Les bonnes affaires de la Bundesliga

Les soldes en allemand, ça se dit « Saisonsschlussverkauf » . Avis aux chineurs les plus invétérés, il y a de quoi faire outre-Rhin. Du gardien talentueux au vieil espoir qui ne joue plus, la Bundesliga regorge de joueurs qui ont faim de terrain. Le championnat d’Allemagne, c’est ça: de plus en plus de jeunes qui cartonnent. Forcément, il y en a qui sont laissés pour compte, et il y a qui sont considérés comme un peu vieux, mais pas encore usés ni fatigués. En Allemagne, on sait prendre soin de ses affaires.

7 2
Gardiens

Tobias Sippel (Kaiserslautern): Pur produit du 1.FCK, les guerres de succession, Tobias Sippel connaît. Il a dû batailler ferme pour prendre la place de Florian Fromlowitz. Ce dernier parti à Hanovre, on lui a mis Luis Robles dans les pattes. Une saison plus tard, l’Américain allait faire son festival sur la touche. Puis vint Kevin Trapp. Et là, ce fut chaud. Avec le temps, Tobias a fini par être vaincu par plus jeune que lui et du coup, sur le banc, c’est lui qui Sippel. Le portier ne serait pas contre un départ, surtout qu’à bientôt 24 ans, il est considéré comme l’un des plus talentueux de sa génération.

Avantage: il a été formé par Gerald Ehrmann, qui a également transmis son savoir à des mecs comme Roman Weidenfeller ou Tim Wiese.

Inconvénient: c’est un grand amateur de maisons closes.

Markus Miller (Hanovre 96): Le spectre de Robert Enke continue à hanter le club de Basse-Saxe. Le 5 novembre 2011, presque deux ans jour pour jour après le suicide de l’ancien international, l’autre HSV déclare que Markus Miller doit être arrêté à cause d’un burn-out. Miller surmontera son problème psychologique et rejouera même deux mois après. Problème: Ron-Robert Zieler est bien installé en tant que titulaire.

Avantage: il a eu la bonne idée de ne pas mettre fin à ses jours en passant sous un train.

Inconvénient: il ne peut signer ni au Carl-Zeiss Iéna, ni au Borussia Mönchengladbach, ni à Barcelone, ni au Benfica, ni à Fenerbahçe, sinon, Robert Enke continuera à le harceler.

Défenseurs

Christoph Metzelder (Schalke 04): il pensait faire le bien autour de lui, en revenant en Allemagne, dans la Ruhr, plus précisément. Que nenni. Christoph Metzelder, qui était une icône à Dortmund a commis l’erreur de sa vie en signant chez l’ennemi de Schalke 04. De plus, bien qu’il ait 31 ans, le corps de « Metze » , lui, en a le double. Régulièrement blessé, de plus en plus lent, l’ancien défenseur central de la Mannschaft a perdu sa place de titulaire au profit de jeunes gaillards comme Höwedes, Matip ou Papadopoulos. Résultat: il se contente généralement de mater les matchs au stade, tout en poursuivant son activité auprès du syndicat des joueurs, aux côtés d’un certain Carsten Ramelow.

Avantage: un défenseur d’expérience, champion d’Allemagne et d’Espagne.

Inconvénient: il peut trahir son équipe à n’importe quel moment.

Matthieu Delpierre (VfB Stuttgart): quand le navire tanguait, le capitaine était là pour rassembler ses moussaillons. Maintenant que le navire vogue sans (presque) aucun problème, le capitaine semble être resté à quai. Promu chef de l’escouade souabe sur le terrain par Markus Babbel fin 2009, Matthieu Delpierre n’a pas résisté au mauvais parcours du VfB l’an dernier, un VfB qui a fini douzième. Bruno Labbadia lui a fait toucher du banc l’an dernier, mais avait décidé de le garder comme capitaine. Mais Matthieu semble poursuivi par la scoumoune: il s’est blessé en tout début de saison, et a dû être opéré. Du coup, il a raté toute la Hinrunde.

Avantage: la paire Maza-Tasci ayant fait une bonne première partie de saison, ça va être dur pour Delpierre de récupérer sa place.

Inconvénient: être capitaine de Stuttgart et conduire des Mercedes à l’œil, ça n’a pas de prix.

Danijel Pranjic (Bayern Munich): recruté pour près de huit millions d’euros en 2009, Danijel Pranjic fait partie de ces paris que s’était lancé Louis van Gaal. Problème: au Bayern, on veut définitivement clore le chapitre du Pélican. Exit donc le Croate, qui subit directement la concurrence du duo Lahm-Ribéry, ce qui n’est pas une mince affaire.

Avantage: sa polyvalence. Il peut jouer défenseur gauche, milieu gauche, et récupérateur, à la limite.

Inconvénient: sa polyvalence. Il ne donne pas l’impression d’être vraiment fort à un poste. Et en plus, il a le même prénom que Ljuboja.

Sotirios Kyrgiakos (VfL Wolfsburg): quand Felix Magath fait les courses, il dépense sa tune un peu n’importe comment, et se permet même de prendre des joueurs sans contrat, comme ça, pour le fun. Au chômage après sa période à Liverpool, Kyrgiakos retourne dans un pays qu’il a bien connu puisqu’il a joué à l’Eintracht Francfort pendant deux saisons. Seulement, la Basse-Saxe, c’est pas la Hesse. Et Magath, c’est pas le coach le plus cool qui soit. A 32 ans, Kyriagkos pensait se la couler douce, mais le fils de GI lui a vite fait comprendre qu’ici, c’était la bagarre avant tout. Sotirios ne veut pas obéir? Tel Zeus, Magath expédie le Grec au Tartare, en équipe réserve plus exactement. Depuis, celui attend patiemment qu’on vienne le délivrer.

Avantage: Kyrgiakos est une brute, mais une brute avec un jeu de tête sympa.

Inconvénient: non, il n’y aura pas de blagues sur la crise, les Grecs, tout ça.

Milieux de terrain

Petit (FC Cologne): Kool Shen, qui a joué avec Jean-Michel Larqué, disait de l’Ancien Vert qu’il n’avait pas besoin de courir pour distiller de jolies passes du rond central. Petit, c’est un peu la même chose: à 35 ans, le Portugais n’avance plus, mais il a la technique suffisante pour distribuer le jeu en haut, en bas, à gauche, à droite. De quoi combler ces soirées-là.

Avantage: Petit, mais costaud.

Inconvénient: Costaud, mais âgé.

Wilfried Sanou (FC Cologne): l’homme du regroupement familial en Allemagne, c’est lui. Demandez donc à Jonathan Pitroipa. Si l’ailier burkinabé a accepté de démarrer sa carrière européenne à Fribourg, c’est grâce à Wilfried. Plus qu’un joueur, un leader, devenu cadre de la sélection des Etalons. Malheureusement, il ne joue plus beaucoup, et ne connaîtra pas les joies de la CAN en Guinée Equatoriale et au Gabon.

Avantage: il ne joue plus à Cologne, et est donc dispo de suite.

Inconvénient: on a chanté pur Jonathan, mais pas pour Wilfried. CQFD.

Jakub Błaszczykowski (Borussia Dortmund): dix consonnes, quatre voyelles. Jakub possède LE nom qui fait frémir tous les commentateurs. Peut-être pour cette raison qu’il a opté pour le surnom de « Kuba » . Mais même cette astuce ne lui permet plus de s’assurer une place de titulaire. Götze reste, Reus arrive, et voilà Kuba qui crie son mécontentement, qui veut partir, qui veut jouer. En même temps, on le comprend: le capitaine de la Pologne a un Euro à préparer, et autant le faire de la meilleure des manières.

Avantage: il est très très très rapide.

Inconvénient: il aime se rouler par terre après une faute. Un Valbuena, ça va; c’est quand il y en a plusieurs que ça fait des problèmes.

Attaquants

Ivica Olic (Bayern Munich): quand Olic débarque à Munich en 2009, il y a Mario Gomez et Miro Klose. Mais ce n’est pas un problème. Le Croate, qui fait plutôt dans la vitesse, grille tout le monde sur la ligne de départ, arrive à se faufiler et à se trouver une place de titulaire. Bild, qui ne fait jamais dans la démesure, ira même jusqu’à le qualifier de « second Robben » , au moment où le Néerlandais préfère hiberner pour mieux se réveiller ensuite. Malheureusement, Olic partage avec Robben ce goût pour la blessure. Sa saison est vraiment compromise, et du coup, le Bayern a décidé de ne pas le prolonger.

Avantage: très rapide, et très malin. L’épopée du Bayern lors de la LDC 2009, c’est Robben, mais aussi Olic.

Inconvénient: sûrement à la recherche d’un dernier gros contrat.

Mohammed Zidan (Borussia Dortmund): en règle générale, l’Egyptien n’aime pas trop bouger de son pays. Il aime son soleil, ses pyramides et sa place Tahrir. Des cadres de l’équipe des Pharaons, seul Ahmed Hassan a vraiment réussi hors de ses frontières, au Besiktas et à Anderlecht, notamment. Mohamed Zidan est de cette trempe, également. Très jeune, il est allé se tester dans le froid, au Danemark puis en Allemagne. Là-bas, il s’est trouvé un papa adoptif en la personne de Jürgen Klopp. Malheureusement, au sein d’une équipe du Borussia Dortmund de plus en plus jeune et de plus en plus efficace, les jongleries de Zidan ne suffisent plus. Il lui faut maintenant quitter son « père » , à contrecœur, mais bon, c’est comme ça que l’on grandit. Même si on a déjà 30 ans.

Avantage: techniquement très doué; on a dû le soûler avec son homonyme, alors il a dû s’adapter…

Inconvénient: un caractère d’enfant terrible; seul Klopp semble vraiment en mesure de le tenir, le bougre.

Marcus Berg (Hambourg SV): à côté de la grande gueule Ibrahimovic, il y a le ténébreux Marcus Berg. Du moins, il y aurait dû y avoir. Car celui que l’on surnomme Svarte-Marcus (le Marcus Noir) s’est semble-t-il perdu sur le port de Hambourg. Les dirigeants du HSV ont tenté de le relancer en l’envoyant sur les terres de ses premiers succès internationaux, les Pays-Bas, mais rien n’y fait. Barré par la paire Petric-Guerrero, Marcus galère, et doit se dépêcher de rebondir. Sinon, Henrik Larsson va s’énerver et va devoir sortir de sa retraite.

Avantage: il est Suédois, donc beau gosse. La gent féminine se déplacera au stade pour voir le bel Apollon.

Inconvénient: Berg est un vrai gentleman, qui n’hésite pas à envoyer des ballons en tribune, pour ses fans de sexe féminin. Problème, c’est pas trop ce que lui demandent les supporters de sexe masculin.

Patrick Helmes (VfL Wolfsburg): découvert à Cologne, parti chez le traître Bayer Leverkusen dans la foulée, Patrick Helmes est aujourd’hui plus que perdu du côté de Wolfsburg. Felix Magath en a fait sa chose. Première journée de championnat, Helmes claque un doublé à Cologne. Magath le laisse faire et attend qu’il se casse la gueule. Début octobre, ça ne rate pas: depuis un déplacement à Leverkusen début octobre, Helmes n’a plus montré sa biffe en Bundesliga. Tout comme Kyrgiakos, il a été relégué en réserve, attendant là aussi qu’on vienne le chercher. Pour l’équipe nationale, c’est râpé. Mais pour jouer dans un club de haut niveau, il reste de l’espoir. Surtout quand on n’a que 27 ans.

Avantage: Magath voudra le brader pour ne plus avoir affaire à lui.

Inconvénient: Magath pourrait l’empêcher de partir. Comme ça, pour le plaisir.



Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
On peut y ajouter Avdic, espoir suédois qui ne joue pas à Brême, en Suède, ils parlent de lui comme du futur Ibra, ca vaut ce que ca vaut. D'ailleurs si je me souviens bien, il a faillit venir en Ligue 1 avant de signer au Werder.

Mickaël Silvestre, pourquoi pas? C'est quand même une grosse carrière. Peut-être pas pour le top mais juste en dessous. Rennes par exemple, pour boucler la boucle. Ou QSI, pour suppléer la chèvre uruguayenne:p

Albert Bunjaku, il scorait bien avant de se blesser, limité pour le haut niveau mais efficace et pas trop cher (j'imagine) pour un club de colonne de droite. Ou alors il peut toujours revenir en Suisse si il veut.

Et puis Gekas tiens, lui aussi c'est un vrai Renard, comme on en voit trop peu en L1, persuadé qu'il claquerait au moins autant que le surcoté Giroud. Et en plus il joue en D2 actuellement, donc ca doit pas être une piste super onéreuse.

Par contre, le paragraphe concernant Markus Miller et Hanovre 96, il craint vraiment.
J'aurai aimé voir un peu moins d'humour noir sur le défunt Robert Enke...
Y a des choses qui ne se font pas... Dommage...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La quinzaine Twitter
7 2