1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. //

Les clés de Colombie-Uruguay

Leader incontesté, l’Uruguay se rend à Barranquilla pour affronter la Colombie. La nouvelle défense colombienne, la forme du duo d’attaque de la Celeste et des conditions de jeu difficiles, telles sont les clés de ce choc.

Modififié
940 11

Une défense colombienne enfin stable ?


Pendant longtemps, en Colombie, le nom d’Éder Balanta faisait rêver. Après la retraite de Yepes, les Cafeteros se cherchaient un défenseur central pour accompagner Jeison Murillo.


Sauf que l’ancien de River Plate, annoncé dans tous les grands clubs d’Europe à chaque mercato, est désormais au FC Bâle, dans un léger anonymat. La faute à deux saisons catastrophiques en Argentine et à des blessures récurrentes. Les dirigeants du club argentin, qui ont refusé de nombreuses propositions – pensant certainement vendre le jeune Colombien pour une fortune – ont accepté sans broncher les 3,5 millions d’euros du club suisse lâchés lors du mercato d’été. Alors qu’il ne s’est jamais imposé sous les ordres de José Pékerman (seulement six sélections), Balanta vient de voir une autre promesse du football local lui passer devant : Yerry Mina. Le défenseur central de Palmeiras a connu sa première sélection contre le Paraguay. Auteur d’une prestation convaincante, il devrait être aligné une nouvelle fois pour contrer le duo infernal uruguayen, Suárez et Cavani. À vingt-deux ans, Mina a déjà un avenir tout assuré. Le Barça a négocié avec Palmeiras une option d’achat prioritaire de neuf millions d’euros. Le président du club brésilien a même reconnu que Palmeiras n’était qu’un tremplin pour la carrière du prodige. En difficulté à l’Inter Milan, Jeison Murillo peut lui aussi craindre pour sa place. Depuis trois matchs, Oscar Murillo (aucun lien familial), défenseur de Pachuca, est aligné par le sélectionneur de la Colombie. Contre l’Uruguay, il devrait logiquement être titulaire. Pékerman aurait-il enfin trouvé la bonne formule ?


Barranquilla, terrain hostile


Jouer sous les trente degrés de Barranquilla et sur une pelouse souvent mauvaise n’est pas chose aisée. Lors de ces éliminatoires, seule l’Argentine est venue s’imposer à l’Estadio Metropolitano Roberto Meléndez. Pire, l’Uruguay n’y a jamais gagné. La dernière fois que la Celeste s’est rendue dans la capitale du département d'Atlántico, les hommes de Tábarez sont repartis avec un 4-0 dans les valises.

Youtube

Interrogé par El País Colombia, Álvaro Recoba est revenu sur les conditions de jeu à Barranquilla : « C’est toujours difficile de jouer là-bas. J’ai toujours considéré que c’est bien plus difficile de jouer à Barranquilla qu’à La Paz. En 2004, lors des qualifications pour le Mondial 2006, j’y ai joué quand on a perdu 5-0. J’ai souffert à cause de la chaleur et de l’humidité. » Et de conclure : « Si l’Uruguay repart avec un point, ce sera une superbe affaire. » À la maison, les Colombiens feront tout pour obtenir les trois points et voir la Russie de plus près.


Suárez et Cavani inarrêtables ?


« Nous savons quel genre d’attaquants nous allons affronter. Ils se battent sur chaque ballon, ils sont expérimentés, efficaces devant le but, et n’abandonnent jamais. On va devoir gagner nos duels. » Devant la presse, Oscar Murillo, défenseur central colombien, préparait déjà son match face au duo Suárez-Cavani. Une doublette d’attaquants qui, sur les cinq derniers matchs d’éliminatoires, a planté huit buts. Cavani a, lui, confirmé son excellent début de saison avec le PSG. Il est déjà le meilleur buteur de ces éliminatoires de la zone CONMEBOL. Contre le Paraguay et le Venezuela, le « Maestro » Tábarez a aligné un 4-1-2-1-2 avec un meneur de jeu derrière ses deux buteurs. Résultat, un 4-0 et un 3-0, et deux bonnes performances, de Gastón Ramírez d’abord, puis de Nicolás Lodeiro ensuite. Le sélectionneur uruguayen semble enfin avoir trouvé la formule pour les abreuver de ballons. Contre la Colombie, c’est Matías Vecino, milieu de la Fiorentina, qui devrait occuper ce poste, Lodeiro étant suspendu. À lui de bien servir les deux buteurs charruás.



Cuadrado doit faire oublier James


Le souvenir est toujours aussi intact chez les Colombiens. Juin 2014, James brise la lucarne de Muslera en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Mais pour affronter les Uruguayens, les Cafeteros ne pourront pas compter sur le numéro 10 du Real Madrid. Blessé au muscle soléaire, James Rodríguez est rentré à Madrid, histoire de ne pas aggraver le conflit entre la Fédération colombienne et son club. En son absence, Pékerman pourrait aligner Edwin Cardona, qui a donné la victoire contre le Paraguay dans le temps additionnel. Mais c’est surtout Cuadrado qui est attendu au tournant. L’ailier de la Juventus, plutôt convaincant contre le Paraguay, devra répéter cette performance face à une défense uruguayenne beaucoup plus solide que celle des Guaranis. Ancien international, Víctor Hugo Aristizábal s’est exprimé devant la presse lors d’un événement de Nike à Bogota : « L’absence de James peut aider Cuadrado. Quand James joue, toutes les transitions passent par lui. Sans lui, Cuadrado doit se montrer, augmenter son niveau de jeu, et prendre ses responsabilités. » À lui de montrer qu’il peut être le leader de cette sélection colombienne.



Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Scatos, Portos & Adilramis Niveau : DHR
les clés sont dans le titres : 2 O pour la colombie.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Ca va être un match très serré mais je sens un 2-1 pour la Colombie.

De toute façon au vu du classement, l'Uruguay ne serait pas en danger à court terme même après une défaite.
Méfiez vous de l'Uruguay. C'est aux Colombiens de sortir le gros match parce que pour le moment, c'est pas terrible.

Les uruguayens ne vont pas se poser de questions.
Match difficile pour la Colombie, le chantier en défense reste entier et l'équipe a souvent du mal sans James ... Sin embargo, vamos chicos !! Con todo !!
Comment ca se fait que les matchs sud-ams se finissent après les matchs européens? C'est court en récup un match le mardi soir avant le week-end ajouté au voyage et au décalage horaire.

Tu vas me dire, ca marche aussi dans l'autre sens avant les matchs internationaux
read my nullitay Niveau : DHR
La photo du chapeau ^^

Avec un grand meneur de jeu, l'uruguay serait tellement loin dans le game, avec sa défense de fer et ses duo d'attaquants.
Eder Balanta... quelle charnière avec Doria dans fm 2014 putain !
jayjay972 Niveau : DHR
C'est vrai que suarez cavani Godin c'est top. De toute façon les sud-américains ne produisent plus de grand relayeur depuis redondo. C'est bizarre pour ce continent qui jusqu'à 2000 formait de grands relayeurs.
L'Uruguay est clairement favorite, mais à domicile la Colombie c'est toujours un putain de traquenard ...

Dans tous les cas, j'espère que les 2 équipes seront en Russie, mais je ne m'inquiète pas trop la dessus.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par jayjay972
C'est vrai que suarez cavani Godin c'est top. De toute façon les sud-américains ne produisent plus de grand relayeur depuis redondo. C'est bizarre pour ce continent qui jusqu'à 2000 formait de grands relayeurs.


C'est pas complètement faux mais tu oublies quand même Vidal et Aranguiz, sachant que Banega, qui a un profil plus offensif, peut aussi jouer comme relayeur (même si je le préfère en 10)... et il y a aussi Fernandinho qui peut jouer milieu défensif comme relayeur.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Sinon l'Uruguay dispose quand même de deux créateurs de talent avec Gaston Ramirez et Lodeiro qui, pour des raisons diverses, ont connu quelques ratés en club. D'ailleurs, le premier nommé avait fait des débuts prometteurs à Bologne, je trouve qu'il n'a pas fait le bon choix en partant en Angleterre, ça correspond pas à son jeu...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
940 11