Les chômeurs de droite reviennent

On peut avoir conquis un titre de champion de France, avoir été considéré comme un outsider crédible au poste de latéral droit avec les Bleus et avoir pourtant passé l'été au chômage. Mais miracle : Laurent Bonnart et François Clerc pourraient reprendre du service en même temps.

Modififié
0 0
Même pour les leaders de la droite, les temps sont durs. En fin de contrat, respectivement avec Marseille et Lyon, Laurent Bonnart et François Clerc n'avaient pas réussi à trouver un accord salarial pour prolonger. Les deux latéraux étaient donc libres de tout contrat, aucune indemnité de transfert n'était nécessaire pour les recruter. Mais dans un mercato estival aussi excitant qu'une conférence de presse de Claude Puel, les propositions concrètes se font rares. Du coup, voilà que notre tandem est toujours en vacances après le 31 août. Et qui dit congés dit soleil, qui dit soleil dit Côte d'Azur. Pour rester en forme, François Clerc s'entraîne avec l'effectif de l'OGC Nice depuis une semaine. Eric Roy est finalement séduit par le défenseur de 27 ans qui devrait signer un contrat avec les Aiglons dans les prochaines heures. Après Loïc Rémy et Anthony Mounier, l'axe Lyon-Nice est donc réactivé. Laurent Bonnart ne va pas connaître de choc thermique : après le Vélodrome, le trentenaire devrait arpenter le couloir droit de Louis II. Il devrait signer ce mardi un contrat avec l'AS Monaco et s'installer sur le Rocher pour trois ans. Mais, sans manquer de respect au génialissime Moustache Lacombe ou aux fervents supporters du Ray, pas sûr que les deux compères s'attendaient à un tel dénouement.

Genou en compote et rillettes marseillaises

Car si Bacary Sagna, Rod Fanni ou Anthony Réveillère sont aujourd'hui les priorités de Laurent Blanc au poste de latéral droit, n'oublions pas que Bonnart mais surtout Clerc étaient de réelles alternatives en Equipe de France. L'ancien Lyonnais a tout de même 14 sélections à son compteur personnel, étrangement lancé par Raymond Domenech alors qu'il n'avait que quelques mois de L1 dans les pattes. Mais le natif de Bourg-en-Bresse était moins souverain à Lyon depuis deux ans et sa rupture des ligaments croisés du genou en août 2008. Anthony Réveillère avait clairement pris le dessus dans leur mano a mano et le jeune Lamine Gassama se faisait également pressant à droite. Clerc regrettera certainement longtemps sa vraie-fausse arrivée à l'OM où il avait signé un contrat en février 2006 avant de se rétracter. Une plaisanterie qui lui coûte 130.000 euros de dommages et intérêts. Non prolongé en juin dernier, le défenseur est annoncé un peu partout mais ne trouve pas chaussure à son pied. Clerc possède sa propre explication : des gens mal intentionnés font circuler une rumeur sur son genou droit qui serait complètement ruiné. Mais comme avec le cœur de Loïc Rémy, Nice n'aurait rien décelé de négatif...

Laurent Bonnart sortait, lui, de trois saisons pleines avec les Phocéens. Enrôlé en 2007 pour être la doublure de Taye Taiwo à gauche, l'ex-Manceau s'impose contre toute attente à droite, après le départ d'Habib Beye. Résultat, l'ancien mangeur de rillettes envoie le pâté pendant trois ans. Régulier sans être spectaculaire, Lolo Bonnart enchaîne les matches (138 au total sous la tunique olympienne). Pas suffisant pour que l'OM lui verse le salaire qu'il désire, après le titre national en mai. Tenté par une première expérience à l'étranger, Bonnart plaît davantage à quelques gros calibres de l'Hexagone, à l'image de Lyon ou Lille. C'est finalement avec le maillot rouge et blanc monégasque qu'il devrait débuter sa 7e saison en L1. Loin des folles soirées de Ligue des Champions qui vont rythmer les saisons marseillaise et lyonnaise...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0