Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // FC Barcelone-PSG

Les clés de FC Barcelone-PSG

Beaucoup pensent que c'est plié, que Paris est qualifié, et que ça ne sert à rien de jouer ce match. D'autres ont passé les derniers jours à rabâcher qu'une remontée était possible, et que le PSG allait se faire dévorer au Camp Nou. Tour d'horizon des différentes composantes de l'équation, en attendant la réponse ce soir.

Modififié

Calmer les fantasmes


Le champ lexical de ce Barcelone-PSG tourne légèrement en rond. Remontada, exploit, revanche, et autres appellations qui fleurissent un peu partout dans les médias français et espagnols. L'idée de base est simple, il suffit de partir du postulat que « remonter quatre buts en Ligue des champions, il n'y a que Barcelone qui peut le faire » , puis de dérouler la pelote de laine en tentant d'expliquer par A+B que le PSG n'est pas à l'abri. Les déclarations des superstars du Barça, Neymar et Suárez en tête, qui ont passé les derniers jours à crier sur tous les toits qu'il y croyaient dur comme fer et qu'ils comptaient bien mettre une rouste à Paname ont continué à faire tourner la machine à chimères, et même Thomas Meunier a fini par critiquer L'Équipe pour sa une de mardi montrant Messi et ses potes, avec comme titre : « Gonflés à bloc. » Sans se poser de questions, directement dans la section des commentaires sur le post Intagram du quotidien, le Belge a commenté : « Un peu de chauvinisme ne ferait pas de mal... » Allez Thomas, va chercher la qualification et un 8 dans L'Équipe de jeudi matin, et tout sera vite oublié.



Marquer à l'extérieur


En planter quatre au Parc des Princes, c'est bien. Mais la vraie bonne nouvelle du match aller, c'est surtout que Paris n'a pas encaissé de but. En avril 2014, quelques milliers de supporters parisiens ont dû prendre des séances chez le marabout pour oublier le quart de finale perdu contre Chelsea, alors que le PSG avait gagné 3-1 à l'aller au Parc. Encore grisés par le but fantastique de Pastore dans les arrêts de jeu, les Parisiens s'étaient envolés à Londres l'esprit léger, peut-être un peu trop. Un 2-0 plus tard, et les hommes de Laurent Blanc rentraient à la maison la tête basse. La faute, en partie, à ce satané but à l'extérieur concédé à l'aller. Ce soir, Paris a évidemment toutes les raisons de ne pas s'inquiéter, mais marquer un petit but histoire de ne peut pas faire de mal. Histoire d'assurer définitivement la qualif, mais aussi pour faire flipper les futurs adversaires, et pour clouer le bec à ceux qui ne voyaient dans le 4-0 du 14 février dernier qu'un coup de chance dû au mauvais match des Catalans.


Ne pas se faire bouffer par la réorganisation du Barça


La composition de Barcelone ce soir sera différente de celle du match aller, ça semble certain à 99%. Depuis trois matchs, Luis Enrique fait démarrer sa team en 3-5-2 avec des résultats plutôt concluants dont un 6-1 envoyé à Gijón, et un 5-0 collé au Celta Vigo samedi dernier. Mais Paris s'en frotte les mains. Le vrai souci des Parisiens ces derniers temps – et les matchs de Ligue 1 contre Toulouse et Nancy l'ont montré –, c'est de trouver des solutions contre les équipes qui jouent en 8-1-1. Ce ne sont donc pas Piqué, Umtiti et Alba qui vont effrayer Cavani et consorts. En revanche, Emery va tout de même devoir faire gaffe au milieu de terrain à Busquets, qui revenait d'une blessure à l'aller, et à Rakitić qui reviendra probablement dans le onze de départ. Quant au trio offensif barcelonais, constitué d'un petit Argentin, d'un Uruguayen nerveux et d'un Brésilien tricoteur, rien à signaler. Après les avoir bien observés il y a trois semaines au Parc des Princes, on ne voit vraiment pas comment ils pourraient emmerder Kevin Trapp.



Donner la balle à Pastore et attendre


Unai Emery est réputé pour être un dingue de tactique, de stratégie, et de tout ce qui va avec. Les heures passées à s'enfiler des analyses vidéo, les plans de jeu dessinés, redessinés, les combinaisons sur coup de pied arrêté, l'Espagnol est un monomaniaque. On l'imagine se réveillant en pleine nuit, en sueur, après avoir rêvé d'une nouvelle façon d'utiliser son latéral droit, ou encore jeter sa feuille dans une poubelle qui déborde déjà de papiers chiffonnés après avoir crayonné un schéma tactique qui ne lui plaisait pas. Tout ça, alors que le pauvre homme pourrait se simplifier la vie en laissant Javier Pastore s'occuper de tout. L'Argentin est de retour, et s'est amusé contre Nancy à multiplier les gestes de cour de récré comme à ses grandes heures. Et si le match contre Barcelone était l'occasion de le faire démarrer et de lui donner carte blanche ?




Soigner la forme


La qualification est acquise à 99,9%, c'est un fait. Mais jouer petit bras, c'est moche. Ce soir, si le PSG est mené 2-0 à la mi-temps et donne des sueurs froides à ses supporters en ne se qualifiant qu'au bout du bout d'un effort long et laborieux, il aura perdu l'aura née du 4-0 à l'aller. Équipe surpuissante et destructrice, Paris deviendra un château de cartes susceptible de s'envoler à la moindre secousse, qui a connu un moment d'état de grâce le soir de la Saint-Valentin. Pas top, pour aborder les quarts de finale de la Ligue des champions, où une belle meute de loups attendra les Parisiens. Pour convaincre, Paris doit bien jouer au Camp Nou. Personne ne leur en voudra de ne pas flanquer un nouveau 4-0 au Barça, mais une performance médiocre serait mal vue, même avec une qualification au bout. Ni épiciers qui gèrent petitement leur avance, ni poltrons qui évitent le combat en attendant que les 90 minutes défilent, les Parisiens devront simplement être de bons footballeurs avec un peu d'orgueil.


  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Barça-PSG

    Par Alexandre Doskov
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    C1 - Huitièmes retour
    Barcelone - Paris SG




    Dans cet article


    Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 95
    Partenaires
    Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi