1. // Désignation
  2. // Coupe du Monde 2022

Les candidats au Mondial 2022

Même si la fin du monde est pour 2012, le comité exécutif de la FIFA désignera ce jeudi après-midi à 16h00 le pays organisateur pour la Coupe du Monde 2022. Présentation succincte des cinq prétendants sur la ligne de départ.

Modififié
0 5
Australie, du foot en Océanie

Oui : L'Australie est jusqu'à preuve du contraire un pays développé. Ce qui signifie bon réseau de transports, nombreux stades (neuf préexistent sur les douze proposés), etc. Les gars de l'Hémisphère Sud peuvent également mettre en lien à leur CV la bonne copie rendue à l'occasion des Jeux Olympiques d'été de Sydney en 2000. Enfin, offrir pour la première fois un Mondial à l'Océanie récompenserait le travail accompli par les Socceroos, mais aussi les All Whites néo-zélandais, pour la promotion du ballon rond dans un coin du globe plutôt obnubilé par l'ogive.

Mais : 7 millions de km carrés et autant de distances à parcourir pour faire la jonction entre toutes les villes hôtes. Pas pour rien que l'Australie se classe au sixième rang des plus grands États du monde. Tout ce Far-Ouest pour seulement 22 millions d'habitants, ça fait cher l'investissement par tête de consommateur... euh... de supporters doit se dire la FIFA. D'autant qu'avec huit (pour Perth) à dix heures (pour Sydney) de décalage horaire, la grande instance organisatrice du foot mondial s'attend à une forte baisse des droits TV. Et donc des pépettes. C'est peut-être pour compenser ce manque à gagner que l'Australie a distribué boutons de manchettes aux membres du Comité exécutif et colliers de perles à leurs épouses ?

Corée du Sud, retour vers le futur I

Oui : Comme pour le Japon, tout est prêt. Les Coréens ont ressorti le script de 2002 pour l'adapter à l'horizon 2022. Petit plus tout de même par rapport au voisin : la folie de l'Armée Rouge sud-coréenne dans et en dehors des stades. Plus de monde devant les écrans géants qu'à la maison face à la petite lucarne. Last but not least, l'organisation d'une nouvelle Coupe du Monde conforterait sa place de leader du football sur le continent asiatique.

Mais : Le Cher dirigeant Kim Jong-Il se dit prêt à faire la guerre. Quand ? Tout aussi bien demain que dans onze ans.

Etats-Unis, à l'américaine

Oui : Quand les États-Unis veulent quelque chose, ils la jouent à l'américaine. Avec Bill Clinton en président d'honneur de la candidature et la Chambre des Représentants en soutien, les USA ne sont pas là pour chier droit dans un escalier en colimaçon. Stades de foot taille XXL, quatorze sites possibles et presque cinq millions de billets vendables selon les projections contre deux millions huit cent mille par exemple pour le Qatar. C'est simple : le Mondial 1994 est celui qui a réuni le plus de spectateurs. Les États-Unis d'Amérique peuvent également se targuer d'être numéro 1 en termes de sponsoring sportif et de droits TV. La première puissance mondiale met plein de dollars dans la vue de la FIFA.

Mais : Bis repetita. Comme le Japon et la Corée, les USA ont déjà organisé la compétition. Et la FIFA se débarrasserait bien de son image de club select pour pays développé. Autre souci : les États-Unis ne sont pas un pays mais un continent comprenant cinquante États. Pour se rendre d'un site à l'autre, le moyen de transport lambda est l'avion. Lourd question logistique.

[page]
Japon, retour vers le futur II

Oui : Le Japon propose la même Coupe du Monde qu'en 2002 mais en mieux. douze des treize stades existent déjà, les infrastructures hôtelières sont au top, les transports au poil et le marché asiatique toujours prompt à se développer. Mais l'arme secrète des Nippons réside dans les nouvelles technologies. La délégation japonaise promet ni plus ni moins que la 3D sans lunettes avec un rendu visuel proche de l'holographie et un rendu sonore hyper réaliste. Ainsi quatre-cents grands stades, en Angleterre, France, États-Unis, Brésil seraient recouverts d'écrans géants trois dimensions et chaque spectateur pourrait assister à la rencontre, en direct, “comme s'il y était”. Pour cela, les Jap' comptent placer capteurs et micros sur les joueurs. Sinon, ils ont Patrick Mboma comme ambassadeur.

Mais : Qui n'a pas plus en mémoire le but de Papa Bouba Diop ? 2002, c'était hier. Et demain, la FIFA veut la Chine et ses milliards de clients pour le Mondial 2026.

Qatar et pétrodollars

Oui : Le Qatar parie sur le sport pour faire sa pub à l'international. L'organisation d'un Mondial est donc le fantasme ultime de l'émir. Pour l'avoir, il est prêt à mettre tout l'argent qu'il faudra. Comme proposer un chèque d'1 million d'euros à Zizou pour lui donner envie d'en devenir l'ambassadeur. Dans ses cartons, l'émirat prévoit également des stades ultra-futuristes à la pointe de la technologie. Et le Qatar se rêve même en premier Mondial au bilan carbone neutre. Dernier point : l'octroi de l'organisation à un pays du Moyen-Orient représenterait un message fort envoyé à une région plutôt associée aux mots “guerre” et “terrorisme”.

Mais : Le Qatar a les qualités de ses défauts ou l'inverse. La concentration de toutes les infrastructures dans un rayon de soixante kilomètres est certes un avantage, mais également un inconvénient si l'on réfléchit en termes de capacité d'accueil de millions de supporters. Malgré tout l'or du monde et une superficie égale à la Corse, il est impossible d'“air-conditionner” intégralement un pays. Juin et juillet sont les deux mois les plus chauds de l'année. De quoi soulever de sérieuses questions de santé.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

questions de santé ahaha...ma grand mere n'a pas prévu d'aller au mondial, le reste des gens devrait supporter 40 degres et 25 dans les stades! mais aller le japon et ses hologrammes!
Au Quatar il y a tout ce qui faut pour vivre l'été sans foutre un pied dehors, sans pour autant rester cloisonné dans son T2.

Le vrai problème du Quatar ça va être quand les locaux vont voir débarquer des occidentaux footeux, des vrais, c'est à dire qui gagne au maximum 60k€/an, qui en a rien a foutre du thé à le menthe et dont la copine est peu farouche. Déjà ce sera un Mondial pour (très) riche et ensuite ce sera un Mondial assez spécial sans doute.

Quid de la situation de la région d'ici 2022 aussi.
"les USA ne sont pas là pour chier droit dans un escalier en colimaçon"

:D Que dire de plus?
Qatar, région associée à la guerre & au terrorisme ?! (t'as craqué mon pote)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5