste, j'invite les amatrices(eurs) à suivre assidument les World Streaking Championship.
bachounet Niveau : CFA2
Message posté par Manitas de la Bitas
C'est la McDo partner de Gignac a gauche?


et toi le beauf de service je suppose...
Johnny Decker Niveau : DHR
C'est le championnat des Femen quoi!
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Tu m agaces souvent Read my mind mais la je ne peux qu'être d'accord avec toi. Plus un pour toi.

J avais aussi vu le " changement" concernant les maillots de volley...Y a quand même des fois ou les femmes n ont vraiment pas besoin des hommes pour se faire du mal.... @gabriel cnudde

Merci pour l article après tout ça concerne du foot mais je vais persister à penser que relayer ce genre de démarche c est faire la promotion de personnes qui salissent une vraie cause ( la parité) à des fins mercantiles.

A la limite faites un article sur une vraie équipe de foot feminin amateur.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Et en passant si l appli android pouvait afficher quand quelqu un nous cite ce serait génial.


@samotraki

Attention l échange de maillot pourrait arriver dans le rugby féminin et tu regretterais peut être tes paroles...
didier gomis Niveau : CFA
Faut reconnaitre que y'a des bons côtés à leur démarche. De très bons même !

http://i2.manchestereveningnews.co.uk/i … 916139.jpg
Pour une meilleure promotion il faudrait faire un peu de tri dans les équipes, parce que si c'est pour voir des cageots en lingerie courir derrière un ballon c'est non merci.

D'autant plus que la visibilité du foot féminin n'est pas vraiment le but final mais bel et bien de leur permettre de toucher plus de blé.
Entendons nous bien sur la chose, c'est avant tout une quête vénale mais qu'elles aient au moins l'honnêteté de le dire et évite le discours sur l'homophobie, la volonté d'offrir plus de visibilité, etc...
papapav24 Niveau : DHR
Pour une fois, un article avec beaucoup trop de texte et pas assez de photos.
Quand tu lis certains commentaires sur les pages FB des joueuses de foot féminin je me dis que les mettre en brassières et short moulant ne seraient pas la meilleure des idées.

Je pense que ce genre de truc ruine plus l'image du foot féminin et du travail fourni dans ce domaine depuis quelques années en Europe, qu'il ne l'améliore.

Et prendre l'exemple du tennis pour la tenue vestimentaire c'est débile, car celui-ci est mixte depuis plus ou moins son développement au début du 20ème siècle.
salut, l'article dont tu parles a l'air assez interessant t'aurais pas un lien stp ??

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
747 40