1. //
  2. //
  3. // PSG-FC Bâle

Les clés de PSG - FC Bâle

Pas au mieux après un match à Nancy plutôt insipide ce week-end, Paris reçoit Bâle et doit l'emporter pour conserver toutes ses chances de s'emparer de la première place de son groupe de Ligue des champions. Mais la méfiance est forcément de rigueur face à un adversaire coutumier des surprises et des exploits en C1 ces dernières années.

Modififié
493 10

Paris va-t-il tenir pendant 90 minutes ?


Le Paris Saint-Germain version Unai Emery a pris la vilaine habitude de ne jamais jouer ses matchs à fond du début jusqu’à la fin. Ce week-end encore face à Nancy, le club de la capitale a su attaquer très fort et se mettre rapidement à l’abri en menant 2-0 dès la 18e minute. Mais les Parisiens se sont montrés de moins en moins souverains au fil du match et se sont finalement imposés sur la plus petite des marges (1-2) face à la lanterne rouge du championnat. Déjà, en Ligue des champions contre Ludogorets, le PSG s’était fait peur après une première mi-temps catastrophique qui avait vu les locaux ouvrir le score. Un match totalement maîtrisé ce soir ferait donc le plus grand bien au club parisien, pour leur première rencontre de leur histoire face au FC Bâle. Mais tenir 90 minutes pour une première fois, c’est peut-être trop demander ?



Verratti et surtout Di María vont devoir hausser leur niveau de jeu


Après une dernière saison pourrie par une pubalgie interminable, Marco Verratti a enfin fait son retour pour remettre un peu d'ordre et de poésie dans le milieu de terrain parisien. Mis en difficulté d'entrée pour sa première titularisation depuis six mois lors de la défaite parisienne face à Monaco fin août dernier, le hibou ne semble pas avoir encore tout à fait atteint son rythme de croisière. Auteur de bonnes prestation contre Arsenal puis Ludogorets en C1, il a connu une rechute notable en seconde mi-temps face à Nancy en Ligue 1 samedi dernier, se montrant incapable de dynamiser le jeu des siens.


Des irrégularités néanmoins insignifiantes si on les compare avec celles d'Ángel Di María. L'Argentin est tout simplement l'un des Parisiens les plus décevants depuis le début de la saison. On a perdu Ángel et ses inspirations divines pour retrouver le poulet sans tête, dribbleur inefficace et passeur inconséquent. Que ce soit contre Monaco ou Toulouse en Ligue 1, ou contre Arsenal et Ludogorets en C1, Di María a péché par ses excès d'individualisme et ses prises de décision douteuses balle au pied. Si Paris espère durer cette année en C1, le club de la capitale va donc avoir besoin que son ailier argentin retrouve enfin ses esprits. Et vite.


Unai Emery sait taper dans le Bâle


Le FC Bâle ne doit pas garder un très bon souvenir du nouvel entraîneur du Paris Saint-Germain. L’année dernière, le club suisse a croisé par deux fois la route de l’entraîneur basque et de son FC Séville, pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa. Si les Bâlois avaient résisté lors du match aller (0-0), ils s’étaient totalement effondrés au stade Ramón Sánchez Pizjuán et avaient quitté la compétition sur un 3-0 sans appel, avec un doublé de Gameiro. Deux mois plus tard, la ville de Bâle et son Parc Saint-Jacques assistaient au troisième sacre consécutif du FC Séville d’Unai Emery en Ligue Europa face à Liverpool. Avec un meilleur effectif à sa disposition cette année, l’entraîneur basque ne devrait pas se faire surprendre par les Suisses, surtout à domicile.



Bâle va-il enfin lancer sa saison en Ligue des champions ?


Avec les années, l'Europe du foot a appris à se méfier du FC Bâle. Huitième-de-finaliste de la Ligue des champions en 2012 après avoir baffé Manchester United, les Bâlois avaient réédité l'exploit en 2015, après s’être offert le scalp de Liverpool. Et quand ça ne marche pas pour eux en C1, les Suisses s'offrent souvent de jolies épopées en Ligue Europa, dont ils ont atteint la demi-finale en 2013, puis les quarts en 2014. Seulement, cette saison, si Bâle piétine joyeusement le championnat national (dix victoires et un nul en onze matchs), les Suisses sont pour l'instant à la peine en Ligue des champions.


Bâle a ramé à domicile face à Ludogorets pour son premier match, concédant l'ouverture du score avant d'égaliser à la 80e minute, puis n'a clairement pas fait le poids face à Arsenal (2-0). Les adversaires des Suisses, désormais prévenus, ne semblent plus les prendre à la légère quand retentit la musique de la Ligue des champions. Paris serait bien inspiré de les imiter et de ne pas sous-estimer une équipe qui a démontré par le passé qu'elle savait jouer avec intelligence de son statut d'outsider pour croquer plus gros qu'elle.


Paris devra se méfier de Doumbia


Après être passé par les Young Boys, le CSKA Moscou, l’AS Rome et Newcastle, Seydou Doumbia a continué son tour d’Europe en atterrissant au FC Bâle. Prêté par l’AS Rome, Seydou Doumbia semble retrouver une nouvelle jeunesse dans le championnat suisse. Bien connu des joueurs FIFA, l’Ivoirien a su prouver qu’il pouvait aussi être un véritable finisseur sur les terrains. L’attaquant a encore ouvert le score ce week-end pour permettre à son équipe de s’imposer face à Lucerne (3-0) et de conforter son avance colossale en championnat. Actuel meilleur buteur en Suisse avec la bagatelle de sept buts en neuf matchs, Seydoumbia compte bien débloquer son compteur en Ligue des champions cette saison. Et pourquoi pas à Paris, ville qu’il apprécie particulièrement et où il reconnaît passer beaucoup de temps ? La défense parisienne est prévenue, elle aura affaire à un connaisseur.


  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match PSG - FC Bâle

    Par Robin Richardot et Adrien Candau Pour trouver un endroit où regarder le match, ça se passe ici.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Cafu cremes Niveau : CFA2
    La clé face à Bale sera évidemment de réussir à faire son trou. Je sors poussez pas.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Note : 1
    Si Areola n'est pas titulaire, on aura droit à un Bâle / Trapp.
    Concernant Verratti, lui reprocher de ne pas dynamiser le jeu des siens, je veux bien mais faut s'entendre sur ce qu'on lui demande et comment.

    A la limite, quand le PSG a le ballon et que ses 3 milieux jouent au niveau du rond central, çà peut le faire. Il distille plus facilement.

    Mais quand Paris ne l'a plus ou redescend devant ses buts, Verratti redevient le milieu def qu'il sait être avec sa vista et ses relances folles.

    De là à le voir meneur, créateur du jeu, c'est trop lui en demander.

    Je ne sais pas ce qu'ils attendent de lui mais il ne fera le taff d'un Pastore.

    Soit Di Maria, soit Ben Arfa, je ne sais qu'ils se démerdent mais il faut un autre mec qui fasse le lien.

    Et pas que le petit Rital. Trop lui demander, çà craint.
    ah oui il peut pas tout faire. Et qd il loupe un match et il est quand même 10 fois meilleur que les autres.

    Bref, l'article a tout à fait raison, Si Di Maria ne joue pas à un niveau acceptable, ca craint même contre Bale. Et pitié, par Ben Arfa, il y arrive pas contre Nancy alors pas la peine de l'aligner en LDC.

    Faudrait que Motta nous sorte un bon match aussi, lui il en est capable, et que Cavani nous mette 1 occase sur 3.
    1 réponse à ce commentaire.
    Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
    Moi je sens qu'Edinson va marquer : CavaniBale Lecter !
    bandinidakar2 Niveau : DHR
    Mince alors, pointer Marco du doigt c'est vraiment qu'on n'a plus aucun argument, la mauvaise foi incarnée!!! Il suffit de le mettre sur le terrain et de regarder, et puis c'est tout!!! On t'aime Marco, n'écoute pas ces gens qui n'ont jamais joué au foot!!!
    D'accord avec toi, même a Nancy, il fait pas un mauvais match.

    le problème c'est qu'il a tendance à garder la balle quand il n'a pas de solutions mais c'est aux autres de luis proposer !
    1 réponse à ce commentaire.
    Lost in translation Niveau : CFA2
    Faudrait déjà avoir vu jouer Bâle pour rédiger les clefs du match. Au delà des banalités d'usage sur Paris, tout ce qu'on apprend c'est que Doumbia est bon sur FIFA...

    Perso je n'ai jamais vu jouer les Suisses. En partant du principe qu'ils sont en cran en dessous de Paris je dirai que la clef du match sera leur attitud. Vont-ils rester bien bas regroupés ou vont-ils venir presser haut et fort?

    S'ils ne pressent pas on fera la différence individuellement a un moment où un autre. S'ils pressent comme Nancy à partir de la 20eme minute on va avoir des problèmes.

    Verratti sera de nouveau orphelin de Motta. Pastore toujours absent. Est-ce que Rabiot sera titulaire pour plus de contrôle du ballon ou est-ce que Matuidi sera reconduit parce que même si c'est moche ca finit toujours par passer?

    Devant la surprise vient du banc avec Jesé et Ben Harfa en jokers offensif à la place de Kimpembe qui sera en tribune après sa perf moyenne sur le côté gauche face à Nancy.

    Des petits enseignements à attendre donc sur les méthodes Emery.
    Kimpembe, c'est absence pour blessure il me semble pas une sanction
    1 réponse à ce commentaire.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    493 10