1. // SO FOOT #148
  2. // Numéro 100% Ronaldinho

Les coachs de Liga racontent Ronaldinho

Affronter Ronaldinho sur un terrain de football peut vite tourner au supplice, tant ce virtuose du ballon rond est capable de créer sans compter. Dès lors, une approche tactique pour comprendre ce phénomène s’impose. Juande Ramos, Javier Irureta et Joaquín Caparrós, anciens entraîneurs de Liga, racontent.

Modififié

La parole aux entraîneurs

Juande Ramos


Clubs entraînés : Alcoyano, Levante, CD Logroñés, Barça B, Lleida, Rayo Vallecano, Betis, Espanyol, Málaga, Séville, Tottenham, Real Madrid, CSKA Moscou, Dnipro.

Joaquín Caparrós


Clubs entraînés : Recreativo Huelva, Villarreal, Séville, Deportivo, Athletic Bilbao, Neuchâtel Xamax, Majorque, Levante, Grenade, Osasuna, Al-Ahly Doha.

Javier Irureta


Clubs entraînés : Sestao Sport, CD Logroñés, Real Oviedo, Pays basque, Racing Santander, Athletic Bilbao, Real Sociedad, Celta de Vigo, Deportivo, betis, Real Saragosse




Comment définiriez-vous Ronaldinho ?
Juande Ramos : C’est un joueur spécial, sans aucun doute possible. Il possède un côté artistique très développé, et je crois qu’il a fait beaucoup de bien au football en Espagne. Il est arrivé à Barcelone pour changer la dynamique du club, devenir champion d’Espagne et d’Europe. Ronaldinho, c’est le joueur que tu aimes regarder jouer.

En tant qu’entraîneur, comment préparer son équipe avant de jouer Ronaldinho ?
Joaquín Caparrós : De mon point de vue personnel, les schémas tactiques individuels ne sont pas nécessaires. Ce qu’il faut, c’est arriver à rehausser la performance collective. Redoubler l’attention, la précision, l’application dans les mouvements en équipe.
Javier Irureta : L’approche était différente chez moi. Entre collègues, je prenais le temps d’appeler avant d’affronter une équipe, surtout avant d’affronter un joueur comme Ronaldinho. On se donne certaines informations, pour connaître son état d’esprit avant la rencontre. Quelle est sa fréquence de frappe, à quelle fréquence il coupe son effort... Cela peut être utile pour le match à venir, car tu sais s’il est dans un état d’esprit plus passeur ou buteur.
JR : Pour le coup, je préparais mes matchs surtout en fonction de la stratégie du Barça.
« Lorsqu'un joueur comme Ronaldinho est face à toi, tu sais qu’en une seule action il peut faire basculer une rencontre. C’est un génie. »
C’est sûr que lorsqu'un joueur comme Ronaldinho est face à toi, tu sais qu’en une seule action il peut faire basculer une rencontre. C’est un génie. Une chose importante est qu’il ne faut pas commettre de faute trop rapprochée de notre but, car Ronaldinho est un grand spécialiste des coups de pied arrêtés.

Le jour du match, comment parvenir à diminuer l’influence de Ronaldinho dans le jeu ?
JR : Dans l’idéal, la meilleure chose à faire, c’est d’éviter qu’il contrôle la balle. S’il maîtrise le ballon, il devient presque insaisissable, manipule la balle à sa guise et devient ultra dangereux. Si tu le tiens pendant 89 minutes, mais que tu finis par lâcher ton attention une minute, ça se termine par un but contre toi.
JI : D’après moi, il faut un défenseur qui soit toujours proche de Ronaldinho. En général, je ne suis pas le genre d’entraîneur à demander un marquage individuel. Mais quand il s’agit d’un joueur comme Ronaldinho, je crois que c'est la règle à suivre. Il faut toujours être présent pour éviter de le voir changer le cours du match.


Joaquín, vous êtes l’entraîneur qui encaisse le premier golazo de Ronaldinho dans son ère avec le Barça. Comment est-ce que vous réagissez sur le coup ?
JC : C’était un but spectaculaire, ça va très vite. Cela symbolise parfaitement le niveau de jeu de Ronaldinho, l’élu du football mondial. Ronaldinho, c’est une énorme projection vers l’avant. Le voir marquer un but comme celui-là, cela ne m’a surpris qu’à moitié. On savait déjà ce dont il était capable au niveau international, notamment avec le Brésil de 2002. Ce but contre l’Angleterre, il est tout aussi incroyable... Ronaldinho restera dans l’histoire comme l’un des plus grands footballeurs au monde, c’est aussi simple que cela. Ce type de but prouve qu’il fait partie intégrante de cette catégorie.

Vidéo

Dans ce cas, comment conditionner le joueur qui s’occupe du marquage de Ronaldinho ?
JR : J’étais déjà habitué à faire un travail défensif spécifique entre les joueurs des deux ailes, mais c’est vrai que lorsque Ronaldinho est sur le terrain, il faut éviter de lui offrir trop d’espace pour accélérer. En cela, j’aimais donner une aide à mon défenseur latéral. Au cas où son attention baissait sur un duel, il pouvait compter sur une couverture supplémentaire par le milieu du même couloir grâce à son repli défensif. Mais parfois, cela était quand même insuffisant parce qu’il excellait dans l’art d’enchaîner des dribbles successifs sur différents adversaires !
JI : J’avais un vrai guerrier avec Manuel Pablo, un bonheur de l’avoir dans mon équipe. C’était un joueur avec une excellente condition physique. Je n’avais pas tellement besoin de lui parler dans ce cas-là, il savait quoi faire et il pouvait le faire pendant tout le match, car il avait suffisamment de coffre. Contre Ronaldinho, c’étaient des duels dans lesquels il était capable de répondre présent. En général, l’ailier évite d’aller au duel avec Manuel, car il était quasiment impassable dans ce domaine. Avec Ronaldinho, il y avait à chaque fois de belles oppositions.

Le parallèle est intéressant entre vous deux, Joaquín et Juande, puisque vous avez tous les deux pu observer le face-à-face entre Ronaldinho et Dani Alves... Comment réagissait-il ?
JC : Je suis plus un entraîneur qui prend l’équipe adverse dans sa dimension collective. Du coup, je ne me concentrais pas spécifiquement sur Ronaldinho au moment de l’affronter. C’est toujours difficile de jouer contre un homme de cette envergure. Dani commençait à intégrer les principes de la Liga espagnole, ce match lui a permis de beaucoup apprendre avec l’un des tout meilleurs joueurs du monde dans sa zone.

Juande, quand vous jouez le Barça en Supercoupe d'Europe en août 2006, vous parvenez à éteindre Ronaldinho et vous gagnez 3-0. Quelles étaient les consignes données à Dani ?
JR : Dani devait rester proche de lui, toujours. C’est la meilleure manière d’anéantir le jeu d’un grand joueur parce qu’on peut tout de suite montrer sa présence et exercer un pressing important.
« Il faut éviter qu’il se retrouve tourné face au but parce que sinon, l’équipe s’expose à son explosivité et voit le risque se rapprocher et s’élever. »
Il faut éviter qu’il se retrouve tourné face au but parce que sinon, l’équipe s’expose à son explosivité et voit le risque se rapprocher et s’élever. Le fait qu’ils se connaissent en sélection devait aussi jouer, c’est certain. Un joueur comme Ronaldinho est aussi exceptionnel qu’un Messi ou un Cristiano Ronaldo, mais cela reste des joueurs que l’on peut régulièrement affronter lors de séances d’entraînement. Dani avait cet avantage de connaître son vis-à-vis. Ensuite, il était aussi porté par l’envie commune de donner à Séville une Supercoupe d'Europe. Ce soir-là, je pense que mon équipe avait plus envie de ce trophée que le Barça.

Vidéo

Finalement, la plus grande faiblesse de Ronaldinho à exploiter n’était-elle pas dans sa manière d’être, par sa tendance à être parfois hors de forme ?
JR : Les périodes de méforme physique ne sont pas imputables à Ronaldinho uniquement, mais à tous les joueurs de football. C’est une affaire de gestion, car une saison est très éprouvante. Il y a des périodes où on passe au travers, puis d’autres où l’on revient en forme dans un autre moment de la saison. Ronaldinho était un joueur fantastique, mais il restait aussi un homme avec des coups de moins bien, où il devenait plus prévisible.
JI : Bon, les faiblesses de Ronaldinho, elles sont plutôt compliquées à trouver (rires) ! Comme je le disais, il faut être toujours près de lui et déléguer ce travail à l’un de mes joueurs, le plus fort mentalement si possible. Il faut un joueur qui sache garder son calme. On peut même choisir un milieu de terrain défensif si besoin. Et quand je dis qu’il faut le marquer, c’est être constamment à ses côtés, qu’il ait la balle ou non. Ce travail de harcèlement se fait en permanence. Il faut venir lui parler, lui dire : « Écoute-moi, ce soir, je ne vais pas te lâcher d’une semelle, tu vas m’avoir sur le dos tout le temps. » Cela fait partie du jeu. En fait, il faut un chien ! Les consignes à lui donner, c’est de rester focalisé sur Ronaldinho, pour lui le match devient secondaire. Je m’en foutais qu’il ait la balle ou qu’il participe au jeu, je le veux toujours collé à lui ! Si Ronaldinho touche la balle, tu es là pour l’embêter. Quand il est face à toi, tu ne regardes que la balle. Les dribbles, il faut les oublier.


Javier, durant votre époque au Super Depor, vous aviez connu un joueur du même style que Ronaldinho, avec Djalminha. Comment est-ce qu’on utilise un meneur de jeu avec une technique largement au-dessus de la moyenne ?
JI : Djalminha, c’est un joueur brésilien comme Ronaldinho. Cela constitue une donnée importante, parce que ce type de joueur pense le football comme une activité ludique. Djalminha était un gaucher, Ronaldinho est droitier. Tactiquement, cela change l’approche par rapport au collectif. Mais quoi qu’il arrive, ce sont des joueurs qui adorent le spectacle. Ce sont eux qui vont te faire un dribble, une passe que personne n’attend, que ce soit dans une phase défensive ou offensive. Ce qu’il faut, c’est parvenir à l’insérer dans un collectif, en sachant que les autres membres du groupe doivent comprendre qu’il s’agit d’un joueur clé. Une fois que cela est compris, l’équipe s’améliore grâce à cette évolution.

Est-ce qu’un joueur comme Djalminha ou Ronaldinho peut permettre d’obtenir un avantage mental sur l’adversaire, étant donné leur technique hors du commun ?
JI : C’est évident. Mais cela peut aussi se retourner contre soi. En un geste, ce joueur te change complètement la physionomie d’une rencontre, et cela peut te donner des ailes.
« Avoir un joueur capable de toujours se réinventer, ce serait magnifique. En l’occurrence, tu ne peux bénéficier de ces gestes que de façon ponctuelle, quand l’inspiration parle. »
La seule chose qui fait défaut, c’est la continuité de la performance. Avoir un joueur capable de toujours se réinventer, ce serait magnifique. En l’occurrence, tu ne peux bénéficier de ces gestes que de façon ponctuelle, quand l’inspiration parle. Un coup du foulard, un dribble, cela ne peut pas se faire n’importe quand ou n’importe où. Tu vas l’avoir dans cet état pendant 15 ou 20 minutes maximum, et le reste sera quelconque. C’est pour cela que parfois, tu dois surtout rechercher la continuité collective, et te passer des services du joueur.

Joaquín, la fois suivante où vous rencontrez Ronaldinho en Liga, vous perdez 4-0 au Sánchez-Pizjuán... Est-ce que Ronaldinho est devenu pour vous une sorte de cauchemar, une bête noire ?
JC : Le Barça était une grande équipe, et Ronaldinho était un joueur avec lequel tu pouvais t’attendre à souffrir. Mais quand je vois ce que Dani Alves est devenu, sans faire la fine bouche, cela m’impressionne encore plus : son nombre de titres, sa longévité... Je crois que très peu de joueurs possèdent le palmarès de Daniel Alves aujourd’hui. Ensuite, je ne considère pas Ronaldinho comme ma bête noire, non. Il reste vulnérable d’après moi, il faut simplement avoir une organisation collective infaillible.

Pourquoi Ronaldinho est-il aujourd’hui une source d’inspiration pour les jeunes générations ?
JR : Ronaldinho est une attraction pour les enfants, une référence ! La raison est simple. Si tu vois le football comme un marché où circule l’argent, d’autres joueurs vont gagner autant que lui, voire plus... Mais si, comme un enfant, tu vois le football comme un spectacle, tu es obligé de penser à Ronaldinho. Et là-dessus, personne ne peut le détrôner.

Propos recueillis par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

WirsinddiePauliner Niveau : District
Merci sofoot pour cet article ! Quel joueur ce ronnie ! La dernière réponse de l'article résume tout a fait ma pensée, Ronaldinho, c'est le football a l'état pur, le jeu, le dribble, le rire.
Perso, jai jamais été vraiment fan des tops, de classer les joueurs de foot en fonction des Sacros-saintes stats et du palmarès. J'ai toujours préféré parler de joueurs qui ont apportés une nouvelle dimension au football ou à leur poste. (La liste est longue, certes )
Et pour moi, ronnie a apporté tellement au football: explosivite, flexibilité de la cheville, créativité, la manière de fouetter le ballon, et surtout le bonheur de jouer. Le vrais héritier de Garrincha c'était lui.
(Soupir...)
rinus-michels Niveau : DHR
Potentiellement, Ronnie était un mélange de Maradonna et de Ronaldo (le vrai). Mais son côté fêtard aura prit le dessus au point de se cramer en quelques années seulement. Le plus grand gâchis de notre histoire moderne si vous voulez mon humble avis.
WirsinddiePauliner Niveau : District
Non non justement ! On peut pas vraiment parler de gâchis, ronnie sans la fête, les femmes et l'alcool, c'est plus ronnie. Regarde ce que Fernandez en a fait
Ronaldinho sans la fête, c'est comme un plat sans sel, c'est fade.

Avec une bonne hygiène de vie, je suis persuadé qu'il aurait été une sorte de machine. Mais les machines, ça fait pas rêver. Les mythes c'est autre chose, et la fête c'est la quintessence du mythe ronnie. Sans elle, pas de ronnie.

Adriano, là oui. La on peut parler d'un immense gâchis. Putain j'ai regardé dernièrement la coupe des confédérations 2005 et ca m'a fait mal au cœur de voir ce qu'il est devenu.
un mec derrière son PC Niveau : Ligue 1
Note : 2
Exactement, ce n'est pas un gachi, j'ai même envie de croire que l'histoire est encore plus belle comme ça: le mec a donné du rêve et du plaisir à tous les amateurs de foot et même après son déclin, il continuait de gâter tout le monde avec des petites sucreries régulières.
Certes il aurait pu faire mieux, enfin plutôt faire bien plus longtemps. Mais le gars a fait ce qu'il fallait faire et à laissé sa place une fois la relève (Messi) assurée
Je vais me lancer au risque de deplaire à beaucoup:
Le foot n'était pas la grande passion de Ronnie. Il était un génie du foot, mais ce n'était pas sa passion. Après l'obtention de son ballon d'or, il a semblé moins interessé par le foot, moins d'entrainement, moins de motivation. Même l'appat du gain ne le motivait plus, ni l'égo d'enchainer les titres et les stats.

Le foot n'était pas sa passion. Mais qu'est ce qu'il avait du talent !!!
Ce commentaire a été modifié.
Message supprimé car devenu redondant le temps de l'écrire
4 réponses à ce commentaire.
Note : 3
La dernière phrase est magnifique, parfaite.
blaise m'a tout dit Niveau : CFA2
Djalminha.. je me souviens d'une ouverture de ouf qu'il réalise en emmenant le ballon de derrière vers un coéquipier situé à 15 m de la , à l 'entrée de la surface.
Ma phrase est incompréhensible mais il n 'y a pas de mot pour ce geste de football .
blaise m'a tout dit Niveau : CFA2
Merci !!! sacrée équipe que la Corogne de cette époque
2 réponses à ce commentaire.
Merci à la rédaction pour le magazine sur Ronnie.
Surtout pour ces papiers ou vous reprenez le concept de votre vieil article sur le but du siècle de Maradona : des interviews des mecs qui étaient sur le terrain au moment d'un geste précis et marquant de la carrière d'un monstre.

Ce concept est synonyme de chef d'œuvre journalistiques désormais récurrents.

Devant même les interviews de coachs et de formateurs, les papiers les plus brillants de votre canard.

Bravo.
il y a 1 heure Ederson atteint d'un cancer des testicules 2
il y a 6 heures Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 153 il y a 7 heures Droit de réponse "Mistral Gagnant" 30
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
il y a 9 heures La praline de Castillo au Mexique 1
Hier à 16:33 Reading présente ses maillots en réalité virtuelle Hier à 14:59 Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 52 Hier à 14:36 Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 Hier à 13:52 Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 Hier à 11:08 Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 Hier à 09:53 Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 32 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43