En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Lazio-Roma

Les clés de Lazio-Roma

Ce soir, dès 20h45, Rome s'offre une heure trente d'apnée footballistique. En plein bourre en championnat, Laziali et Giallorossi se retrouvent pour une double confrontation en Coppa qui sent déjà le soufre. Entre deux bastons sur le pré, l'Olimpico peut s'attendre aux habituelles frappes de poney de Nainggolan ou encore aux appels subtils d'Immobile. Frissons en perspective.

Modififié

Radja Nainggolan va-t-il encore envoyer la purée ?


On le savait déjà omniprésent sur le pré grâce à son volume de jeu et ses courses de chien fou aux quatre coins du terrain. On retrouve désormais son nom régulièrement sur le tableau d'affichage de l'Olimpico. Plutôt discret face au but lors de la première partie de saison, le Ninja vient d'enquiller pas moins de huit pions en championnat depuis la quinzième journée de Serie A. Et pas les plus moches. Une frappe soudaine et puissante aux vingt mètres lors du premier derby de la capitale de la saison en décembre dernier, un caramel à l'entrée de la surface face à l'AC Milan, un sublime tir brossé face au Toro à la mi-février et enfin deux missiles en pleine lucarne, qui ont crucifié l'Inter dimanche dernier. Si bien que la crête belge de la Louve est le milieu de terrain qui marque le plus en Serie A cette saison (neuf réalisations), juste derrière Marek Hamšík. La défense laziale est prévenue.

Les ailes laziali


Inférieure sur le papier, la Lazio n'en dispose pas moins d'un trio d'attaque sexy chocolat, en la présence d'Immobile et de ses deux feux follets sur les ailes, Felipe Anderson et Keita Baldé. Si la régularité de l'avant-centre italien est avérée cette saison, celle de l'ailier brésilien pose encore question. Fort d'une excellente première partie d'exercice 2016-2017 (sept passes décisives en Serie A à la mi-décembre), l'international auriverde est plus discret depuis le début de l'année. Sa prestation fantomatique lors du dernier derby de Rome avait également déçu les tifosi laziali. A contrario, le culot et les coups de reins de Keita Baldé avaient fait des dégâts dans l'arrière-garde de la Louve. Mais le jeu du Sénégalais doit encore gagner en constance et en régularité. Si la Lazio veut faire tomber la Louve, nul doute qu'elle aura besoin d'un match de patron de ses deux phénomènes sur l'aile.

Wallace va-t-il tenter un nouveau passement de jambes ?


Le facteur X qui avait lancé le premier derby de la saison. Un match au cours duquel Wallace s'était logiquement fait pourrir par les tifosi laziali : pris d'une folie douce, le défenseur brésilien avait tenté un passement de jambes complètement improbable dans sa propre surface, ce qui avait permis à Kevin Strootman de lui subtiliser le cuir pour ouvrir le score. Depuis, l'ancien Monégasque fait profil bas, profitant des indisponibilités successives des deux arrières centraux titulaires, Stefan de Vrij et Wesley Hoedt, pour gratter un temps de jeu pas négligeable dans l'axe central laziale. Ce mercredi, les Laziali seront privés de Stefan Radu, qui officie à gauche de la défense. Et Simone Inzaghi, pas rancunier, envisage sérieusement de titulariser Wallace pour blinder son arrière-garde : « Je pense que Wallace est le joueur le plus adaptable dans une défense à quatre. À Empoli, nous étions à quatre derrière et c'est le joueur que j'ai préféré. Et il peut évoluer à gauche si nécessaire. » Reste maintenant au Brésilien à laisser derrière lui ses envies soudaines de joga bonito.

Inzaghi versus Spalletti


À l'aller, la bataille tactique entre les deux hommes avait été indéniablement faussée par l'erreur défensive grotesque de Wallace. Avant le geste fou du Brésilien, l'élève Inzaghi, première année sur un banc de Serie A, s'en était plutôt bien sorti face au maître Spalletti. Si l'entraîneur laziale continue habituellement de s'appuyer sur un 4-3-3 classique, le Mister de la Roma a lui changé de système, abandonnant son 4-2-3-1 fétiche pour un 3-4-2-1 sans doute plus adapté à son effectif actuel. Depuis que Spalletti a recours à la défense à trois à la mi-janvier, la Louve croque tout ou presque en Serie A, affichant un bilan de sept victoires pour une défaite en championnat. De quoi potentiellement inciter Simone Inzaghi à muscler son milieu, pour rivaliser dans l'entrejeu face au rival romain, fort d'un trio Nainggolan-Strootman-De Rossi en mode rouleau compresseur ces dernières semaines. Le coach laziale pourrait ainsi tenter un coup tactique en optant pour une défense à trois, même s'il est resté volontairement flou sur la question ces derniers jours : «  On va y réfléchir, ça dépendra aussi des joueurs qui ont le mieux récupéré du match de dimanche. Je trancherai sans doute juste avant d'aller au stade. »

La Roma va-t-elle faire la passe de cinq ?


Depuis les années 50, le record tient toujours. Entre 1950 et 1953, la Lazio baffe six fois de suite la Roma, détenant ainsi encore aujourd’hui le nombre record de derbys de la capitale remportés consécutivement. Presque soixante-cinq ans plus tard, la Roma a l'occasion de s'approcher dangereusement de l'exploit laziale. Les Giallorossi restent sur quatre succès de rang face aux Biancocelesti. Pire, ces derniers n'ont pas remporté un seul derby de Rome depuis le 26 mai 2013, date de leur victoire face au rival honni en finale de coupe. Une longue disette à laquelle les hommes de Simone Inzaghi doivent mettre fin ce soir. Sous peine de voir la Louve se donner la possibilité d'égaler leur record historique de succès consécutifs dans le derby, dès le match retour de Coppa, début avril prochain.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88