1. //
  2. //
  3. // Milan-Juventus

Les clés de Milan-Juve

Milan - Juve, c'est l'affiche de cette 9e journée de Serie A et ça faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas suscité autant d'intérêt. Passage en revue de ce qu'il faudra suivre de près.

Modififié
876 11

Le cauchemar de la finale de Coupe


C'était le 21 mai dernier et à la 110e minute, Álvaro Morata venait priver les Rossoneri, pourtant auteurs d'une belle prestation, d'un titre salvateur et d'une place en Ligue Europa. Et c'est peu dire que le spectre de cette défaite, au bout du bout, est encore présente dans les esprits milanais. Ignazio Abbate, au micro de la Sky Sports fait de son mieux pour ne pas paraître trop aigri : « Nous ne serons pas vraiment nerveux car quand vous affrontez l'une des équipes les plus fortes d'Europe, les attentes ne sont pas élevées. Contre la Juventus nous ne gagnons pas très souvent, la défaite lors de la Coupe d'Italie fait toujours mal parce que nous méritions mieux. Nous allons entamer la partie comme outsider et nous allons voir ce qui peut se passer durant les 90 minutes. » En gros, pas très optimistes les Milanais.


La goal-line technology


Autre souvenir douloureux pour le Milan, la dernière fois que les deux rivaux se sont affrontés en étant si bien classés, c'était en 2012. Le 25 février exactement. Le Milan mène alors 1-0 et on joue la 20e minute. Buffon vient juste de détourner une tête de Mexès quand Muntari surgit et pousse la balle au fond. But ! Sauf pour l'arbitre de touche, pourtant idéalement placé. En fin de match, Matri égalisera pour la Juve, qui finira championne en fin de saison. En évoquant ce fait de jeu, certains parlent d'effet papillon puisque depuis ce jour-là, le Milan rame dans la boue alors que la Juve ne cesse de grimper. Quels changements aujourd'hui ? Le Milan est troisième, à cinq points, et San Siro est équipé de la goal-line technology. Et ça, ça peut faire la différence.



Le Gianluigico


Le passé, le présent et l'avenir. Comme toujours, quand les deux Gianluigi se retrouvent, que ce soit en Serie A ou en sélection, c'est ce à quoi tout le monde pense. Sauf que Buffon n'est toujours pas prêt à lâcher le présent (Aulas, Lacazette, Tolisso et consorts peuvent le confirmer) et qu'il est encore largement capable de décider du sort d'un match. En face, Donnarumma continue d'impressionner de sérénité.


Globalement, les deux Gigi (Gigi et Gigio pour être précis) sont encore et toujours en pleine bourre. Si le Turinois n'a pris que cinq buts depuis le début de la saison (alors que le Milanais en est à 11), c'est en grande partie parce que lui est bien plus sollicité. Pour le premier, c'est douze arrêts en sept matchs. Pour le second, vingt-deux en huit. Bref, difficile de comparer, mais une chose est sûre : ce sera le genre de matchs où il sera difficile de marquer un but de plus que l'adversaire.


La fameuse « bataille du milieu de terrain »


C'est censé être l'une des forces de la Juve : un milieu de terrain complet et complémentaire. Mais face à Lyon, c'était la catastrophe. Lemina a fini par tout envoyer en l'air, Khedira s'est tapé une sieste et Pjanić n'a jamais réussi à trouver, et encore moins à donner, le ton. Si Hernanes devrait prendre la place du jeune Gabonais, il faudra surtout qu'Allegri leur mette un bon coup de pied au cul s'il ne veut pas que Kucka, Locatelli et Bonaventura ne prennent le contrôle du ballon.



L'expérience


Lors de la dernière journée, l'équipe la plus jeune alignée en Serie A, c'était le Milan, avec une moyenne à vingt-quatre ans et 231 jours. Autant dire que c'est peu dans un club et dans un championnat où l'expérience a toujours été et est toujours largement louée. À titre de comparaison, la Juventus flirte plutôt avec les trente piges de moyenne et n'a aligné que deux joueurs de moins de vingt-cinq ans (Lemina et Dybala) pour son dernier match contre l'Udinese.


D'ailleurs, en interview cette semaine avec la Gazzetta, Buffon parle des Milanais comme de ses petits-enfants. Avec beaucoup de bienveillance. Mais peu de crainte : « Ils me rappellent un peu la Juve d'il y a quelques années. Ils ont juste besoin de temps et d'expérience pour progresser. » Difficile de savoir comment le prendre. Bien ou mal ?


M'Baye Niang


Avec lui, le Milan marque toutes les 45 minutes. Sans lui, le Milan n'a marqué qu'un seul but en 181 minutes. Et puis désormais, ses déclarations sont dignes de celles d'un daron. La preuve avec son interview cette semaine pour la Repubblica : « Je ne me sens plus comme un jeune aujourd'hui. J'ai bientôt vingt-deux ans et je joue en pro depuis mes seize ans. De Sciglio et moi, on doit être des exemples maintenant pour les plus jeunes, comme Donnarumma et Locatelli. » La maturité, vraiment ?



Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Ce Milan est solide, ca sent la grosse bataille à base d'hargne et de solidarité collective.

La Juve sort d'une très bonne semaine avec un Cuadrado en feu qu'il faudra absolument avoir à l'oeil. Cependant les joutes européennes sont fatiguantes, les bianconeri vont manquer de créativité à mon avis.

Je sens bien le 1-1 ou 1-0 Milan.
Une victoire de Milan arrangerait bien ma Roma donc allez Montella.

1/0 but de Niang à la 69 ème, sur une frappe de coquin à l'entrée de la surface.
Le jour du fameux goal annulé à Muntari, il y a également eu un goal valable annulé pour la Juve (un hj inexistant sifflé à Matri). D'ailleurs, l'arbitrage en 2e mi-temps avait été à sens unique en faveur des milanais, l'arbitre avait sûrement eu vent de sa bourde à la mi-temps et avait voulu "compenser".

Mais bon comme souvent, de ce jour-là l'histoire ne retient que le goal de Muntari.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Vivafalga
Je commence à en avoir un peu marre de répéter toujours la même chose: il y a une différence énormissime, abyssale entre le but fantôme de Muntari et le HJ inexistant sifflé pour Matri. Si tu as maté le match, et que tu as un minimum de connaissance footballistique, tu sais quelle est cette différence.
Maintenant, pour ce qui est du prétendu effet papillon qui a eu lieu entre ce but et notre situation actuelle, c'est du n'importe quoi.
Mais il ne faut pas tomber dans l'excès inverse non plus.

Concernant le match de ce soir, je m'attends pas à grand chose.
Je pense que notre milieu est trop léger pour résister à celui de la Juve.
On sait jamais ce qui peut arriver, ceci dit, mais va falloir être très solide tactiquement et efficace offensivement pour espérer quoique ce soit.
Le plus triste dans ton message c'est que tu ne saches pas ce que signifie "Viva la figa".

Pour le reste, c'est ton avis, moi j'ai vu le match et bien que je m'en batte totalement les steaks je sais que sans l'arbitrage compensatoire en seconde période la Juve repartait avec les 3 points (et ça aurait été encore plus honteux vis à vis du goal annulé à Muntari, je suis d'accord mais il faut le dire).
Vive la figue ?
(C est de saison)
2 réponses à ce commentaire.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
VivalaFIGA
Je sais ce que signifie ton pseudo, merci.
J'ai simplement ce qu'on appelle dans le jargon un correcteur automatique sur mon ordi.

Concernant le match, je suis désolé mais on peut en aucun cas mettre sur un pied d'égalité un HJ sifflé à tort et un but qui est rentré d'un mètre, que l'arbitre valide avant de se rétracter en voyant les joueurs de la Juve continuer à jouer l'action.
Puis tu parles de la compensation arbitrale en seconde période, d'une, c'est un poil excessif comme expression. Certes, il y a eu le HJ de Matri, et deux-trois trucs en faveur du Milan, mais ça n'a rien à voir avec le but de Muntari, tant en terme d'envergure qu'en terme d'impact.

Tu dis que sans le mauvais arbitrage de la seconde MT, la Juve repart avec les 3 points. Certes, pourquoi pas.
Mais il faut aussi rappeler (et tu le fais en partie) que sans l'erreur du but de Muntari, la Juve se prend une branlée, tant elle était bouffée à ce moment là. Parce qu'il faut pas oublier que, outre évidement l'incidence sur le score, cette erreur fait complètement sortir les joueurs du Milan de leur match. A 2-0, la donne aurait été complètement différente, avec un Milan en mode gestion comme il savait très bien le faire cette saison-là.
tres vrai. match de merde qui nous a bien a arrangé maiq qui a laissé de l'aigreur et un sentiment d'injustice dans les 2 camps
1 réponse à ce commentaire.
Cafu cremes Niveau : CFA2
Je vois bien le Milan sur une bonne dynamique l'emporter face à une Juve fatiguée après son footing en milieu de semaine.

Si la Vieille Dame propose le même match que face à l'Inter sur l'intensité ça ne passera pas face à une équipe jeune et qui a surement à coeur de se prouver qu'ils peuvent faire de belles choses.
la juve va l'emporter grace a un coup franc de dybala ou pjanic...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Tirage et grattage
876 11