1. //
  2. // 34ème journée

Les Blues y sont presque

Manchester United qui piétine, Arsenal qui trébuche, et voilà comment le meilleur championnat du monde se retrouve dénué de suspens à quatre journées de la fin. Retour sur les rencontres décalées de la 34ème levée de Premier League.

Modififié
0 0
Aston Villa 2 – 2 Everton


Gagner les six derniers matchs de championnat. Voilà le défi lancé par Martin O'Neill à ses joueurs au lendemain de la lourde défaite en demi-finale de Cup face à Chelsea. C'était oublier que Villa était coutumier des fins de saison moisies. Après avoir laissé filer la quatrième place synonyme de C1 lors des trois derniers mois la saison dernière, le club de Birmingham risque une nouvelle fois de laisser Tottenham et Manchester City s'expliquer en tête à tête dans le money time. Face à Everton, dans un choc entre candidats à l'Europe et à l'état de forme diamétralement opposé, les Villans ont eu très chaud, puisque c'est le malheureux défenseur des Toffees, Phil Jagielka, qui leur a offert l'égalisation dans le temps additionnel d'un malencontreux csc. Deux buts partout score final, et un partage des points qui ne fait les affaires de personne. Pour le reste, Tim Cahill, en donnant par deux fois l'avantage aux siens, a une nouvelle fois prouvé qu'il était un joueur de classe mondiale. A cinq points de la sixième place détenue par son rival Liverpool, Everton risque de regretter longtemps son entame de championnat catastrophique.

Tottenham 2 -1 Arsenal


La dernière fois que Tottenham a battu Arsenal, Danny Rose avait 9 ans. Il en a aujourd'hui 19, et pour son premier match de Premier League, le milieu des Spurs a estimé que la domination des Gunners dans le derby le plus chaud de la capitale anglaise avait assez duré. Alors il en a profité pour déflorer en même temps son compteur buts en ouvrant la voie du succès aux siens grâce à une somptueuse reprise de volée. Puis il est sorti à la mi-temps, laissant le soin à Gareth Bale de doubler la mise juste après le repos. Arsenal a réduit la marque par son clutch player du moment, l'immonde Nicklas Bendtner. Les Gunners n'ont joué que les 20 dernières minutes, soit pile le temps qu'a passé Van Persie sur la pelouse (tiens tiens). Visiblement en pleine forme, le Néerlandais, qui refoulait les prés pour la première fois depuis novembre, revient au pire moment : éliminés de la C1, les hommes de Wenger ont également perdu tout espoir de titre avec cette défaite. Tottenham revient à un petit point de Manchester City. Mais la meilleure opération de la soirée, c'est sûrement l'équipe nationale des Pays-Bas qui l'a réalisée.

Wigan 0-0 Portsmouth


Si vous lisez ce compte-rendu, c'est que vous êtes vraiment costaud. Ou passionné. Ou fou. Il fallait en tout cas l'être pour suivre ce match entre Wigan, seizième, et Portsmouth, lanterne rouge condamnée depuis mi-octobre. Pompey, qui n'a inscrit que quinze noms sur la feuille de match, au lieu des 18 autorisés, a au moins le mérite de jouer le jeu, à défaut d'en produire. Les Latics ont raté pléthore d'occasions et une immense opportunité de s'éviter des nuits angoissantes, la faute à Jamie Ashdown, doublure de David James, qui a gardé sa cage inviolée. Wigan ne possède que cinq points d'avance sur la zone de relégation. Portsmouth essaiera quant à lui de sauver sa saison à Wembley en finale de Cup face à Chelsea le mois prochain.

Mardi

Chelsea 1-0 Bolton


Paraîtrait que Drogba et Anelka ne peuvent pas se sentir. C'est en tout cas l'info balancée dans la presse par Kevin Davies, le buteur de Bolton, avant la rencontre entre Blues et Wanderers. Les deux intéressés ont répondu sur le terrain. Centre de l'Ivoirien pour la tête du Français, et voilà comment les Blues filent vers le titre. Grâce à cette courte mais précieuse victoire, les hommes d'Ancelotti possèdent quatre points d'avance sur leur dauphin, Manchester United, qui nous pond une fin de saison « à la Bordelaise » . Victorieux à l'aise d'Aston Villa en demi-finale de Cup, les Londoniens ont gagné le droit d'affronter Portsmouth à Wembley le 15 mai prochain. Chelsea n'a jamais été aussi près du doublé.

Traduit de l'anglais par Simon Capelli-Welter, source The Guardian.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0