Les bonnes affaires du Calcio

Ils ne jouent pas. Ou presque pas. Ils n’ont plus leur place. Ou presque plus. Pourtant, ils ont déjà démontré leur valeur. Ou alors, certains sont considérés comme de futurs grands. Avec quelques euros, il est désormais possible de les enrôler. Petite liste d’achats du mercato italien.

Modififié
2 13
Gardiens :

Marco Storari (Juventus)
Il y a quelques mois, Marco Storari gardait les buts de la Juve. Avec les blessures de Buffon, c’était pratique : en étant remplaçant, Storari était toujours titulaire. Vu les conditions physiques du Gigi national, il s’est dit que cela n’allait pas aller en s’arrangeant. Raté. Buffon est revenu à son meilleur niveau, et n’a plus aucune intention de retourner à l’infirmerie. Conséquences : Storari, qui aspirait à un poste de numéro 1, se contente de regarder le nouveau Juventus Stadium du banc. Pas sûr qu’un type qui disait « vouloir la Nazionale  » l’an passé s’en contente encore longtemps.

Avantage : Il est certainement meilleur que la moitié des gardiens de Serie A.
Inconvénient : Il est certainement moins bon que l’autre moitié des gardiens de Serie A.

Emiliano Viviano (Inter Milan)
Avec des prestations de très haut niveau à Bologne, les médias avaient fait d’Emiliano Viviano, 26 ans, un futur gardien de la Squadra. Cet été, il fait même le grand saut, en signant à l’Inter alors que Bologne voulait le conserver. Le destin a voulu que, quelques jours plus tard, il se fasse les ligaments croisés du genou. Six mois plus tard, Viviano est remis sur pied, mais Julio Cesar est bien installé dans ses cages. Le portier va donc, certainement, partir, pour retrouver ses sensations.

Avantage : Il connaît parfaitement le haut niveau, et a même disputé trois rencontres dans les cages de la Nazionale. Quand on a Buffon, Marchetti, Sirigu et De Sanctis en face, c’est un gage de qualité.
Inconvénient : A priori, l’Inter veut le garder pour l’après-Julio César. S’il part, ce sera donc un prêt. Sans option d’achat, même.

Défenseurs :

Taye Taiwo (Milan AC)
Depuis son arrivée à Milan, cet été, Taye n’a pas vraiment convaincu. 320 misérables minutes disputées en championnat, et, déjà, un sentiment de mal-être de la part de l’ancien Marseillais. « Je suis triste, je souffre tous les jours parce que je ne joue pas. J’étais venu ici pour jouer. Cela ne m’est jamais arrivé dans ma carrière et quand je suis sur le banc, je me dis que ce n’est pas possible. Je ne comprends pas » lâche-t-il. A priori, Allegri n’a pas l’intention de changer ses plans à partir de janvier.

Avantage : A Marseille, il n’aurait pas besoin d’apprendre l’italien. A Newcastle, non plus. A Paris, en revanche…
Inconvénient : Rigueur tactique : néant. Articulation : néant.

Francesco Acerbi (Chievo)
Pas forcément le plus coté des défenseurs italiens, Acerbi n’en demeure pas moins un espoir. L’an dernier, il réalise une saison complète à la Reggina, en Serie B, disputant pas moins de 42 rencontres de championnat. Cet été, certains clubs italiens de milieu de tableau se le disputent, et c’est finalement le Chievo qui empoche la mise. Mais après, plus rien. Acerbi n’a jamais été titularisé, et n’a disputé que deux malheureux bouts de matches. Son agent a été clair : « Francesco mérite mieux et peut partir au mercato » . La perche est tendue.

Avantage : Apprendre à être défenseur en Italie : Acerbi est allé à la bonne école. Il est jeune et son salaire ne devrait pas ruiner le budget.
Inconvénient : Hormis 77 minutes, il n’a jamais joué parmi l’élite.

Ezequiel Munoz (Palerme)
Un changement d’entraîneur, et tout est dépeuplé. Avec Delio Rossi, Ezequiel Munoz était un indétrônable de l’arrière-garde de Palerme. Et puis, Devis Mangia est arrivé. Et Munoz a été relégué au rang d’indésirable. Tracassé, en plus, par des blessures, le joueur argentin n’a disputé que deux rencontres depuis le début de la saison, et a réussi à recevoir un carton rouge, lors de la défaite 1-0 contre Cesena. Mangia ayant été viré juste avant la trêve, reste à savoir ce que Bortolo Mutti, nouveau coach de Palerme, voudra faire de lui. Et ce que lui compte faire de sa carrière.

Avantage : A 21 ans, et après une année et demie passée en Sicile, il est encore prêt à aller n’importe où pour se forger une expérience.
Inconvénient : Il n’est pas une assurance tout-risque : l’an dernier, Palerme a encaissé 63 buts en 38 matches de championnat.

Milieux de terrain :

Riccardo Montolivo (Fiorentina)
C’est la triste histoire d’un milieu de terrain qui rêve du Milan AC, de l’Inter, ou même d’un grand club étranger. L’été dernier, Montolivo fait clairement part de son envie de partir. Milan, qui est sur le point de l’enrôler, choisit finalement Aquilani. Ricky se retrouve sur la paille, et reste donc à Florence. Son président, un peu furax, le met d’abord hors du groupe. Puis le réintègre. Montolivo joue, un peu anonymement, et ne brille que lorsqu’il joue avec la Squadra (cf son but contre l’Espagne). Son cycle à Florence est terminé, tout comme l’était celui de Gilardino.

Avantage : Il a la classe, il peut vous transformer un match s’il est en forme. C’est déjà pas mal. Ah, et il n’a que 26 ans.
Inconvénient : Un salaire pas forcément accessible à tous les clubs.

Davide Biondini (Cagliari)
L’une des meilleures dégaines de Serie A. Davide Biondini, sorte de Daniele De Rossi aux cheveux longs. A Cagliari, le milieu de terrain abat un boulot incroyable, mais souvent pour rien, puisque ses attaquants ne marquent pas de but. Cela fait plusieurs saisons que Biondini aimerait bien aller voir ailleurs, mais son président, Cellino, a toujours tenté de l’en dissuader. Pas sûr qu’il y parvienne encore longtemps, surtout si un grand d’Italie vient le chercher.

Avantage : Roux.
Inconvénient : Roux.

Marco Parolo (Cesena)
Lorsqu’il débarque en Serie A, l’an passé, personne ne connaît Marco Parolo. A Cesena, il s'impose comme un véritable leader, et attire les regards de la Juventus et de la Lazio. Fidèle, il décide de rester à Cesena, tel un capitaine qui ne veut pas quitter son navire. Il séduit même Cesare Prandelli, qui le convoque pour la première fois en équipe d’Italie. A bientôt 26 ans, Parolo est arrivé à maturité pour un grand club. Même s’il sera difficile de le déloger en pleine saison, alors que son club est avant-dernier du classement.

Avantage : Toujours bien d’avoir dans ses rangs un homme fidèle.
Inconvénient : Jouer à Chelsea, au Milan AC ou au Bayern Munich, ce ne sont pas les mêmes responsabilités que Côme, Foligno ou Cesena.

Attaquants :

Stephan El-Shaarawy (Milan AC)
Cet été, le Milan AC n’a d‘yeux que pour cette petite pépite qui appartient au Genoa et qui a été étincelant sous le maillot de Padova, en Serie B. Galliani lâche 8 millions d’euros pour l’enrôler. On parle de lui comme d’un futur talent. Bilan au bout de quatre mois de compétition : 182 minutes disputées toutes compétitions confondues (pire que Taïwo), mais tout de même un but, contre l’Udinese. Les promesses sont là. Mais si personne ne lui donne sa chance…

Avantage : Il a déjà la crête de Hamsik et la grande gueule d’Ibra.
Inconvénient : Depuis le début de sa carrière, il ne compte qu’une quarantaine de matches parmi les pros. C’est peu.

Amauri (Juventus)
Il y a un peu plus d’un an, il était convoqué en équipe nationale par Cesare Prandelli. Et puis, subitement, il devient le dernier des nullos. A tel point que la Juve n’en veut plus, et le prête à Parme. Là-bas, il renait, claque des retournés, des talonnades et des buts décisifs. Mais Parme n’a pas de thune pour lever l’option d’achat. Amauri repart à Turin, où il s’entraîne désormais à part du groupe, avec son compagnon de galère Luca Toni. S’il retrouve un club qui veut de lui, qui sait s’il ne pourrait pas redevenir le magnifique buteur vu à Palerme ?

Avantage : 65 buts en Serie A : l’expérience est là.
Inconvénient : 165 ratés en Serie A : le doute est là.

Mauro Zarate (Inter Milan)
Lors du dernier jour du mercato, Zarate, l’idole des tifosi de la Lazio, file à Milan. En disgrâce avec Edy Reja, le coach romain, il tente de se relancer du côté de l’Inter. Malheureusement, son arrivée coïncide avec le pire début de saison de l’histoire de club nerazzurro. En quatre mois, Zarate ne marque qu’une seule fois, en Ligue des Champions, face au CSKA Moscou. Alors que Forlan s’apprête à faire son retour, Zarate, lui, pourrait gentiment être poussé vers la sortie. Une chose est sûre : en juin, l’Inter ne lèvera pas l’option d’achat, et le petit Zarate, désormais papa, retournera à Rome.

Avantage : Zarate est désormais immunisé contre les critiques, aussi bien de ses coachs, de ses coéquipiers, que de la presse.
Inconvénient : Il dribble, il dribble, il dribble.

Libor Kozak (Lazio Rome)
Libor Kozak (Lazio Rome)
L’an dernier, il était le joker de luxe de la Lazio. Lorsque Zarate et Floccari ne marquaient pas, lui entrait en jeu. Et scorait. Sept fois dans la saison. Du coup, pendant l’été, Claudio Lotito est formel : il ne partira pas. Oui, sauf qu’avec les arrivées de Cissé et Klose, Kozak n’a plus d’espace, et doit se contenter de matches d’Europa League. Il inscrit son unique but contre le Sporting, mais n’est désormais plus invendable. Surtout si un certain Podolski décide de rejoindre son pote Klose à Rome.

Avantage : Idéal pour tous ceux qui cherchent une tour de contrôle.
Inconvénient : Pas gracieux, pas très technique, et parfois violent par maladresse.

Maxi Lopez (Catania)
L’attaquant argentin vient de vivre la pire arnaque de 2011. Lorsqu’Antonio Cassano est opéré du cœur, Adriano Galliani est formel : Maxi Lopez remplacera Fantantonio lors du mercato hivernal. Il se met d’accord avec le directeur sportif de Catane. A tel point que lors de son dernier match devant ses supporters, Maxi Lopez fond en larme après avoir scoré. Et puis finalement, Galliani change d’avis. Tevez, ce serait beaucoup mieux. L’attaquant de Catane devient un second, voire un troisième choix. Problème : s’il reste désormais en Sicile, après avoir annoncé son départ, Maxi Lopez va avoir l’air d’un con.

Avantage : Lorsqu’il débarque quelque part au mercato, Maxi Lopez est toujours bon. Pendant six mois.
Inconvénient : Sa copine, la wag argentine Wanda Nara, est née dans une ville qui s’appelle Boulogne-sur-Mer. Véridique.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ha, on m'annonce que les qataris Parisiens viennent de déclarer "on achète tout".
Hoo ben noon, City vient de dire la meme chose... Putain de riches!
Et si l'inconvénient de Montolivo c'était juste d'être le sosie de Gad Elmaleh ?
Pour la précision, Luca Toni n'est pas écarté du groupe ! Tout comme Iaquinta, il s'entraine habituellement avec le reste de l'équipe. Seul Amauri est officiellement hors du groupe, et s'entraine avec la Primavera !
Storari moins bon que la moitié des gardiens de Série A, merci pour cette phrase humoristique ! C'est parce que Buffon, c'est Buffon et qu'il est revenu au top, sinon Storari dans les cages de la Juve on pouvait difficilement trouver mieux! Ce n'est plus le Storari du Milan Ac...
La situation d'El Shaarawy est un exemple typique du syndrome "Giovinco". Les jeunes cracks italiens ont du mal à percer chez les ténors du calcio. Un fuckin' gâchis...

En tout cas ça me fait plaisir qu'on parle de Biondini et le fait qu'il n'ait jamais eu l'occasion de jouer pour un grand club.

Sinon pas mal la chute pour Maxi Lopez.
El Sharawy, il est encore jeune, laissons laissons. Il me semble pas qu'il est été acheté par le Milan dans l'optique d'en faire tout de suite une superstar.

A voir avec Emmanuelson, dans 3-4 ans. Ils claqueront bien en Champions ;)
El Shaarawy devrait être prêté 6 mois lors du mercato avant de revenir à Milan en juin. On parle d'un retour au Torino, de Catane, du Chievo Verone ou de la Turquie.
Et Milos Krasic ? Bonne ou mauvaise affaire ?
lad
Trop fort le "Véridique" d'EM concernant le lieu de naissance de Wanda Nara, la poule de Maxi López! C'est plutôt drôle de faire croire qu'elle est née à Boulogne-sur-Mer (j'ai failli y croire! ahahah) mais après réflexion quelque chose me dit qu'elle est plutôt née dans le quartier de Boulogne à Buenos Aires! C'est quand même plus classe même pour une greluche de naître à Bs As! ;-)
Libor Kozak, ça pourrait être une piste intérréssante pour L'OM...
madjerinho Niveau : CFA2
Munoz a un profil vraiment intéressant pour un club qui veut recruter sur le long terme. Le genre de gars qui peut devenir très régulier au haut niveau, solide physiquement, bien entendu, avec un coach plutôt formateur, qui sait faire progresser ses jeunes.

Bien sûr, on pourra dire que le mercato d'hiver, c'est pas le moment où on cherche à faire du long terme...
Boulogne-sur-mer dans ce cas c'est la banlieue de Buenos Aires... En honneur, à notre jolie cité qui a accueilli le général San Martin... c'est toujours mieux que Paris ^^
Sinon, que de bonnes occaz à pêcher en prêt pour un club de l1 ça pourrait être sympa surtout au milieu et en attaque
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ukraine des neiges
2 13