Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. A
  3. // France-Suisse

Les clés de France-Suisse

Deux ans après la Coupe du monde au Brésil, Français et Suisses se retrouvent ce dimanche soir pour aller chercher la première place de ce groupe A. Après deux matchs poussifs, voilà la dernière chance pour les Bleus de se rassurer avant le début des choses sérieuses. En face, la Nati voudra sans doute se venger du cinglant 5-2 brésilien...

Modififié

Les choix tactiques de Didier Deschamps



Entre un 4-2-3-1 pas franchement convaincant face à l'Albanie et un 4-3-3 qui n'avait guère fait mieux face à la Roumanie, Didier Deschamps va devoir trancher. Si le sélectionneur avait cédé aux demandes de ceux qui voulaient voir Dimitri Payet évoluer en meneur de jeu avec des joueurs très rapides sur les côtés, il n'a pu que constater que ce schéma de jeu ne permettait pas à son équipe de jouer son jeu. Avec des latéraux bloqués et des ailiers dans un jour sans, ce 4-2-3-1 ne pouvait fonctionner. Face à la Suisse, il serait sans doute préférable que Didier Deschamps repasse dans son 4-3-3 classique, quitte à faire évoluer la composition en fin de match. Comme l'expliquait Stéphane Moulin à So Foot juste après la rencontre face à l'Albanie, « on a bien vu que ce n'était pas dans l'ADN de cette équipe de jouer dans ce 4-2-3-1. C'est un système qui demande beaucoup de combinaisons sur les côtés, du jeu, et c'est ce qu'on a du mal à faire. C'est aussi une mise en place qui empêche nos deux milieux axiaux de participer au jeu, parce qu'on a bien vu qu'ils étaient simplement là pour récupérer et faire jouer, alors qu'en deuxième mi-temps, Pogba et Matuidi se sont énormément projetés dans les seize mètres. »



Les titularisations de Pogba et Griezmann



Sur le banc au coup d'envoi du match contre l'Albanie, Atoine Griezmann et Paul Pogba ont payé des prestations décevantes lors du match d'ouverture face à la Roumanie. Pourtant, ce sont eux qui ont fait le nécessaire pour venir à bout de l'Albanie. Alors, malgré l'imbroglio médiatique autour du geste de Paul Pogba ou de la prétendue petite forme d'Antoine Griezmann, Didier Deschamps a tout intérêt à aligner les deux joueurs. Premièrement, pour leur donner du rythme avant le premier match à élimination directe. Ensuite pour solidifier une équipe et remettre chacun à sa place dans la hiérarchie. Enfin, pour faire péter du poing sur la table et montrer à tout le monde que, quoi qu'en disent les médias, Didier Deschamps est le seul maître à bord et entend bien ne plus céder à une quelconque pression extérieure. « On a besoin d'eux et ils l'ont prouvé dès qu'ils sont entrés. Il y a eu une telle campagne contre eux... Je pense que Deschamps sait très bien quelle est sa meilleure équipe, dans quelle organisation et il y est revenu en deuxième mi-temps » , expliquait Stéphane Moulin après le dernier match.



L'envie des coiffeurs



Si le sélectionneur devrait normalement conserver sa charnière centrale Rami-Koscielny, il devrait normalement donner sa chance à quelques « coiffeurs » . Christophe Jallet et/ou Lucas Digne pourraient démarrer sur les côtés, Matuidi pourrait laisser sa place à Yohan Cabaye, Olivier Giroud pourrait lui aussi laisser André-Pierre Gignac débuter et Dimitri Payet aurait également bien besoin de souffler après son excellent début de compétition. Pour les heureux élus, qui disputeront peut-être leur seule rencontre de la compétition, il s'agira d'entrer sur la pelouse avec une hargne et une envie non négligeable. Certes, la France est qualifiée pour les huitièmes de finale, mais la première place n'est pas encore acquise et elle est cruciale pour s'assurer ou presque un passage tranquille vers les quarts de finale. Puisque l'équipe ne s'est pas toujours montrée à son avantage pendant les deux premiers matchs, quelques-uns pourraient même briller un peu plus que les autres. De là à bouger la hiérarchie ? Pourquoi pas ?



Soigner le problème de relance



C'est peut-être le problème numéro un des Bleus depuis le début de cet Euro. Très approximative face à la Roumanie, la relance n'était pas franchement plus travaillée face à l'Albanie. La faute à des milieux de terrain un peu frileux et à des attaquants trop loin pour être alertés. La faute, surtout, à un attachement aux postes un peu trop rigoureux. Aucun Bleu n'a vraiment été capable de quitter son poste pour venir chercher le ballon et le remonter. Du coup, la France a souvent été contrainte à faire tourner dans sa moitié de terrain sans jamais trouver de solutions. Les rares fois où Martial et Coman ont porté le ballon, ils ont perdu leurs duels... Encore et toujours, ce soir, il va falloir soigner la relance, casser les lignes et se projeter plus rapidement vers l'avant. La rapidité est la clef face à des blocs bas.



Le réveil de Seferović



Si la Suisse s'est parfois montrée à l'aise dans le jeu collectif face à l'Albanie, puis face à la Roumanie, elle peut en vouloir à son attaquant. Seferović, joueur de l'Eintracht Francfort, n'est pas du tout entré dans son Euro. Face à la Roumanie, il a manqué deux face-à-face dès le début de match, avant de disparaître complètement et d'être remplacé par le jeune Embolo à l'heure de jeu. Une sanction qui devrait sans doute le réveiller. Se montrer actif sur le terrain et généreux en courses n'est pas suffisant pour un buteur. Seferović doit marquer. Quelle meilleure occasion pour le faire que ce match contre la France ? Sans parler de piège suisse, les Français doivent tout de même se méfier, comme l'a fait comprendre Granit Xhaka à « l'expert » Pierre Ménès sur Twitter...



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 4 heures Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi il y a 1 heure Nainggolan prend sa retraite internationale 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90
À lire ensuite
Dans les jupons de Sommer