Les boulets d'Arsenal

Arsenal s'est une nouvelle fois planté. Et contre Birmingham, en finale de Carling Cup, il n'était pas cette fois-ci l'outsider mais le favori. Six ans que ça dure tout de même et cette défaite pourrait faire tâche d'huile. Place aux excuses.

Modififié
0 16
1. L'absence de Walcott

Pour la Carling, Arsène Wenger avait cette saison décidé d'aligner la majorité de ses cadres plutôt que de puiser dans sa pépinière. Mais pour la finale, il a dû se passer d'un de ses trois meilleurs joueurs du début 2011 : Theo Walcott (Van Persie et Wilshere pour le reste du casting). Ce même Walcott qui s'était montré enfin efficace contre un poids lourd de la Premier League (contre Chelsea le 27 décembre dernier, un but et une passe caviar), ce même Walcott qui n'avait plus quitté son poste de titulaire à droite depuis une victoire 3-0 à... Birmingham. Bref, il manquait à Arsenal une corde à son arc : l'accélérateur du flanc droit de ces deux derniers mois. Et accélérer face à une équipe comme Birmingham, c'est indispensable.

2. La baraka de Ben Foster

Le match avait pourtant bien commencé. Szczesny découpe Zigic dès la deuxième minute dans sa propre surface mais l'arbitre préfère siffler un hors-jeu très douteux et évite ainsi à Arsenal la douleur d'un pénalty précoce et d'une exclusion de son gardien polonais. Si Arsenal n'est pas parvenu à battre Birmingham, ce n'était certainement pas à cause de l'arbitre mais bien de Ben Foster, le gardien des Blues. L'ancien de Man United, comme contre Chelsea en championnat, a tout sorti, ayant juste la classe de s'incliner sur l'égalisation cisaillée de Van Persie et de compter sur sa transversale sur une frappe de Wilshere. Neuf arrêts dans le même match dont deux décisifs face à Bendtner à la 76è et Nasri à la 80è. Du très bon boulot au très bon moment au très bon endroit.

3. Les titres ? Connaît pas ou peu !

Des onze titulaires à Wembley dimanche après-midi, seuls deux avaient connu les joies d'un titre sous les couleurs d'Arsenal : Van Persie (Cup 2005, mais plutôt remplaçant à l'époque) et Clichy (une Premier League en 2004, mais dans l'ombre d'Ashley Cole). Surtout, c'était il y a plus de six ans, lorsqu'Arsenal comptait dans ses rangs des routiers de la victoire comme Vieira, Bergkamp ou Henry pour encadrer les jeunes premiers. Pour les neuf autres joueurs titulaires de dimanche, nada. Ah si, Sagna et Arshavine sont arrivés sur les bords de la Tamise avec, respectivement, une Coupe de France (2005, avec Auxerre) et une C3 (2008, avec le Zénith) dans les poches. Passons sur Rosicky avec ses titres tchèques (Sparta Prague 1999, 2000, 2001) et allemand (Borussia Dortmund, 2002), le Tchèque n'ayant honnêtement que peu d'influence dans le groupe Gunner.

Pour affronter Birmingham, Arsenal avait donc très peu d'habitués heureux des matches couperets. Et quand, contre un outsider seizième de Premier League, vous sentez que la finale est en train de vous échapper, aucun n'a l'expérience pour mener à bien une réaction ou rester lucide jusqu'au bout (Koscielny et Szczesny, au hasard). Comme contre Tottenham en début de saison (défaite 2-3 contre les Spurs) ou contre Newcastle (4-4). Cette saison, Arsenal peut dérailler au moindre grain de sable. Dimanche, il s'agissait même d'une dune, Nikola Zigic, qui malgré des cubes au pied et la vitesse de Frédéric Weis, s'est amusé face à Djourou et Koscielny, incapables de trouver la solution pour le défi proposé. C'est étonnamment contre Barcelone que les Gunners ont réussi à retourner relativement bien une situation mal engagée. Mais ils n'étaient pas favoris. Rien à perdre, tout à gagner.

4. Une équipe toujours pas équilibrée

Depuis la prise en main des Gunners par Wenger, Arsenal avait effectué sa mue, passant d'une des équipes les plus affreuses sur un terrain à une des plus joueuses. Si l'équilibre quasi-parfait fut atteint lors de la saison des “Invincibles”, Arsenal a toujours été bancal dans son rapport attaque/défense. Il y a “longtemps”, Ian Wright était la seule lueur offensive d'une équipe bétonnée comme jamais avec Seaman dans les cages, Keown (Bould) / Adams dans l'axe et les poètes Winterburn et Dixon sur les côtés alors qu'aujourd'hui la force de frappe offensive des Gunners (RVP, Nasri, Arshavine, Walcott et même Chamakh) est d'un bien meilleur niveau que le secteur défensif (Squilacci, Koscielny, Clichy et Sagna, y a-t-il un gardien titulaire au fait ?). Au milieu de terrain, Wenger a toujours su se renouveler, notamment après le départ de Vieira mais il est toujours à la recherche d'un équilibre global. On pensait que cette année serait la bonne. Ce sera l'année prochaine alors ou la suivante. Ou celle d'après...

5. Un héritage de plus en plus lourd à porter

« Pas un grand club » , « des enfants » , « trop de jeunesse » , « de la naïveté » , « problème Emirates » . Les enfants sont devenus un peu plus grands mais pas encore suffisamment pour s'ôter des épaules cette pression médiatique autour de leurs six années de disette. A l'approche d'une finale qui semblait vraiment dans leurs cordes, les Gunners espéraient enfin voir le bout du tunnel des années sans rien, sans goût sportif. Le squattage régulier dans le Big Four et une politique de transferts plus prudente que les concurrents directs suffisent à la satisfaction du board. Mais les joueurs, sur le terrain, voient une nouvelle fois un titre s'échapper. Et une étiquette de revenir inlassablement : celle du loser. Wenger ne pourra pas retenir ce groupe, sans doute frustré, éternellement. Voudra-t-il alors s'octroyer six nouvelles années de laboratoire ?

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est drôle comme dans tous les médias français dès qu'une équipe va mal ou est particulièrement en difficulté ça critique à tout va, ça s'acharne même au point de devenir limite personnel ... mais alors quand c'est Arsenal, alors là y'a des bonnes explications, des excuses, oui et puis y'avait des blessés, et le gardien adverse était déchainé nia nia nia ...

La réalité c'est une équipe qui n'a plus 2-3 joueurs de classe internationale (ok il y a Van Persie quand il n'est pas blessé, et il y a Fabregas mais cette année il est plus proche de Toulalan que de Xavi) dans un contexte ou tout le monde est en crise (aucune concurrence c'est de tout de suite plus facile pour être champion), que Wenger s'entête dans sa politique grotesque et ne fait qu'accumuler les bévues tout en balançant l'argent par les fenêtres pour des gamins issus des 4 coins du Monde (mais c'est pas grave ils ont construits l'Emirates pour éponger). Résultat ils finissent toujours derrière, ils sont incapable de rivaliser au plus haut niveau (merci les tirages avantageux pour aller loin en LDC, cette année en plus de finir 2e dans le groupe le plus faible ils vont tomber en 1/8e, pas de bol pour une fois) et en plus incapable de gagner une compétition dans laquelle le plus redoutable adversaire est le 16e du championnat (Birmingham).

Heureusement qu'avec le prix des places ahurissant de l'Emirates il n'y a plus de supporters au stade, parce que ça fait bien longtemps qu'ils demanderait la démission de Wenger ...
C'est un peu un discours à la mode ça, dès qu'on parle d'Arsenal positivement, ça dérive en "De toute façon en France on vénere Arsenal et Wenger", et blablabla... Arsenal se fait pas mal allumer comme les autres clubs (si il y a quelque chose à dire on le dit point, rien n'excuse leur défaite). SoFoot balance des articles sur Villareal, Udinese en disant que ça joue bien, point. Là on dit rien. Mais quand c'est Arsenal, on crie au complot français sur une pseudo admiration d'Arsenal. Bref cette finale s'est pas jouée à grand chose (but en carton à la derniere seconde, d'ailleurs Martins donne l'impression d'avoir marqué le but du siècle), Wenger a fait des chgts bizarres, ils ont perdu point. Joueur de classes ou pas ça c'est un avis que chacun se fait, le seul constat c'est qu'ils sont encore crédibles dans la course au titre, et sont mieux que Chelsea et ses "stars de classe mondiale". Alors oui, il manque un pti quelque chose...
Par contre je regarde tous leurs matchs et je te trouve vachement exagératif sur Fabregas... ou alors Toulalan a vachement elevé son niveau de jeu depuis quelques mois ! ;-)
Oui, moi aussi je me demande vraiment pourquoi les gens préfèrent des équipes qui jouent bien, techniques, qui réalisent de beaux enchaînements, qui osent attaquer quitte à se prendre des contres, plutôt que des tas de bourrins tous derrière qui balancent des vieilles balles en cloche dans la surface en espérant un but de raccro. C'est vraiment incompréhensible.
Franchement pas si étonné que ca de la défaite des gunneuses : http://www.youtube.com/watch?v=3FJATJy0bIQ ...
lol Arsenal ou l'equipe qui ne gagne jamais rien... Il font comme s'ils etaient forts, puis au moment crucial, ils ratent, et leur équipe reste redevient une équipe de jeunes en devenir depuis 5 ans... Hahaha
On parle bien de la coupe de la ligue là? on s'en tape qu'il l'est gagné ou pas, limite il l'aurait gagné on aurait entendu les mêmes arguments opposés aux marseillais l'année dernière: "ils s'enflamment à défiler pour cette coupe de m...."

le vrai débat c'est Arsène sait-il gagné une finale?
3. Les titres ? Connaît pas ou peu !

voilà, ce point résume parfaitement les problèmes d'arsenal depuis des années. Le reste c'est un peu du blabla mais le point 3 c'est LE PROBLEME.
Sofoot avait publié il y a quelques temps un article sur la méthode wenger périmée?
Les auteurs n'avaient pas voulu donner les bonnes réponses (ni forcement poser les bonnes questions) mais il se rattrape là.
Oui la méthode Wenger est dépassée puisque sa méthode consiste à faire une équipe sans avoir de cadres. le jour où Wenger se décidera à recruter un grand joueur qui a déjà gagné des grands titres (pas chamakh, un vrai grand joueur qui a gagné des vrais grands titres), alors Arsenal franchira enfin un pallier et deviendra une équipe capable de gagner, et même beaucoup car la base de l'équipe est quand même loin d'être dégueue.
C'est incroyable le flot de posts négatifs que j'ai pu lire depuis leur défaite en League Cup! Une telle jalousie et/ou haine envers cette équipe est assez incroyable! J'en ai pas lu autant sur Chelski qui, malgré ses stars, sont 4ième à 15pts de ManU et 11 d'Arsenal!
Comme le dit avonbarksdale, s'ils avaient gagné, on aurait entendu "ouais c'est la coupe de merde en plus contre B'ham, c'est normal! Ce qui est vrai, c'est qu'ils leur manque des leaders, Cesc ne peut pas tout faire.

@Frank787 : pour dire que l'Emirates est vide, soit tu n'y vas jamais, soit tu ne regardes pas leurs matchs. J'étais à Arsenal-Everton, c'était plein à craquer! Les mecs, ils sont sur liste d'attente pour avoir un abonnement.
Certes les places sont relativements cheres, mais 47£ pour voir Arsenal-Everton, ça vaut largement un vieux B'ham-West Brom (16ième contre 17ième) que j'ai vu il y a quelques années pour 37£.
Mais quelle méthode Wenger a proprement parlé? Wenger c'est ni plus ni moins qu'un chinois qui pratique le copier-coller catalan à londres
Le copier coller catalan? tu rigoles ou quoi, ça fait des lustres que Wenger pratique cette méthode.. qui n'a pas porter ses fruits... encore un pro -Barça, y'en a assez que dès qu'une équipe qui joue bien , on parle d'un barça de je ne sais ou, alors que le jeu d'Arsenal est différent de celui du Barça, preuve au 2-1 récemment.
Fais gaffe Fredo54, il va te dire que c'était un piège et que t'es tombé dans le panneau, c'est un malin Avonbarksdale...
@ mute9 : tu as mal lu, je n'ai jamais dit que l'Emirates est vide, simplement qu'il n'y a plus de supporters qui y vont, l'abonnement est inaccessible pour les classes "moyennes", mais ça n'empêche pas le stade d'être plein, bien au contraire.
Demande à Arsène de quel style il s'inspire et après on discutera

il n'y a pas d'effet pro-barca, et si tu veux également parler de "lustres" je te renverrai sur l'école hollandaise

non cineman il n'y a pas de piège proprement écrit, il n'est pas tombé dans le panneau comme toi en me disant mais Arsène est français et pas chinois
son équipe repose sur un pur produit catalan et il vient de recruter son remplaçant à la même école...

Mais au pire on s'en fou, le souci d'Arsène c'est qu'il s'est planté sur son étude de marché, il a mal ciblé son pays d'accueil, sa "méthode" fonctionnerait partout sauf en Angleterre pays du fighting spirit cf lille et dortmund
j'entends planter en terme de trophées
-
Analyses et articles football => rendez-vous sur http://lecturedujeu.wordpress.com
-
Dernier sujet : --- Ronaldo, un portrait du XXIème siècle. ---
-
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Top 10 : Scores Fleuves
0 16