1. //
  2. // Burton Albion

Les Brasseurs en pleine bourre

Dans le football anglais, le titre de la meilleure progression pour une équipe professionnelle pourrait être attribué à la méconnue formation de Burton Albion : promue en League One pour la première fois de son histoire au printemps, elle occupe actuellement la tête du classement et vise une deuxième accession de suite, vers le Championship cette fois. Preuve en est que dans une contrée où le ballon rond brasse des millions, il reste encore un peu de place pour les petits.

275 10
Toute l’Angleterre du football est obsédée par l’argent qui coule à flots grâce aux droits TV et aux investisseurs. Toute ? Non ! Car un petit club emmené par d’irréductibles joueurs résiste encore et toujours à l’implacable logique financière. Son nom ? Burton Albion, du « village » de Burton-upon-Trent, coincé entre les camps de « Petibonum » Derby au nord, « Babaorum » Birmingham au sud, « Aquarium » Stoke à l’ouest et « Laudanum » Leicester au sud-est. Il y a moins de 15 ans, ce club évoluait en Northern Premier League, un championnat régional qui équivaut à notre Division d’Honneur. Depuis, il n’a fait que monter : en Football Conference en 2002, en League Two en 2009, en League One en 2015… et en Championship en 2016 ? Il en prend en tout cas le chemin : après 22 journées disputées sur un total de 46 dans cette troisième division anglaise, Burton Albion occupe actuellement seul la tête du classement avec 45 points, 3 de plus que Walsall (qui compte un match en moins) et 4 sur Gillingham. Sachant que les promotions en Championship fonctionnent de la même manière qu’en Premier League : deux montées directes pour les deux premiers de la saison régulière et un dernier ticket se jouant en play-offs entre les équipes terminant la saison régulière entre la troisième et la sixième place.

En 2006, 11 000 fans envahissent Old Trafford


Si l’équipe de Burton Albion parvient à garder le rythme qui est le sien depuis le début de saison, elle pourrait donc débouler dans l’antichambre de l’élite cet été et apporter un sacré vent de fraîcheur. Car là, pour le coup, il n’est pas question d’un club déchu à la glorieuse histoire, type Sheffield, Leeds ou Portsmouth, mais bien d’un anonyme qui avait jusqu’au siècle dernier toujours évolué à un niveau local. Un discret, né en 1950, remarqué seulement pour son blason désuet, représentant la silhouette d’un joueur du dimanche à l’allure bedonnante plus proche du bonhomme Michelin que des canons du footballeur moderne. C’est que Burton est une place forte de la bière outre-Manche, avec de nombreuses usines en la matière qui ont donné son surnom à l’équipe locale, « The Brewers » , les brasseurs. Mais c’est un autre site industriel du coin qui a donné son nom au nouveau modeste stade qui a vu le jour il y a dix ans : le Pirelli Stadium et ses 6 900 places, le deuxième plus petit de League One et l’un des moins remplis : 3 590 spectateurs de moyenne à domicile depuis le début de saison. C’est décevant, mais pas irrémédiable. Pour preuve, en 2006 ils avaient été 11 000 fans de Burton à se déplacer à Old Trafford pour assister au replay du match de FA Cup entre les Brewers et les Red Devils, après un premier match terminé sur le score de 0-0. L’exploit avait été éphémère (5-0 pour MU lors du deuxième match), mais Burton Albion avait marqué une première fois les esprits à l’échelle nationale lors de cette épopée en coupe.

Aux manettes, le fils du mythique Brian Clough


À cette époque, en 2006, Nigel Clough était l’entraîneur-joueur de l’équipe depuis un paquet d’années déjà. Arrivé sur place en 1998, il était devenu l’homme à tout faire du sportif, sur le terrain comme en bord de touche, restant en poste jusqu’en 2008, dépannant encore sur la pelouse à plus de 40 ans. Puis le fils du légendaire Brian Clough avait marché sur ses pas en s’en allant tenter l’aventure Derby County en Championship. Échouant à lui faire retrouver la Premier League, il finira par rebondir à Sheffield United lors des deux dernières saisons, le temps de hisser le club de League One en demi-finale de FA Cup et de League Cup en 2014, mais aussi d’échouer en play-offs de promotion au printemps dernier. Et c’est ce même Nigel Clough qui est finalement revenu aux commandes – comme entraîneur seulement cette fois – sitôt le départ de Jimmy Floyd Hasselbaink acté. Hasselbaink, auteur de la montée historique en League One la saison dernière et du formidable début de saison actuel, a en effet été débauché début décembre par QPR. Le président de Burton Albion, Ben Robinson, a donc fait le choix de la stabilité en faisant revenir Nigel Clough sur le banc pour continuer l’œuvre accomplie par Hasselbaink et par son prédécesseur Gary Rowett (en poste entre mars 2012 et octobre 2014).

D’abord une très grosse défense


La réussite actuelle des Brewers, c’est d’abord un gros travail défensif. Malgré l’étonnant 3-3 concédé samedi à domicile contre Doncaster, Burton reste la meilleure défense de la League One. Sa colonne vertébrale actuelle est celle qui a réussi la promotion la saison dernière avec Jon McLaughlin dans les buts, John Mousinho en défense, Robbie Weir au milieu et Stuart Beavon en attaque, auxquels il faut rajouter Phil Edwards, Damien McCrory ou la recrue Mark Duffy (prêté par Birmingham City) et la curiosité allemande, le joker d’attaque Timmy Thiele, ancien de la réserve du Borussia Dortmund. C’est un bloc-équipe solide qui enchaîne les bons résultats avec application, Nigel Clough espérant y ajouter un peu plus d’allant offensif sans bousculer l’équilibre d’ensemble. Il lui reste une bonne moitié de saison encore à tenir pour s’offrir le droit au grand banquet du Championship.


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Psychoberger Niveau : Loisir
On s' en tape quand même un peu
panic-ambiance Niveau : District
Au contraire, c'est bien plus intéressant qu'un énième article sur le PSG ou Barcelone
Psychoberger Niveau : Loisir
C'est pas faux..après j'ai moins de sensibilité pour le championnat anglais....
Et sinon rien ne vaut un article sur un tweet d'un joueur de foot, ça c est le journalisme qu'on aime
A souligner l'excellent boulot effectué par Gary Rowett avant Hasselbaink qui a poursuivi le travail pour assurer la montée l'an dernier.
Rowett continue d'ailleurs sa trajectoire de manager prometteur à Birmingham depuis un an.
Ça méritait d'être rappelé.
Du coup je suis allé regarder le blason du club et c est exactement ca ! Pierre Menes en train de faire un jongle mdr
Ben vu que j aime la bière, je supporte ce club. Voilà.

ET PUIS ILS JOUENT EN JAAAUNNNE - cf interview du mec de sensibe soccer-

Sinon dommage que Leyton Orient est en train de couler en League 2, je kiffe aussi leur blason, pas pour les memes raisons.
Et non ce genre d article est très intéressant, bon y a bcp de sites sur les div inférieur anglaise, vous faites aussi un bon boulot sur l Italie, si vous pouvez faire prafois la meme sur les div inf. allemande (bien moins connues) ca serait cool- bisous
Au contraire, c'est cool de pouvoir lire autre chose que des articles rébarbatifs sur le Real, le PSG et le Bayern.
saddam_usain_bolt Niveau : DHR
Message posté par Psychoberger
On s' en tape quand même un peu


C'est pour ce genre de messages que je regrette de ne plus mettre de -1 sur So Foot, si tu t'en fous, t'as qu'à pas lire et commenter !
Psychoberger Niveau : Loisir
Message posté par saddam_usain_bolt
C'est pour ce genre de messages que je regrette de ne plus mettre de -1 sur So Foot, si tu t'en fous, t'as qu'à pas lire et commenter !


A oui j'oubliais le fameux-1...heureusement que ça a été supprimé sinon j aurais été dévasté...
Allez file rangez ta chambre sinon je te met -2 et ça, ça fait mal
psychoberger, tu fais chier, sérieux tu pourrais t'abstenir de casser les couilles aux gens que ça intéresse et mettre ton temps a profit pour faire des commentaires intelligents et/ou te toucher la nouille.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
275 10