Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Clubs milanais

Les chinoiseries de Milan

C'était un bruit qui courait il y a encore quelques mois, c'est aujourd'hui une réalité : les deux clubs de Milan ont été achetés par des propriétaires chinois. Des transactions censées apporter de nouvelles finances aux équipes de Milan, avec comme but commun de retrouver leur prestige d'antan.

Modififié
Il a beau passer sur le billard pour avoir l'air de rajeunir, se lancer dans d'incessants numéros de bouffonnerie pour paraître éternel, annoncer en permanence son retour en politique, Silvio Berlusconi est un vieil homme de presque 80 ans. Arrivé à la présidence de l'AC Milan en 1986, Il Cavaliere avait fait de son club l'un des symboles de sa puissance. Au printemps dernier, à propos des rumeurs de rachat du Milan par des investisseurs chinois, il confirmait l'existence de négociations avec des financiers venus de l'Empire du milieu. Mais il élevait encore la voix en se présentant comme le gardien du temple : « J'ai voulu inclure dans l'accord avec les Chinois l'obligation de me laisser président pendant trois ans en cas de vente. C'était uniquement ma volonté, car eux veulent me chasser » , tonne-t-il, cité par Tuttosport.


« J'ai renoncé à toute prétention sur le prix, j'ai accepté ce qui m'a été proposé. » Silvio Berlusconi
Mais il y a dix jours, en sortant de l'hôpital milanais de San Raffaele où il se trouvait depuis début juin et où il venait de subir une opération du cœur, Berlusconi s'était résigné : « J'ai renoncé à toute prétention sur le prix, j'ai accepté ce qui m'a été proposé, qui ne tient même pas compte de la marque qui est importante. » Il annonce que les nouveaux investisseurs ont injecté au moins 400 millions d'euros dans le club – estimé à 700 millions –, en précisant vaguement qu'il s'agissait d'une « société chinoise à capitaux publics » . Le grand jeu pour découvrir l'identité du nouveau propriétaire de l'AC Milan peut démarrer dans la presse italienne.

Le toit du monde


On entend le nom de Jack Ma, fondateur du mammouth de l'électronique Alibaba. On parle de la présence dans la transaction du géant de l'immobilier Evergrande Real Estate, qui aime bien placer ses billes sur des clubs de football en Chine. Zong Qinghou, plus grosse fortune de Chine, est aussi évoqué, avant qu'il ne déclare lui-même : « Nous n'avons aucune intention d'entrer dans la sphère du football et nous n'avons eu aucun contact avec l'AC Milan. Et même si nous voulions acheter un club, nous n'envisagerions de le faire qu'avec une équipe chinoise. » Dans le fond, peu importe. Après quelques mois de négociations, le légendaire AC Milan était passé sous pavillon chinois, un mois après son rival, l'Inter. Car chez les Nerazzurri aussi, on a cédé aux sirènes du pays des dragons.


« Au cours des deux ans et demi qui viennent de s'écouler, nous avons construit une base solide. Maintenant, l'Inter peut retrouver sa place parmi les meilleurs clubs du monde. » Erick Thohir
Avec un peu plus de transparence, puisque c'est le groupe Suning, distributeur de produits électroniques au chiffre d'affaires annuel de 18 milliards d'euros, qui a raflé la mise sans se cacher. Une transaction de 270 millions d'euros, pour un rachat d'environ 70% des parts de l'Inter, faite dans l'enthousiasme. Zhang Jindong, patron de Suning, s'emballait : « Depuis que j'ai visité San Siro, je me suis considéré comme l'un des vôtres. Forza Inter ! (…) Nous voulons ramener le club sur le toit du monde. » L'ancien propriétaire du club, l'Indonésien Erick Thorir, voyait ses parts tomber à 30%, ravi de trouver une place dans cette nouvelle aventure : « Ce partenariat est une étape révolutionnaire pour l'avenir. Au cours des deux ans et demi qui viennent de s'écouler, nous avons construit une base solide. Maintenant, l'Inter peut retrouver sa place parmi les meilleurs clubs du monde. »

Pekin Express


La bande peut paraître un peu trop confiante, mais Suning n'est pas n'importe qui. En Chine, le groupe est propriétaire du Jiangsu Suning, le club qui a recruté Ramires et Alexis Teixeira à des prix démentiels.
« Si l'on considère opportun d’exploiter des possibilités commerciales, alors on le fait, mais ce n’est pas la priorité. » Marco Monti
À l'Euro, il participait à la plate-forme numérique PPTV, qui diffusait les matchs. Et son ambition affichée est de monter un empire sportif, mêlant clubs et diffusion de compétitions. Et l'Inter avait senti le filon avant le rachat, en lançant une politique d'intégration active en Chine depuis quelques années. Cela passe par exemple par l'Inter Academy, chargée d'aider au développement d'écoles de football en exportant le savoir-faire de l'Inter, et très présente en Chine. Le tout sans arrière-pensée commerciale, selon Marco Monti, chef de l'Academy, que l'on a du mal à croire : « Contrairement à d’autres clubs, notre but est bien d’exporter notre know-how et de l’implanter dans d’autres pays. Si ensuite on considère opportun d’exploiter des possibilités commerciales, alors on le fait, mais ce n’est pas la priorité. »



L'Inter affirme avoir un marché de 130 millions de supporters sur place. « Cette tournée est très importante pour le club. La décision d'y aller naît du désir de rencontrer nos fans » , confiait Erick Thorir l'été dernier, à propos de la virée en Chine, au cours de laquelle l'Inter a affronté en amical à Shenzen... l'AC Milan, lui aussi en tournée dans le coin, et venu se placer sur ce nouveau marché. D'ailleurs, il y a cinq ans déjà, en août 2011, l'AC Milan remportait le dernier titre d'un des clubs de la ville, en battant justement l'Inter lors de la Supercoupe d'Italie. Un match terminé sur le score de 2-1, et qui s'était déroulé à Pékin.

Vidéo


Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:45 Leeds enchaîne 17
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
vendredi 17 août Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 168