Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Liverpool-Manchester United

Les clés de Liverpool-Manchester United

C’est le match de foot le plus suivi du monde, de Hong Kong à Boston. Un Liverpool-Manchester United aura toujours une place à part, c’est comme ça. Lundi soir, à Anfield, la troupe de José Mourinho jouera pourtant un peu plus gros que celle de Jürgen Klopp. Quelques questions autour d’un honneur à défendre.

Modififié
  • Pourquoi MU joue plus gros que Liverpool


    C’est une bascule et il suffit de jeter un œil au tableau pour s’en rendre compte. Oui, on n'est qu’à la huitième journée, mais le moment est déjà important pour le Manchester United de José Mourinho. Gagner à Anfield lundi soir n’est pas une obligation, mais perdre ferait l'effet d'une patate dans la mâchoire. En cas de victoire de Liverpool, MU se retrouverait déjà lâché par l’échappée menée par Manchester City et Arsenal (19 points contre 13 pour United). Cette saison, les Red Devils cherchent encore à envoyer un uppercut significatif là où Tottenham a battu City, Arsenal a giflé Chelsea et Guardiola s’est imposé à Old Trafford. Plus que ça, les hommes de Mourinho restent sur un nul difficile à avaler contre Stoke (1-1) et quelques partitions poussives à l’exception de l’excellente première mi-temps contre Leicester (4-1). Liverpool, de son côté, affiche un rythme de patron, reste sur cinq victoires consécutives toutes compétitions confondues et n’a perdu qu’une seule fois cette saison lors d’un déplacement à Burnley (0-2) qui n’est progressivement devenu qu’un accident. Tout le monde veut maintenant savoir si United peut tarter un Liverpool imprévisible, capable de battre n’importe qui, mais aussi de s’écraser lorsque le moindre boulon saute. C’est là qu’Anfield aura un rôle massif, auquel Mourinho s’est préparé : « J’ai toujours aimé jouer à Anfield. J’y ai gagné des gros matchs, mais j’en ai aussi perdu, donc je ne peux pas dire que je suis toujours performant là-bas. »

    Klopp, le cauchemar de Mourinho

  • Pourquoi Liverpool doit tuer la rencontre rapidement


    Sur le papier, deux styles et deux écoles : un Liverpool vif, rapide, tranchant contre un Manchester United costaud, pragmatique et un peu plus prévisible. Un poids moyen contre un poids lourd. L’instinct contre le cynisme. L’histoire de la Premier League a souvent prouvé qu’être champion nécessite avant tout de la solidité défensive et de la puissance. Manchester United est comme ça, Liverpool moins et le voir gratter le titre en fin de saison avec un tel back four serait une révolution. Les Reds ont dessiné leur style avec Klopp autour d’une énergie de tous les instants, agitée par Wijnaldum, Lallana, Mané, Firmino, Coutinho et Henderson. Sans ça, le jeu est mort. Face à United lundi soir, la question va être de voir comment Liverpool va traduire cet esprit et voir où on en sera après une grosse heure de jeu. L’an passé, Wayne Rooney avait planté Anfield comme ça en janvier (1-0) sur la seule frappe cadrée des Red Devils à dix minutes de la fin. En mars, Klopp avait compris le truc et claqué MU en Ligue Europa. L’art de convertir.

  • Pourquoi le duel Henderson-Pogba est le plus important


    La clé du débat est principalement là. On sait qu’un match de foot se gagne souvent au cœur de la « bataille du milieu » . United s’est rééquilibré comme ça, lorsque Mourinho a décidé de dégager Fellaini et d’associer Herrera et Pogba. Liverpool n’est, lui, rien sans son cœur dirigé par son capitaine : Jordan Henderson. Pogba-Henderson, Henderson-Pogba. Voilà où beaucoup va se jouer. C’est simple : depuis le début de la saison, le brassard des Reds est sur le biceps du mec qui a touché le plus de ballons du championnat (102 par match en moyenne), avec un boulot de faucheuse efficace. Chelsea est tombé en grande partie de cette façon. Avec cette base solide et tirée autour d’un pressing haut, Liverpool peut exploser et marquer beaucoup (dix-huit buts en sept matchs cette saison) tout en étant l’équipe qui tire le plus au but, celle qui cadre le plus ou encore celle qui cavale le plus. Henderson est probablement au sommet de ses vingt-six ans, et le brassard qu’on vient de lui enfiler en sélection le prouve. Pogba, lui, a un rôle finalement assez similaire, et les chiffres le racontent : à United, le Français est le joueur qui touche le plus le ballon et fait le plus de passes. Plus encore, il n’hésite pas à tenter même si jusqu’ici il n’a que très peu cadré. L’idée sera donc de faire taire l’autre, de toutes les manières possibles. La saison dernière, United avait bien réussi à le faire avec Marouane Fellaini.

  • Pourquoi aligner Martial serait se tirer une balle dans le pied


    L’histoire retiendra qu’Anthony Martial s’est fait un nom à Manchester United en marquant dès sa première sortie contre Liverpool. C’était en septembre 2015 (3-1), avec une action signature. Plus d’un an a glissé depuis le début de la hype Martial et la voilà déjà retombée après, notamment, un Euro pourri de l’ancien Monégasque. L’une des grandes questions du début de saison de MU est donc celle-ci : que faut-il faire de Martial, qui s’est également fait bouger par Didier Deschamps lors du dernier rassemblement des Bleus ? La saison dernière, il était l’un des seuls à sourire dans la tristesse Van Gaal. Aujourd’hui, il ne joue quasiment plus et son but contre Stoke avant la trêve n’a pas changé grand-chose. Le voir débuter contre Liverpool semble assez compliqué, d’autant que Mourinho ne peut pas prendre le risque d’aligner Rashford, Ibrahimović et Martial. Une défense n’a pas trop envie de se retrouver face à un tel trident offensif, ok. Mais jouer avec revient à devoir bosser deux fois plus défensivement. Bordel annoncé.

  • Pourquoi Klopp bricole encore derrière


    Oui, c’est le point noir de l’histoire. Comment Liverpool peut encore présenter une telle défense ? Klopp a bricolé, renversé le tout et commence seulement à tout ranger avec un Milner excellent en position d’arrière gauche, Clyne à droite, Matip et Lovren devant une guerre ouverte des gardiens entre Mignolet et Karius. Pas très sexy mais aussi pas hyper solide : cette saison, Liverpool n’a jamais réussi à poser une clean sheet. Résultat, dix buts encaissés en sept matchs, soit le plus mauvais total du top 8. La victoire à Arsenal (4-3) avait prévenu qu’il y aurait cette saison du spectacle. Mais un spectacle dangereux. Et les gardiens alors ? Loris Karius, acheté cet été à Mayence, devrait une nouvelle fois débuter contre Manchester United. Sans grande explication, mais en balançant souvent que ce n’est pas une sanction. « Je n’ai jamais été gardien, mais mon père l’a été. Je sais qu’il est difficile de commencer un match et de ne pas le faire pour le suivant » , détaillait récemment Klopp. Travaux perpétuels.



    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
    À lire ensuite
    La courbe d'Hendo