Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Monaco-Man. City

Les clés de Monaco-Manchester City

Après le 5-3 encaissé à l’aller, le club princier retrouve les Anglais pour une deuxième manche qui promet des buts. Surtout en l’absence de Kamil Glik. Mais si elle veut se qualifier, la Principauté va devoir profiter des éventuelles errances défensives adverses et rester au top durant 90 minutes.

Modififié

Une battle d’erreurs défensives ?


Kiffante. Succulente. Passionnante. Si la première confrontation a effectivement réjoui les amateurs du football, il ne faut cependant pas zapper que la majorité des huit buts proviennent de grossières erreurs individuelles. En vrac : les deux corners gagnants de Manchester avec un marquage monégasque plus que laxiste, la faute de main de Danijel Subašić, l’inexistence au duel de John Stones… Ces problèmes ont été regrettés au sein des deux camps, qui vont donc sûrement réclamer à leurs poulains davantage de concentration et d’application. Vu les joueurs en face, la bande de Leonardo Jardim ne peut en tout cas pas se permettre de réitérer sa performance défensive du match aller si elle ambitionne de passer en quarts de finale. En face, Pep Guardiola a déjà appliqué quelques corrections (six clean-sheets d’affilée à l’extérieur) et possède quand même deux buts d’avance. De quoi diminuer sa prise de risques ?



Monaco va-t-il tenir physiquement ?


61e minute à l’Etihad Stadium. Radamel Falcao plante le troisième pion des siens, qui mènent alors 3-2. Problème : ils sont déjà cuits. À l’image de Tiémoué Bakayoko, les Monégasques ont disparu petit à petit à partir de l’heure de jeu. Résultats : deux goals encaissés et une défaite 5-3. Il faut dire que jusque-là, leurs efforts avaient été immenses face au rythme imposé par les deux formations. Sauf que cela ne suffit pas en Ligue des champions. Pour éliminer un tel adversaire, il faut savoir gérer ses temps faibles et raccourcir au maximum ces périodes de dur labeur. Enchaînant les matchs cette saison (47 avant ce mercredi) et ne faisant pas tant tourner que ça, l’ASM va devoir économiser son énergie pour garder des forces jusqu’au coup de sifflet final. Sinon, les Sky Blues se feront un plaisir de les massacrer dans les dernières minutes. Et ça, la Ligue 1 a déjà donné la semaine dernière.



Le manque de réalisme peut-il plomber City ?


C’est la question qui brûle les lèvres à Manchester. Les potes de Sergio Agüero peuvent-ils espérer quelque chose cette année avec une force offensive qui gâche autant d’occasions ? Le scénario est quasiment identique à chacune de leur sortie : les Anglais se procurent énormément de situations dangereuses, mais peinent inexplicablement dans le dernier geste. Cela n’a pas franchement été le cas lors de la première manche (cinq buts, dix tirs dont six cadrés) et c’est justement là que réside l’inquiétude pour le Rocher : lorsqu’il est un minimum réaliste, le troisième de Premier League est quasiment injouable. Car sa tactique de jeu lui procure forcément de nombreuses actions. S’il peut se prendre trois ou quatre pions dans la tronche à l’aller, il peut en mettre six au retour. Et là, c’est terminé pour l’adversaire. Suivez le regard.



Glik, une absence préjudiciable ?


Tout dépend, bien entendu, du niveau de Jemerson, son habituel partenaire, et d’Andrea Raggi, son remplaçant probable du soir. Mais sans Kamil Glik, suspendu pour un nouveau jaune en Angleterre, la défense centrale rouge et blanc a forcément moins de gueule. Véritable patron de charnière, le Polonais va manquer à sa team, d’autant que les gars à défier s’appellent Agüero, Leroy Sané, Kevin De Bruyne ou encore David Silva. Le manque de vitesse de Raggi, pas hyper convaincant ces dernières semaines et souvent en difficulté devant les petits gabarits rapides, pourrait donc faire mal. Très mal. À ses côtés, Jermerson n’a d’autres choix que de sortir une grosse performance, tout en comptant sur le duo Fabinho-Bakayoko pour protéger ses cages de manière optimale. Les coups de main de Djibril Sidibé et Benjamin Mendy, souvent portés vers l’attaque, seront également essentiels. Dès lors, l’absence de Glik servirait à rappeler à chacun sa mission de base : bien défendre.



Caballero est-il de taille ?


S’il se crée toujours énormément d’occasions, Manchester en concède aussi pas mal. Et son dernier rempart est un véritable point d’interrogation sur sa capacité à se muer en sauveur. En cas de score serré, Willy Caballero peut-il claquer l’arrêt décisif qui empêcherait l’élimination de son club ? Par le passé, l’Argentin a déjà montré de très belles choses durant des moments très chauds. Pendant la séance de tirs au but en finale de la League Cup 2016 contre Liverpool, par exemple. Ou même lors du premier combat contre l’équipe princière, où il stoppe un péno et repousse une tentative de Falcao à cinq minutes du terme. Mais le portier peut aussi sembler très maladroit, notamment avec ses pieds, et offrir des opportunités aux attaquants adverses alors qu’il n’y a aucun danger apparent. À qui aura donc affaire Bernardo Silva ?



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 10
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE