Les bonnes affaires du championnat argentin

Habituellement, le marché des transferts n'augure rien de bon pour les clubs argentins. Ruinés pour la plupart, ils tapinent et tentent de refiler vrais talents et grosses arnaques au premier club européen venu. Cette année, les flux ont été inversés et le mercato a jusqu'à présent été marqué par la signature des revenants David Trezeguet et Chori Dominguez à River. Brève liste de pillage pour remettre les choses en ordre.

8 2
. Les valeurs sûres

Ivan Bella (Velez)

Velez ne remporte pas le titre à chaque demi-saison mais c'est une des seules équipes du championnat à maintenir un niveau de jeu décent année après année. En partie grâce au boulot énorme de Gareca à la tête de l'équipe mais aussi grâce à une cantera qui produit les pépites à la chaîne. Ricky Alvarez vendu à l'Inter, Ivan Bella a tranquillement pris sa place sur le front gauche du Fortin, perpétuant aux côtés de la génération dorée du centre de formation le style de jeu technique et porté vers l'avant du club. Meilleur Argentin de la Copa America des moins de 20 ans survolée par le Brésil de Neymar, Bella est un joueur spontané, agressif à la récupération et dont le joli crochet gauche ne demande qu'à casser des reins européens.

Lisandro Lopez (Arsenal Sarandi)

S'il a marqué le plus beau but du tournoi d'ouverture d'un retourné splendide sur corner, l'autre Lisandro Lopez est avant tout l'un des seuls défenseurs de talent du championnat argentin. Appelé à tout juste 22 ans dans les sélections locales par Batista puis Sabella, le joueur de l'autre Arsenal est à quelques pas de l'Albiceleste et devrait bientôt faire ses valises. La Juve et l'Inter ont un œil sur ce défenseur propre, technique et imprenable dans le jeu aérien, qui joue au centre et sait dépanner à gauche. Le genre de mec qui peut à lui seul remplacer Cris et Cissokho. Pour 7 millions d'euros.

Hector Canteros (Velez)

Déjà, Hector Canteros est un mec issu d'un des pires bidonvilles de Buenos Aires, la villa Pirelli, et c'est évidemment bon signe. Ensuite, c'est sans aucun doute la révélation de l'année 2011. Canteros, qui a lui aussi appris le football sur les bancs de l'école Velez, a imposé sa classe et son intelligence au sein de l'équipe de Gareca et, du haut de ses 22 ans, s'est d'ores et déjà affirmé comme un joueur ultra complet. Convoqué pour la première fois en sélection pour l'arnaque du « Superclasico des Amériques » , l'Argentin a modestement endossé le numéro 10 et fait maigrir Ronaldinho pendant 90 minutes. Pas rancunier, Ronnie a salué l'activité et la vista du gamin. Un futur grand.

. Racing, le club à piller

Teofilo Gutierrez (Racing)

Teo Gutierrez est colombien mais c'est clairement le joueur frisson du championnat. Instable, grande gueule, égocentrique, il a tout pour devenir un très très grand attaquant. Instable, grande gueule, égocentrique, il a tout pour partir en vrille à chaque instant. Meilleur buteur du tournoi de clôture 2011 (celui du début d'année, en toute logique) avec 11 buts en 16 matchs, le gros s'est un peu moins bougé les six derniers mois et Racing a laissé échapper un titre qui lui tendait les bras. Le Colombien s'est surtout fait remarquer pour une exclusion stupide face à Boca, par quelques gestes peu équivoques adressés aux supporters adverses et pour d'incessantes revendications salariales. Une bombe artisanale prête à exploser. En vacances sur la côte colombienne et convoité par un Porto prêt à mettre 9 millions sur lui, il a d'ailleurs failli ne jamais rentrer en Argentine. A la tête du Racing depuis le départ de Simeone, Coco Basile a affirmé que sous ses ordres « Teo » remporterait le championnat et claquerait au moins quinze pions. En même temps, s'il y a bien une certitude avec le Colombien, c'est en effet que tout est possible.

Claudio Yacob (Racing)

Capitaine à 24 ans, Claudio Yacob est un milieu à l'ancienne. Cheveux longs, bon à la récupération, relayeur infatigable, un type solide. Plus technique qu'un Momo Sissoko, plus influent sur le jeu qu'un Matuidi, Yacob sort d'une saison en demi-teinte mais a du talent à revendre. Systématiquement annoncé partant en Italie, il devrait faire encore six mois au pays avant de s'envoler pour la Fiorentina ou le Napoli pour quelques millions d'euros bien dépensés.

Giovani Moreno (Racing)

Gio est, avec Riquelme, le dernier vrai 10 du championnat. Gio mêle indolence et vision du jeu, comme Riquelme. Sa protection de balle est juste indécente, comme Riquelme. Et, bien sûr, il ne réussira jamais en Europe, comme Riquelme. Sauf que, bien utilisé, Gio est capable de transformer le jeu de n'importe quelle équipe et de l'emmener en demi-finale de Champions League. Nada menos.

. Les jeunes promesses

Lucas Ocampos (River Plate)

Tout le monde ne s'est pas ennuyé en deuxième division cette année. Lucas Ocampos, 17 ans et à peine quelques matchs en réserve dans les jambes, est rapidement devenu un des préférés d'Almeyda et en a profité pour martyriser les pauvres défenseurs de Patronato, Desamparados ou Almirante Brown. En attendant de faire ses preuves face à des équipes un peu sérieuses, le petit génie devrait régaler Trezeguet et aguicher encore un peu plus le Bayern, le Real, la Juve et à peu près tous les grands clubs d'Europe.

Paulo Dybala (Instituto)

Personne ne connaît vraiment Dybala mais Paulo et son visage de pré-pubère alimentent déjà les pires fantasmes. En Argentine, un peu de style balle au pied, quelques matchs en deuxième division et des vidéos qui tournent sur youtube suffisent à lancer les hasardeuses comparaisons avec Kempes ou Maradona. Cela dit, Paulo a claqué 9 buts en 18 matchs avec son équipe, dont un méchant hat trick face à Atlanta, et a déjà humilié Lugano lors du match entre l'Argentine et l'Uruguay organisé par la fondation Zanetti fin décembre. Suivi de près par Naples, toujours à la recherche de sang frais sud-américain, le pibe a déjà commandé un passeport binational et ne devrait pas faire de vieux os en Argentine.

Par Pierre Boisson
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Téo Gutierrez serait une excellente recrue pour le FC Porto en manque de talent au poste d'avant centre.

James et Guarin pourraient également l'aider à s'acclimater plus rapidement au sein du club.

Maintenant c'est vrai qu'il est "loco", donc tout peut arriver avec ce joueur.
Comme je suis d'accord pour Bella. c'est un monstre ce mec.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 2