Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coupes d'Europe
  2. // Bilan

Les bonnes questions de la semaine européenne

Des insultes bas de gamme, du cinéma, des promesses en l'air et des températures négatives. Décidément, les coupes d'Europe ne nous décevront jamais, n'en déplaise aux euro-sceptiques.

Modififié

Avec quel tifo les ultras parisiens auraient-ils pu créer un vrai scandale ?


Avant le match contre Madrid, les ultras parisiens sont allés un peu loin pour chauffer leurs joueurs et pour mettre la pression sur ceux du Real. Et le risque, quand on va « un peu » loin, c'est d'aller un peu « trop » loin. En voyant quelques fans du PSG déployer une banderole « Puta Madrid » dans la rue et d'autres faire exploser des pétards sous les fenêtres de l'hôtel où dormaient les Madrilènes – toujours une bonne idée dans une ville encore traumatisée par les attentats –, beaucoup ont considéré que les supporters en question avaient un brin dépassé les bornes. Et pourtant, les gougnafiers auraient pu faire bien pire ! Rester focalisé sur la banderole « Puta Madrid » , c'est oublier un peu vite que quelques jours plus tôt, le virage Auteuil avait déployé un gigantesque tifo de Sangoku en Super Saiyan. En restant dans le thème manga, ils auraient donc très bien pu enchaîner par un tifo du Death Note avec écrit « Cristiano Ronaldo » au milieu d'une page. Le tout sur trente mètres de haut, voilà qui aurait eu de la gueule.


La Juve a-t-elle enterré une deuxième fois René Allio ?


1965 : Felice Gimondi qui souffle sur le Tour de France dès sa première participation, le FC Nantes qui enfile sa première couronne, le début de la politique de la chaise vide et, donc, René Allio qui balance son premier long métrage, La Vieille Dame indigne. Cinquante-trois ans plus tard, l’Europe a de nouveau tremblé, et une vieille peau s’est une nouvelle fois retrouvée dans l’histoire. Celle-ci est connue, reconnue et aime se qualifier de vicieuse. Finaliste de deux des trois dernières éditions de la Ligue des champions, on a bien failli la perdre. Ce serait mal la connaître : bousculée chez elle à l’aller (2-2) par une bande de gamins, la Juventus est venu régler les aiguilles à Londres, mercredi (2-1). À sa manière, forcément. « Oui, on est capables de tout, de faire soixante minutes affreuses et de tout renverser ensuite, a expliqué après la bataille Andrea Barzagli, capable de marcher sur un type et de sauver la baraque sur le fil plus d’une heure plus tard. Quand il faut souffrir, nous, on est là ! Nous sommes la Juve, nous ne lâchons jamais rien. » Indigne, pas à son image, c’est ce qu’on a pensé à plusieurs reprises de la Vieille Dame lors des deux manches du huitième de finale de C1 qui l’a opposé à un Tottenham courageux et à la hauteur de l’événement : puis, la belle a balancé sa canne un peu plus de vingt minutes sur 180. Suffisant pour passer, à la force des couilles, des crocs et avec un cynisme magnifique. Désolé René, c’est surtout une histoire de dignité et de statut à assumer.



Est-ce facile d’oublier de jouer ?


Le tableau, d’abord : pour la deuxième fois de son histoire, Manchester City est donc quart-de-finaliste de la Ligue des champions. La tâche, ensuite : mercredi soir, la troupe de Pep Guardiola a été battue pour la première fois à l’Etihad Stadium depuis décembre 2016. Face à qui ? Au FC Bâle (1-2), le même FC Bâle sur lequel elle avait, bien heureusement, roulé à l’aller (4-0). Que retenir dans ce bordel ? « Que nous avons oublié d’attaquer, de jouer, en seconde période, répond Guardiola. Nous avons passé la balle pour se la passer. Tout était lent, sans rythme. » Bon, d’accord, et cela a surpris, forcément. Oublier de jouer est possible donc, même quand on est une équipe de Guardiola, même lorsqu'on s’appelle Manchester City. Le PSG l’a bien fait mardi soir alors qu’il devait se qualifier, non ? Par le passé, cela était aussi arrivé au Real Madrid, en 2015, lorsqu'il avait été séché à domicile par Schalke 04 (4-3) après avoir gagné à l’aller (2-0) en Allemagne. Attention, l’oubli est un signe précoce de la maladie d’Alzheimer. Ceci n’était qu’un avertissement.


Faut-il croire les promesses des groupes de jeunes mâles venant de Liverpool ?


L'ivresse de la victoire est un mal qui arrive plus vite qu'on ne le croit. Interrogé en zone mixte après la qualification des Reds pour les quarts de finale de la Ligue des champions, Sadio Mané a répondu sans sourciller : « C'est d'aller jusqu'au bout » quand on lui a demandé quelles étaient les ambitions de son équipe. Mouais. Quand on est un jeune type de Liverpool qui traîne avec d'autres jeunes types de Liverpool, on s'y connaît niveau promesses en l'air. Car les gens n'ont pas la mémoire courte et n'ont pas oublié que dans les années qui ont suivi la séparation des Beatles, ce beatnik de John Lennon n'a cessé de tourner le couteau dans la plaie. « Il y a toujours une chance » , lâche-t-il en 1974, puis « On ne sait jamais, c'est dans l'air » l'année d'après. Près d'un demi-siècle plus tard, les fans attendent encore. Alors, Monsieur Mané, pas de précipitation. D'abord, on gagne, et on paradera ensuite. Tout le reste, ce n'est que pur produit de l'imagination. Et niveau imagination, quand on est une jeune type de Liverpool, on s'y connaît...

Vidéo



Sans maîtrise, la puissance n'est-elle vraiment rien ?



La puissance ne serait rien sans maîtrise. Une phrase souvent entendue, parfois utilisée comme mauvais slogan publicitaire, parfois prononcée par une maman inquiète qui ne veut pas que son fiston appuie trop fort sur le champignon quand il conduit. Pour mettre tout le monde d'accord, Ocampos a donné raison à tout ce petit monde en marquant très, très, très vite contre Bilbao, et en maîtrisant très, très, très bien la passe envoyée par Thauvin. Avec moins de maîtrise de son mouvement, l'Argentin aurait très certainement fait n'importe quoi, mais il s'est appliqué et il a marqué. Voilà de quoi mettre du plomb dans la cervelle à ceux qui confondent vitesse et précipitation. Ocampos lui-même a souvent fait partie de cette catégorie, puisqu'il n'y a pas si longtemps, il se sentait obligé de tenter un ciseau acrobatique à chaque fois qu'il voyait un ballon qui n'était pas au sol. Hier soir au Vélodrome, il n'a pas tenté de choses débiles et a mis un doublé. Une sacrée leçon de vie.



Lyon va-t-il gagner la Ligue Europa sans forcer ?


D’abord, Villarreal est tombé au tirage des seizièmes de finale. Un rude adversaire, aux avant-postes en Liga, habitué de ces joutes européennes à la vie, à la mort. Et, finalement, le Sous-Marin jaune a coulé à pic. Vainqueur 3-1 à domicile, l’OL n’a même pas frissonné devant les torpilles de pacotille envoyées par son adversaire. Victoire 1-0 à l’extérieur, au suivant : le CSKA Moscou. Attention, c’est une équipe expérimentée, il va falloir se farcir un déplacement dans un froid glacial. Au match aller, ce jeudi soir, il y avait les couvertures, le thermomètre en négatif (- 8°c), la pelouse en piteux état, aussi, mais l’opposition, que dalle... Les ultras moscotives annonçaient une Berezina, les Lyonnais ont vu des mousquets en plastique. Résultat : au bout d’un match aussi radieux que la face de Leonid Slutsky, les gars de Bruno Génésio sont repartis avec la victoire 1-0 et une option sérieuse sur la qualification. Bigre ! L’OL se rapproche déjà de la finale qui se déroulera dans son antre. Des matchs à 19h, des joueurs pas motivés, une finale en province : en fait, les Lyonnais sont partis pour soulever la troisième Coupe d’Europe du foot français comme si c’était une vulgaire Coupe de la Ligue.



Par Alexandre Doskov, Maxime Brigand et Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? il y a 3 heures Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
il y a 5 heures Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? il y a 5 heures Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 il y a 7 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 il y a 7 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 48 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
À lire ensuite
Marcelo tout beau