1. // Amical
  2. // Chivas/FC Barcelone (4-1)

Les Chivas piquent le Barça

Toujours sans Messi, le Barça a mordu la poussière (4-1) pour la deuxième fois de la pré-saison, après sa défaite face à Manchester United. Devant au repos, le champion d'Europe a explosé en seconde période face aux produits d'une autre brillante cantera, celle des Chivas.

Modififié
0 6
Chivas-FC Barcelone: 4-1

Buts: Fabian (60e et 62e), Casillas (70e) et Verduzco (90e) pour Chivas. Villa (3e) pour le FC Barcelone.


Il semble parfois que l'écart hiérarchique entre deux équipes oblige l'inférieur à devoir ramer contre des courants contraires, à produire des efforts insensés pour égaler les résultats que le grand obtient à l'économie. Pour les Chivas Guadalajara, les occasions n'ont pas manqué, mais la balle s'est longtemps refusée aux filets, avant d'y rentrer comme dans du beurre. Dès la première minute, le supersonique, Omar Arellano grille la priorité à son compatriote Jonathan Dos Santos -à nouveau préposé au couloir droit- sème Fontas, puis trompe Pinto, mais Abidal rapplique de son couloir pour sauver les siens sur sa ligne. A la 12e minute, ce sera au tour de Marco Fabian de faire souffrir à nouveau son compatriote, Dos Santos, avant de buter sur Pinto. Une frappe canon de Mejia suivra, et un bon coup-franc de Fabian, mais sans plus de réussite.

Contrarié par la vivacité des Mexicains, le Barça n'a toutefois pas tarder à prendre leur mesure au tableau d'affichage, avec une ouverture du score de David Villa dès la troisième minute (0-1). Gâté par une offrande de Piqué envoyée du rond central, El Guaje régalait un contrôle d'école, et effaçait Luis Michel pour faire vibrer un Sun Life de Miami bourré jusqu'à la gueule et partagé équitablement entre fans du Barça et des Chivas. Bousculés sévèrement lors des 20 premières minutes, les Blaugranas se ressaisissent rapidement. Les lignes remontent, le ballon circule fluidement et les occasions finissent par pleuvoir lors des dix dernières minutes de la première période. Le trident Villa-Carmona-Cuenca gâche et les Chivas maintiennent l'espoir d'un exploit.

Il y a cinq ans, Pep Guardiola avait affronté les Chivas sur le terrain. Il terminait alors sa carrière chez les Dorados de Culiacan, modeste club du nord du Mexique. Le directeur sportif des Dorados se nommait José Luis Real, l'actuel entraîneur du Rebaño Sagrada (le troupeau sacré, ndlr), surnom de l'institution de Guadalajara. Avec onze titres nationaux, le club 100% mexicain est le plus titré de son pays. Des succès avant tout obtenus avec des joueurs issus de son prolifique centre de formation. Si le Barça peut s'enorgueillir des résultats de sa cantera, il affrontait ce mercredi soir une équipe entièrement formée au club mexicain, à l'exception d'Omar Arellano, qui a bien débuté avec le club de Guadalajara, mais avait terminé sa formation avec Pachuca.

Après le départ du Chicharito, le meilleur joueur issu de la cantera mexicaine se nomme Marco Fabian. Étonnamment ignoré des recruteurs européens, ce détonant milieu offensif de 22 ans va se présenter spectaculairement au Barça lors du second acte. Tout d'abord d'une frappe des 20 mètres placée sous la barre, l'une de ses spécialités, pour donner l'égalisation (1-1, 59e). Dans la foulée, il claque un ciseau démentiel, profitant d'une remontée de couloir express d'Omar Arellano (2-1, 63e). Malheureux lors des 45 premières minutes, les Chivas inversent la tendance après la mi-temps en transformant leurs deux premières occasions.

Et jamais deux sans trois ! Profitant du caractère amical de la rencontre, José Luis Real a lancé en seconde période les derniers arrivages de la cantera chiva : Giovanni Casillas et Carlos Fierro, sacrés champions du monde moins de 17 en juillet. Esseulé dans la surface, le premier triple la mise pour les Mexicains (3-1, 71e) face à un Barça désorganisé et apathique. Avec une équipe grandement remaniée par Pep au cours du second acte, le Barça manque logiquement de repères. Dès le retour des vestiaires, Guardiola a fait tourner : Iniesta pour Xavi, Pedro pour Villa, et Busquets pour Piqué. Sept autres changements suivront, seul Pinto bouclera les 90 minutes. L'orgueil catalan n'occupe toutefois de place sur le banc, et après le troisième but des Chivas, le Barça, vexé, retrouve son agressivité. Le jeune prodige Gerard Deulofeu fait notamment sentir la menace d'un retour blaugrana, mais sans succès. Sale soirée pour le Barça, qui s'en prenait un quatrième dans les arrêts de jeu (4-1, 90e). S'ils affrontaient des Blaugranas au simple stade de la préparation, les Chivas peuvent tout de même savourer. Leur refus de se résigner, malgré une première période loin de la réussite escomptée, a fini par être récompensé. Et de quelle manière.

Par Thomas Goubin

Onze de départ Barcelone : Pinto, Jonathan dos Santos, Fontás, Piqué, Abidal, Xavi, Keita, Thiago, Cuenca, Villa, Carmona.

Le ciseau de Marco Fabian :



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

le but est magnifique...
Le Barça qui se prend un but de Casillas, commun symbole.
J'attends l'équipe type... en tout cas le meilleur encore une fois c'était Thiago Alcántara, Fàbregas va avoir du boulot...
JPP et Amara Simba aprecieront...
la saison commence à peine et on a déjà le but de l'année...
wé il est beau le but ,bon a 10 jours du classico faudrait les faire revenir de vacances les messi et autre alves
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les pronos de Willaxxx
0 6