1. // Angleterre – Mercato

Les bonnes affaires de Premier League

Faire une affaire et Premier League ne vont pas trop ensemble, à l’exception du LOSC qui a réussi à se payer Joe Cole avec l’aide de Liverpool. En étant un peu malin et en profitant de ce précédent Joe Cole, quelles pourraient être les cibles de cette fin de mercato hivernal ?

4 1
Gardiens

Des gardiens bon marché à signer en Angleterre ? Ça se saurait. On évacue illico l’option Michael Vorm (27 ans), le portier hollandais signé par Swansea cette saison pour 2 millions d’euros (contrat de trois ans), meilleur rapport qualité-prix du marché d’été (9 cleansheets) avec Cabaye, et clairement dans la bonne charrette (avec Krul et Stekelenburg) pour partir avec les Oranjes en Pologne et en Ukraine. Trop tard pour la bonne affaire donc. En revanche, du côté de Sunderland, Craig Gordon, après 10 mois d’indisponibilité, a refoulé les pelouses avec la réserve mais est barré par Simon Mignolet. Et il se dit que la doublure Keiren Westwood, recrutée cet été, a tapé dans l’œil de Martin O’Neill. Libre en fin de saison, la piste Gordon sent bon, d’autant plus que Sunderland est à six matches de refiler un bonus de 1,5 millions d’euros aux Hearts (convenu pour 100 apparitions de l’Ecossais en PL). Un gros point de détail : le Craig, deuxième transfert le plus cher de l’île pour un gardien (13 millions d’euros) après De Gea (20), facture 48 000 euros la semaine.

Fictions : après les rumeurs Janot et Hildebrand cet été, Evian affole de nouveau les gazettes, en lançant un premier biscuit sur des contacts noués avec Mondragon, pour finalement se rabattre sur le prêt payant sans option d’achat, du portier écossais. Dijon était aussi sur le coup mais a grillé sa trésorerie sur Kakuta. Lyon emporte finalement la mise. Lloris négocie en effet son départ en juillet pour le Milan et l’OL anticipe le coup en engageant Gordon, qui aura un semestre, sans pression, dans les jupes de Vercourtre, pour se faire, à son nouveau club et se préparer à la saison 2013.

Défenseurs

Une des limites de la méthode Manchester City. A vouloir écraser la concurrence sur le marché des transferts, les Citizens se retrouvent aujourd’hui avec plusieurs contrats toxiques dans les pattes. Wayne Bridge, au fond du trou depuis le Terrygate, sorte de chat noir en prêt à West Ham en 2011, se console pour l’instant avec ses 100 000 euros par semaine, sans jouer. Fin du contrat en juin 2013. Nedum Onuoha, qui facture 40 000 euros hebdos pour 9 minutes jouées depuis cet été, prêté chez d’autres chats noirs en 2011, ceux de Sunderland, attend également une porte de sortie (fin de contrat en juin 2014). Début septembre, Gary Cook, le directeur général de City (qui a démissionné suite à l’affaire), avait essayé la mauvaise méthode, en moquant sur un e-mail rendu public le cancer de maman Onuoha, alors à obtenir une revalorisation pour son fiston, dont elle gère les intérêts. Considérons également le cas Sébastien Squillaci (contrat jusqu’en juin 2013, 60 000 euros hebdos), qui a fait d’Arsenal le seul club dans lequel il n’a pas convaincu. Enfin, en passant dans les rangs du rival Tottenham, Sébastien Bassong (fin de contrat en juin 2014, 60 000 euros la semaine) et Danny Rose (fin de contrat en juin 2015, 15 000 euros la semaine) n’ont désormais plus l’Europa League pour se dégourdir les jambes.

Fictions : Le Stade Rennais, qui s’était déjà renforcé en PL il y a quelques années (Melchiot ou Bocanegra par exemple), envoie officiellement Pierre Dréossi dégoter le prêt d’Adam Johnson. Mais le dirlo repart avec Onuoha sous le bras pour 5 patates. Et ça tombe bien puisque Apam s’est de nouveau pété, Mangane est devenu la priorité de Pardew depuis la grosse vente surprise de Coloccini (20 millions d’euros pour Man United, parce que Carrick et Evra dans l’axe, ça suffit pas). Squillaci trouvera lui son bonheur, vendu gratos par Arsène, aux Girondins de Bordeaux, parce que Planus fait la gueule et parce que, sait-on jamais, Seb postule toujours à une place pour l’Euro. Bridge, qui ne veut pas s’asseoir sur son salaire, préfère écumer pendant ses congés les night-clubs de Miami. Enfin, Bassong trouvera une porte de sortie aussi bien rémunérée qu’en Angleterre, puisque QPR casquera dans les dernières heures de janvier pour sauver une saison mal embarquée. Rose sera lui prêté par Redknapp à Marseille, parce que, à bien y réfléchir, l’expérience Tyrone Mears, c’était pas si mal quand même, et officieusement, quelques billets seront donnés pour s’assurer Loïc Rémy chez les Spurs après l’Euro.

Milieux de terrain

Vous trouverez peut-être une oreille attentive du côté des Scandinaves. Par exemple, Morten Gamst Pedersen, dont le thorax avait rencontré le poing de Barton (nov. 2010), s’emmerde sec à Ewood Park, même si Formica (pour son nom) et Yakubu (pour son arrière-train) l’amusent un peu. Même son de cloche à Sunderland, où la recrue Sebastian Larsson peut rendre de nombreux services sur coup-franc. Larsson arrivé libre de Birmingham cet été, les Black Cats ne peuvent qu’en tirer une plus-value financière. A Bolton, celui qui est arrivé à l’intersaison de Burnley avec Tyrone Mears dans ses bagages (pour 3,5 millions d’euros, both), Christophe Eagles, milieu polyvalent, pourrait être un bon pari. Formé à Watford et Man United, Eagles s’est certes noyé comme l’ensemble de son équipe en PL, mais reste impliqué dans chaque réveil victorieux des Wanderers cette saison. Pour astiquer les ailes, Matthew Jarvis de Wolverhampton, déjà appelé par Capello en sélection, ou Marc Albrighton de Villa, en dessous du niveau de leurs performances 2011, ne sont pas à jeter. Pêle-mêle, les noms d’Adel Taarabt, dont la cote a baissé depuis août, d’Owen Hargreaves, qui prend les bouts de matches, et bien, qu’on lui donne à City, de Stephen Ireland, que Villa ne veut et ne peut plus s’offrir (75 000 euros la semaine) sont à envisager. Enfin, si quelqu’un arrive à nous déloger Clint Dempsey (fin de contrat en 2013) de Fulham, son meilleur joueur depuis 3 saisons, à 28 ans, ce ne serait pas une mauvaise nouvelle (transfert estimé à 9 millions d’euros, 45 000 euros par semaine). Possibilités risquées : Joe Allen, le petit milieu de Swansea, et Andrew Johnson, international anglais, en délicatesse à Fulham.

Fictions : Ancelotti veut un vrai milieu travailleur dans son PSG et parie sur Hargreaves, gratos, qui sera son Gattuso parisien, les yeux en plus, les genoux en moins. Le LOSC anticipe la prochaine vente d’Eden Hazard pour s’offrir Dempsey. L’OL, qui regrette les coups de pied arrêtés de Juninho, s’achète Larsson pour former avec Källstrom un duo efficace de Suédois sur coups-francs. Avant d’accueillir Ibra en fin de carrière au mercato hivernal de janvier 2013. Enfin, QPR propose un échange Taarabt-Gignac, mais l’affaire capote au dernier moment, Dédé arrivant en retard pour la signature à Londres (saleté de file d’attente au Burger King).

Attaquants

Première chose : on n’est pas à l’abri de voir Tevez débouler au PSG, le seul mercenaire capable de mouiller le maillot comme personne. Deuxième chose : ça manque un peu de Michael Owen dans les gazettes mercatos. En bref, la Premier League ne regorge pas de bonnes affaires pour la L1. Pavlyuchenko est évoqué, mais les Russes feront sans doute monter un peu trop les enchères pour nos finances. Reste le bas de laine de la ligue où les grands gabarits Bobby Zamora (en bisbille avec Martin Jol à Fulham, veut aller à l’Euro) ou Grant Holt (Norwich) pourraient avoir leur chance. On a déjà eu du Brandao, du Aloisio ou du Dagui Bakari, non ? En plus esthète, Moussa Dembélé (Fulham encore) peut rendre beaucoup de services sur les ailes alors qu’à Wigan, les tresses, la vitesse et la force de percussion d’Hugo Rodallega, moins en vue que l’année dernière (10 buts pour une saison pleine en PL, en fin de contrat en juin) peuvent séduire nos recruteurs.

Fictions : Michael Owen aimerait s’occuper un peu plus de ses canassons, s’établit à Cagnes sur Mer, pas loin de l’hippodrome, et signe à Nice pour justifier tout ça. Ou l’inverse, on ne sait plus trop. Eric Besson, qui s’est fait refouler par le PS au second tour de la présidentielle, invente la paternité de la venue du Ballon d’Or anglais sur la promenade des Anglais et se voit offrir la présidence du Gym en juin 2012. Persuadé que les Canaris retrouveront l’élite en août 2012, Waldemar Kita veut faire revivre à la Beaujoire la période Victor Bonilla en achetant Rodallega. Il le prête dans la foulée à Wigan pour la fin de saison. Nantes ne montera pas, parce qu’il vendra ses jeunes cet hiver pour financer l’arrivée de Rodallega. Holt, qui n’est pas sans remplacer la silhouette d’Elmander, file à Toulouse. Le LOSC essaie un petit échange Payet / Dembélé + billets de Thalys, pour voir.

Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Seuls les défenseurs cités semblent à peu près crédibles...

La Venue de Joe Cole, c'est vraiment l'addition de nombreux facteurs, le gars a enchaîné les saisons décevantes au point d'être plus ou moins catalogué comme joueur sur le déclin, il garde l'espoir utopique d'être retenu par Capello cet été, il n'est venu à Lille qu'en prêt, Lille est à un jet de pierre de l'île, ils jouent la champions. Ca reste une belle pioche pour Lille, mais les bons anglais essayeront toujours de trouver des débouchés en PL ou même en Championship qui payent parfois aussi bien qu'en Ligue 1.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 1