Les derniers jours du Stade Bauer

La mythique enceinte du Red Star est-elle condamnée à disparaître dans une explosion de dynamite ? C’est bien ce qu’avait prévu la mairie de Saint-Ouen. Sauf que…

309 17
Le lieu : quelque part au-delà du périphérique nord de Paris, dans la ville de Saint-Ouen, au bout d’une voie longue, droite et triste, la rue du docteur Bauer. Les protagonistes : des supporters férus d’histoire, une mairie hésitante, des promoteurs immobiliers. L’enjeu : mais que va donc devenir le Stade Bauer, l’enceinte aussi légendaire que vieillissante où évolue le Red Star depuis désormais plus d’un siècle ? La question est apparue sur le devant de la scène le 7 janvier dernier. Lors d’un 32e de finale de Coupe de France Red Star-OM, transféré pour l’occasion au Stade de France, le petit kop audonien ignore stoïquement les cinq buts inscrits par les Marseillais et préfère sortir une étonnante banderole, « Le Red Star, c’est Bauer! » . Petit frisson médiatique, d’autant que le match est télévisé. Cinq moins plus tard, Vincent Chutet-Mezence, président du Collectif des amis du Red Star, une association née en 2001, au moment du dépôt de bilan du club audonien et de sa relégation dans l’enfer de la DH, se frotte encore les mains de l’initiative. « Suite à ce match, la maire de Saint-Ouen, Jacqueline Rouillon, a demandé à nous rencontrer » , dit-il. Avant d’ajouter : « Cela nous a enfin permis d’alerter sur le risque de destruction de Bauer. »

Car le fait est là : le Stade Bauer est en danger de mort. Réel. Et depuis un bail. « Jusqu’en 2008, dans le sillage de madame le Maire, toute la municipalité - y compris l’opposition de droite - défendait l'idée de détruire Bauer. Aujourd’hui, il n’y a plus de position officielle, mais je ne suis pas convaincu que la maire soit tant attachée que ça à l’enracinement du Red Star dans la ville » , reconnaît sans peine Henri Lelorrain, adjoint au sport (PS) à la mairie de Saint-Ouen. En cause : un état de vieillesse généralisée jugé incompatible avec la pratique du football professionnel au XXIe siècle. « Le Red Star ne peut miser son avenir sur l’actuel stade Bauer. C’est impossible, il est trop obsolète » , déclare Henri Lelorrain. « Dans l’idéal, je suis comme les supporters : je suis attaché à Bauer, c’est clair. Mais si on veut passer une nouvelle étape, il faut regarder vers l’avenir » , renchérit l’ancien international Steve Marlet, qui est retourné jouer, à 38 ans, dans le club qui l’a formé. Que faire alors ? L’idée qui semble tenir la corde serait la suivante : en finir avec Bauer à coups de dynamite, pour y construire à la place des immeubles d’habitation ; et édifier un nouveau stade à l’autre bout de Saint-Ouen, dans la zone des docks. Pour l’heure, aucune étude sérieuse n’a pourtant été menée sur le sujet. « De ce que l’on en sait, cela va être un projet trop cher pour tout le monde. Un grand truc vide comme le MMA au Mans » , se désole Henri Lelorrain. Bref, quelque chose à mille lieux de ce que représente depuis un siècle le stade Bauer – dont le vrai nom, au passage, est « Stade de Paris » .

Gestapo et dissidents

Le Red Star et Bauer forment en effet bien plus qu’un couple club de banlieue/stade pourri. C’est, purement et simplement, un morceau de l’histoire du sport français. Construit sur des anciens jardins ouvriers, il a été, un moment, le centre du football parisien. « En 1964, le Red Star, premier en D2, reçoit le Stade de Reims. La rencontre se déroule devant 22 000 entrées payantes. La veille, le Racing de Paris avait joué l’OM au Parc des Princes devant à peine 2200 spectateurs » , rappelle ainsi Pierre Laporte, ancien joueur vert et blanc devenu historien du club. Surtout, le destin du stade et du club dépasse celui du sport, pour rejoindre l’Histoire, la vraie. En France, seul « Auguste Delaune » - le stade de Reims, nommé ainsi en hommage à un sportif communiste mort sous la torture de la Gestapo en 1943 - peut prétendre concurrencer Bauer en matière d’hommage à la résistance antinazie.

Jean-Claude Bauer fut en effet un médecin résistant, fusillé au Mont Valérien le 23 mai 1942. Côté joueurs, la figure glorieuse de Rino Della Negra reste encore vivace. Et pour cause : ce jeune patriote « d’apparence italienne » s’entraîna six mois avec l’équipe première pendant l’occupation, juste avant d’entrer dans la clandestinité, de rejoindre la fameuse FTP-MOI et le groupe Manouchian, et de finir exécuté par les nazis le 21 février 1944. Cinquante ans plus tard, le Stade Bauer et le Red Star gardent encore cet aspect populaire et militant de plus en plus difficile à trouver en France. « C’est une enceinte de proximité, installée en centre ville, où on peut payer sa place 2,50 euros et voir un match d’un niveau pas trop dégueu en buvant sa bière pépère sans dix mille caméras de surveillance autour » , résume ainsi Matthieu, supporter du club phare du 9-3. Autant d’arguments qui font dire à Pierre Laporte que le Stade Bauer « doit être conservé comme monument historique ! »

Pour ne pas s’enfermer dans un piège nostalgique, Vincent Chutet-Mezence et le Collectif des amis du Red Star travaillent aux forceps pour que soit avancé un véritable contre-projet solide, avec l’aide d’architectes et d’urbanistes, « au lieu d'attendre, au prétexte que pour l’instant les financements ne sont pas là, que finalement la décision nous tombe dessus, et que l'on se contente d'un baroud d’honneur » . Leur modèle ? Ce qui a été réalisé par Fulham à Craven Cottage, « où l'on a pu rénover le stade tout en conservant la tribune historique » . Chacun attend surtout les prochaines élections, dans un contexte de crise économique et de possible changement de majorité. « Ce n’est pas notre vocation de faire de la politique, explique Vincent, et la situation à Saint-Ouen se révèle déjà assez complexe comme ça, entre le PS, le PC, les dissidents de "Soigne ta gauche". Toutefois, lors des prochaines élections, nous allons porter la question lors du débat électoral » . Avec des belles banderoles ?

Par Antoine Aubry et Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Bel article qui démontre bien qu'en France un vaste chantier d'ensemble sur le foot devrait s'amorcer, les joueurs ne sont pas les seuls à maltraiter les club-institutions par des comportements plus que douteux, les politiques si prompt à intervenir devant les médias pour filer des leçons de morales, eux même, n'ont aucun respect pour ces institutions au vu de cet article, le Red Star fait partie de l'histoire du sport français, un immeuble moderne dure 30-40 ans, detruire un monument du sport pour faire de l'immobilier, pour rentabiliser j'imagine, putain de fric.
Mes respect au seul et unique club de Paris. Courage !
@Marien, toujours cette mauvaise foi pour se donner un style, en mode: pfff, le PSG c'est vraiment de la merde, c'est pas un club (le PFC non plus), alors que le Red Star (93, d'ailleurs,'fin bon), là, on tient un vrai club !
Lassant...
Aujourd'hui, il faut être amateur et pauvre pour être un vrai club
@PSG_18

Loin de moi l'idée de critiquer le PSG. Je ne cherche pas à "troll" ou tout autre chose. C'est juste que j'ai toujours aimé l'histoire et notamment celle du football. J'ai beaucoup de respect pour le PSG même si son histoire est récente par rapport à la très grosse majorité des autres clubs français. Je suis d'ailleurs toujours très étonné qu'il n'y ait qu'un seul club de football majeur dans cette ville de 10 millions d'habitants. C'est sûrement d'ailleurs de là que provient toutes ces altercations entres supporters de la même équipe (trop d'identités différentes au sein d'un seul et unique club ?)

Pour moi cette année ne sera pas marqué par la victoire de Montpellier, la CL de Chelsea ou la nouvelle coupe de cheveux de C. Ronaldo mais bel et bien par la montée du Stade de Reims en Ligue 1.

Chacun ses délires, chacun ses opinions. Pour moi l'histoire d'un club prévaut sur son budget ou son sponsors. Jouer a PES ne m'a jamais donné de plaisir à part avec mes potes autours d'une bière.

Pour en revenir au PSG, je pense qu'on va s'en manger pendant 10 ans. En espérant que ce club en profite pour élever le niveau français en coupe d'Europe.

Il ne faut ni voir haine ni mépris dans mon précédent propos. Juste un signe d'amitié envers un club qui a compté dans l'histoire du football français et qui mérite mieux.

Un supporter du FCNA.
c'est bête mais c'est comme ça: il y'a 2 clubs dans la capitale. L'om et le psg.
En terme de résistance contre les nazis l'exemple d'Auguste Bonal n'est pas mal non plus !
Marien + 1000 merci mec, le seul tord du red star selon moi est d'etre dans le 93, et une volonté politique depuis trop de temps essai de faire mourir toutes les choses positives qui s'y passe. Mais le Red Star pourra toujours compter sur ces fans qui ne sont pas si reduit qu'on veut bien le faire croire. Je prefere 1000 fois cette vision du foot que celle du PSG. chacun son avis. Red Star never die. Et si il y avai une réel approche historique du foot en France le Red Star n'en serai pas la.

PS désolé pour ma prose chelou mais je sors de soirée
Et pas une vanne sur Jack Bauer ? Ca baisse ici, ça baisse...
Le problème du Red c'est que la maire communiste s'y intéresse uniquement en période électorale ce qui est parfaitement injuste à la lumière du rôle social essentiel joué par le club!
Pour connaître Mr. Haddad le président, il faut se battre bec et ongles pour que la mairie ou la région versent les subventions promises et ce dernier ne remettra pas 1 million d'euro par an indéfiniment. Ce club historique mérite définitivement qu'on y investisse et s'y intéresse et s'il doit changer de stade, je regretterai toujours l'atypisme de Bauer avec l'immeuble juste derrière le but et les mecs qui matent le match depuis leur salon avec vue imprenable sur le pré.
PaysanSansVaches Eindhoven Niveau : District
Je viens de kiffer l'article et le commentaire lucide de Marien. Mes respects.

@ Louison: Jack Bauer, c'est de la de-mer. J'avais une vanne avec Angela Bauer, t'auras que dalle.
Collectif Red Star Niveau : Loisir
Merci à So Foot de s'intéresser à ce sujet !

Pour ceux qui veulent en savoir plus, notre site :

www.stadebauer.fr
Collectif Red Star Niveau : Loisir
stadebauer .fr
Vu que le club s'appelle red star "93" et que le club veut avoir une vrai dimension départementale voir régionale. Il serait bon ton de mettre le club au centre du département par exemple à marville ou trois villes du département se rencontre (la Courneuve,Saint Denis et Stains) au lieu de s'accrocher à un stade au milieu de Saint-Ouen ou il y a plus beaucoup de foncier à prendre. L'histoire d'un stade est façonné par un club et non l'inverse il faut créer l'histoire du club dans une autre enceinte.
'tain PSV tu peux pas me laisser dans une telle attente...quelle était ta vanne avec Angela ?
PS : on est d'accord sur 24h, grosse série moisie, mais bon, de bon matin, on fait ce qu'on peut...
maintenant, si tu considères Madame est servie comme une série top niveau, on va avoir un souci...grosse aversion pour Tony Danza en ce qui me concerne...
Les commentaires font plaisir.
Le football ne peut pas être apréhendé sans l'histoire des clubs. C'est le centre même de la vraie passion.
Gloire à l'Histoire ancienne du Red Star, mais à ceux qui dénigrent le vrai Paris SG, je crois au contraire qu'en 42 ans il a réussi à s'encrer d'une manière assez fantastique dans la culture foot et underground de Paris.
C'est pas les Qataris et la Préfecture qu'il faut analyser, mais cet état de fait qui en fait l'étendard de groupes sociaux et culturels tellements diamétralement opposés.

En espérant juste qu'avec les années de dominations sportives qui nous attendent et d'amnesie volontaire des médias, des politiques, et des dirigeants du club, les derniers soldats du Paris SG ne baissent pas les bras, pour que nous soyons toujours, les Gavroches de Paname d'un côté, la mauvaise herbe de l'autre...
NOBODY LIKE US, WE DON'T CARE
Johnny Dramma Niveau : Ligue 1
Ah le Red Star des Marlet, Ted "Rolex" Agasson...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
309 17